AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes actuellement, en jeu, pendant la DEUXIEME QUINZAINE de FEVRIER 2013.
[La météo ici ]


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 7
Richesses: 121
La noirceur s'empare-t-elle peu à peu de mon cœur ?
Messages : 6521
Membre du mois : 128
Célébrité : Scarlett Johansson
Localisation : Au camp depuis l'épisode de Louisville en flamme.
Age : 26
Crédit : Avatar : Onihin ; Signa : amaaranth ; Gif : Inconnu
Emploi : Anciennement Horticultrice
Caractère : Battante - Mystérieuse - Attachante - Déterminée - Autoritaire - Sensible - Imprévisible




MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 19 Mar - 16:36

    Le feu est proche, je le sens sur mon visage alors que les flammes sont pourtant loin de m’atteindre, de nous atteindre, même si j’aurais eu envie que l’homme au-dessus de moi crame complètement. Mon cri est étouffé parmi le bordel ambiant. Nous sommes attaqués par je ne savais qui. Quel groupe ? Etait-ce des ennemis ou des alliés descendu bien bas pour pouvoir survivre ? Je ne réfléchissais plus, je ne sentais que le poids de cet assaillant qui me comprimait mes côtes et me faisait un mal de chien. J’entendais des tirs répétés et j’espérais que ce ne soit pas de ceux qui étaient avec moi qui périssaient petit à petit. J’osais espérer et bientôt j’allais pouvoir le vérifier par moi-même. Mais pour l’heure, j’étais à me débattre tant bien que mal, alors que mes coups ne faisaient pas grand-chose à l’homme qui réussissait à me maintenir. Je redoublais d’effort, l’acharnement et la force pris le pas sur la peur qui m’envahissait. Peut-être tirais-je cette force de ce sentiment, fort était-il en moi ces temps-ci. Et alors qu’il prenait mon cou férocement, je pu apercevoir une tête familière alors que j’essayais de desserrer l’emprise que l’homme avait sur moi. Emy. Je l’appelais à l’aide, non pas avec des mots car je ne pouvais rien dire sous l’étouffement, mais avec mes yeux de supplice. Puis tout à coup, elle n’était plus dans ma ligne de mire, mais aussi je sentis la prise se desserrer, l’homme regarder à l’arrière et m’abandonner purement et simplement. Le temps de reprendre mes esprits alors que je ne comprenais absolument rien à la situation, avant que mes yeux ne tombent de nouveau sur Emy qui était toute proche.

    Je me relève, non sans difficulté et ma toux se réveilla. Mes poumons appréciaient moyennement tout ce remue-ménage et cette fumée causée par les flammes. Je me dirige alors instinctivement vers Emy, avant de m’arrêter pour regarder autour de moi pour pouvoir chercher un quelconque outil qui me servirait pour pouvoir l’aider. Je ne réfléchissais plus à ce moment précis, je ne désirais seulement pouvoir m’armer et enfin me défendre convenablement.

    Action ♣ Je fouille du regard les environs à la recherche d’une quelconque arme/chose. (1 coup du destin)

    Et là, mon regard s’arrête net, je n’ose y croire mais je ne réfléchis pas une fraction de seconde plus longtemps, je me rue sur l’arme au sol, la saisissant alors que je constate que c’est un petit calibre, un pistolet en somme. Je m’en fiche royalement de ce que j’ai en main, du moment que je peux en faire quelque chose. Je m’avance vers Emy en pointant l’arme sur l’homme. Je saisie le bras de la jeune femme pour la faire reculer derrière moi tandis que ma deuxième main vint conforter la première sur l’arme. Je ne sais pas si je peux tuer, mais au moment où l’homme avançait une jambe, je pressais la détente.



Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 19 Mar - 16:36

Le membre 'Eléanore C. Valiosky' a effectué l'action suivante : Agir en mission

'Fouiller et trouver ' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Dim 23 Mar - 17:43



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.




Au final, lorsqu’on se battait, lorsqu’on était réellement plongé jusqu’au cou dans un conflit au corps à corps, que l’on fusse intelligent ou totalement débile, ça n’y changeait pas grand-chose. Voilà la réflexion que j’étais en train de me faire, alors que je décidai d’arrêter de réfléchir, et d’agir purement à l’instinct. En même temps… que pouvais-je solliciter d’autre que mon instinct à cet instant ? Pas grand-chose en dehors de mon intelligence naturelle et de mon aptitude à gérer ce genre de situation – qui était extraordinairement… désastreuse. Je venais de mettre un homme à terre, de le voir se prendre une balle amie dans le torse, et de l’achever par un coup de baïonnette sans la moindre hésitation, juste pour le mettre hors jeu. Avant de me retourner à moitié pour stopper l’écorcheur venu m’agresser lâchement dans le dos. Tu as tué un homme, Alexandre. Non, deux. Et je m’en fichais. En fait, ce n’était pas exactement que je m’en fichais, c’était juste que… c’était moi ou lui, et j’avais toujours fait passer mon intérêt en priorité. Et lorsque je faisais quelque chose, je le faisais toujours le plus parfaitement possible. J’avais de l’adrénaline pure dans mes veines, à cet instant. Elle dictait mes mouvements lorsque je me relevai, couvert du sang de mes victimes, articulait mes lèvres lorsqu’un cri à moitié étranglé, m’échappa pour héler la Civile, Edgecombe, qui n’était pas loin de moi. Ne craque pas maintenant, Alexandre. Il fallait que je retrouve Val’, il fallait que je croise le regard d’Emmanuel. Mais avant tout, il fallait que je prouve à Raulnes que je n’étais pas l’un de ces soldats qui faisaient dans leur froc devant la première difficulté, et pour ça, il fallait que je continue à bouger, à agir, malgré les corps à mes pieds et le sang qui maculait tous mes vêtements. Un homme bien blessé me mis en joue avec un vieux revolver. Pas de bouclier à la Capt’aine America, pas de bunker : juste lui, moi, et un vide entre nous. Je fis la seule chose envisageable juste avant que le tir ne parte – et mal ajusté avec ça, me jetant en avant pour rouler au sol et essayer de faucher ses jambes dans le but de le faire tomber et chuter. En accompagnant le tout d’un coup de poing au niveau de ses bijoux de famille pour lui faire lâcher son arme juste avant de me relever.

Action ♣ J’essaye de faucher les jambes pour le faire chuter.
Action ♣ Je lui assène un coup de poing.

Peu m’importait qu’il soit à terre ou encore debout sur ses deux jambes, il s’agissait de le mettre hors d’état de nuire le plus rapidement possible et de le désarmer. Et je comptais bien continuer à me servir de ma baïonnette pour cela, malgré le sang qui commençait déjà craqueler et la brûlure à mon côté. Blessure ? Je n’avais pas vraiment envie de regarder. Tout en essayant de calculer combien de temps il allait falloir à mon doudou pour rejoindre la mairie, s’il avait bien compris ce que je lui demandais, ce qui, vu ses derniers exploits, n’était pas gagné d’avance, je voulus frapper à nouveau l'écorcheur lorsqu'un de ses acolytes voulut le protéger en me sautant dessus et me faisant rouler au sol. Par réflexe, je frappai une première fois mon nouvel agresseur, puis une deuxième fois pour être sûr de l’atteindre.

Action ♣ Je frappe l’homme par deux fois avec l’aide de ma baïonnette.


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Dim 23 Mar - 17:43

Le membre 'Alexandre M. Reh' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre S.A. (MLT)' :


--------------------------------

#2 'Se battre S.A. (MLT)' :


--------------------------------

#3 'Se battre A.A. (MLT)' :


--------------------------------

#4 'Se battre A.A. (MLT)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Lun 24 Mar - 15:08

Foutu merdier. Je ne me retenais plus de jurer en anglais et je ne me privais pas le moins du monde. En vérité, tout ce qui sortait de ma bouche en sortait dans ma langue natale. Rien à foutre de passer pour une étrangère, on avait autre chose à foutre que de s’en faire sur mon identité d’origine. La mercenaire que j’étais, tentait de sauver sa peau et celle des autres, grande première.
J’étais désarmée, de quoi bien me déplaire mais pas sans ressources. Si j’avais toujours dû compter sur mes armes, je ne m’en serais jamais sortie. Si j’avais dû compter sur les autres non plus d’ailleurs. J’aimais autant pouvoir faire avec des gens que sans mais là, en l’occurrence, on était tous plus ou moins occupé avec nos propres tarés. Cet emmerdeur d’Alexandre pouvait bien m’appeler, j’avais pas trop le temps d’aller chercher ce qu’il avait pour moi même si ça se tentait.

Je m’étais déjà sérieusement fait entaillé le bras, j’allais pas détourner mon attention de mon partenaire de corps-à-corps malgré la possibilité d’avoir une arme dans les pattes et de tirer une balle dans la tête d’un de ces tarés.
On se frappait de plus belle et là, c’était plutôt lui que moi qui frappait. Dès que j’en eus l’occasion, ce fut mon tour.

Action ♣ Je tente de frapper l’écorcheur.

Manque de pot, cet enfoiré commençait à se méfier et pas qu’un peu. Aucun de mes coups, et c’était incroyablement frustrants ne touchèrent leur cible. Voyant que je n’arriverais à rien comme ça, je tentais ma chance pour rejoindre le brave maître à son toutou.

Action ♣ Je tente de me déplacer vers Alexandre.

Sans succès. J’avais une putain de poisse et je poussais un juron alors un cadavre tombait devant moi m’obligeant à me retourner juste à temps pour éviter un coup qui aurait été mal placé. Cet écorcheur ne comptait vraiment pas me lâcher.

Action ♣ Je tente d’achever ma cible.

Bien décidée à en finir avec ce connard, je recommençais. J’avais un mal de chien au bras et le souffle un peu court mais je n’allais pas baisser les bras. Mais là encore, pas moyen d’en finir. Cette situation commençait tout doucement à me courir sur le haricot.
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Lun 24 Mar - 15:08

Le membre 'Alix Edgecombe' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre S.A. (MLT)' :


--------------------------------

#2 'Se déplacer' :


--------------------------------

#3 'Se battre S.A. (MLT)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 0
Messages : 68
Membre du mois : 37
Célébrité : Jean Dujardin
Localisation : Près de mon fils
Crédit : Moriarty
Caractère : Survivant



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 26 Mar - 17:55

La lutte est inégale. Je m'en rends compte maintenant. Je sais que je ne veux plus jamais avoir à faire face à ce genre de situation. On dit toujours que rien ne peut jamais séparer un père de son fils, c'est en tous cas ce que nous vendent le cinéma, le théâtre ou la littérature. Pourtant, entre moi et Mathieu il y avait cet homme encagoulé, avec ce bonnet pourri et abîmé qui lui masquait encore plus les traits. Son espèce d'écharpe entourant son visage achevait avec la crasse et sa pilosité mal rasée de masquer son visage. J'en avais aperçu plusieurs parties depuis le début de toute cette histoire, mais rien qui ne me faisait entrevoir autre chose que de la détermination brute. Ce mec voulait me buter, et il semblait que je ne puisse rien faire contre ça. Ni moi, ni personne. Les coups de feu avaient claqué dans la rue, mais personne n'était venue à mon aide. J'en déduisais donc que pour ce combat à mort je serais seul du début à la fin, et quand bien même j'étais résigné... J'avais subi des tas de blessures. Mon ventre et mon visage, martyrisés à coups de poings, un coup de lame qui m'avait entaillé et le voilà au dessus de moi à essayer de m'étrangler. Je parviens à lui saisir un doigt, puis deux et à les lui tordre. Il encaisse sans broncher, avant de finalement lâcher prise et de me tenir par le col pour m'écraser son large front en plein visage à deux reprises. Je sens mes lèvres se fendre sous les chocs et ma bouche s'emplir de sang. J'ai dû me mordre, même si je ne suis plus capable de discerner la douleur qui se diffuse partout dans mon corps. Je souffre, et c'est tout. Je n'ai aucun autre certitude que celle de la douleur. Pourtant, je me débats. Hors de question que je ne me laisse faire. J'attrape le type par une oreille et tire fort dessus. Il hurle et nous inversons nos positions. Je l’attrape à mon tour pour lui marteler le visage à coups de poings


Action ♣ Je martèle le visage de mon adversaire à de nombreuses reprises (4 actions que j'ai regroupé en une dans le récit)



Le type n'est pas assez rapide pour bloquer mes coups mais parvient à se reprendre très vite et il me prend les mains, les serrant dans sa poigne d'acier. Nous nous griffons, nous bloquons, nous frappons, ruons et cognons. Je prends lentement mais irrémédiablement le dessus. Je finis par le frapper fort, ce qui me laisse une ouverture. Mes poings s'abattent sur son visage et je lui brise la mâchoire ; je la sens craquer horriblement sous mes coups. Je ne me rends même pas compte que ses os et ses dents que je dénude, déchausse et brise, malmènent mes jointures et mes doigts dont la peau est massacrée d'entailles multiples. Je frappe encore et encore, n'arrêtant plus alors qu'il s'étouffe dans son sang et que sa gorge est massacrée par l'arrête de sa mâchoire qui se brise dedans. Je n'arrête plus, alors que le mec est déjà mort...


Et quand je m'en rends compte, je me sens défaillir. D'un seul coup, toute ma conscience s'impose dans ma tête et dans mon cœur, me faisant suffoquer. La fatigue et les blessures reviennent. Je me laisse glisser en arrière et me laisse tomber sur le sol, étouffant des sanglots de dégoût en essayant de reprendre ma respiration erratique





Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 26 Mar - 17:55

Le membre 'Michel Leunay' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre S.A. (CVL)' :


--------------------------------

#2 'Se battre S.A. (CVL)' :


--------------------------------

#3 'Se battre S.A. (CVL)' :


--------------------------------

#4 'Se battre S.A. (CVL)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 26 Mar - 19:18



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.




Comme tous les gamins, et surtout les gamins dans mon genre qui ne tiennent pas en place, j’avais l’habitude de me prendre des coups, de me faire des fractures – j’en avais trois à mon palmarès – ou des foulures – une demi douzaine – sans parler de toutes les écorchures, les cocards et les bleus hérités par la boxe que j’avais accumulés au cours des années à pratiquer ce si doux et délicat sport. Pourtant, lorsque je m’étais pris un éclat d’obus dans la cuisse, pendant la débâcle – parce que oui, à mes yeux, c’en était une – ça n’avait rien eu en commun. Déjà, un corps étranger dans mon organisme, c’était une nouveauté. Ensuite, les soins réduits que j’avais eu – réduits parce que ce n’était clairement pas un hôpital comme ceux que j’avais pu côtoyer – m’avaient rapidement fait déchanter. Enfin… c’était un obus. Et bien là, c’était très différent. J’avais senti une légère douleur au côté lorsque la balle de l’écorcheur m’avait effleuré, je compris ma douleur lorsqu’une se logea à bout portant dans ma poitrine. Pas exactement au niveau du cœur, mais plus à mi chemin entre ce lascar et mon épaule. En plein dans la clavicule. Juste au moment où j’essayai de lui faucher les jambes pour le faire chuter et de lui asséner un coup de poing brutal dans les parties. Sous le choc qui me plaqua au sol, mon direct eut bien moins de force que prévu, même si ça lui suffit visiblement pour lui faire lâcher son arme momentanément. Le souffle coupé, je ne pris pas conscience immédiatement de la chaleur poisseuse qui se répandait sur mon bras. En fait, je ne pris pas conscience immédiatement que je venais de me prendre une balle. Et que je risquais l’hémorragie. Par pur réflexe, ignorant la douleur, continuant à bouger porté par l’adrénaline et ma volonté – pour une fois que mon côté têtu me servait à quelque chose – j’essayai de refrapper l’homme qui m’avait mis à terre avec la baïonnette, mais un nouvel assaillant s’interposa et se prit mon coup faiblard à la place, m’envoyant son poing dans la figure en réponse, m’éclatant la pommette. La baïonnette s’échappa de mes doigts, et soudain tous les signaux de détresse de mon organisme parvinrent à mon cerveau. Blessures. Fois trois si on comptait ma joue tuméfiée. Une par balle, deux en comptant l’estafilade. Réflexe de la boxe, je me recroquevillai sur moi-même, montant la garde de mes deux poings en forçant mon bras gauche à m’obéir, pour contrer d’éventuels coups que j’aurai envoyé sans hésitation si nos rôles avaient été inversés.

Reste conscient, Alexandre. C’était ce que je m’efforçais de me dire, en priant pour qu’ils aillent voir ailleurs si j’y étais. Pour le moment, je mettais les quelques secondes à venir à éclaircir mes pensées et à mettre de côté le fait que si je n’arrêtais pas bientôt l’hémorragie, et si je restais à terre, j’étais foutu. Bon sang mais pourquoi étais je aussi intelligent, moi, parfois ? L’hémorragie risquait de me tuer, et si ce n’était pas elle, l’infection s’en chargerait. Je me mordis la lèvre en allant chercher à mon côté mon 9mm pour tirer à l’aveuglette au dessus de moi.

Action ♣ Je tire par deux fois à l'aveuglette

Avant de laisser ma main retomber, à la recherche de quelque chose pour me constituer un bandage sommaire si on daignait me laisser tranquille. Ma respiration sifflante était en train d’accélérer, malgré tout le contrôle que je pouvais lui poser. Le contrôle. Voilà ce qui me manquait. Je n’avais pas peur de l’inconnu, je n’avais pas peur des surprises, parce qu’en général, j’étais certain de toujours retomber sur mes pattes. Sauf que là, j’étais à terre, gravement blessé – même un crétin aurait pu s’en rendre compte – et à la merci de la folie des hommes. Presque poétique ça.

Action ♣Je fouille à tâtons à ma droite dans l’espoir de trouver quelque chose.

Ma main tâtonna, se posa sur un objet non identifié qui n'était malheureusement pas un vêtement ou une c#nnerie dans le genre, et j'essayai d'effectuer un point de pression sur mon épaule pour endiguer ce que je pressentais être un début d'hémorragie. De toute manière, je n'avais plus qu'une chose à faire pour le moment: tenter de rester conscient et la plus simple des solutions, c'était de me concentrer sur la douleur. Si je l'oubliais, c'était mauvais signe. Si je me concentrais sur elle, ça allait continuer à stimuler ma conscience, non ?

Action ♣J'essaye de rester conscient.

Echec critique. Le monde tangua et je ne me sentis même pas partir dans les vapes.
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 26 Mar - 19:18

Le membre 'Alexandre M. Reh' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre A.A. (MLT)' :


--------------------------------

#2 'Se battre A.A. (MLT)' :


--------------------------------

#3 'Fouiller et trouver ' :


--------------------------------

#4 'Autre' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Jeu 27 Mar - 14:37

Désarmée, obligée de combattre. Voilà où j’en étais. Qu’à cela ne tienne. J’étais peut-être blessée avec le souffle mais je ne m’avouerai jamais vaincue. J’aurai sa peau, c’était une certitude. Et j’en avais une autre de certitude. Je m’y prenais mal. J’avais tout intérêt à laisser tomber toutes mes autres préoccupations pour m’occuper de mon adversaire.
J’étais mercenaire. Je ne défendais pas la veuve et l’orphelin, je ne jouais pas selon les règles. Je souris parce que j’étais dans mon élément. Sans arme, je restais une machine à tuer, je ne baissais jamais les bras. « Jusqu’à la mort. » Ma devise que je murmurai dans ma langue natale avant de redoubler d’effort, de frapper et de frapper encore. Ce serait lui. Pas moi. Ou alors, quitte à crever, autant le faire bien.

Action ♣ Je tente de le frapper dans les parties.

Comprenant très bien où je voulais en venir, il recula et enfonça profondément son couteau dans mon épaule. Un coup qui pourrait m’être fatal. Qui le serait sûrement mais il devait crever. Point. Je profitais de la proximité pour frapper de mon bras valide.

Action ♣ Je tente de lui fracasser le nez.

Mon coude lui explosa le nez le laissant chancelant. J’avais frappé suffisamment fort pour lui couper toute respiration. Et malgré ma vue trouble, je poursuivais avec acharnement.

Action ♣ Je tente de frapper l’écorcheur là où je l’ai déjà blessé.

Mon coup suivant ne porta pas ses fruits, manquant de force bien que l’écorcheur commençait à suffoquer. Je souris, lui arrachant son masque, sa capuche ou je ne savais quoi. Un de mes putains d’anciens collègues.

Action ♣ Je tente de le tuer pour de bon.

Comme moi, il était hors de question pour lui de crever comme une merde et avant de s’écrouler, il parvint à m’entailler la peau sur dix bons centimètres au niveau de la clavicule. Il s’écroula et je suivis. Bled de merde... Vu mon état, j’avais plus qu’à attendre qu’on m’aide à me relever et tenter d’empêcher mon sang de sortir.


Dégâts d'Alix :
- Entaille au bras droit
- Blessure profonde au niveau de l'épaule gauche rendant son bras inutilisable, saignement abondant
- Plaie ouverte au niveau de la clavicule gauche
- Côte fêlée
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Jeu 27 Mar - 14:37

Le membre 'Alix Edgecombe' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre S.A. (MLT)' :


--------------------------------

#2 'Se battre S.A. (MLT)' :


--------------------------------

#3 'Se battre S.A. (MLT)' :


--------------------------------

#4 'Se battre S.A. (MLT)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Sam 29 Mar - 22:59



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.


Si seulement j’avais fini plus tôt… Si j’avais marché plus vite… Si je n’étais pas passée par là… Avec des « si » on pourrait mettre Paris en bouteille ou dans le cas présent, Emy dans sa maison, en sécurité ! Mais le destin en avait décidé autrement et je m’étais retrouvée en très mauvaise posture. Cette ruelle n’offrait pas de quoi se dissimuler et les personnes attaquant la ville arrivaient de toute part. Autant dire que la situation était critique, pire qu’à Cherbourg ! Là-bas, tous les gens ne voulaient qu’une chose… fuir la ville. Aujourd’hui, c’était différent. Les intrus en avaient après nous ! Voilà pourquoi je devais trouver un moyen de me défendre, chose qui fut vaine. Cela me permit seulement d’apercevoir Eléanore ! J’avais immédiatement tenté de la rejoindre et avais dû éviter plusieurs coups pour y parvenir. Je n’avais d’ailleurs pas pu esquiver l’attaque d’un type armé d’un canif. Cela m’avait valu une entaille sur l’avant-bras gauche ! Je n’avais pas pris la peine de regarder la blessure de plus près et avais choisi de répliquer ce qui n’avait pas donné grand-chose.
Je fus soulagée de voir qu’Eléanore semblait avoir trouvé une arme ! J’espérais qu’elle saurait s’en servir, que l’arme fonctionnerait et surtout qu’elle serait chargée. J’aurais d’ailleurs pouvoir faire part de ses ‘‘espoirs’’ à la blonde mais je ne voulais pas que mon assaillant s’en prenne de nouveau à moi. Je continuais donc de lui tenir tête.


Action ♣ J'attaque mon agresseur pour un combat au corps à corps.

Action ♣ Je tente de lui prendre son canif.

Cela n’était pas la première fois que je me battais pour défendre ma vie mais cette fois-ci c’était différent car je ne m’étais pas préparée. L’effet de surprise de l’attaque m’avait tellement prise au dépourvu que j’avais mis un certain temps à réagir. Mais au final, j’y étais arrivée. Malgré la blessure que j’avais au bras je m’étais défendue… Il était hors de question que je me laisse faire sans broncher ! Mon adversaire s’était à présent éloigné mais cela ne voulait pas dire que j’étais en sécurité malgré ma volonté à me défendre.
Cependant comment aurais-je pu me protéger face à une arme à feu ? C’était impossible. Je ne compris pas de suite que je m’étais fait tirer dessus. J’avais plaquée ma main contre mon ventre pour sentir ma veste humidifiée… Observant ma main, j’avais constaté la présence de sang. Je venais de me prendre une balle et je ne savais même pas qui avait tiré… Était-ce bien important ? Pas vraiment. Et puis déjà la tête me tournait… Je prenais appui contre le mur, prenant conscience des cris proches et lointains qui venaient des maisons en feu ! Compressant la blessure de ma main droite, je défaisais mon écharpe de la gauche tremblante. Il fallait que je diminue l’hémorragie à défaut de pouvoir la stopper. Dans le cas contraire je risquerais de mourir sur le pavé froid de cette ruelle et cette pensée n’était pas plaisante.


Action ♣ Je tente de faire diminuer le saignement de la blessure par balle.

Le sang sembla s'écouler moins rapidement ce qui était une bonne chose... Mais j'avais beaucoup moins de force qu'au début de tout ce b#rdel ! Voilà pourquoi, après avoir fait tenir ma compresse improvisée comme je pouvais, je tenais fermement et avec détermination le canif volé.




HRP:
 
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Sam 29 Mar - 22:59

Le membre 'Emy Renault' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre S.A. (CVL)' :


--------------------------------

#2 'Autre' :


--------------------------------

#3 'Autre' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 7
Richesses: 121
La noirceur s'empare-t-elle peu à peu de mon cœur ?
Messages : 6521
Membre du mois : 128
Célébrité : Scarlett Johansson
Localisation : Au camp depuis l'épisode de Louisville en flamme.
Age : 26
Crédit : Avatar : Onihin ; Signa : amaaranth ; Gif : Inconnu
Emploi : Anciennement Horticultrice
Caractère : Battante - Mystérieuse - Attachante - Déterminée - Autoritaire - Sensible - Imprévisible




MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Lun 31 Mar - 20:36

    C’était comme si l’espace d’une minute, tout s’était figer. Je revois la jambe s’avancer de l’agresseur du coin de l’œil et sentir une vague d’adrénaline en moi. Je ne pensais à rien à ce moment précis, mais je sens très bien le doigt presser la détente. Mon regard est dur et froid et à cet instant il peut lire déjà dans mon regard que je ne plaisantais pas avant même que je ne m’en rende compte. Lorsqu’il s’agit de survivre, lorsque notre vie est en danger, on ne peut faire autrement. J’ai une capacité à m’adapter qui me dépasse. Je peux tuer un homme, je peux le tuer pour sauver ma peau. Comment sera ma conscience après ? Je ne m’en préoccupais pas. C’était la guerre. Le feu faisait rage et si je ne faisais rien nous allions subir elle comme moi la fureur de cet homme. Je ne voulais pas, je ne voulais pas que ça recommence comme dans les bois. C’est avec cette conviction et cette terreur que mon doigt appuyait sur la détente et que la balle atterrit directement dans l’épaule de mon adversaire. Je n’ai pas le temps d’être heureuse de la vision de l’homme qui s’écroule devant moi, ni même d’être fière d’avoir pu sauver Emy, pour la seconde fois peut-être. Mes oreilles sifflent à chaque coup de feu, je me sens presque fiévreuse alors que je sens la chaleur des flammes du bâtiment à côté. Puis je sens cette démangeaison se transformer en douleur, mon genou flanche et je m’écroule au sol.

    Je perds l’arme alors que je me rattrape au sol avec mes paumes de mains. Je pousse un grognement alors que je sers les dents. Ma cuisse est touchée, je le sens et je n’ai pas besoin d’y jeter un coup d’œil pour constater qu’un liquide chaud s’écoule doucement. Je me retourne, est à moitié soulagé alors que j’observe que la balle m’a juste effleurée… bien effleurée à dire vrai car elle m’a arraché un bout de chair au passage. Puis enfin mes yeux se lève vers Emy qui semble vaciller. Je me relève, oubliant ma douleur à ma cuisse alors que je me dirige vers Emy pour la soutenir. « Tiens bon ! J’vais nous trouver un endroit sûr ! » J’avais haussé le ton, plus pour qu’elle reste avec moi et qu’elle ne s’écroule pas, sinon ça allait être encore plus difficile pour moi. J’étais déjà essoufflée.


    Action ♣ J’essaie de nous mettre à l’abris derrière des bidons

    J’enroule son bras autour de mon cou et j’enroule de mon bras sa taille et pars rapidement vers l’endroit qui me paraissait plus sûr que là où nous étions actuellement. Ma cuisse me tiraillais mais je ne m’en préoccupais toujours pas, ce n’était pas ça le plus important. Je la déposais aussi délicatement que possible, la faisant s’assoir alors que mes yeux ne faisaient que regarder les alentours à la recherche d’un quelconque objet pouvant servir.

    Action ♣ Je fouille pour essayer de trouver quelque chose d’utile

    Lorsque mes yeux ne trouvèrent qu’un tournevis, je ne pris même pas la peine de le prendre. Ce qui importait était le sang qui ‘écoulait de plus en plus rapidement de la blessure. Je me poste devant elle, la regarde droit dans les yeux. « Reste avec moi Emy ! » Avant que je n’enlève ma veste pour remplacer l’écharpe qu’elle avait mise plus tôt. Je pressais alors, même si je savais que ça ne lui ferait pas de bien, mais il fallait bien que le sang arrête de s’écouler.

    Action ♣ J’essaie de diminuer l’hémorragie

    Voyant que le tissu de ma veste ne faisait que changer de couleur à vive allure, je paniquais. Sans lâcher prise, je me redressais pour regarder la situation, cherchant désespérément quelqu’un. Une personne qui ne soit pas là pour nous tuer, quelqu’un qui saurait quoi faire dans ce genre de situation. J’avais peur de la perdre alors que nous venions seulement de nous retrouver. Encore quelqu’un autour de moi qui serait touché par la mort ?


Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Lun 31 Mar - 20:36

Le membre 'Eléanore C. Valiosky' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se déplacer' :


--------------------------------

#2 'Fouiller et trouver ' :


--------------------------------

#3 'Autre' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Jeu 3 Avr - 6:55



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.




Allez Alexandre, t’es un dur, lève toi. Allez, Alex. Tu vas pas te laisser mettre KO par un mioche, non ? Allez, b#rdel, ouvre les yeux, remonte sur le ring, bouge ton c#l et envoie lui un direct dans la g#eule pour lui apprendre à frapper. La voix de mon entraîneur tournait dans ma tête comme si j’étais en plein round. J’entendais presque le décompte. Dix. Neuf. Le problème, c’était que parfois, on avait beau tout faire, on n’arrivait pas à se relever. Ca ne m’était pas arrivé très souvent, mais je connaissais le concept. Pour avoir vu mes adversaires s’agiter, se trémousser, sans parvenir à s’asseoir, alors que je continuais à sautiller autour d’eux. Et bien là, j’étais en train d’imaginer une bonne petite tripotée d’écorcheurs en train de sautiller autour de moi, en chantant la mélodie du bonheur. Allez Alex. Huit. Sept. Six. Ouvre les yeux, serre les dents, redresse toi. Bandant ma volonté comme un arc, au prix d’un grognement qui aurait fait pâlir Baxter de jalousie, je tentais d’émerger de ma semi-inconscience – certainement due à une p#tain de baisse de tension – pour revenir dans le monde réel.

Action ♣ Alexandre tente de sortir des vapes autant de fois que nécessaire (max trois)

Malgré tous mes efforts, ce fut un échec critique. Vraiment. J’avais l’impression que plus je me débattais pour reprendre pied dans la réalité, plus je sombrais. Mon grognement si séducteur se mua en murmure et tout mon corps se relâcha. Cinq, quatre, trois, deux, un. Alexandre, vaincu par KO. La joie. Mais bon, au pire je me réveillerai avec Valentine à côté de moi, au mieux, je ne me réveillerai pas, non ?

Action ♣ Alexandre tente de tirer autant de fois que possible sur l’écorcheur encore debout (max 3).



Citation :
Explication du nombre de lancés de dés:
[list][*]Trois tentatives de sortir des vapes.
[*]Autant de tentatives que possible de toucher sa cible (3 s'il s'est réveillé du premier coup, etc...)
Spoiler:
 

Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Jeu 3 Avr - 6:55

Le membre 'Alexandre M. Reh' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Autre' :


--------------------------------

#2 'Autre' :


--------------------------------

#3 'Autre' :


--------------------------------

#4 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#5 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#6 'Tirer (MILITAIRE)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Jeu 3 Avr - 15:01



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.


Je n'aurais jamais imaginé que cette journée se terminerait de cette façon et je me demandais même si elle serait la dernière... Cette question m'avait parut bête au début de toute cette anarchie mais maintenant que j'étais assise sur le bitume gelé, adossé contre le mur elle me paraissait tout à fait justifiée. Je ne pouvais pas dire que la douleur était une torture car ce n'était pas vraiment le cas ! J'avais mal et surtout très froid mais c'était tout. Par contre la perte de sang était inquiétante... J'étais arrivée à compresser la blessure mais cela n'avait pas beaucoup diminuer l'hémorragie !
J'avais ensuite été rejointe par une personne et j'avais resserrer le canif volé que je dissimulais dans la poche de ma veste. J'avais de suite relâché l'emprise sur ce dernier lorsque j'avais reconnu la blonde qui s'était approchée... Je m'étais laissée faire lorsqu'elle décida de me déplacer pour me mettre en sécurité et faisais mon possible pour ne pas être un poids mort. Je vis ensuite la jeune femme qui me sauvait pour la deuxième fois regarder aux alentours et je compris qu'elle devait chercher quelque d'utile mais cela fut en vain. Je la fixais ensuite dans les yeux comme elle le faisait elle-même pour me dire que je devais rester avec elle.



- Je ne pensais pas me sauver tout de suite, dis-je avec un faible sourire. C'est la deuxième fois que tu me secoure... Tu vas finir par devenir mon garde du corps ! Mais t'es blessée ?


Je venais de voir qu'elle aussi avait été touchée. Je me redressais légèrement mais la tête me tournait... Cependant, cela me permit d'avoir un aperçu de la ruelle et je vis plusieurs blessé dont le maître-chien qui semblait être ko. Lui aussi avait besoin d'aide mais avant ça il faudrait arriver à neutraliser l'intrus qui était toujours debout au milieu de la rue. Après avoir tenté de diminuer mon hémorragie sans grand résultat Eléanore s'était redressée pour observer les alentours. Je me doutais qu'elle cherchait de l'aide mais ce n'était pas ici que nous en trouverions et l'assaillant était armé.
Doucement, je prenais appuie sur ma main qui ne compressait pas ma blessure et je tentais de me relever doucement mais sûrement pour éviter que je sois prise d'un vertige.


Action ♣ Je tente de me relever en m'adossant au mur.


Je m'adressais ensuite à Eléanore en lui parlant du fou qui risquait de nous tirer dessus à tout moment. C'était lui ou nous et mon choix avait été vite fait.


- Il faut qu'on se débarrasse de lui !


De ma main libre je prenais l'arme qu'Eléanore avait trouvé un peu plus tôt. Je cessais de compresser ma blessure pour tenir le revolver à deux mains. Je me souvenais des consignes qui m'avaient été données lorsque j'étais allée au stand de tire avec l'un de mes ex...


Action ♣ Je tire sur l'écorcheur




Pour info:
 
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Jeu 3 Avr - 15:01

Le membre 'Emy Renault' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Autre' :


--------------------------------

#2 'Se battre A.A. (CVL)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Dim 6 Avr - 12:47

Très franchement, c’était pas la joie. J’en chiais. La tête me tournait, j’avais des points noirs qui dansaient devant mes yeux. Je voyais Reh plus loin, dans le coltard ou mort. J’entendais encore du boucan, péniblement, je tentais de faire abstraction de ma vue brouillée pour visualiser un peu mieux la situation. Compliqué.
Ça se battait encore... Il fallait que je me bouge, coûte que coûte. J’avais mal partout, le souffle me manquait un peu trop, j’y voyais qu’à moitié parce que mon sang avait décidé que l’extérieur était plus sympa. J’arrachais un morceau de tissu, en grognant à moitié à cause de la douleur. Tout valait mieux que de laisser l’hémorragie continuer. Ce serait jamais que provisoire, peut-être même suffisant.

Péniblement, je me relevais. Je ne devais pas courir. Préserver mes force encore un peu. Juste un peu. Je comblais la distance, trop lentement à mon goût, passant à côté de Reh. Je ne pouvais pas l’aider, je n’avais pas la force nécessaire pour traîner un poids mort, inanimé. Je réfléchissais à comment blesser dans mon état. Pas le choix, j’allais souffrir.

Action ♣ Je tente de frapper mon adversaire puisqu’il ne prend pas garde à moi.

Action ♣ Je tente de frapper à nouveaux malgrè la douleur.

La douleur était trop forte, la perte de sang trop conséquente aussi sans doute. Aucun de mes coups n’avaient touché notre adversaire, mieux, j’avais même réussi à me blesser en tentant de frapper ou en me laissant tomber pour me faire oublier. Le sol avait un certain attrait dans mon état, j’devais bien le reconnaître.

Action ♣ Je tente de trouver quelque chose.

Discrètement, je tentais de me trouver un truc pour blesser. Quelque chose qui nécessitait moins de force mais je faisais chou blanc. Je fermais les yeux un instant. Juste un instant. Tenter de retrouver mon souffle.
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Dim 6 Avr - 12:47

Le membre 'Alix Edgecombe' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre S.A. (MLT)' :


--------------------------------

#2 'Se battre S.A. (MLT)' :


--------------------------------

#3 'Fouiller et trouver ' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Dim 6 Avr - 16:09



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.




J’entendais du bruit autour de moi, c’était une certitude. Au moins, ça voulait dire que je n’étais toujours pas mort – ou alors sous l’état d’un ectoplasme, mais ça ne me tentait pas vraiment comme évolution – et qu’en prime, je n’étais pas non plus inconscient. Parfait. Mais j’étais dans un tel état qu’outre mes grognements qui gagnaient en élégance, je n’avais juste là pas réussi à faire autre chose. Le choc, certainement. Le traumatisme ? A venir. Première balle que je me prenais, j’avais du mal à la digérer, malgré tous mes efforts. Ca me tuait, d’ailleurs, peut être plus que l’hémorragie. Ne pas contrôler, c’était déjà limite pour mon intellect, mais me montrer aussi pathétique quand d’autres auraient certainement mieux réagir, ça faisait du bien à mon ego, mes chevilles et mon tour de crâne qui avaient patiemment et régulièrement enflés depuis à peu de choses près une quinzaine d’années. Voire plus. J’étais mis KO, et comme la première fois que ça m’était arrivé sur le ring, je le vivais relativement mal. Reste à voir si tu vas te bouger le c#l pour foutre un direct dans la tronche de celui qui t’a mis KO, comme ladite première fois. Non ? C’était une chouette idée. En sachant que plus j’essayais de me bouger, plus je reboostais mon cœur, et donc mon rythme cardiaque, et donc la quantité de sang que je me sentais perdre à chaque minute. J’entendis des bruits de combats, je sentais encore dans ma main mon arme avec laquelle j’étais si habile – ironie quand tu nous tiens – lorsque j’étais en pleine forme. Joie.

Action ♣ Alexandre tente de sortir des vapes autant de fois que nécessaire (max trois) Lancers 1 et 2

Je parvins à me redresser, à voir flou, à voir clair, à voir multicolore. C'était déjà un grand pas. Mon arme tremblait un peu dans ma main, lorsque je la pointai vers l'homme encore debout qui avait du être drogué aux rayons gamma pour être encore debout et nous avoir tous foutu à terre. Sérieux. Je tirai donc. Une fois. Deux fois. Echec. Echec. Bon, ce n'était pas très étonnant, mais ça me gonflait quand même. Je me redressai péniblement, tenant à moitié sur mes jambes, en avisant la Civile. Qui dormait, et qui était passablement dans un état pire que moi. Cool.
Action ♣ Alexandre tente de tirer autant de fois que possible sur l’écorcheur encore debout (2 fois). Lancers 4 et 5


Action ♣ Tente de bloquer l'hémorragie.


Citation :
Explication du nombre de lancés de dés:
[list][*]Trois tentatives de sortir des vapes.
[*]Deux tentatives pour toucher sa cible (1 s’il s’est réveillé au troisième essai)
[*]Une tentative de bloquer l’hémorragie (s’il s’est réveillé du premier coup)
Spoiler:
 
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Dim 6 Avr - 16:09

Le membre 'Alexandre M. Reh' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Autre' :


--------------------------------

#2 'Autre' :


--------------------------------

#3 'Autre' :


--------------------------------

#4 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#5 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#6 'Autre' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 7
Richesses: 121
La noirceur s'empare-t-elle peu à peu de mon cœur ?
Messages : 6521
Membre du mois : 128
Célébrité : Scarlett Johansson
Localisation : Au camp depuis l'épisode de Louisville en flamme.
Age : 26
Crédit : Avatar : Onihin ; Signa : amaaranth ; Gif : Inconnu
Emploi : Anciennement Horticultrice
Caractère : Battante - Mystérieuse - Attachante - Déterminée - Autoritaire - Sensible - Imprévisible




MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Lun 7 Avr - 15:25

    La soutenir pour aller nous mettre à l’abri n’était pas une mince affaire avec ma jambe dans cet état. Pour autant, je n’en avais que faire, je privilégiais notre survie à ma douleur. Je commençais à être radiée de ce côté-là, j’avais l’impression que tout un tas de chose me tombait sur la gueule. Que nous n’étions en sécurité nulle part en définitive. Combien d’attaque avions-nous subit jusqu’à présent ? Trois. Dont une qui nous était inconnu lorsqu’il y avait eu la tempête. Et celle-là était bien plus dévastatrice. Le feu consumait tout, brisait les vitres et faisaient tout exploser. L’hôpital n’avait sûrement pas fait long feu, la Mairie également. Et je me demandais qui était ses assaillants. Des ennemis véritables ? Eux-mêmes qui avaient été à Cherbourg ? Je ne pensais pas. D’ailleurs ma réflexion s’arrêta là lorsqu’une voie me fit redescendre sur terre. Nous étions à présents moins en visuel, donc moins atteignable par une quelconque balle qui pourrait se perdre dans notre direction. Les tonneaux nous protégeaient pour cela même s’ils ne nous cachaient pas totalement. Je me surpris à rire nerveusement à ses paroles.

    « Ecoute tu me rendras la pareil une prochaine fois, pour le moment c’est toi le problème. » ajoutai-je en lui présentant sa plaie comme si elle ne s’en souvenait plus alors que la douleur devait être intense. « Ne t’en fais pas pour moi, ça saigne beaucoup mais c’est pas grand-chose. Toi tu as une balle logée dans le ventre ! »

    J’avais donc pris ma veste pour faire compression et arrêter l’écoulement de sang, en vain alors que je faisais mon maximum. J’eu à peine le temps d’apercevoir que tout n’était que chaos avec des corps au sol que je sentis ma partenaire bouger. Elle se redressait et une main vint se poser sur son épaule pour qu’elle arrête de bouger. Plus elle faisait de mouvement et plus le sang s’écoulait. Puis sa phrase me fit presque rire alors que j’étais plutôt étonnée. Ne savait-elle pas rester en place ? Avant même que je ne puisse faire quoi que ce soit, elle avait déjà pris l’arme que j’avais laissé plus tôt et elle visait déjà. J’entendis un coup de feu, puis un autre bizarrement qui devait sans doute être un peu plus loin. Je ne réfléchis pas beaucoup plus longtemps.

    Action ♣ J’essaie de ramener Emy à couvert

    Je la saisie et l’amenait de nouveau à s’assoir.

    « Mais vas-tu rester tranquille ? Je te signale que ta blessure est grave ! Je n’ai pas envie d’avoir ton… » … cadavre entre les mains. Oui c’était exactement cela mais je m’étais arrêtée juste à temps. Je ne voulais pas non plus qu’elle panique… tout comme je l’étais actuellement d’ailleurs.

    Action ♣ Je cherche du regard tout objet utile pour faire un bandage

    Je cherchais de nouveau du regard si je pouvais trouver quelque chose pour me servir de bandage, auquel cas je trouvais une barre en fer un peu plus loin. Chose complètement inutile dans l’absolu.

    Action ♣ J’essaie de lui faire un bandage compressif à l’aide de ma veste et de son écharpe.

    Je me reconcentrais sur elle, et décidais de l’entourer avec ma veste, faisant une boule avec son écharpe. Seulement je ne parvenais à rien faire avec mes mains qui commençaient à trembler à la vue de tout ce sang et surtout ma veste était trop courte pour pouvoir la serrer convenablement. Tout ceci ne servait à rien, j’étais totalement inutile. « Il te faut un médecin putain. » soufflais-je alors que je reprenais finalement la compression.


Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Aujourd'hui à 12:43



Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum