AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes actuellement, en jeu, pendant la DEUXIEME QUINZAINE de FEVRIER 2013.
[La météo ici ]


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mar 4 Mar - 19:16



Préambule


Ce 30 décembre 2012 restera un jour que les louisvillois n'oublieront pas. Alors qu’Alexandre a dû se rendre dans le sud de la ville pour régler un dilemme entre plusieurs louisvillois et réfugiés dont Alix, Eleanore, Emy, et Michel, des cocktails Molotov atterrissent dans les bâtiments juste à côté. Ces derniers prennent tout de suite feu, mais pas le temps de rester là, bouche bée. Des cris s’élèvent dans les rues, ainsi que des coups de feu s’élevant dans la nuit déjà tombée depuis plusieurs dizaines de minutes déjà. Il est encore tôt pourtant, un peu moins de dix-sept heures…
Sont attendus dans cette mission :
  • Alix
  • Eleanore
  • Alexandre
  • Emy
  • Michel




Le déroulement des missions


Dans ces nouvelles missions intrigues, nous avons décidés de mettre en place un nouveau système d'action. Il va s'agir ici de vous rendre plus autonome et indépendant, tout en jouant dans un cadre formel. Je vous explique. Nous avons décidé de mettre en place un système de dés, que vous allez vous même lancer, à chaque fin de votre poste. Vous pourrez effectuer un type d'action parmi la liste ci-dessous, et découvrir son résultat (voir si dessous). Il n'y aura plus vraiment d'ordre de passage. Vous êtes libres de poster autant de fois que vous le désirez, avec, bien entendu, entre deux de vos messages, un message d'un de vos camarades de groupe. Par exemple Philippe poste, Natalya poste, Phil' peut reposter. Prenez bien en compte les actions des autres par contre ! Vous jouez en groupe, ne l'oubliez pas. Une fois par semaine, le MJ viendra poster cependant pour faire avancer un peu le background, et pimenter un peu plus le tout. Donc surveillez bien le sujet. Toujours dans la lignée, essayez de limiter votre nombre de mots dans vos rps, et en faire des plus courts Wink

Vous pouvez faire, au maximum, quatre actions par rp. Choisissez-les bien, et de manière consciencieuse. Vous devez tirer UN SEUL DE, sauf si vous utilisez un coup du destin. Les coups du destin vous permettre de tirer deux dés, et ainsi choisir le dé que vous préférez. Les actions sont à écrire EXPLICITEMENT, en respectant le formulaire ci-dessous.
Code:
<blockquote><span class="Gp_Louisville"><b>Action ♣</b></span> Description ici de votre action</blockquote>

Par exemple Lénor fait son rp.qui ressemble à cela. VERSION 1 a écrit:

Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab

Action ♣ Je fouille la chambre, en regardant sous le lit si je ne trouve pas quelque chose qui pourrait me servir.

Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab

Action ♣ Je coure vers la salle de bain pour me mettre à l’abri

Je n'utilise pas de coup du destin

Ou alors, il peut ressembler à cela

Par exemple Lénor fait son rp.qui ressemble à cela VERSION 2 a écrit:

Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab

Action ♣Je sors de l'appartement en sautant par la fenêtre, car la porte est bloquée

Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab

Action ♣ Je décide de me cacher derrière une poubelle

Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab Blablab


Action ♣ J’essaye d'attaquer l'ennemi qui arrive sur moi.

J'utilise un coup du destin pour l'action "essayer d'attaquer...."




Les dés et leurs modalités


Pour lancer les dés, il vous faut poster une réponse, et non pas une réponse rapide. En dessous du champ de message, vous avez des "options" qui se déroule en appuyant sur "+", ou se cache en appuyant sur "-". Vous, ce qui vous intéressera sera l'intitulé "Agir en mission". Si dessous une image vous donnant quelques informations sur le lancement des dés :
Spoiler:
 


Les dés sont les suivants. Si votre action ne correspond pas aux premiers, il vous faut vous tourner vers le dé "Autre"

  • Se déplacer ( Par exemple, Mathilda est dans le salon, mais elle veut aller dans la chambre. Du coup, elle lance les dés pour voir si cela fonctionne)
    • Action réussie Donc, vous pouvez avancer.
    • Une obstacle sur le trajet à franchir Vous pouvez avancer, mais ce ne sera pas facile. Faites ici parler votre imagination et indiquer quel est l'obstacle Very Happy
    • Impossible Vous devez faire machine arrière. Ici, une nouvelle fois, on laisse votre imagination déterminer pourquoi


  • Récupérer un objet dans la pièce qui s'ajoutera à votre inventaire. Important pour la survie... ou pas.
    • Objet utile type "nourriture"
    • Objet utile type "soin"
    • Objet utile type "Vêtement"
    • Objet utile type "Armement"
    • Objet Inutile
    • Rien à récupérer


  • Tirer . Vous allez vous confronter à des ennemis ! Uniquement pour les personnes ayant une arme. ATTENTION, les dés sont différents pour un civil et un militaire. Tirez le bon dé Very Happy
    • Arme enraillée
    • Dégât mineur sur votre ennemi
    • Dégât moyen sur votre ennemi
    • Dégât majeur sur votre ennemi
    • Vous touchez quelqu'un d'autre
    • Vous ne touchez personne

  • Se battre à main nue indiqué Se battre S.A. (sans arme). Idem, il y a un dé pour les militaires (MLT) et un pour les civils (CVL).
    • Dégât mineur sur adversaire
    • Dégât moyen sur adversaire
    • Dégât majeur sur adversaire
    • Dégât mineur pour vous
    • Dégât moyen pour vous
    • Dégât majeur pour vous
    • Personne n'est touché


  • Se battre avec une arme blanche, préalablement trouvé dans une fouille, indiqué Se battre A.A. (avec arme). Idem, il y a un dé pour les militaires (MLT) et un pour les civils (CVL).
    • Dégât mineur sur adversaire
    • Dégât moyen sur adversaire
    • Dégât majeur sur adversaire
    • Dégât mineur pour vous
    • Dégât moyen pour vous
    • Dégât majeur pour vous
    • Personne n'est touché
    • Vous êtes désarmé, et votre arme est perdue


  • Autre toutes les autres actions qui ne correspondent pas à celle ci-dessus - par exemple se cacher derrière une poubelle ! -
    • Action réussie
    • Action Échouée



Comment venir à bout d'adversaires ?


Pour se faire, il suffit de calculer. Un humain PNJ encaissera 4 points de pertes avant de mourir ou d'être hors de combat. Un dégât superficiel apporte un point, un dégât moyen deux et un dégât majeur met l'adversaire KO en un seul coup! Le MJ postera de temps en temps pour tenir les comptes des adversaires blessés...


Gains


Dans la mission, vous pouvez trouver armes, vêtements, nourriture, voire gagner en expérience si vous vous êtes montré costaud... Tout ceci vous est ajouté à votre profil à chaque fin de mission :p



Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 0
Messages : 68
Membre du mois : 37
Célébrité : Jean Dujardin
Localisation : Près de mon fils
Crédit : Moriarty
Caractère : Survivant



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 5 Mar - 11:13

Rien n'allait plus à Louisville. Déjà, il fallait commencer par signaler le fait qu'il n'y avait presque plus rien à manger à une échelle commune ; toutes les réserves n'allaient plus tarder à être épuisées alors que notre nombre n'avait pas beaucoup diminué par le début. De fait, plus personne ne se risquait à prendre la route dans les conditions actuelles. En sus de la faim qui nous tenaillait le ventre, les gens commençaient à se crisper de plus en plus. LE froid était terrible ; le soleil presque perpétuellement masqué par de vastes nuages gris, d'apparence très épais et bien peu engageant. Nous grelottions dans un mauvais temps perpétuel, et la neige maculait le sol, mêlée à la cendre, depuis plusieurs semaines. Progresser était difficile dans cet environnement devenu hostile, je ne vous parle même pas de travailler ou de trouver de quoi se nourrir. Et à cela s'ajoutait le fléau qu'étaient les écorcheurs, ces espèces de bandits devenus légendes. Personne ne les avait jamais vus, personne ne les avait jamais entendus. Au final, on ne savait même pas s'ils étaient un tout petit peu réel. Le doute persistait. Certains pensaient que le jugement dernier était arrivé ou je ne sais quelle prophétie religieuse sortie du fin fond des âges, explication facile et acceptable de ce qui nous arrivait. D'autres pensaient qu'il s'agissait de ces soldats ennemis. Certains pariaient sur les russes, sur les chinois. Personne ne comprenait qu'il n'y avait plus rien de logique dans cette guerre, et que celle ci était maintenant celle du voisin contre le voisin. Nous avions été bombardés par les britanniques, mitraillés par les américains, et attaqués par des inconnus. La situation était grave. Moi, j'avais crée une image terrible et cauchemardesque des écorcheurs, ces croques mitaines qui se glissent en ville à la barbe des patrouilles hélas trop peu nombreuses, qui kidnappent les imprudents et passent sur eux leurs pulsions sadiques et malsaines. Autant dire qu'il y avait là de quoi filer des cauchemars...


Avec Mathieu, nous vivions non loin de là dans une petite maison dont les propriétaires étaient partis en week end le jour où les explosions bouleversèrent nos vies. Ils n'étaient jamais revenus. Leur maison abritait d'autres familles, désormais. Promettant à Mathieu de lui trouver quelque chose à manger en complément de la maigre ration qui était la nôtre, je lui avais fait promettre de ne pas sortir de la maison tant que je ne serais pas rentré, que c'était dangereux dehors et que la nuit précoce qui régnait maintenant sur la région n'était pas un bon signe, en aucune façon. Je marchais dans la rue quand j'entendis des éclats de voix. Un civil prenait à partie un vieux réfugié. Mon sang ne fit qu'un tour, ce qui m'éloignait toujours plus de celui que j'étais autrefois. J'allais me battre sans problème, et je rentrais dans le lard de l'agresseur. Encore une histoire de nourriture qui nous fait perdre les boules. Des soldats et des miliciens de la ville se ramènent en courant, essaient de calmer le jeu. Je ne l'ai pas senti sur le coup, mais j'ai la lèvre fendue. Quelque chose me fait me retourner. J'ai entendu quelque chose. Mon instinct me crie ce que c'est. Un coup de feu, une détonation.


Tout le monde se retourne quand des bruits de verre brisée retentissent. Des mecs courent dans les rues, sales, déguenillés, allumant et jetant des cocktails molotov sur les murs qui s'embrasent rapidement ; Louisville dispose encore de ces vieilles bâtisses normandes à colombages, avec beaucoup de bois et bien peu de pierre. Je reste là un instant alors qu'un type se jette sur moi, lame au clair. Il s'agit d'un canif, et tout de suite je lui envoie un coup de poing en direction du visage pour m'éviter un coup de couteau en plein dans l'abdomen. Il semblerait qu'après tant d'attente, nous y sommes.


Le diable vient frapper à notre porte, et Mathieu n'est pas avec moi.



Action ♣ Je tente un coup de poing vers l'un des écorcheurs, pour l'envoyer ad patres
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 5 Mar - 11:13

Le membre 'Michel Leunay' a effectué l'action suivante : Agir en mission

'Se battre S.A. (CVL)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 5 Mar - 16:24

Je n’étais pas à Louisville depuis si longtemps que ça quand on y réfléchissait bien. J’avais passé plus de temps sur les routes que je n’en avais passé en ville. J’avais toujours le réflexe de mettre la main à la botte, à la ceinture ou au holster. Je n’étais pas tranquille sans armes même dans un endroit censé être protégé. Plusieurs fois, on m’avait posé des questions sur ma survie, souvent, je les avais éludées. Répondre, c’était aussi donner des éléments de réponses sur qui j’étais et il ne fallait pas qu’on sache que j’avais été mercenaire. Étais, car en effet, je n’étais plus achetable, pas dans ces conditions. Le pognon ne m’intéressait pas, la survie, beaucoup plus. Un petit restant de valeur, ça peut arriver.
J’étais en train de bosser non loin enveloppée dans la presque totalité de mes vêtements pour tenir le coup face au froid mordant et insidieux quand j’entendis un raffut d’enfer. J’avais tout lâché pour voir ce que c’était ce bordel, une erreur en sachant que je savais plus ou moins ce qui traînait dehors. Écorcheurs, cinglés, sadiques, pilleurs, que du beau monde qui se souciait uniquement de sa gueule. Un peu comme moi en réalité, quoi que j’avais toujours laissé les autres attaqués en premier, sauf quand j’avais été certaine qu’on ne m’approchait pas pour me demander le chemin.
Une pelle, ça pouvait toujours faire du dégât... J’aurais vraiment pas dû me bouger le cul les mains vide. J’arrivais au beau milieu d’un sacré merdier et désarmée. Si je survivais à ça, j’éclaterai la gueule de Raulne. Il aurait au moins pu me laisser mes couteaux.

J’étais pas du genre à défendre la veuve et l’orphelin mais j’pouvais pas non plus rester les bras croisé. On était tous dans le même bateau. Cela dit, à choisir entre moi et un autre, y avait pas vraiment photo, ce serait moi. Fallait pas non plus déconner, j’étais pas mère Theresa. Mais à peine j’me pointais qu’un de ces malades se dirige vers moi pour tenter de filer un coup de marteau. On pouvait pas dire qu’ils étaient pas capables d’improviser au moins.

Action ♣ Je tente de refaire le portrait d'un écorcheur en lui faisant manger mon coude.

J’évitais l’attaque, trop grossière et mal anticipée avant de lui coller un coup de coude au visage. Pas aussi fort que je l’aurais souhaité mais on fait ce qu’on peut dans un tel merdier. Je lui laissais un souvenir pourtant marquant, la pommette fracturée, ça fait toujours bien mal et ça déconcentre. J’aurais cent fois préféré lui exploser le nez mais on faisait avec la chance qu’on avait.
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 5 Mar - 16:24

Le membre 'Alix Edgecombe' a effectué l'action suivante : Agir en mission

'Se battre S.A. (MLT)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 5 Mar - 17:23



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.


Ma journée était enfin finie et je n'allais pas me faire prier pour quitter le restaurant. L'ambiance y était exécrable et je savais que cela serait de pire en pire puisque les rations diminuaient à chaque fois un peu plus, frôlant le ridicule. J'enfilais donc mon écharpe, mon bonnet et ma veste avant de sortir par la porte arrière. J'hésitais à rendre une petite visite à Eléanore mais choisissais finalement de rentrer directement chez moi... La nuit n'allait pas tarder à tomber et je serais davantage en sécurité entre quatre murs que dans les rues de la ville. Je marchais aussi vite que je le pouvais dans deux buts, vite rentrer et me réchauffer. Cela fonctionnait assez bien ! Je n'étais qu'à une rue de chez moi lorsque j'entendis des éclats de voix. Ma curiosité me poussa à aller voir et je ne fus guère étonnée de voir que le sujet du haussement de ton était encore et toujours le même. Un natif de la ville vraisemblablement s'en prenait à un homme plus âgé que je n'avais jamais vu auparavant. J'hésitais à intervenir mais je vis plusieurs personnes aller dans cette direction... Lorsque je compris que le sujet de la dispute était la nourriture je préférais rester à distance !
J'étais chargée de la distribution des vivres et j'avais déjà été prise à parti concernant ce qui était donné à chaque personne. Je n'avais donc pas envie que cela recommence si quelqu'un me reconnaissait. Je m'apprêtais à faire demi tour mais des éclats de voix retentirent en même temps que des bruits de verres brisés ! Des gens courraient dans les rues balançant des cocktails Molotov. Je ne savais pas vraiment quoi faire et observais les alentours à la recherche d'un objet qui pourrait éventuellement me servir en cas d'agression.


Action ♣ Je fouille les alentours.

Je trouvais une barre de céréales que je dissimulais de suite dans la poche intérieure de ma veste... C'était pas mal comme trouvaille mais ça ne m'aiderait pas à me défendre. Au contraire ! Cela risquerait même d'attiser la jalousie. Voilà pourquoi j'avais été aussi rapide pour la cacher...

Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 5 Mar - 17:23

Le membre 'Emy Renault' a effectué l'action suivante : Agir en mission

'Fouiller et trouver ' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 5 Mar - 18:33



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.


J’avais toujours trouvé que la nuit était la meilleure période de la journée pour penser. Que vous fussiez allongés sur votre matelas, sur une paillasse qui gratte ou sur de la terre battue, il suffisait de regarder le plafond et de laisser ses pensées divaguer pour instantanément commencer à réfléchir à tout, à rien, à la poule et à l’œuf, et à toutes sortes de questions existentielles qui ne servaient à rien d’autre qu’à occuper les heures d’insomnie. Et c’était pendant l’un de ces grands moments propices à la philosophie alexandrienne que j’avais établi la théorie des grands axes de la vie, plus communément appelée par moi-même, le précepte des WTF. L’idée, c’était qu’on pouvait rencontrer trois types d’événements dans la vie : ceux qui étaient attendus et qui advenaient, ceux qui n’étaient pas attendus et qui n’advenaient pas, et les WTF. Et bien là, il était clair, net, et précis que si l’apocalypse était très logiquement classé dans les événements de type I, le fait de devoir aller régler un conflit sans utiliser ses poings était sans le moindre doute l’un des plus gros WTF de toute ma vie. Et il allait sans dire que je n’appréciais pas plus que ça les WTF. Autant, l’inconnu et l’improvisation, j’arrivais plutôt bien à gérer en général, autant me retrouver dans une situation qui n’était absolument pas faite pour moi mais en étant obligé de m’adapter à ladite situation sans essayer que ce soit elle qui s’adapte à moi, ce n’était pas vraiment quelque chose que j’appréciais. Dans tous les cas, le pire dans les WTF, c’était qu’on ne pouvait pas faire autrement que de se les prendre dans la figure et de tenir le coup, pour éviter d’être aplati comme une vieille chaussette de l’autre côté de la chaussée après le passage d’un poids-lourd qui n’aurait pas respecté les limitations de vitesse. Je me suis toujours demandé où tu allais chercher ces comparaisons. Moi aussi, il fallait bien se l’avouer.

Régler des conflits. Moi. Tout un concept. J’étais doué pour les créer, pas pour les faire disparaître. Et c’était assez clair que je ne gérais rien, là, alors que je tentais plus ou moins d’éviter d’envenimer la situation en me la fermant proprement et en me plaçant juste entre les deux crétins, sources évidentes du conflit. Moi, diplomate ? Raulne avait du fumer du chanvre indien pour me dépêcher ici. Un peu d’action, bon sang, ou juste un mot pour que je puisse avoir une bonne raison de me dégourdir les poignets et les phalanges en provoquant de chaleureuses rencontres entre eux et les pommettes des civils qui se prenaient la tête pour pas grand-chose ! J’allais crier un patient et aimable Bon ! Vous allez vous la fermer maintenant ?! quand d’autres personnes se chargèrent de m’apporter la distraction nécessaire pour que je n’eusse plus rien d’autre à faire qu’à suivre mon instinct. Parfait. Cocktails molotov, explosions, cris… « P#tain b#rdel de m#rde. Que quelqu’un aille prévenir la Mairie sans se faire flinguer ! ». Voilà, c’étaient les premiers mots à dire dans ces cas là. Je fis passer mon arme devant, enlevant la sécurité d’un mouvement de pouce, tout en essayant d’analyser le plus rapidement et le plus exactement possible la situation pourrie qui s’offrait à nous, comme un beau matin d’hiver pour la Saint Sylvestre. Désolé, coco, mais tu arrivais un jour en avance, et parfois, ça portait malheur d’offrir les étrennes avant et non après le nouvel an. Pas que parfois, d’ailleurs, vu la tronche de la situation. Allez, Alexandre, réfléchis, bon sang. C’est ce que tu fais de mieux, en général, après te foutre dans la mȝrde jusqu’au cou. Eteindre l’incendie, éviter qu’il se propage, immobiliser les imbéciles. Et accessoirement protéger la populace. Le tout prioritarisé, bien sûr. Bien sûr. Sans hésitation superflue, je pris la meilleure option à ma disposition : viser les attaquants en essayant de les immobiliser et surtout, que le grand Schmilblick du Valhalla ait un peu pitié de moi, sans blesser un civil au passage.

Action ♣ Je tire sur l'un des écorcheurs.

Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mer 5 Mar - 18:33

Le membre 'Alexandre M. Reh' a effectué l'action suivante : Agir en mission

'Tire (MILITAIRE)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 7
Richesses: 121
La noirceur s'empare-t-elle peu à peu de mon cœur ?
Messages : 6521
Membre du mois : 128
Célébrité : Scarlett Johansson
Localisation : Au camp depuis l'épisode de Louisville en flamme.
Age : 26
Crédit : Avatar : Onihin ; Signa : amaaranth ; Gif : Inconnu
Emploi : Anciennement Horticultrice
Caractère : Battante - Mystérieuse - Attachante - Déterminée - Autoritaire - Sensible - Imprévisible




MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Dim 9 Mar - 20:46

    J’étais restée cloîtré pendant plusieurs jours, je ne saurais dire combien car je n’avais plus la notion du temps. Quoi qu’il en soit, on comptait sur moi pour différentes tâches et après une absence je me devais de retrouver ses obligations qui me faisaient penser à autres choses mais aussi me permettait d’avancer ; même si c’était toujours la même direction. Mon visage était toujours encore un peu teinté des coups que j’avais pris au visage, surtout mon œil au beurre noir à dire vrai. Je me sentais encore vide et j’avais l’impression que rien ne pourrait changer cela. Le destin s’acharnait sur moi je ne savais pourquoi. Dans tous les cas, ce n’était pas une farce, je vivais les instants bien distinctement et sentait en moi la terrible souffrance qui m’envahissait. Peut-être n’étais-je bonne qu’à ressentir la douleur, même si j’avais eu un moment de répit avec Philippe… Philippe… Je soupirais alors que je marchais dans les rues. Je ne voulais pas marcher lorsque la nuit était tombée, mais j’avais été obligé de finir avec un petit vieux qui avait cruellement besoin d’aide pour remettre en place des bidons de je ne savais quoi. Autant dire que j’en avais sué, et dorénavant, je me pressais pour rentrer. Je ne voulais croiser personne, et j’étais remplit de peur et de stress alors que j’arpentais les rues, seule.

    Je pressais le pas, manquant presque de courir et c’est en coupant par une ruelle que je tombais directement sur une bagarre. Je n’avais rien entendu, peut-être parce que je ne voulais rien entendre et que je me focalisais sur mon chemin de retour. Pour autant, j’étais fasse à la situation et je reconnu vaguement quelques visages. Michel déjà, puis l’autre militaire crétin que je ne pouvais encadrer et une autre femme que je ne connaissais pas. Ce n’était pas le moment d’aller à leur rencontre, surtout pour avoir un autre coup, j’avais assez donné et je n’étais pas emballé. Je ne voulais croiser personne, et me voilà à quelques mètres seulement d’une petite bande. Michel qui plus est me connaissait, cela faisait un moment que je ne l’avais pas vu et je ne voulais pas m’expliquer sur mes différentes marques sur mon visage. Je m’apprêtais à faire demi-tour et à prendre un autre chemin quand une explosion me fit sursauter. Je me retournais pour apercevoir des flammes dans le bâtiment juste à côté. Je reste un instant immobile, me demandant un cours instant si tout cela était bien réel. Cela recommençait-il ? Une larme coula le long de ma joue alors que je ne la sentais pas. Des cris me firent prendre conscience que tout cela était bien réel, trop tard malheureusement car le feu prend le bâtiment juste à côté de moi et fait exploser une fenêtre qui me propulse deux mètres plus loin. J’atterri au sol, sonnée, complètement déboussolée. Je tente de me relever, les cris me désorientent encore plus et mes yeux se plissent sous l’effet de la puissante lumière de feu et la chaleur que je ressentais du bâtiment en flamme juste à côté. Je me redresse tant bien que mal, les coups de feu me font penser de nouveau à la première attaque. Est-ce une nouvelle ? J’imaginais que oui et j’étais déjà en train de me dire que la malchance me poursuivait. Comme si cela n’était pas suffisant, je me sens tirer en arrière par mes cheveux. Je vacille et tente de rester debout mais le déséquilibre me fit tomber en arrière, sur mes deux coudes m’arrachant une grimace. Je vois alors mon agresseur, balancer de nouveau ses bombes de feu avant que son attention ne se pose de nouveau sur moi. En une fraction de seconde, il est sur moi et mon cerveau n’a pas besoin de réfléchir pour me dicter la suite. J’essaie de me défendre autant que je le peux, visant son visage de mes poings.

    Action ♣ Je tente de donner un coup à mon assaillant. (j'utilise un coup du destin !)

    Hélas rien n’y fait, j’ai l’impression de ne rien pouvoir faire, coincée comme je l’étais déjà il y a quelques jours. La terreur m’envahie et un cri perçant s’échappe de ma gorge, à m’en crever la voix.


Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Dim 9 Mar - 20:46

Le membre 'Eléanore C. Valiosky' a effectué l'action suivante : Agir en mission

'Se battre S.A. (CVL)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 0
Messages : 68
Membre du mois : 37
Célébrité : Jean Dujardin
Localisation : Près de mon fils
Crédit : Moriarty
Caractère : Survivant



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Lun 10 Mar - 14:37

Le type face à moi a un look dérangeant. Le visage marqué de noir, on dirait qu'il se l'est frotté avec de la terre pour masquer ses traits et éviter que sa couleur de peau plutôt pale ne renvoie la lumière et n'attire le regard. Ses vêtements sont un fatras invraisemblable de tout ce qu'il a pu trouver, apparemment. Un pull trop petit pour lui avec une veste de serveur par dessus et Dieu seul sait quoi en dessous. Des gants, de gros gants en laine qui tiennent chaud mais qui doivent aussi l'empêcher de prendre bien en main son outillage de mort. Celui là n'est pas armé, ou tout du moins il n'y en a pas l'air. Il m'envoie un coup de genou dans le bas ventre mais je le pare avec ma main qui repousse l'attaque tandis que j'essaie d'envoyer un crochet du droit en plein visage. Il pue la mort ; il doit vivre dehors dans des conditions déplorables, ce qui le pousse sans doute à venir nous attaquer ici avec tous ses petits copains. L'homme sait se battre et évite mon coup, en envoyant un autre dans mon ventre qui me coupe la respiration. Tout se passe très vite. Il passe un espèce de baton sous ma gorge pour m'étrangler avec et je me sens suffoquer et me crisper sous l'effet de la prise. Je lui envoie des coups et j'essaie de lui attraper quelque chose, n'importe quoi pour qu'il me lâche. Autour de nous, c'est le chaos mais j'en ai à peine conscience. Du coin de l'oeil, je vois sans vraiment le comprendre qu'une femme est en train de casser la gueule d'un de nos agresseurs ; le coup de coude qu'elle lui place en plein visage produit le son ô combien réjouissant de la cassure d'un os adverse.


Une autre femme semble fouiller les alentours dans l'espoir de trouver quelque chose d'utile, mais l'assurance de la prise par mon adversaire me cache le reste de la scène et je ne sais pas si la blonde peut me venir à l'aide. Un type hurla d'aller prévenir la mairie. Nan mais agis mec je suis en train de clamser, mec ! Mon visage me semble brûlant, mes veines gonflées à bloc sous l'effet du manque d'oxygène et un voile noir semble tomber dans mes yeux, jusqu'à ce que je n'envoie l'arrière de ma tête en plein dans le nez de l'ennemi, qui recule. Aucun de nous n'est blessé et tout s'est passé très vite. Je reprends mon souffle en me tenant droit, poings levés. Autour de moi des coups de feu claquent et des gens se battent ; je ne sais pas ce que donnent les autres actions autour de moi. Derrière l'écorcheur, je vois la belle Valiosky aux prises avec un type qui la malmène. En lâchant un cri de rage tonitruant je me jetais sur mon adversaire, le saisissant au cou, chutant sur lui, espérant l'étrangler, lui martelant en même temps l'arrière de la tête sur le sol pour l'avoir une bonne fois pour toutes. Il est plus doué que moi, mais je suis déterminé. Je dois retrouver Mathieu et ce n'est certainement pas lui qui m'en empêchera !



Action ♣ Je l'amène au sol en jouant de mon poids, cherchant à l'étranger et à l'assommer autrement.



Ca ne marche pas, le type voit le coup venir et m'envoie son genou dans l'estomac, ce qui me plie de douleur et me repousse, avant qu'il ne m'expédie un direct en plein visage, faisant danser des étoiles de sang devant mes yeux. Il est plus fort ; je n'agis plus qu'à l'instinct. J'essaie de le plaquer à nouveau au sol


Action ♣ J'essaie de plaquer à nouveau mon adversaire au sol



Il me repousse sans ménagement. Je suis haletant et je perds mes forces plus rapidement que lui. Quelqu'un doit bouleverser la situation et changer cette impasse en victoire...





Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Lun 10 Mar - 14:37

Le membre 'Michel Leunay' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre S.A. (CVL)' :


--------------------------------

#2 'Se battre S.A. (CVL)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Lun 10 Mar - 18:50

Je me maudissais de plus en plus de ne pas avoir embarqué une putain de pelle... Quoi qu’en toute franchise, je n’avais plus vraiment la tête à ce que je n’avais pas. J’étais de nouveau dans mon élément, pas dépaysée pour deux livres même si j’avais pas une arme sur moi. Les cris, les tirs, les pleurs, le bruit, ça, c’était une chose que je gérais bien, mieux en tout cas que l’inaction notoire que m’avait imposée Raulne en m’obligeant à débiter des arbres et creuser des trous.
Mon petit pote que je venais de blesser, faisant craquer l’os avec une joie malsaine. Il reculait mais je savais qu’il reviendrait, fort du nombre. Le désespoir ou la folie, obligeaient plus souvent à avancer au péril de sa vie qu’à reculer. Il était clair que je ne comptais pas lui laisser le temps de se ressaisir. Manque de pot, y avait vraiment beaucoup trop de gens... normaux dans les parages.
J’avas plusieurs choix. J’aidais comme je pouvais, comme l’aurait fait la militaire que j’avais autrefois été. Je défendais ma peau et je laissais en rade ces gens. Je me tirais. Je choisis pourtant une autre option. Entre la mercenaire et la militaire. J’aiderai qui je pouvais et qui pourrait être sauvé tout en dérouillant un max d’adversaire au passage.

Un coup d’œil rapide aux alentours me permit de voir plusieurs choses, plusieurs personnes. C’était le bordel mais comment oublier ce cher Reh ? Pas moyen. Infoutu de tirer juste, il aurait tout aussi bien pu tirer à blanc. Il était assez grand pour se démerder tout seul, donc je focalisais mon attention ailleurs. Un mec était dans une sale position en revanche. Une autre nana aussi mais au jugé, elle allait quand mieux que le type. Si j’arrivais à l’aider et le sortir de là, j’irai là-bas ensuite mais chaque chose en son temps. Je pensais tactique et il avait l’air de savoir se battre un minimum pour être utile.
Me dirigeant vers lui je tentais de choper un truc, n’importe quoi qui aurait pu me servir. J’étais ouverte à toutes les suggestions à vrai dire vu le merdier.

Action ♣ Je tente de ramasser un truc utile pour me battre.

Avant de vraiment regarder ce que j’avais en main, si j’avais un truc... Je me dirigeais vers le type et là seulement je me permis de voir ce que j’avais pu choper ou si j’avais les mains vides. Manque de pot, tout ce que j’avais trouvé, c’était une saloperie de boîte de conserve. Ça ne m’empêcha pas pour autant de tenter de fracasser le crâne de ma cible avec.

Action ♣ Je tente de lui fracasser le crâne avec une boîte de conserve.

Je me devais d’agir vite, parfois au détriment de la précision, ce qui me plaisait moyennement. Et si j’avais vu plus tôt que le gars que je voulais aider se débrouillait pas trop mal, c’est la petite blonde à qui j’aurais filé un coup de main. Seulement, à agir comme je le faisais, je n’eus pas le temps de voir le couteau qu’il venait de sortir et celui-ci entailla plutôt bien mon bras voilà pourquoi, je frappais de nouveau. La douleur ne m’avait jamais empêché de me battre.

Action ♣ Je tente de le frapper à nouveau.

Je le manquais de peu mais l’obligeait ainsi à reculer, à ma grande satisfaction.
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Lun 10 Mar - 18:50

Le membre 'Alix Edgecombe' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Fouiller et trouver ' :


--------------------------------

#2 'Se battre S.A. (MLT)' :


--------------------------------

#3 'Se battre S.A. (MLT)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mar 11 Mar - 8:42



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.


Si je vous disais, là, maintenant, tout de suite, que je n’avais jamais très bien géré la pression, vous me croiriez ? Oui, assurément. Parce que j’avais vingt quatre pauvres petites années au compteur, une mentalité d’un gosse de dix ans qui aurait les connaissances d’un diplômé de polytechnique, et accessoirement un flingue dans les mains. Et du stress. Oh, oui. Du stress. Beaucoup. Déjà parce que j’étais le seul de mon unité dans le coin. Ensuite parce que je venais de louper mon premier tir – heureusement que je n’avais touché personne d’autre que ma cible ! – et enfin parce que c’était le chaos le plus total, et que je n’en avais aucun contrôle. Think. Juste un combat de boxe. Uniquement un combat de boxe. Voire une simple équation à quatre inconnues à résoudre. Juste quatre inconnues, rien de compliqué. Allez, Think. Evite de penser à Valentine ou à Emmanuel qui doivent être en sécurité sur le site Alpha martien où les Asgards les ont rapatriés dès que tu as dit tes premiers jurons. J’essayai d’analyser la situation le mieux possible, tout en visant un nouveau mec. Economise tes balles, et p#tain mais apprend à tirer ! C’était de ma faute, en plus, si je n’étais pas un génie au tir ? J’avais beau avoir tout un manuel de balistique dans le crâne, j’avais toujours été bien plus doué au corps à corps qu’au tir, et ça se ressentait.

Action ♣ Je tire sur l'un des écorcheurs.

Dans tous les cas, doué au tir ou pas, ils furent bientôt sur moi, et n’étant ni un sniper posé sur un toi, ni un Jumper, je bloquai rapidement mon arme par réflexe, avant de passer aux armes que je maîtrisais mieux une fraction de seconde avant de me retrouver en contact direct avec le premier écorcheur qui me passa sous la main. Je lui envoyai un crochet en pleine face, qu’il esquiva partiellement en répondant dans la même catégorie. Je ne savais pas vraiment si quelqu’un avait réagi à mon impératif d’aller prévenir la mairie, mais je n’en avais rien à faire au final. Pour le moment, ce qu’il fallait faire, c’était le ménage, le nettoyage de tout ça, et limiter les dégâts civils. Et militaire ? Rien à foutre. J’étais venu régler un litige, alors à la base, j’étais déjà supposé limiter les blessés parmi les civils alors… Mais… civils Il n’y avait pas que des civils par ici. J’essayais de me déplacer vers Edgecombe que j’avais aperçue pour lui remettre un couteau, une arme quelconque, histoire qu’elle puisse s’en servir comme elle m’avait dit savoir si bien le faire ; Et osef si Raulnichou n’allait pas être content : y’avait un autre militaire sur la place, fallait que j’en profite tranquillou. Mais il fallait encore que j’établisse des priorités. Toujours. J’attrapai un stylo dans ma poche, notant le plus lisiblement possible le nombre estimé d’écorcheurs et notre position, ainsi que leur armement, avant de glisser le papier dans le collier de Baxter. Pas de radios fonctionnelles, pas de pigeons voyageurs. J’avais un chien qui me connaissait depuis sa naissance. Ca allait suffire. « Baxter ! Staying alive ! Raulne, compris ? L’hôtel de ville. Staying alive. » pour qu’il se barre fissa aller donner les informations à Raulne, même s’il devait avoir mieux à faire.

Action ♣ J’envoie Baxter donner un message à Raulne indiquant le nombre approximatif des attaquants, et leur armement.
Maintenant, trouver Edgecombe. Retrouver, plus particulièrement.

Action ♣ J’essaye de me déplacer jusqu’à Alix.

Un écorcheur se posta devant moi, comme si j’allais lui dire bonjour et lui serrer la main. Fallait vraiment que je fasse le ménage autour de moi, et que je mette KO tous ceux qui me gonflaient sévère. Et te connaissant, il doit y en avoir un certain nombre. Un peu gêné par mon arme, je lui envoyai une combinaison violente de crochets et d’uppercut maîtrisés. Un peu trop, peut être. Tu ne te bats pas contre un autre boxeur, Alex, mais contre quelqu’un bien moins prévisible.

Action ♣ Je lui fous violement mon poing dans la tronche.

Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mar 11 Mar - 8:42

Le membre 'Alexandre M. Reh' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#2 'Autre' :


--------------------------------

#3 'Se déplacer' :


--------------------------------

#4 'Se battre S.A. (MLT)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mar 11 Mar - 11:30



Avancée


Rendez vous au premier post de la mission pour en savoir plus sur les règles et leur mise à jour.


Pour le déroulement, la demie douzaine d'écorchards s'en prend à la foule dans la rue qui détale. Nombreux sont les pillards qui usent d'armes blanches ou de leurs seuls poings. Deux d'entre eux continuent de mettre le feu aux bâtiments tandis que les autres se ruent vers Michel, Alix et Emy. Face à Alexandre, un écorchard dégaine un pistolet et fait feu dans sa direction.

Action ♣ Un écorchard tire sur Alex

Action ♣ Un écorchard attaque Emy avec un canif


Point sur les blessures:
Alix est blessée et a subi un dégât moyen; son adversaire a subi un dégât moyen.
Alexandre a blessé superficiellement un écorcheur, mais l'un d'entre eux qui le prend pour cible au pistolet le rate, blessant l'opposant direct du militaire en lui infligeant un dégât moyen !
Michel est blessé superficiellement et son agresseur est intact.
Emy est blessée superficiellement par son agresseur

Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mar 11 Mar - 11:30

Le membre 'La Chute' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Tirer (CIVIL)' :


--------------------------------

#2 'Se battre A.A. (CVL)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Dim 16 Mar - 0:05



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.


Est-ce que j'aurais pu me retrouver dans une situation pire que celle-ci ? La réponse qui me venait à l'esprit était d'une évidence sans faille. Non ! Je me retrouvais sans arme, sans aucune compétence pour le combat face à une bande de fous qui venaient de toute évidence pour nous piller ou même pire. J'avais fouillé en vain les alentours mais cela n'avait rien donné. Enfin, j'avais mis la main sur une barre de céréales que j'apprécierais sûrement plus tard, si je m'en sortais en vie. Je regardais alors de nouveau autour de moi pour rechercher une issue de secours et mon regard tomba sur le militaire avec qui je m'étais retrouvée coincée durant la tempête. Je ne lui accordais aucun crédit et n'essayais donc pas de me rapprocher de lui. J'aurais pu voir en lui une protection puisqu'il était armé mais je me décidais à ne pas m'approcher d'un centimètre de lui.
C'est alors que j'aperçus une autre personne que je connaissais. Il s'agissait d'Eléanore et cette dernière semblait être aux prises avec un des assaillants. Je tentais donc de la rejoindre tout en scrutant le sol dans l'optique de trouver quelque chose qui pourrai m'aider à me défendre... à nous défendre !


Action ♣ Je tente de rejoindre Eléanore.

Action ♣ Je fouille en même temps la ruelle.

J'arrivais tout près de ma sauveuse mais je n'eus pas le temps de lui adresser la parole... Trop concentrée par mes recherches je ne vis pas arriver le fou furieux armé d'un canif. Ce fut la douleur aiguë que je ressentis au niveau de l'avant-bras gauche qui me fit prendre conscience de la présence de mon agresseur. Après un coup d'œil rapide à ma blessure je ne pus que supposer et espérer que la blessure n'était pas sérieuse.
Puis malgré ma non-expérience au combat je choisissais de répliquer. Je ne comptais pas me laisser faire sans broncher et j'allais me défendre pour rester en vie. Ce fut alors sans attendre une minute que j'attaquais à mon tour la personne qui m'avait blessé...


Action ♣ J'attaque mon agresseur pour un combat au corps à corps. Sans arme si je n’en ai pas trouvé, avec arme si j’en ai trouvé une lors de ma fouille.

Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Dim 16 Mar - 0:05

Le membre 'Emy Renault' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se déplacer' :


--------------------------------

#2 'Fouiller et trouver ' :


--------------------------------

#3 'Se battre S.A. (CVL)' :


--------------------------------

#4 'Se battre A.A. (CVL)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mar 18 Mar - 19:39



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.


« P#tain mai qu’il est con. » Voilà la première pensée que je formulai à voix haute en voyant revenir Baxter la queue entre les jambes. Ca faisait quoi… trois ans qu’on bossait ensemble, et il était pas capable de comprendre un ordre aussi basique que « va chercher machin » ? Ce n’est pas un pigeon voyageur, ton chien c’est tout. Bien sûr que non, ça n’en était pas un. Un pigeon se contentait de revenir à son lieu de naissance une fois lâché dans la nature, ça ne réfléchissait pas. J’avais toujours dit quoi à propos de mon chien ? Qu’il était futé. Et bien là, il était en train de me faire mentir. J’avais beau avoir loupé mon tir sur l’écorcheur le plus proche – de toute manière, je n’avais jamais été doué au tir et je m’appliquais à me le rappeler à chaque fois que je m’y essayais, sûrement parce que je réfléchissais trop – j’avais réussi à me déplacer en direction de Edgecombe. Je me penchai vers Baxter, après avoir bien sonné l’échorcheur face à moi. Tant mieux pour moi, tant pis pour lui. « Ecoute mon gros. Je veux pas que tu restes là, tu vas me gêner plus qu’autre chose. Donc staying alive et tu te barres fissa à la maison. Croquette. Crétin. Dormir ! » Tu commences à t’énerver, Alexandre, là.

Action ♣ Je tente à nouveau de dépêcher Baxter à la Mairie.

Voyant mon chien disparaître dans la foule je me tournai vers Edgecombe qui n’avait pas intérêt à s’être volatilisée. Le sifflement soudain d’une balle me prit au dépourvu, et je brandis les poings pour attaquer mon agresseur, comprenant une fraction de seconde après qu’en réalité, je n’avais pas été touché. Mais ledit agresseur déjà bien sonné par ma combinaison de coups. [i]Mais arrête de réfléchir crétin, improvise.
Sauf que bon, voilà, si j’étais doué pour improviser des mensonges et des cȝnneries et des raisonnements purement scientifiques qui tenaient la route, ce n’était pas le cas lorsqu’il s’agissait d’improviser comme… maintenant. J’attrapai ma baïonnette histoire de le mettre définitivement à terre le frappant une nouvelle fois mais plus seulement avec mes poings, avant de tenter de frapper un autre écorcheur qui venait dans mon dos à deux reprises, et légèrement à l’aveuglette.

Action ♣ J’attaque avec ma baïonnette l’écorcheur déjà touché.
Action ♣ J’attaque avec ma baïonnette un écorcheur juste à côté (deux fois).

J’essayai d’interpeller la Civile, parce que oui, ex-milouf ou pas, c’était toujours la Civile dans ma tête, malgré le foutoir ambiant. « Marietta, rapplique, j’ai un cadeau pour ta tronche. »

Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mar 18 Mar - 19:39

Le membre 'Alexandre M. Reh' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Autre' :


--------------------------------

#2 'Se battre A.A. (MLT)' :


--------------------------------

#3 'Se battre A.A. (MLT)' :


--------------------------------

#4 'Se battre A.A. (MLT)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 0
Messages : 68
Membre du mois : 37
Célébrité : Jean Dujardin
Localisation : Près de mon fils
Crédit : Moriarty
Caractère : Survivant



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mar 18 Mar - 21:19

Je ne suis plus capable de réfléchir sérieusement à quoi que ce soit, là. Le coup que j'ai pris dans le ventre et dans la poire m'a sonné ; je suis à moitié K-O là. On voit que le type en face est un survivant, rompu aux échanges virils et brutaux qui caractérisent la survie en milieu hostile. Autant dire que je ne fais peut être pas le poids. Je pensais que ma colère était la plus forte, mais ce n'était pas le cas. J'étais hors jeu, tout simplement. J'étais vieux, et même si j'avais beaucoup perdu de mon léger embonpoint de la quarantaine, je n'avais pas la force et la vigueur du sportif que j'avais été. En plus, la faim et le froid m'avaient durablement enlevé de ma force et de ma résistance ; j'avais mal comme jamais. Reprenant mon souffle, chancelant sur mes pieds, j'essayais de faire face à mon adversaire. Courbé sur le devant, prêt à me battre, j'avais redressé mes poings devant moi dans toutes ces postures que j'avais pu voir en assistant à des combats de boxe avec des copains. Avant bras à la verticale, pour parer et bloquer les coups. Poings tournés vers lui, jointures en avant et pas la paumes. Ne jamais frapper avec les doigts, encore moins quand ils sont fermés. Sinon, on risque de se broyer la main tout seul contre l'ossature de son propre adversaire. J'essaie de me concentrer, mais je suis à bout de souffle. Mon visage semble pulser au rythme de mes battements cardiaques, je sais que le coup que j'ai récolté en plein visage est en train d'enfler sur toute la zone touchée et contusionnée. Une partie de moi se demande si le type avait ses vaccins à jour, parce qu'avec un coup comme ça il a dû s'égratigner, et qui sait si notre sang ne s'est pas retrouvé mêlé par un coup du sort... J'en serais malade, au sens propre comme au sens figuré. Mais pour le moment plus rien ne compte, plus rien hormis me battre et vaincre. Je me rends compte que je ne lutte pas pour survivre, que je ne lutte pas pour mon fils. Pas directement. C'est tuer que j'ai en tête désormais.


Une fusillade éclate non loin de moi, et les balles sifflent et frappent durement le sol, les murs et les corps. Je sais d'instinct que plusieurs personnes sont touchées ; j'entends le râle des types à l'agonie et le hurlement déchirant de blessés. Pourtant, il n'y a aucune pitié, aucune compassion dans mon cœur. Je me jette à nouveau sur mon adversaire, que je frappe de toutes mes forces en plein visage, mais ce n'était qu'une feinte, j'enchaîne coups de genoux et coups de pieds.



Action ♣ Je lutte au corps à corps contre mon vis à vis



Je parviens à lui provoquer quelques dégâts, très minimes, jusqu'à ce qu'un coup de pied vicieux n'arrache un craquement de son genou frappé de biais. Il grogne et semble perdre confiance en ses appuis ; je cherche partout autour de moi mais je ne trouve rien à lui balancer à la tronche, et pas le pistolet béni qui m'aurait soulagé de sa présence. Je perds du temps pour Mathieu, et mon cœur va sortir de ma poitrine s'il continue.


Action ♣ J'essaie d'attraper quelque chose, n'importe quoi



Rien, pas la moindre chose à utiliser. Ces quelques secondes d'inattention manquent de me coûter la vie, alors que par instinct je bloque un coup, sauf que mon avant bras rencontre une arme et pas un poing.


Action ♣ je frappe mon ennemi avec ce que j'ai trouvé, ou à mains nues si je n'ai rien réussi à mobiliser contre lui...



La lame coupe ma peau et l'entaille profondément, je lâche un cri de douleur et tente de repousser mon adversaire.






Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Mar 18 Mar - 21:19

Le membre 'Michel Leunay' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre S.A. (CVL)' :


--------------------------------

#2 'Fouiller et trouver ' :


--------------------------------

#3 'Se battre S.A. (CVL)' :


--------------------------------

#4 'Se battre A.A. (CVL)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. [Livre I - Terminé]   Aujourd'hui à 15:39



Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum