AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes actuellement, en jeu, pendant la DEUXIEME QUINZAINE de FEVRIER 2013.
[La météo ici ]


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: La main d'oeuvre - 3/5 libres   Jeu 17 Avr - 14:34



La main d'oeuvre

Préambule


Vous trouverez ci-dessous tous nos postes vacants appartenant au groupe de la main d'oeuvre. Ces personnages ont été inventés par les fondateurs du forum. Merci de respecter leur travail et de ne pas exporter les PVS. Si nous nous apercevons que vous avez plagié ces derniers, nous ne resterons pas les bras croisés, et nous sortirons les crocs N'oubliez pas de consulter l'annexe du groupe, l'histoire, l'intrigue et la chronologie du forum pour avoir toutes les informations adéquates.

On peut changer quoi?


Aucune des informations concernant ses personnages ne peuvent être modifiées, mise à part les avatars. D'ailleurs si la célébrité n'est pas à votre gout, vous pouvez éventuellement la changer. Pour cela, il faut :

Que le personnage ne ne soit pas dans le design actuel, faute de quoi on ne pourra pas accepter le changement.
Egalement vous pouvez changer dans la mesure où le nouvel avatar ressemble à l'ancien. Si nous avons mis un petit gros blond avec un air patibulaire, nous demanderons un autre petit gros blond avec un air patibulaire et non pas un brun qui pose nu dans tous les magasines, avec une plastique de rêve au regard séducteur.
AVANT de changer, vous devez demander par MP la permission à Phillipe Raulne. Si vous changez sans nous avoir consulté avant, nous refuserons sans discussion
Si le changement est accepté, vous devez envoyer à Mathilda Solveig Fontaine par MP la célébrité, un avatar, et trois icones, ainsi que le nom de leur créateur, afin qu'elle puisse remettre à jour le PV


Liste des postes vacants et statut


Alban Lorino Will Smith ⇉ Libre
Mathilda Fontaine Odette Yustman ⇉ Prise
Rose Marie Blanchet Emilie de Ravin ⇉ Libre
Anne Dordent Claire Danes ⇉ Libre
Michel Leunay Jean Dujardin ⇉ Pris





Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: La main d'oeuvre - 3/5 libres   Jeu 17 Avr - 14:53

Alban Lorino


Date de naissance : 24 février 1975
Lieu de naissance : Reims
Emploi : Ouvrier en électrotechnique automobile
Situation matrimoniale : Veuf

Caractère : Solitaire – Taciturne – Ingénieux – Courageux - Travailleur
Avatar : Will Smith





Alban Lorino est issu de l'immigration, et même doublement; sa mère était antillaise et son père espagnol. Tous deux étaient venus en France pour leurs études en dessin industriel pour lui et en art moderne pour elle. Ils réussirent celles ci et purent rester en France pour travailler. C'est à Reims qu'Alban naquit, au sein d'une fratrie de trois autres enfants. Enfant plutôt turbulent, Alban se faisait remarquer à l'école pour sa turbulence; il aimait bien se battre ou jouer de manière musclée. Le garçon ne prenait pas ça comme quelque chose de méchant, c'était juste qu'il avait besoin de se tester sans cesse pour se sentir vivant. Forcément, cela le hissa dans le cercle intérieur d'une bande de copains parfois un peu brutaux, mais tous s'entendaient bien. L'existence était paisible, parsemée de parties de foot, de bagarres amicales et d'autres blagues fomentées dans le dos d'autres élèves. Le revers de la médaille bien sûr, c'était que ses professeurs avaient du mal à l'encadrer. Délaissé par le circuit scolaire et rejetant très vite toute intrusion parentale dans ses compétence scolaires, Alban finit par s'orienter vers un bac professionnel et une orientation très technique. Se mariant très jeune et s'installant aussitôt avec sa jeune épouse, il devient ouvrier d'une petite entreprise de la région de Reims, spécialisée dans la fabrication de tableaux de bord pour les voitures de grands groupes, comme Renault ou Peugeot. Les années passent tranquillement, Alban et sa femme ont un fils puis une fille. Le bonheur était parfait. Le travail difficile mais la petite famille faisait son bonhomme de chemin au milieu des oncles, tantes, cousins, grands parents... Jusqu'à la guerre. Sa femme et ses enfants étaient en week end sur Paris pour visiter un peu la ville et changer d'air, alors qu'Alban était au travail. Il a entendu les nouvelles. Il a vu le flash à l'horizon, au sud, en se levant de sa sieste avant de partir bosser de nuit. Fou de panique, il a essayé de rallier Paris mais n'y est jamais arrivé. Ouvert de son matériel de protection de l'usine, l'homme retrouva la voiture familiale sur la A1, abandonnée. Les corps des personnes qu'il aimait le plus au monde étaient dans le bas côté. Irradiés; ils avaient essayé de quitter la ville mais trop tard. Devenu fou, Alban se laissa mourir de faim en serrant ses proches contre lui. Une patrouille du 2ème Régiment de Dragons, sortant de Paris après une reconnaissance NBC, tomba sur lui, le ramena de force vers un camp de réfugiés près du Havre. Alban se laissa faire, devenu légume. Il n'avait pas supporté la vision de ses petits. Lui même ne montrait aucun signe de contamination, mais il subit des semaines de test dans ce camp, qui fut bombardé par des avions américains à la fin octobre. Jeté à nouveau sur les routes, Alban essaya de rallier le gouvernement français, rapatrié sur la Loire. Il voulait se venger, bien sûr, prendre une part active à cette guerre avant qu'elle ne l'engloutisse. Chercher la mort, retrouver les siens... Oui. Mais pas comme un lâche. Il voulait se battre. Arrivé au camp D57 à la mi-novembre, Alban s'est depuis taillé une réputation à part du fait de son aspect très solitaire, très silencieux, très travailleur. Chaque coup de pelle, chaque coup de pioche, est un bras d'honneur au destin. Jusqu'à ce qu'il puisse accomplir sa vengeance sur ceux qui ont déclenché les hostilités.




Adel Sarkis
Alban et Adel ont dû collaborer tout deux pendant un grand nombre de semaines, depuis leur arrivée respective en fait, puisqu'ils sont tombés sur ce camp à peu près au même moment. Alban était un grand ouvrier costaud qui ne semblait avoir peur ni du travail, ni de l'ennemi. En fait, Alban ne semblait avoir peur de rien. Alors, Adel l'a recruté pour construire les défenses du camp à partir de bric et de broc auquel ils avaient eu accès en fouillant les environs. A la tête de son équipe, Alban fut reconnaissant du travail qu'on lui donnait, de l'occasion qu'il avait désormais d'oublier ses nouveaux problèmes. Ceux ci ne s'arrangeraient peut être jamais, mais au moins a t-il maintenant une utilité dans cette communauté. Tous deux sont pour l'autre ce qu'il ressemble de plus près à un ami.
Je suis un Défenseur



Mathilda Fontaine
Alban et Mathilda travaillent volontairement ensemble. Tous deux ne se parlent qu'assez peu ; la jeune femme a immédiatement compris que l'homme, un véritable roc, n'avait pas spécialement envie de se faire des amis et elle a entendu les rumeurs sur son histoire, et la manière dont il était arrivé ici. Alban a aussi entendu les histoires sur Mathilda, cette combattante, qui avait pris soin autant que possible de sa petite communauté. Tous deux se font tacitement confiance et travaillent à améliorer sans cesse les lignes d'approvisionnement, notamment en eau, du camp D57. Autant dire qu'ils sont plutôt efficaces...
Je suis une Main d'oeuvre


Rose Blanchet
Alban et Rose ne s'entendent pas. Ils en sont même à se retrouver à couteaux tirés. Alban conçoit bien sûr la nécessité d'un rationnement, mais ne comprend pas pourquoi ceux qui en font le plus ont autant que les autres tandis que les personnes à risques n'ont pas de traitements de faveur, comme les malades par exemple. Il reproche donc un manque d'humanité chez Rose, qui le prend extrêmement mal car elle fait au mieux pour redistribuer le plus efficacement possible le peu qui est disponible. Leurs rencontres sont donc particulièrement tendues.
Je suis une Main d'oeuvre


Anne Dordent
Anne s'occupe du suivi psychologique d'Alban. Dès qu'elle l'a rencontré pour une blessure bénigne, elle a tout de suite remarqué dans le regard de l'homme qu'il avait quelque chose qui n'allait pas. Quelque chose dans le fond des yeux... Ou peut être l'absence. Il n'y avait rien dans ses yeux morts. Alors, Anne a innové. Elle a fait croire à Alban qu'un suivi psychologique était imposé à tous ceux qui avaient un minimum de responsabilités. Alban y a cru. En fait, il n'a pas vu d'intérêt à se défendre. Il parle, il se confie à Anne. Il ne lui raconte pas le détail, mais rien que raconter ses journées et la vision qu'il en a, l'aide déjà beaucoup.
Je suis une Main d'oeuvre


Damien Bellanger
Damien et Alban se sont rencontrés lorsque les survivants venus de Louisville sont arrivés au camp D57. Sitôt arrivés, de nouveaux travaux pour élever des défenses ont été entrepris et Damien était de surveillance, lorsque des pillards ont échangé quelques coups de feu avec les défenseurs du camp. Alban a couru sous les balles pour jeter Damien à terre, qui n'avait pas vu qu'un adversaire contournait sa position. L'ennemi abattu, le gendarme s'est rendu compte de la chance qu'il avait eu. Tous deux ne sont pas amis, mais un lien très fort les unit désormais. La gratitude....
Je suis un Défenseur



Crédits

Dans l'ordre d'apparition :
Avatar(c) Swan || Icone (c)Psychadelya
Icone Lien (c)Aandy ©Psychozee (c)Gentle Heart (c)Blabla ©Fanpop
Codage (c)Kanala
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: La main d'oeuvre - 3/5 libres   Jeu 17 Avr - 14:53

Mathilda Solveig Fontaine


Date de naissance : 18 janvier 1982
Lieu de naissance : Caen
Emploi : Caissière dans une grande enseigne de supermarché
Situation matrimoniale : Célibataire
Caractère : Calme - Patiente - Taciturne - Cynique - Meneuse - Rancunière
Avatar : Odette Yustman (Annable)





D'aussi loin qu'elle puisse s'en rappeler Mathilda a été élevée par sa mère. Elle n'a connu que très brièvement son père, engagé depuis toujours dans l'armée, délaissant sa famille au profit de son travail. En même temps, il est important de spécifier qu'Ingrid et Frédéric ne se sont jamais vraiment aimés. Ils se sont rencontrés par des amis en commun, se sont amusés ensembles et au bout d'un an de batifolages ont dû se marier lorsque la demoiselle tomba enceinte. Autant dire que finalement cette distance était primordiale pour les deux époux, bien qu'incompréhensible pour la petite fille, persuadée que son géniteur ne l'aimait pas. Très proche de celle qui s'occupait d'elle, elle fut une enfant on ne plus modèle. Décevoir la maîtresse de maison était une idée inconcevable. Sa crise d'adolescence commença à ses treize ans, lorsque son paternel revint à la maison et fit un deuxième enfant à sa mère. A partir de ce moment là l'enfant modèle est devenue une vraie peste, ne supportant la présence de cet homme qui l'avait toujours rejetée. Elle commença à fréquenter les mauvaises personnes, à sécher les cours, à se droguer et à boire. Elle ne rentrait plus à l'heure, les fois d'ailleurs où elle rentrait chez ses parents. Pensant que sa petite sœur l'avait remplacée dans le cœur de sa mère qui semblait si heureuse en s'occupant d'elle conjointement avec son époux. Mathilda décida de fuguer à l'aube de ses dix-sept ans. Elle fut retrouvée six mois plus tard après qu'une overdose l'ai amenée à l'hôpital. Face à cette fille qu'ils ne connaissaient pas et pour épargner leur jeune Lyra, ils décidèrent de la confier à la protection de l'enfance. Pupille de la nation, fortement encadrée par des professionnels, Mathilda reprit ses études, obtint son baccalauréat comme toutes les personnes de son âge avec une mention bien. Elle s'orienta dans des études de médecine qu'elle réussit pendant deux ans avec brio mais qu'elle dut arrêter. La raison ? Un coup de téléphone de l’hôpital de Louisville, un patelin non loin de Caen. Ivre son père avait pris le volant et s'était tué sur le coup dans un accident de voiture. Il avait entraîné son épouse, qui succomba au centre hospitalier de ses blessures. Seule la jeune Lyra, âgé de dix ans avait été épargnée, elle s'en tira avec un bras dans le plâtre. Sur un coup de tête Mathilda décida de laisser tomber ses études pour s'occuper de la gamine, sa seule famille. Elle quitta la ville de Caen pour aménager dans la nouvelle maison de ses parents, et se trouva un boulot à temps partiel dans le petit patelin. Les débuts furent chaotiques, mais les deux héritières Fontaine finirent par faire l'une avec l'autre. Dévouée à l'éducation et au bonheur de sa jeune sœur, l’aînée mit sa vie complètement de côté pour s'occuper admirablement de ce qu'elle aurait pu considérer comme un « fardeau ». Cela faisait sept ans que les deux jeunes vivaient ensembles lorsque le monde s'écroula. Dès le début de la crise mondiale, Mathilda est tombée par hasard sur la carcasse d'un navire de guerre français échoué sur la côte, plus loin au nord de la ville. Elle a ainsi pu équiper ses amis et ses proches dans le plus grand secret pour se protéger des militaires, vus par beaucoup d'un mauvais œil. Peut être même les responsables du conflit ! Très attachée au respect des droits civiques et des libertés individuelles, Mathilda et ses soutiens se sont longtemps opposés à la présence de Raulne et de ses soldats à Louisville, jusqu'à ce que les combats et les privations ne mettent tout le monde dans le même bateau et force les gens à coopérer, tant bien que mal. Une fois Louisville incendiée et fuie par ses habitants et ses protecteurs, Mathilda a contribué à ramener un maximum de réfugiés en vie sur la D57, et s'est depuis imposée comme le leader naturel d'une large partie des civils. Elle fait partie des dirigeants civils du camp, d'ailleurs.




Lyra M. Fontaine
Lyra et Mathilda sont sœurs. Elles ont apprit très tard à se connaître et ce ne fut pas facile au début de faire l'une avec l'autre, n'ayant pas grandit ensembles. Leur lien du sang finit par les réunir à la mort de leurs parents. Mathilda quitta tout pour s'occuper de Lyra, mettant sa vie complètement de côté pour cette dernière. Au début rebelle, la cadette finit par voir tout ce que faisait son aînée pour elle et lui offrit une chance, une petite chance qu'elle ne regretta pas. A mesure qu'elles apprirent à se connaitre, elles tissèrent un solide lien, et il ne fait pas de doute qu'elles s'aiment. Si autrefois Lyra avait parfois du mal avec le côté très protecteur de sa grande sœur, ce n'est plus le cas aujourd'hui ; Mathilda a lâché la bride a sa jeune sœur et a tout fait pour l'autonomiser. Après tout, personne n'est éternel...
Je suis un Nouveau voisin



Anne Dordent

Mathilda a été soignée par Anne lorsqu'elle fut blessée lors de l'émeute qui a suivi la mise en accusation d'un des militaires à Louisville pour viol d'une civile. Mathilda n'a pas du tout apprécié le franc parler d'Anne lorsque celle ci lui a fait valoir que la situation des réfugiés n'avait rien de facile, contrairement à ce que la renégate laissait entendre. Toutes deux ne s'entendent pas ; Mathilda apprécia bien sûr les soins prodigués par la médecin, mais sa façon de considérer la majorité des réfugiés comme de véritables poids morts n'a pas plus du tout à la médecin, qui lui a rétorqué sèchement que sa façon de pousser tout le monde à une utilité maximum avait tout à voir avec les systèmes totalitaires que l'Europe avait connu tout au long du 20ème siècle... Les deux femmes ne s'apprécient donc pas, c'est même un doux euphémisme. Le fait qu'elles soient toutes les deux réfugiées désormais n'a pas comblé le fossé entre elles.
Je suis une Main d'oeuvre


Philippe Raulne

Mathilda et Philippe sont tous les deux des personnalités très fortes qui ont passé les premiers mois du conflit à s'opposer sur tout ou presque. Le rationnement, la protection des citoyens, la collectivisation des ressources, deux écoles radicalement différentes qui s'opposaient continuellement sur tous les sujets. Et finalement, avec le temps, civils récalcitrants et militaires se sont accordés pour survivre, et Philippe et Mathilda ont fait de même. Si la coopération des premiers temps fut difficile, les choses se sont bien mieux passées après coup et tous deux ont appris à composer avec les défauts de l'autre. Ils ne seront probablement jamais amis, mais ils plaisantent parfois, et se font confiance.
Je suis un Défenseur


Mickaël Blanchet
Mickaël et Mathilda ?... C'est... Compliqué, oui c'est ça le mot. Ils se sont rencontrés par le biais de Rose, Mathilda travaillant avec la petite sœur de Michaël. Ils ont souvent été amenés à se voir, et leur interaction se limitait à de simples formules de politesse. Il fallut trois ans pour qu'ils finissent par se dire autre chose qu'un bonjour/Au revoir, lorsqu'il dut s'occuper de sa voiture en panne. Ils sympathisèrent, enfin il sympathisa avec elle – Mathilda étant ce qu'elle est et pas vraiment douée pour les relations –. Pendant les quatre ans qui suivirent, ils se recroisèrent très souvent et finirent par devenir amis. Oui, Mickaël est sans aucun doute la seule personne qui peut prétendre au rang d'ami de Mathilda. Mais les choses n'ont jamais été simples entre eux. La guerre les a rapprochés, Mickael rejoignant la cause de celle dont il était amoureux. Cela n'arrangea rien entre eux à long terme, malgré cette idylle naissante et assumée. Bientôt, Mathilda se rapprocha du lieutenant Raulne, personnalité honnie de nombreux Louisvillois dont Mickael, parce qu'elle était amenée à décider beaucoup de choses avec le militaire. Ils partirent même ensemble en reconnaissance, trouvèrent le camp D57... Et la jalousie et le poids des non-dits ont contribué à les éloigner, à les faire se disputer...
Je suis un Baroudeur


Isabella Bellanger
Isabella et Mathilda s'entendent très bien. Elles n'ont certes pas le même âge ni les mêmes aspirations, pourtant on peut affirmer qu'elles sont amies. Certes elles ne vont pas se confier vraiment l'une à l'autre, ni sortir ensemble. Disons qu'elles se font mutuellement confiance et que l'une ne doute jamais de l'autre. Isabella est la seule personne à qui Mathilda peut confier la sécurité de Lyra, et cela fait grandement plaisir à la mère de famille. Toutes deux sont aujourd'hui encore très proches, Isabella s'en remettant totalement à Mathilda pour survivre, pour décider pour la communauté, tandis que la seconde requiert régulièrement les conseils et le soutien moral de la mère de famille.
Je suis un Nouveau voisin


Rose Blanchet
Rose et Mathilda étaient collègues de travail. Elles s'entendent plutôt bien, même si avec tout ce qui a pu se passer entre Mickaël et Mathilda soit un de leur plus gros problème. Rose n'aime pas que l'on joue avec les sentiments de son frère et ne comprend pas pourquoi son ancienne collègue agit ainsi. Leur amitié pâtit énormément des hauts et des bas que connait la relation entre Mathilda et Mickael ; on peut donc dire que si l'une compte sur l'autre en toutes circonstances en matière de survie, leur proximité affective et relationnelle et parfois distendue. Et en ce moment, c'est pas vraiment la joie.
Je suis une Main d'oeuvre


Alban Lorino
Alban et Mathilda travaillent volontairement ensemble. Tous deux ne se parlent qu'assez peu ; la jeune femme a immédiatement compris que l'homme, un véritable roc, n'avait pas spécialement envie de se faire des amis et elle a entendu les rumeurs sur son histoire, et la manière dont il était arrivé ici. Alban a aussi entendu les histoires sur Mathilda, cette combattante, qui avait pris soin autant que possible de sa petite communauté. Tous deux se font tacitement confiance et travaillent à améliorer sans cesse les lignes d'approvisionnement, notamment en eau, du camp D57. Autant dire qu'ils sont plutôt efficaces...
Je suis une Main d'oeuvre




Crédits

Dans l'ordre d'apparition :
Avatar(c) Kanala || Icone (c) Jai_faim
Icone Lien (c)swansong (c)embargo (c)Imaginary (c)Bedshaped (c)penelope-cruz.net ©Psychadelya (c)Datura (c)Torben © Psychadelya
Codage (c)Kanala
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: La main d'oeuvre - 3/5 libres   Jeu 17 Avr - 14:54

Rose Marie Blanchet


Date de naissance : 07 mai 1986
Lieu de naissance : Louisville
Emploi : Hôtesse de caisse dans un supermarché
Situation matrimoniale : Célibataire

Caractère :Rancunière - Possessive - Protectrice - Têtue - Discrète
Avatar : Emilie de Ravin





Rose est née et a toujours vécue à Louisville. Elle est de ces personnes faisant partie du décor de la ville et si cette dernière devait se passer d’elle, elle ne serait plus la même. Cadette de la précédente maire de Louisville à présent à la retraite et d'un libraire, la jeune enfant a grandi dans une famille très stricte. Il n'était pas question de ternir la réputation de maman, ou de courir entre les rayons du lieu de travail de papa. Calme et ordre étaient les deux mots clefs de son éducation et de celle de son grand frère qui l’a toujours protégée d'aussi long qu'elle s’en souvienne. Elle ne compte plus d'ailleurs le nombre de bêtises qu'il a endossé à sa place, ses parents étant plus sévères avec leur fille, qui pouvait encore moins s'écarter de l'image que leurs géniteurs avait en tête. Très sage, ne se détournant pas des règles, Rose restait enfermée chez elle, ne sortant pas comme elle l’aurait désiré. Si son frère était plus libre qu’elle, elle était fliquée par ses parents. Il arrivait même que ces derniers se rendent dans sa chambre pour être sûrs qu’elle était là, et non à courir les rues avec des garçons non fréquentables. D’ailleurs, si un jour elle devait fréquenter un homme, ce sera un brillant jeune homme à qui on ne peut rien reprocher. Autant dire qu’elle rêvait de partir loin de chez parents, tout comme son frère d’ailleurs. Et puis son père tomba malade : un cancer. Tout changea du tout au tout. Si Mickaël devait endosser le rôle du père, elle, elle devait soutenir sa mère, prendre un peu sa place, tout en continuant ses études. Épaulant les siens encore plus à la mort de son père en 2000, elle fit tourner la « baraque », tout comme son frère d'ailleurs et malgré sa licence de biologie, elle se retrouva caissière d'une grande enseigne de supermarché. En 2005 sa mère se remaria, et déménagea dans le sud de la France pour refaire sa vie. A compter de cette date, Rose, tout comme Mickaël put prendre totalement son indépendance et vivre pour eux et eux seuls. Elle garda la maison familiale, dont elle prit soin comme par le passé. Toujours renfermée sur elle-même, elle n’arriva jamais vraiment à construire une véritable relation durable. A chaque fois qu’un homme s’approche trop d’elle, elle prend la fuite. C’est plus fort qu’elle. Lorsque des champignons furent visibles dans le ciel, elle était au travail. En fait, c'est fut la panique dehors, lui faisant comprendre qu'il y avait un problème. Figée, ne sachant pas quoi faire, elle ne reprit vraiment conscience que lorsque son frère vint jusqu’à elle. Encore maintenant Rose a du mal à se faire à cette idée, d’être coupée de tout et si elle a rejoint les renégats, c’est juste pour garder un œil sur Mathilda et Mickaël. Elle veut veiller sur le dernier membre de sa famille, et elle ne laissera personne lui faire du mal… Pourtant, Dieu sait que le sort s'acharne sur eux deux... Blessés pendant les attaques sur Louisville, rien n'a pourtant réussi à les séparer et Rose est désormais préposée au rationnement et aux stocks du camp D57 et s'investit beaucoup dans la survie de tout le monde.




Alban Lorino
Alban et Rose ne s'entendent pas. Ils en sont même à se retrouver à couteaux tirés. Alban conçoit bien sûr la nécessité d'un rationnement, mais ne comprend pas pourquoi ceux qui en font le plus ont autant que les autres tandis que les personnes à risques n'ont pas de traitements de faveur, comme les malades par exemple. Il reproche donc un manque d'humanité chez Rose, qui le prend extrêmement mal car elle fait au mieux pour redistribuer le plus efficacement possible le peu qui est disponible. Leurs rencontres sont donc particulièrement tendues.
Je suis une Main d'oeuvre



Mathilda S. Fontaine
Rose et Mathilda étaient collègues de travail. Elles s'entendent plutôt bien, même si avec tout ce qui a pu se passer entre Mickaël et Mathilda soit un de leur plus gros problème. Rose n'aime pas que l'on joue avec les sentiments de son frère et ne comprend pas pourquoi son ancienne collègue agit ainsi. Leur amitié pâtit énormément des hauts et des bas que connait la relation entre Mathilda et Mickael ; on peut donc dire que si l'une compte sur l'autre en toutes circonstances en matière de survie, leur proximité affective et relationnelle et parfois distendue. Et en ce moment, c'est pas vraiment la joie.

Je suis une Main d'oeuvre


Mickaël Blanchet
Mickael n'est autre que le grand frère de Rose. Entre eux deux, c'est vraiment l'amour fou. Très complices et très proches, les deux enfants Blanchet ne peuvent s'imaginer séparés. Ils ne se jugent pas, acceptent l'autre comme il est, même si certaines des décisions prises ne sont pas au goût de l'un ou l'autre. Ils ne se mentent jamais et même si quelque fois ils leur arrivent de se prendre la tête, cela ne dure pas plus d'une journée. Ils se protègent mutuellement depuis toujours et d'autant plus à présent que le monde est parti en vrille.
Je suis un Baroudeur


Jenna Bandat
Jenna et Rose s'entendent sur une seule chose ; chacune a quelque chose à retirer de l'autre. Jenna apporte objets et denrées de l'extérieur du camp tandis que Rose centralise toutes ces arrivées. De ce fait elles sont entrées en relation. Jenna escamote à l'occasion un peu de nourriture ou du matériel intéressant... Pour les échanger contre des moyens de contraception, trouvés à la pelle dans les pharmacies. Eh oui, avoir un « copain » n'est pas sans risques dans un monde où la maladie est partout... Rose profite plutôt pas mal du système, et permet de mettre quelques menues réserves de côté pour elle et Mickael, juste au cas où... Rien qui l'incrimine, mais au cas où, avoir quelques conserves d'avance...
Je suis un Baroudeur



Mathieu Leunay
Mathieu et Rose ont entretenu des rapports cordiaux, depuis le moment où l'adolescent est arrivé avec son père à Louisville après le début de la guerre. Mathieu s'était tout de suite lié avec certains locaux, dont Benjamin, un gosse qui pourrissait la vie de Rose en volant son courrier, en faisant exploser sa boîte aux lettres etc. Mathieu a dû faire l'intermédiaire entre une énième embrouille, qui a mis un peu de plomb dans la tête de Benjamin et qui a ravi Rose. Quand Benjamin a été tué lors de la chute de Louisville, la jeune femme s'est fait soutien de Mathieu, qui avait besoin d'aide et de soutien moral, ce que son père n'était pas vraiment capable de lui apporter.
Je suis une Main d'oeuvre



Crédits

Dans l'ordre d'apparition :
Avatar(c) chouk3t3 || Icones (c) Fanpop
Icone Lien ©Psychadelya (c)J_ai faim (c)Bedshaped ©MishMish (c) Gentle Heart
Codage (c)Kanala
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: La main d'oeuvre - 3/5 libres   Jeu 17 Avr - 14:54

Anne Dordent


Date de naissance : 12 mars 1981
Lieu de naissance : Calais
Emploi : Médecin de bord des Ferrys Condor
Situation matrimoniale :Célibataire

Caractère : Espiègle – Curieuse – Empathique – Solidaire - Fière
Avatar : Claire Danes





Anne est la fille d'importants notables de Calais. Son père était dirigeant de la plus grande dentellerie de la ville avant de prendre sa retraite, tandis que sa mère était une très renommée chirurgienne, l'une des toutes premières spécialisées dans les opérations liées aux maladies neuromotrices. Baignée dans un monde de culture et d'argent, la petite s'épanouit très rapidement et devint une élève plutôt talentueuse, avec de nombreux amis au sein de son école privée. Gentille et empathique, tout le monde l'aimait beaucoup, et elle avait surtout d'importantes facilités à se lier avec ceux qui étaient rejetés par les autres. Assez populaire, elle fut toujours très bien entourée, y compris en grandissant, et Anne traversa même l'âge souvent ingrat de l'adolescence sans coup férir. Se classant rapidement parmi les élites de sa classe d'âge, son accession à des études de médecine allait de soi. S'installant en internat très rigoureux dans sa démarche éducative, la jeune femme en profita pourtant pour sortir, connaître de nouvelles personnes et fréquenter des garçons... Plusieurs fois, son attrait pour la fête l'empêcha de récolter les meilleures notes. Rattrapant in extremis sa première année, Anne pu continuer d'avancer dans son cursus, et se voua très vite à la médecine générale, qui correspondait bien mieux à ses idéaux ; elle ne voulait tout simplement pas consacrer son expertise en soins à une clientèle aisée et à faire partie du business de la santé comme elle l'avait tant observé dans certains services spécialisés. Cette décision fut accueillie très froidement chez elle ; ses parents considérant qu'elle gâchait son talent, et que vivre avec moins de cinq mille euros par mois était une erreur et une abérration. Leurs relations furent toujours tendues à partir de ce moment là. Prenant goût à une vie de nomade, Anne se lança dans la vie professionnelle comme médecin de bord sur un des nombreux ferry faisant les allers retours entre la côte anglaise et son opposée française. Ce métier l'intéressait, parce qu'elle était amenée à soigner toutes sortes de maux pendant les transferts, de simples « mal de mer » à des choses nettement plus compliquées à gérer que le roulis pouvait provoquer, comme chez les patients sous rayons etc. Cette vie qu'elle passait au travail l'empêcha de se poser avec un homme en particulier, mais en profita pour multiplier les rencontres ; elle était particulièrement connue et acceptée au sein des équipages où elle travaillait. C'est d'ailleurs durant un de ces allers retours que la guerre commença pour Anne. Le conflit avait commencé la veille, un samedi. La rotation du dimanche avait été maintenue pour rapatrier les ressortissants anglais. Le navire ne parvint jamais à son port de destination en Angleterre. Pilonné par des avions sans cocardes, l'avion fut coulé. Anne s'en tira de justesse, et dériva pendant un jour et demi dans son gilet de sauvetage avant d'être recueillie par un petit navire de pêcheurs. Miraculée, elle mit quelques semaines à s'en remettre ; elle se trouvait du côté de Cherbourg et les bruits de combats au loin lui intimèrent la nécessité de fuir vers le sud. C'est ainsi qu'elle tomba sur Louisville, juste après que la ville n'eut été attaquée par voie terrestre et maritime. Elle a officié un temps à la clinique de la ville avant que celle ci ne soit incendiée par des pillards. Qu'à cela ne tienne, Anne a permis de sauver beaucoup de blessés après les combats et a réussi également à préserver les réfugiés des maladies sur la route de l'exode. Fidèle au poste, la jeune femme officie toujours, à l'infirmerie du camp D57 cette fois. Et elle n'a pas fini de voir défiler les horreurs...




Mathilda Fontaine

Mathilda a été soignée par Anne lorsqu'elle fut blessée lors de l'émeute qui a suivi la mise en accusation d'un des militaires à Louisville pour viol d'une civile. Mathilda n'a pas du tout apprécié le franc parler d'Anne lorsque celle ci lui a fait valoir que la situation des réfugiés n'avait rien de facile, contrairement à ce que la renégate laissait entendre. Toutes deux ne s'entendent pas ; Mathilda apprécia bien sûr les soins prodigués par la médecin, mais sa façon de considérer la majorité des réfugiés comme de véritables poids morts n'a pas plus du tout à la médecin, qui lui a rétorqué sèchement que sa façon de pousser tout le monde à une utilité maximum avait tout à voir avec les systèmes totalitaires que l'Europe avait connu tout au long du 20ème siècle... Les deux femmes ne s'apprécient donc pas, c'est même un doux euphémisme. Le fait qu'elles soient toutes les deux réfugiées désormais n'a pas comblé le fossé entre elles.
Je suis une Main d'oeuvre



Lyra Fontaine

Lyra est venue remercier le médecin Dordent lorsqu'elle apprit que sa sœur avait été soignée par elle. Cela a beaucoup touché Anne, qui s'est sentie immensément plus reconnue et légitimée au travers du regard d'une jeune fille qui reconnaissait son intérêt et son apport à la communauté, bien plus en tous cas qu'avec le jugement purement dépréciatif que la propre grande sœur de celle ci avait émis un peu plus tôt dans la journée. Depuis, Anne et Lyra sont amies. Lyra va parler et confier ses sentiments à Anne quant à l'évolution de la situation dans laquelle ils se trouvent, qui sans jamais se positionner en donneuse de leçons, prodigue ses conseils et sa sagesse à sa jeune amie.
Je suis un Nouveau voisin


Michel Leunay

Ce type cache quelque chose, Anne en est sûre. Elle a forcément été amenée à côtoyer les autres réfugiés vu qu'ils logent le plus souvent dans des endroits communs. Pourtant, si elle a accroché avec certains autres, ça n'a pas été le cas avec Michel. Elle ressent quelque chose de diffus émaner de lui, comme une violence tout juste contenue, quelque chose d'horrible qu'il aurait pu faire. Bien sûr, Anne ne le juge pas. Elle sait qu'un homme pour survivre et protéger son gosse serait capable de tout mais quand même, cela ne la rassure pas. Michel quant à lui, se méfie de la médecin. Il pense qu'elle essaie de le percer à jour, et il est trop mal à l'aise dans le fond par rapport à ce qu'il a fait, pour pouvoir accepter que quelqu'un essaie de découvrir la vérité sur ses actes.
Je suis une Main d'oeuvre


Matthieu Leunay

En fait, ce qui fait le plus peur à Anne, ce n'est pas Michel en lui même, mais comment semble le considérer son propre fils. En effet, Matthieu semble avoir un peu peur, ou en tous cas ne semble pas certain de la façon dont se comporter à proximité de son propre père, comme s'il s'était passé quelque chose de terrible que Matthieu aurait pu voir. En fait, Anne digresse. Matthieu a bien remarqué comment la jeune femme le regarde, il sent qu'il ne peut pas lui faire confiance, d'autant que son regard a tendance à le ramener sans cesse à ce qu'a dû faire son père pour survivre, ce qui n'aide pas beaucoup. Autant le dire tout de suite, Matthieu ne fait pas confiance en la jeune femme, il a même peur qu'elle finisse par découvrir avec sa curiosité, ce qu'a fait son père sur la route le jour où les bombes sont tombées, et qu'elle foute tout par terre, le garçon est donc assez mal à l'aise avec elle.
Je suis un Nouveau voisin


Erwan Comet

La seule personne qui a vraiment l'entière confiance d'Anne. Erwan donne de sa personne à longueur de journée ; il a prévenu Louisville de la menace des pillards, il a chassé de quoi se nourrir, et a réussi aussi à guider tous les survivants de la chute de la ville au sud, au camp D57. Anne ne l'avouerait pas, mais elle a un peu le béguin pour cet homme qu'elle respecte beaucoup. Erwan l'a remarqué, et il est un peu mal à l'aise. Lui succomberait bien à la tentation du rapprochement, mais il n'est pas super sûr de pouvoir assumer une relation dans les circonstances présentes...
Je suis un Baroudeur


Alban Lorino

Anne s'occupe du suivi psychologique d'Alban. Dès qu'elle l'a rencontré pour une blessure bénigne, elle a tout de suite remarqué dans le regard de l'homme qu'il avait quelque chose qui n'allait pas. Quelque chose dans le fond des yeux... Ou peut être l'absence. Il n'y avait rien dans ses yeux morts. Alors, Anne a innové. Elle a fait croire à Alban qu'un suivi psychologique était imposé à tous ceux qui avaient un minimum de responsabilités. Alban y a cru. En fait, il n'a pas vu d'intérêt à se défendre. Il parle, il se confie à Anne. Il ne lui raconte pas le détail, mais rien que raconter ses journées et la vision qu'il en a, l'aide déjà beaucoup.
Je suis une Main d'oeuvre



Crédits

Dans l'ordre d'apparition :
Avatar(c) Ly52 || Icone (c)Anarya
Icone Lien (c)jai_faim(c)swansong © Gentle Heart (c)Eclatic © Psychozee (c)Psychadelya
Codage (c)Kanala
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: La main d'oeuvre - 3/5 libres   Jeu 17 Avr - 14:55

Michel Leunay


Date de naissance : 30 mars 1972
Lieu de naissance : Bourges
Emploi : Vendeur de Voitures
Situation matrimoniale : Divorcé

Caractère : Résigné – Mystérieux – Réservé – Froid – Déterminé
Avatar : Jean Dujardin





Michel Leunay n'a pas toujours été l'homme dur et plein de ressources comme il est aujourd'hui. Né d'un père ouvrier dans l'industrie d'armement des usines GIAT et d'une mère secrétaire dans la fonction publique, le jeune Michel ne manquait de rien. Si on devait définir en une ou deux caractéristiques la personnalité du garçon, c'était qu'il était très facile et avait toujours un caractère très avenant. Il allait facilement vers les autres et avait beaucoup d'amis, même si on ne peut pas parler de mec le plus populaire de son école, du collège ou du lycée. Elève studieux bien que pas forcément très talentueux, il parvint cependant à obtenir un BTS en commerce et vente, ce qui avait toujours été son rêve. Et ce n'était pas gagné, car Michel avait toujours eu un faible pour les activités « dissipées » selon ses professeurs ; sortir profiter du beau temps avec les filles pendant les heures de cours, s'adonner au sport plutôt qu'aux mathématiques, ce genre de choses bien innocentes mais qui auraient pu compromettre son avenir. Heureusement pour lui, il n'en fut rien, et Michel put intégrer sitôt la sortie de ses études, l'équipe de vente d'une concession automobile d'une célèbre marque française. Sitôt arrivé, le jeune vendeur prometteur tombe fou amoureux de la secrétaire de direction de la concession. S'élabore alors une merveilleuse idylle, qui se transforme assez vite en mariage, puis en famille avec la venue au monde de Matthieu. Les années passent, et Michel s'installent dans un train de vie qui lui convient très bien. Une jolie maison pavillonaire, deux voitures, des voyages à l'étranger, un fils qui le comble de fierté, et une épouse aimante. Enfin aimante... le principal défaut de Michel, est qu'il a toujours été trop gentil, trop naïf aussi, du moins jusqu'à récemment. Il n'a pas voulu voir les faits pourtant placés sous ses yeux. Il n'a su s'avouer que sa femme le trompait avec son directeur. Il a joué la carte de l'autruche pour sauver son existence et l'avenir de son fils... En vain. Sa femme partie avec un autre, Michel se retrouve seul avec un adolescent sur les bras. Bien sûr, il aime son fils, mais que leur relation est compliquée... Michel, décidé à reprendre sa vie en main, prend des vacances et va camper avec son fils près des plages du débarquement. Il veut recoller les morceaux. Seulement, les évènements les rattrapent bien vite... Pris dans un mouvement de panique à Saint-Lo, Michel entend à la radio qu'il y a une zone de protection militaire d'établie à Cherbourg. Décidé à se tirer avec son fils de ce guêpier, Michel évite les grands axes et finit par arriver à Louisville la nuit tombée. Mais ce petit périple a profondément changé sa personnalité. Survivre à un mouvement de foule nécessite déjà une grande force mentale et physique. Mais surtout, sur la route, Michel a dû déjouer l'embuscade orchestrée par deux soit disant blessés. Il a tué ces gens qui voulaient son véhicule, en utilisant un simple bout de bois qui traînait sur le bord de la route. Si Matthieu a tout entendu, terrorisé dans la voiture, il ne fait que se douter des extrêmités auxquelles son père a été réduit pour le protéger. Ce crime sauvage n'a d'autre motivation que la volonté de protéger à tout prix Matthieu des évènements, mais cela a profondément changé Michel. Fini, le bon gars gentil, le voisin qui invite ses amis au barbecue du dimanche et à l'apéro du samedi. Michel est devenu un véritable lion qui fera tout pour protéger son petit. Michel est depuis resté fidèle à cette ligne de conduite, et a tout fait pour survivre avec son fils. Il a cherché, fureté pour de la nourriture, et il a tué à nouveau lorsque Louisville a été incendiée par des pillards. Les gens murmurent sur son passage, mais Michel regarde avec dédain ceux qui pointent du doigt sa volonté extrême de survivre ; lui ne e laissera pas tué comme tous les autres moutons. Il se battra jusqu'au bout, pour lui comme pour son fils. Et peu importe ce qu'en pensent les autres.




Matthieu Leunay
Matthieu et Michel ont toujours entretenu une relation basée sur une affection profonde, mais teintée d'incompréhension et de conflits. Michel n'a jamais compris que si son fils ne voulait pas s'amuser avec lui, c'était parce que celui ci lui reprochait d'être souvent absent du fait de son travail, tout comme Matthieu n'a jamais compris que si son père se défonçait autant pour son job, c'était pour assurer un avenir à son fils. Et le divorce des parents de Matthieu n'a rien arrangé. Celui ci considère que son père était trop faible pour garder sa femme, et en veut aussi à celle ci d'être allée voir ailleurs. Ces vacances en Normandie étaient l'occasion pour le père et le fils de repartir sur de bonnes bases, mais le destin en a décidé autrement. Maintenant, Matthieu ne sait plus qui est vraiment son père. Il sait qu'il l'aime et que celui ci a dû faire des choses terribles pour leur survie, mais il ne le reconnaît pas. Michel quant à lui, minimise les incertitudes de son fils. Dans sa nouvelle manière de penser, mieux vaut que son fils aie peur de lui qu'il ne pense que tout le monde lui veut du bien.
Je suis un Nouveau voisin



Emilie Rangassamy
Emilie et Michel ne se côtoient pas vraiment. En fait, Michel a été chargé de la réparation de la tente de la jeune femme, il a eu à la raccommoder avec un peu de film plastique et de vieux morceaux de tissus. Emilie avait peur de Michel, qui avait cet air dur sur le visage et de la glace dans les yeux, et Michel l'a bien senti. Lui a forcément aperçut ce blocage que faisait la jeune femme et ses regards fuyants, et n'étant pas au courant de ce qu'a subi Emilie, Michel l'a immédiatement considérée comme une autre de ces filles apeurées à l'idée qu'un homme aie pu tuer pour survivre. Il y a donc une indifférence glacée entre eux, découlant d'un espèce de quiproquo de départ, qu'une explication basique pour arranger les choses... Encore faut il passer par dessus les a priori de départ, lui la considérant comme une paumée trop faible pour survivre et lui comme un vrai tueur.
Je suis un Nouveau voisin


Chloé Beauclaire
L'homme semble être sous le charme de Chloé amuse et flatte beaucoup la jeune femme, elle trouve cette attitude mignonne. C'est un homme dur, et fier de ses convictions. Même si elle est infiniment plus philanthrope que Michel, Chloé comprend l'attitude brutale mais protectrice de l'ancien vendeur de voitures, et si elle ne cautionne pas cela ne l'empêche pas de compatir au destin de cet homme brisé par les évènements, qui fait pourtant tout pour s'en sortir. Michel quant à lui, aime beaucoup la force de Chloé mais pense qu'elle risque de se brûler les ailes inutilement à vouloir sauver tout le monde.
Je suis un Baroudeur


Arthur Castel
Michel n'a pas vraiment d'amis pour survivre. Il y a souvent un découpage relativement simple, entre ceux qu'il respecte et qu'il pense capables de survivre, et ceux qu'il ne respecte pas et qui en sont selon lui incapables. Pourtant, Arthur fait figure d'exception. Un peu plus vieux que son propre fils, Arthur est un jeune qui sait déjà comment survivre et qui a déjà dû faire pas mal de crasses pour se tirer de mauvais pas. De fait, après quelques mots échangés, Arthur et Michel ont compris qu'ils avaient un allié, un véritable allié, au sein du camp D57. Une autre personne prête à tout pour survivre. Ils se serrent donc les coudes et s'échangent des rumeurs, et un peu de matériel.
Je suis un Baroudeur


Anne Dordent
Ce type cache quelque chose, Anne en est sûre. Elle a forcément été amenée à côtoyer les autres réfugiés vu qu'ils logent le plus souvent dans des endroits communs. Pourtant, si elle a accroché avec certains autres, ça n'a pas été le cas avec Michel. Elle ressent quelque chose de diffus émaner de lui, comme une violence tout juste contenue, quelque chose d'horrible qu'il aurait pu faire. Bien sûr, Anne ne le juge pas. Elle sait qu'un homme pour survivre et protéger son gosse serait capable de tout mais quand même, cela ne la rassure pas. Michel quant à lui, se méfie de la médecin. Il pense qu'elle essaie de le percer à jour, et il est trop mal à l'aise dans le fond par rapport à ce qu'il a fait, pour pouvoir accepter que quelqu'un essaie de découvrir la vérité sur ses actes.
Je suis une Main d'oeuvre



Crédits

Dans l'ordre d'apparition :
Avatar(c) Disturbing Mind || Icone © Torben
Icone Lien ©Gentle Heart (c)Lya (c)Queen G © Torben (c)Anarya
Codage (c)Kanala
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La main d'oeuvre - 3/5 libres   Aujourd'hui à 15:34



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum