AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes actuellement, en jeu, pendant la DEUXIEME QUINZAINE de FEVRIER 2013.
[La météo ici ]


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Les défenseurs du camp - 2/5 libres   Jeu 17 Avr - 14:33



Les Défenseurs du camp

Préambule


Vous trouverez ci-dessous tous nos postes vacants appartenant au groupe des Defenseurs du camp. Ces personnages ont été inventés par les fondateurs du forum. Merci de respecter leur travail et de ne pas exporter les PVS. Si nous nous apercevons que vous avez plagié ces derniers, nous ne resterons pas les bras croisés, et nous sortirons les crocs N'oubliez pas de consulter l'annexe du groupe, l'histoire, l'intrigue et la chronologie du forum pour avoir toutes les informations adéquates.

On peut changer quoi?


Aucune des informations concernant ses personnages ne peuvent être modifiées, mise à part les avatars. D'ailleurs si la célébrité n'est pas à votre gout, vous pouvez éventuellement la changer. Pour cela, il faut :

Que le personnage ne ne soit pas dans le design actuel, faute de quoi on ne pourra pas accepter le changement.
Egalement vous pouvez changer dans la mesure où le nouvel avatar ressemble à l'ancien. Si nous avons mis un petit gros blond avec un air patibulaire, nous demanderons un autre petit gros blond avec un air patibulaire et non pas un brun qui pose nu dans tous les magasines, avec une plastique de rêve au regard séducteur.
AVANT de changer, vous devez demander par MP la permission à Phillipe Raulne. Si vous changez sans nous avoir consulté avant, nous refuserons sans discussion
Si le changement est accepté, vous devez envoyer à Mathilda Solveig Fontaine par MP la célébrité, un avatar, et trois icones, ainsi que le nom de leur créateur, afin qu'elle puisse remettre à jour le PV


Liste des postes vacants et statut


Philippe Raulne Christian Bale ⇉ Pris
Natalya Vareshkova Kate Beckinsale ⇉ Prise
Benoit Bertin Ryan Gosling ⇉ Pris
Damien Bellanger Michael C. Hall ⇉ Libre
Adel Sarkis Zachary Quinto ⇉ Libre





Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: Les défenseurs du camp - 2/5 libres   Jeu 17 Avr - 14:56

Philippe Raulne


Date de naissance : 15 mai 1980
Lieu de naissance : Lille
Emploi : Militaire, Lieutenant
Situation matrimoniale : Célibataire

Caractère : Solitaire – Méfiant – Loyal – Violent – Autoritaire – Cynique
Avatar : Christian Bale





Né dans une famille des classes moyennes du centre ville de Lille, Philippe a toujours été un garçon discret et assez solitaire. Aujourd'hui, il appellerait volontiers ses jeunes années comme « sa jeunesse un peu espiègle » non sans ironie. De fait, c'était un petit garçon turbulent. Toujours le premier à se battre pour un oui ou pour un non, il s'est également intéressé très tôt à tous les moyens lui permettant de se faire « un niveau d'argent de poche décent ». Héritant de la débrouillardise de deux parents toujours sur la corde raide accordant beaucoup d'importance au système D, Philippe était de toutes les magouilles. A douze ans, il fut tabassé à la sortie de l'école pour avoir osé revendre du henné coupé à la feuille de troène en guise d'herbe qui fait rigoler. A quinze ans, il avait aidé avec quelques complices, à récupérer tout le cuivre de lignes téléphoniques à la frontière belge. Et à dix sept, les choses sérieuses commencèrent quand il se mit à revendre des anabolisants au marché noir. Il se fit souvent rosser, mais parvint à ne jamais atterrir au tribunal. Pour lui, les nombreux coups et blessures reçues lui rappelaient « les risques du métier ». Très intéressé par l'école, il la quitta car cela lui prenait trop de temps au détriment de son « business » en pleine expansion ; il aimait apprendre, mais il pouvait le faire dans des livres non ? Autodidacte, ce que ne pouvaient pas permettre ses parents qui supportaient de moins en moins ses écarts, Philippe entra en conflit avec eux, et aussi avec son frère « un connard mollasson ». Son pécule lui permettait alors de sortir, de s'acheter une voiture, de louer un super appartement... Jusqu'à ce qu'il ne tombe amoureux. Il était fou de cette jeune et jolie jeune fille qu'était Eleanore... Jusqu'à ce qu'il découvre deux ans plus tard qu'elle s'était tirée avec tout son pognon, sa bagnole, son coffre fort et tout ce qui avait de la valeur. Il ne la revit plus jamais. Anéanti et par dépit, il choisit finalement d'entrer à l'armée pour s'ouvrir à de nouveaux horizons... mais n'arrêta jamais ses combines. Trafics en tous genres, il finissait toujours par avoir énormément de choses en stocks pour revendre ensuite à ses camarades ; magazines pornographiques, cigarettes de contrebande, armes et divers trophées, équipements de soldats alliés plus performants... Malin, brutal et charismatique, Philippe s'éleva au sein de son unité du 1er Régiment Hussard-Parachutiste en tant que caporal, sergent, sergent chef, puis passa avec brio l'examen d'officier et devint lieutenant. Presque la moitié de l'année à l'étranger, surtout en Côte d'Ivoire et en Afghanistan, Philippe donna tout à son job... Quand les bombes se sont finalement mises à tomber, il était en Normandie pour une manœuvre interarmes. Sous les bombardements, il rallia les survivants de la colonne de secours dont il fit partie pour défendre Cherbourg attaquée. Avec son unité ad hoc, il n'arriva jamais à destination. Toutes les horreurs et la violence qui faisaient le quotidien de Philippe depuis dix ans trouvèrent leur paroxysme quand Philippe dut donner l'ordre de tirer sur des réfugiés qui, sous le coup de la panique, s'en prenaient à eux. Le jeune lieutenant gardera à tout jamais ces atrocités sur sa conscience, mais se forçait tout de même à aller de l'avant. La mission avant les sentiments. Non sans une certaine réussite, Raulne parvient pendant plusieurs semaines à maintenir la paix à Louisville, quand bien même ses méthodes autoritaires sont largement décriées. La ville a subi plusieurs assauts contenus par l'unité du lieutenant et les citoyens, jusqu'à ce que la ville ne finisse par brûler. Raulne, avec d'autres notables, a pris la décision de surseoir à sa mission pour amener les survivants de Louisville en lieu sûr, plus au sud, à l'abri des combats. Aujourd'hui, Raulne jouit d'un certain respect et s'est très vite immédiatement hissé à la tête de la défense du camp de Réfugiés de la D57. Aujourd'hui plus que jamais, l'homme rationne, surveille et protège... A sa façon...




Erwan Comet
Aux yeux de Philippe, le « chef » comme on l'appelait au 1er RHP, est un véritable Dieu vivant. Légende du régiment et des unités de reconnaissance, Erwan arrive seul à faire le travail d'unités entières. Plus d'une fois, Philippe a vu le « chef » échapper à des dizaines de poursuivants et à les liquider à moitié pour que le reste du peloton finisse le travail. Ce type est une ombre insaisissable, et aussi l'un des soldats les plus loyaux à la République qu'à jamais connu le lieutenant. Philippe sait que malgré leurs désaccords, quand Erwan réprouve les manières parfois brutales de son supérieur, il pourra toujours compter sur le chef.
Je suis un Baroudeur



Jenna Bandat
Elle a longtemps exaspéré Philippe. Tout ce qu'il déteste a priori ; les femmes sûres d'elles mêmes, allumeuses et tout ce qui s'ensuit. Pourtant, un lien de confiance a très tôt existé entre eux, même si Raulne se comporte souvent avec Bandat comme un connard misogyne, ce qui éclate souvent la belle. Le lieutenant a fini par succomber aux charmes de son sniper, et tous deux ont noué une relation basée sur l'évacuation de la tension et l'assouvissement de leurs pulsions. Mais la tireuse d'élite s'imaginerait pas mal entretenir une vraie relation avec son chef d'unité, même si leur situation ne le permet pas. Il est son chef, il ne peut y avoir fraternisation de ce genre entre eux, sinon cela détruirait l'autorité de Raulne.
Je suis un Baroudeur



Martin Huygues
Philippe et Martin ont une relation plutôt distendue. Au tout début de la guerre, le premier incarnait le pouvoir militaire et le second le pouvoir civil ; ils étaient de toutes les décisions et de tous les évènements qui touchèrent la communauté. Pourtant, au fil du temps, Raulne a plus ou moins pris le commande en faisant passer le militaire en priorité, en s'arrogeant le contrôle des approvisionnements pour leur rationnement. Martin s'est peu à peu effacé, manquant de légitimité, tandis que sa posture très neutre et protectrice à l'encontre de ses citoyens ne l'engagèrent pas à s'affirmer comme le chef des opérations. Pourtant, même si Louisville est détruite, Philippe sait qu'il ne peut éviter Martin, qui reste une personne influente parmi les réfugiés ; l'ancien Maire est le berger de son troupeau...
Je suis un Nouveau voisin



Benoit Bertin
Benoit est l'un des soldats arrivés le plus récemment dans la section de Raulne. Tous deux s'entendent plutôt bien. Enfin, disons qu'ils ont une relation professionnelle correcte. Ils se respectent, ils s'entraident, mais ne connaissent en fait rien de la vie de l'autre. Benoit considère qu'il a de la chance d'être dans l'unité d'un des plus gros enfoirés de l'armée, parce que Raulne est un tueur, et qu'il vaut mieux être avec un type qui sait ce qu'il fait qu'avec une bleusaille. Raulne quant à lui, pense qu'il aurait pu tomber sur pire comme opérateur radio, et Bertin n'est jamais le dernier à chercher la bagarre. Une confiance mutuelle et professionnelle durable semble s'être installée entre eux, on peut dire que malgré la hiérarchie ils sont frères d'armes.
Je suis un Défenseur


Natalya Vareshkova
Philippe et Natalya avaient tout pour devenir ennemis. Dans une guerre bourrée d'inconnues, être russe et être français signifierait presque forcément se retrouver dans des camps différents... Mais Natalya fait confiance à Philippe. Elle lui a sauvé la vie, car elle a compris qu'il était le chef dont les survivants avaient besoin et plus que ça, qu'il était lui même celui qui pourrait l'amener en vie jusqu'au gouvernement provisoire français délivrer ses informations. Se jaugeant quelques semaines, Natalya a fini par avouer à Philippe qui elle était vraiment -en tous cas, tout sauf une touriste russe-, et tous deux ont forgé une alliance. Plus que ça, ils se respectent et s'apprécient ; on pourrait dire que la nécessité les a rapprochés et les a fait devenir amis.
Je suis un Défenseur





Crédits

Dans l'ordre d'apparition :
Avatar(c) Paweke || Icone (c)Bavboules (c)nothing else matters (c)lellia
Icone Lien (c)Axelle (c)belikovs (c)Imaginary (c) Citylove (c)Psychozee (c) Queen G (c) Crazy Bunny
Codage (c)Kanala
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: Les défenseurs du camp - 2/5 libres   Jeu 17 Avr - 14:57

Natalya Vareshkova


Date de naissance : 18 février 1982
Lieu de naissance : Volgograd, Russie
Emploi : Agent du FSB, services de renseignement russes.
Situation matrimoniale : Célibataire

Caractère : Discrète – Caméléon – Déterminée – Solitaire – Calculatrice - Loyale
Avatar : Kate Beckinsale





Natalya est née dans l'ancienne Stalingrad, au sud de la Russie le long du fleuve Volga. Sa famille, composée d'anciens héros de la Grande Guerre Patriotique contre les allemands et de militaires de carrière dans la glorieuse Armée Rouge, l'a immédiatement formée au patriotisme. Enfant sportive et très vive d'esprit, elle se lie peu d'amitié et se montre toujours avide d'histoire et de lettres, ce qui lui permet de surmonter un à un tous les paliers scolaires de l'Union Soviétique. Tout allait bien jusqu'au huit ans de la jeune fille. La fin de l'URSS signe une cruelle désillusion pour les siens. Du jour au lendemain, ses oncles perdent leur travail dans une usine d'Etat qui ferme faute de repreneur privé. Son père et sa mère, anciens militaires devenus fonctionnaires, font la douloureuse expérience d'une politique d'ajustement structurelle du nouveau gouvernement qui met fin à la collectivisation des ressources. Sa famille – ses héros – réduits à travailler dans des gargotes mal famées pour survivre, Natalya voue longtemps une haine farouche aux gouvernements ultra libéraux et nationalistes qui se succèdent, et qui lui donnent un caractère de battante. Elle veut se battre pour réformer le système et garantir aux héros du passé de quoi vivre, et préserver la nation en péril face au capitalisme tout puissant. C'est dans cette optique que Natalya se plonge corps et âme dans les études, négligeant garçons et loisirs. Après un diplôme en langues appliquées avec spécialité français, anglais, allemand, et chinois, Nataliya trouve immédiatement du travail à 24 ans malgré la conjoncture désastreuse et un chômage très fort... Au FSB. Ancien KGB, la jeune diplômée rejoint les services de renseignement de son pays afin de défendre son idéal de celui ci. Certes, elle n'est pas d'accord avec les dérives xénophobes, homophobes, économiques et culturelles de son pays. Cependant, quel meilleur moyen de réformer un système que de le faire de l'intérieur, de se battre pour ce qu'il reste du passé ? Pleine de bonne volonté, la belle est bien vite recrutée au sein d'une cellule spécifique, destinée aux renseignements à l'étranger. Devenue espionne, elle effectue plusieurs missions en Inde, au Japon, où elle surveille les actions en sous marin de la CIA notamment, de la DGSE ou du MI-6. Capable de changer du tout au tout d'apparence, de personnalité, de cursus, elle sait jouer les rôles nécessaires à dérober informations industrielles, données économiques ou plans militaires comme la véritable polymorphe qu'elle est devenue. Plusieurs missions à hauts risques la voie tuer pour sa survie, et là encore, elle se montre très douée... Finalement affectée à la surveillance de l'Europe de l'Ouest au sein d'un navire de surveillance, Natalya a eu par son collègue Antonin l'accès aux informations propres au FSB sur les attaques à la source de la troisième guerre mondiale. Le cachant au reste de l'équipage, la jeune femme comptait accomplir sa mission de liaison avec le gouvernement français tout en protégeant ses précieuses données, mais le destin en a décidé autrement. Leur hélicoptère a été abattu, et elle et ses camarades ont échoué à Louisville. S'infiltrant parmi la population, la jeune femme est un temps suspectée, avant de jouer suffisamment serré pour s'intégrer à la communauté des survivants. Ses compagnons sont tous tués pendant l'attaque des écorcheurs sur la ville, et elle finit par divulguer son secret au Lieutenant Raulne. Le deal est simple ; Natalya apporte son aide au Lieutenant, et celui ci l'aidera ensuite à atteindre le gouvernement français réfugié sur la Loire pour leur apporter ses informations.

==> Contacter Philippe Raulne par MP pour connaître les informations dont dispose Natalya !




Philippe Raulne
Philippe et Natalya avaient tout pour devenir ennemis. Dans une guerre bourrée d'inconnues, être russe et être français signifierait presque forcément se retrouver dans des camps différents... Mais Natalya fait confiance à Philippe. Elle lui a sauvé la vie, car elle a compris qu'il était le chef dont les survivants avaient besoin et plus que ça, qu'il était lui même celui qui pourrait l'amener en vie jusqu'au gouvernement provisoire français délivrer ses informations. Se jaugeant quelques semaines, Natalya a fini par avouer à Philippe qui elle était vraiment -en tous cas, tout sauf une touriste russe-, et tous deux ont forgé une alliance. Plus que ça, ils se respectent et s'apprécient ; on pourrait dire que la nécessité les a rapprochés et les a fait devenir amis.?
Je suis un Défenseur



Jenna Bandat
Jenna et Natalya sont aussi semblables que différentes. Femmes fortes, ce sont toutes deux des tueuses et des patriotes, qui ne s'en laissent remontrer par aucun homme. Elles ne sont pas proches, mais un respect mutuel s'est institué entre elles pendant la route vers le sud. Jenna n'est pas stupide. Elle sait que la ruskov et son lieutenant partagent un secret ; elle les a déjà vus discuter à voix basse. En fait, elle a plus ou moins compris la véritable identité de Natalya, sans trop savoir à quoi s'en tenir. Quant à l'officier russe, elle ne sait pas trop si elle peut se confier à la sniper. Est elle digne de confiance ?
Je suis un Baroudeur


Erwan Comet
Erwan a comme qui dirait « son sens d'araignée qui le démange » selon l'expression consacrée outre-atlantique. Il a un mauvais pressentiment à propos de cette femme. Il respecte immensément Raulne, mais il n'aime pas l'influence que la belle ruskov a l'air d'avoir sur lui. Et Natalya le sent bien sûr. En fine calculatrice, elle a compris que s'opposer à Erwan ne servirait à rien, pas plus qu'à l'acheter ou le séduire. Du coup, elle reste simplement professionnelle avec lui, c'est un espèce de statu quo qu'aucun des deux ne semble prêt à briser, mais l'un comme l'autre se surveillent, se jaugent... Et se préparent à intervenir pour se défendre, s'il faut en arriver là.
Je suis un Baroudeur



Benoit Bertin
Benoit apprécie Natalya. Lui aussi se doute, bien sûr, que la nouvelle « meilleur copine » du lieutenant n'est pas une simple touriste russe. Il n'est pas bête. Mais que Raulne lui fasse confiance,c 'est déjà beaucoup, et la jeune femme a prouvé à de nombreuses reprises qu'elle était plus que capable d'apporter sa pierre à l'édifice. Benoit la respecte donc. Et devant le refus successifs de Bandat, il se dit que pourquoi pas, la petite russe... Mais bon, pour l'instant il ne la connaît pas assez pour tenter quoi que ce soit, il se contente de tâter le terrain et d'engager le dialogue.
Je suis un Défenseur



Adel Sarkis
Adel ne comprend pas pourquoi Raulne s'embarrasse de cette fille. C'est une civile à la base, non ? D'après ce qu'il a compris, elle a aidé les louisvillois à se tirer d'un ou deux mauvais pas. Mais de là à ce qu'elle prenne autant de place dans un boulot aussi sérieux ? Adel ne comprend pas, et ce qu'il ne comprend pas le rend méfiant. Natalya quant à elle, se méfie également de ce jeune caporal. Il n'a pas fait grand chose pour gagner sa confiance ; tous deux ne se comprennent pas et se disputent parfois, lorsque des décisions doivent être prises. Elle le considère comme peu capable et lui comme une arriviste. Attention aux étincelles...
Je suis un Défenseur




Crédits

Dans l'ordre d'apparition :
Avatar(c) Lady Fame || Icone © Gentle Heart
Icone Lien (c)Onihin © MihMish (c)Axelle (c)nothing else matters (c)Aandy
Codage (c)Kanala
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: Les défenseurs du camp - 2/5 libres   Jeu 17 Avr - 14:57

Benoit Bertin


Date de naissance : 21 janvier 1985
Lieu de naissance : Dunkerque
Emploi : Militaire, Radio
Situation matrimoniale : Célibataire

Caractère : Libertin – Loyal – Taquin – Comique – Excellent Electrotechnicien
Avatar : Ryan Gosling





Benoit Bertin est arrivé un peu par hasard dans l'armée, à l'origine. Enfant difficile car ayant mal supporté le divorce de ses enfants l'année de ses six ans, il entre constamment en rebéllion contre sa mère à qui il reproche son abandon, et n'écoute qu'assez peu son père, voyant plutôt en lui un ami et un confident qu'une figure d'autorité. Cela joue bien entendu un rôle déterminant dans l'enfance puis l'adolescent du jeune garçon. Sans limites, il se fait connaître pour ses frasques au collège, où il se fait prendre à fumer dans le dépôt de vélo, à tripoter ses petites camarades de classe dans le fond de la salle de sport, à montrer son derrière à un de ses ennemis, ou encore à se prendre constamment la tête avec un ou deux de ses professeurs qui ne supportent plus son inconséquence. Sommé finalement par un père en pleine prise de conscience de l'avenir de son fils, Benoit rejoint l'école militaire d'Autun où il étudie pendant la fin de ses années de collège puis au lycée. Au départ, toute cette nouvelle vie se passe horriblement mal. Réfractaire à l'autorité, Benoit fait plusieurs fois le mur, finit enfermé des jours durant dans ses quartiers, et il est plusieurs fois la risée de l'école à chaque énonciation de ses problèmes de discipline. C'est pas la camaraderie avec quelques autres élèves devenus ses amis que Benoit se fait finalement à cette nouvelle existence. Il s'endurcit rapidement, physiquement et mentalement. Il ne perdra jamais son humour ni sa légèreté d'esprit, mais il est guidé depuis ce basculement psychologique, par des grands principes de défense de ses concitoyens. Engagé logiquement dans l'armée après le bac, il devient radio d'une section de parachutistes au 1er RHP. Embarqué dans l'unité de Raulne, ce lieutenant ayant une réputation de pire enfoiré du régiment, le jeune homme fait la douloureuse expérience de la guerre moderne. Cependant, malgré les difficultés, malgré l'urgence des situations ou leur tournure parfois sanglante et dramatique, Benoit ne peut jamais quitter sa réflexion demeurée célèbre dans l'unité, reprise par tout le monde comme la « marque de fabrique » de Benoit en quelque sorte. En effet, à chaque fois que le jeune soldat constate quelque chose allant du simple bizarre au réellement désastreux, il ne peut s'empêcher de sortir tout naturellement « Y'a une couille dans le potage, lieutenant » . Avec la force de l'habitude, cette phrase fait désormais sourire ou rire ses camarades, même dans les pires situations. Benoit est un bon soldat, parfois trop jovial au goût des autres, mais il a obtenu malgré son jeune âge, les plus sincères éloges de ses officiers et camarades de peloton. Embarqué dans un certain nombre d'enfers à la suite de Raulne et Comet, Benoit prend désormais la vie avec un certain fatalisme ; il sait que son unité de givrés finira un jour par le faire tuer. Alors, il profite de la vie à chaque fois qu'il rentre. Il sort, il rencontre des gens, il côtoie des filles.. Jusqu'aux explosions. Plongé encore une fois dans la tourmente, Benoit dû mitrailler des civils dangereux sur ordre de Raulne, et il essaya longtemps de contacter le PC de régiment ou n'importe quelle autorité militaire. En vain. Bertin pu passer ses remords au fer rouge en combattant l'envahisseur inconnu qui maltraitait toute la Normandie à grand renforts de bombardements et d'assauts destructeurs. Même si l'unité a été contrainte à la retraite, le moral de Benoit. Il gagne en expérience, et se blinde émotionnellement pour affronter ce nouveau monde dans lequel il faut vivre... Malgré tout, Benoit en est sûr, y'a une couille dans le potage...




Philippe Raulne
Benoit est l'un des soldats arrivés le plus récemment dans la section de Raulne. Tous deux s'entendent plutôt bien. Enfin, disons qu'ils ont une relation professionnelle correcte. Ils se respectent, ils s'entraident, mais ne connaissent en fait rien de la vie de l'autre. Benoit considère qu'il a de la chance d'être dans l'unité d'un des plus gros enfoirés de l'armée, parce que Raulne est un tueur, et qu'il vaut mieux être avec un type qui sait ce qu'il fait qu'avec une bleusaille. Raulne quant à lui, pense qu'il aurait pu tomber sur pire comme opérateur radio, et Bertin n'est jamais le dernier à chercher la bagarre. Une confiance mutuelle et professionnelle durable semble s'être installée entre eux, on peut dire que malgré la hiérarchie ils sont frères d'armes.
Je suis un Défenseur



Natalya Vareshkova
Benoit apprécie Natalya. Lui aussi se doute, bien sûr, que la nouvelle « meilleur copine » du lieutenant n'est pas une simple touriste russe. Il n'est pas bête. Mais que Raulne lui fasse confiance,c 'est déjà beaucoup, et la jeune femme a prouvé à de nombreuses reprises qu'elle était plus que capable d'apporter sa pierre à l'édifice. Benoit la respecte donc. Et devant le refus successifs de Bandat, il se dit que pourquoi pas, la petite russe... Mais bon, pour l'instant il ne la connaît pas assez pour tenter quoi que ce soit, il se contente de tâter le terrain et d'engager le dialogue.
Je suis un Défenseur


Erwan Comet
Les choses étaient tendues avant la guerre, entre le sergent chef et le radio de l'unité. Le plus jeune ne supportait pas les leçons données par son aîné, qui de son côté trouvait le jeune homme irresponsable et inconséquent. Pourtant, avec le temps, les deux hommes se sont « apprivoisés », de sorte à devenir d'excellents camarades. Erwan a appris à se détendre avec Benoit, et le plus jeune s'est rendu compte qu'il était toujours en vie en grande partie grâce aux conseils de son sous-officier. Ils se serrent les coudes pour survivre, envers et contre tout.
Je suis un Baroudeur


Jenna Bandat
Jenna n'aime pas trop Benoit. Enfin, pas toujours. Celui ci semble chaud comme la braise avec elle depuis plusieurs semaines et la troisième guerre mondiale n'y a rien changé; il essaie constamment de la draguer sans pour autant qu'elle lui laisse entendre qu'il pourrait se passer quelque chose entre eux. Dans le fond, elle l'aime bien, mais elle ne veut pas que leur relation aille plus loin qu'une bonne camaraderie. En plus, il la considère comme un objet précieux et fragile, ce qui la met hors d'elle parfois. Depuis qu'elle couche avec Raulne, la belle ne prête plus attention aux approches du radio, mais si jamais son lieutenant la « trompe » elle pense, pourquoi pas, à utiliser Benoit pour lui rendre la pareille.
Je suis un Baroudeur


Damien Bellanger
Damien est le premier Louisvillois qui s'est montré enchanté de l'arrivé de ses "collègues". Pour sur, la ville a besoin d'eux pour avancer, se défendre et se reconstruire. Aux petits soins avec les militaires, il s'est très rapidement lié d'amitié avec Benoit. Il peut passer de longues heures en sa compagnie à boire et à attendre que la radio rendre les sons qu'ils envoient. Ils ne parlent pas vraiment de leur vie personnelle, juste des conquêtes et des beuveries qu'ils ont pu écumer chacun de leur côté. Si cette guerre ou je ne sais quoi fini, c'est sur, ils resteront en contact. Ils se sont d'ailleurs rapprochés pendant la marche vers le sud, plus encore qu'auparavant. C'est grâce à Benoit que Damien a intégré la protection du Camp de la D57
Je suis un Défenseur



Crédits

Dans l'ordre d'apparition :
Avatar(c) Strawberry Insane || Icone (c)Citylove
Icone Lien (c) Onihin (c)Psychozee © ??
Codage (c)Kanala
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: Les défenseurs du camp - 2/5 libres   Jeu 17 Avr - 14:57

Damien Jean Bellanger


Date de naissance : 20 juillet 1982
Lieu de naissance : Rouen
Emploi : Gendarme
Situation matrimoniale : En couple
Caractère : Macho - Prétentieux - Borné - Courageux - Séducteur - Calme
Avatar : Michael C. Hall




Dans la famille de Damien, on fait partie des forces de l’ordre de père en fils. Depuis toujours il était destiné à devenir gendarme. C’était ainsi et jamais le petit garçon qu’il était n’a voulu embrasser une autre voie. Ainé de deux garçons, cadet de trois grands frères, les Bellanger étaient une grande famille unie et aimante. Maman travaillait à la maison, et s’occupait de ses enfants. C’était son rôle, sa tâche, ce à quoi sont destinées les femmes. Après tout, elles ne sont pas faites pour courir les rues ou les bureaux. Non elles doivent élever les enfants et s’épanouir dans leur rôle de mère et de femmes au foyer. Il y a-t-il besoin de dire qu’il a toujours eu quelques problèmes avec la gente féminine? Oh bien sur certains partagent ses idées, mais ce sont, avouons-le, des espèces en voie de disparition. Qu’importe pour lui. Persuadé qu’une fois qu’il gagnerait sa vie, il trouverait la perle qu’il désire, il travailla très dur, collectionnant les noms féminins sur son tableau de chasse. Du moment qu’elles étaient belles et bien formées, c’est tout ce qu’il demandait. Et puis, moins elles en avaient dans la tête, plus elles correspondaient à son type. Macho ? Pas qu’un peu, mais il ne l’a jamais caché et les femmes savent à quoi s’attendre avec lui. C’est sans aucun doute pour ça qu’il n’eut jamais de relations longues durées, même lorsqu’il eut un travail fixe dans la gendarmerie. Et puis, il y a eu Elle. Oui Elle, car c’était sa première relation sérieuse. Il tenait à elle vraiment, mais il n’était pas prêt à devenir père et cela les brisa, lorsqu’elle tomba enceinte. Damien ne pouvait pas. Elle n’aurait jamais voulu laisser tomber son travail et rester à la maison comme son rôle l’exigeant. Et puis les Bellanger ne l’aimaient pas alors la question était réglée. Il la quitta, et même s’il lui fallut quelques mois, il finit par tourner la page. D’ailleurs, il rencontra une femme qui était dans tous les critères de sa famille mais aussi des siens. Lorsque les bombes explosèrent, elle était en voyage chez ses parents à Paris. Il espère la revoir, oui vraiment. Cependant il n’a que peu d’espoir, et plus les jours passent et plus ces derniers s’envolent… Alors, Damien se démène pour son travail, pour sa vocation. Il aide à maintenir l'ordre dans une communauté fragilisée par les intérêts personnels et les dissensions, et s'efforce d'être disponible à cent pour cent pour ceux qu'il a juré de protéger. Damien supporte la présence militaire depuis le début de celle ci à Louisville, et s'est très vite imposé comme un personnel supplétif irremplaçable pour l'unité de Raulne, de par sa connaissance du terrain. Damien a donc participé aux patrouilles et à la protection de la ville. Il a aussi participé à l'encadrement du convoi de réfugiés en direction du sud. Après tout, un gendarme est un militaire... Il dispose même de l'uniforme pour accentuer son statut, récupéré auprès d'un tué de l'assaut des bandits sur Louisville quelques semaines plus tôt. Damien. Autant dire qu'il fait partie du cercle intérieur des protecteurs du camp, avec la confiance de ses chefs.




Martin Huygues
Damien et Martin se connaissent depuis longtemps, et s'ils entretiennent de par leurs fonctions respectives une certaine amitié et un respect mutuel, ils n'en sont pas pour autant proches. Ils se tutoient, mangent parfois ensembles ou boivent un verre au bar du coin, mais ils ne sont pas intimes au point de se voir pour d'autres raisons que pour parler du boulot. Cependant, ils ont confiance l'un en l'autre, surtout en leur professionnalisme, et savent qu'ils peuvent se supporter mutuellement en cas de besoin. Et par les temps qui courent, cela n'a pas de prix ! Avec le temps, Damien s'est pourtant un peu éloigné de son ami, qu'il sait peu encore adapté à la survie.
Je suis un Nouveau voisin



Adel Sarkis
Damien et Adel ne s'entendent pas particulièrement bien ; en fait, c'est surtout qu'ils ne se connaissent pas encore vraiment bien. Adel a du mal à se faire à ces « nouveaux », ces durs qui ont vécu l'enfer, tandis que Damien ne sait pas encore trop comment se lier aux « nouveaux » du camp. En fait, tous deux n'ont rien à se reprocher, ils s'apprécient plutôt, mais c'est compliqué pour eux de fraterniser pour de bon sachant qu'ils évitent désormais de trop se lier ; tous deux ont bien conscience que personne n'est éternel, et ne pas se faire trop d'amis est aussi une manière de se protéger...
Je suis un Défenseur


Isabella Bellanger
Damien et Isabella sont cousin et cousine. Même s'ils n'ont pas grand chose en commun, ils s'entendent bien. Isabella fait partie de ce côté de la famille dont on ne parle pas souvent. Et puis bon, elle n'est pas française à cent pour cent et elle est divorcée, ce qui ne plait pas vraiment aux parents conservateurs de l'homme. Ils ne se côtoient pas souvent d'ailleurs à cause de cela. Ils prennent des nouvelles de l'un et de l'autre une fois chaque mois, une petit habitude qui s'est instaurée au fil des années. Il ne fait pas de doute qu'ils pourraient être proches, mais les circonstances jouent en leur défaveur.
Je suis un Nouveau voisin


Benoit Bertin
Damien est le premier Louisvillois qui s'est montré enchanté de l'arrivé de ses "collègues". Pour sur, la ville a besoin d'eux pour avancer, se défendre et se reconstruire. Aux petits soins avec les militaires, il s'est très rapidement lié d'amitié avec Benoit. Il peut passer de longues heures en sa compagnie à boire et à attendre que la radio rendre les sons qu'ils envoient. Ils ne parlent pas vraiment de leur vie personnelle, juste des conquêtes et des beuveries qu'ils ont pu écumer chacun de leur côté. Si cette guerre ou je ne sais quoi fini, c'est sur, ils resteront en contact. Ils se sont d'ailleurs rapprochés pendant la marche vers le sud, plus encore qu'auparavant. C'est grâce à Benoit que Damien a intégré la protection du Camp de la D57
Je suis un Défenseur


Alban Lorino
Damien et Alban se sont rencontrés lorsque les survivants venus de Louisville sont arrivés au camp D57. Sitôt arrivés, de nouveaux travaux pour élever des défenses ont été entrepris et Damien était de surveillance, lorsque des pillards ont échangé quelques coups de feu avec les défenseurs du camp. Alban a couru sous les balles pour jeter Damien à terre, qui n'avait pas vu qu'un adversaire contournait sa position. L'ennemi abattu, le gendarme s'est rendu compte de la chance qu'il avait eu. Tous deux ne sont pas amis, mais un lien très fort les unit désormais. La gratitude....
Je suis une Main d'oeuvre



Crédits

Dans l'ordre d'apparition :
Avatar(c) Shya || Icone (c)Selskia (c)Fanpop (c)Fanpop
Icone Lien (c)Imaginary (c)Datura (c)Torben ©Aandy(c) Pargaux
Codage (c)Kanala
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: Les défenseurs du camp - 2/5 libres   Jeu 17 Avr - 14:57

Adel Sarkis


Date de naissance : 13 mai 1983
Lieu de naissance : Beyrouth, Liban
Emploi : Caporal au 2ème Régiment de Dragons
Situation matrimoniale : Célibataire

Caractère :Vif – Autoritaire – Impatient – Acuité tactique – Bon négociateur
Avatar : Zachary Quinto





Adel est né au Liban en pleine guerre civile, voici bientôt trente ans. Sa famille était composée majoritairement de notables et de gens importants en ville. Des avocats, des notaires, quelques petits élus ou des représentants de syndicats. Avec la chute du précédent régime, la famille dû se replier sur elle même. Symbole d'une époque révolue dans le pays, les Sarkis devaient maintenant survivre face aux pénuries et aux menaces de concitoyens jaloux. Alors que des troupes de l'ONU et les français intervenaient au plus grave de la crise, Adel fut témoin d'un attentat. Sa mère mourut, ainsi que sa tante et ses deux sœurs. Dévasté, il n'en réchappait que de justesse dans un hôpital militaire français. Une fois remis sur pied, son père et deux de ses oncles émigrèrent et se rendirent en France, ancien protecteur du Liban, avec qui la famille Sarkis avait développé de nombreux liens professionnels. Cet éloignement des drames familiaux ne permit pourtant jamais au jeune homme d'oublier ce qu'il avait vécu là bas pendant les troubles. Reconnaissant envers le pays qui l'avait accueilli, Adel étudia sans réserve le droit, avant de très vite se lasser. Plutôt impatient, il n'avait pas le loisir d'attendre la fin de son diplôme pour se mettre à travailler. Et surtout, il prit très tôt son indépendance avec sa copine française, et devint lui même français une fois devenu adulte. Peu intéressé par une carrière juridique comme les autres hommes de sa famille, Adel se détourne très vite de cette voie, incapable qu'il est de reprendre ses études, et finit par essayer de passer plusieurs concours. Gendarmerie, adjoint en zoo, gardien de prison, rien n'y fait. Ce n'est pas tant que le jeune franco-libanais est mauvais, non ce n'est pas du tout le cas. Il a simplement beaucoup de mal se concentrer sur d'ennuyeux examens écrits et a toujours préféré les activités d'extérieur. Face à une copie, et a fortiori face à un examen, quelque chose de sérieux où ses connaissances sont contrôlées, Adel s'ennuie, pense à autre chose. Il rédige parfois plein de pages, mais tombent souvent dans le hors sujet. Ce déficit d'attention lui fera plusieurs fois baisser les bras. Décidé à faire quelque chose d'utile de sa vie, le jeune homme finit par arriver à l'armée. Engagé au 2ème Dragons, il est devenu expert en reconnaissance en milieu nucléaire-bactériologique ou chimique. Il passe alors son temps entre formations et entraînements, et finit par devenir mitrailleur sur VAB, un transport de troupes léger de l'armée française. Engagé en octobre 2012 en Normandie, son unité est rapidement laissée en arrière, pour garder un camp de réfugiés, tandis que le reste du régiment file vers le nord affronter des mercenaires inconnus. Adel ne reverra jamais ses camarades, hormis ceux restés avec lui. S'imposant un temps comme chef de sécurité, le jeune homme s'impose par son charisme et son intelligence qui permettent très vite d'obtenir de meilleures solutions pour s'approvisionner en eau et en nourriture, ainsi que pour se protéger. Adel ne rechigne pas à se battre, même s'il n'a jamais combattu que des pillards de son propre pays. Pour autant, il s'était habitué à sa position plus confortable à la tête de la sécurité du camp, et se heurte parfois au lieutenant Raulne qui l'a remplacé sitôt arrivé sur place. Il n'empêche pas qu'Adel incarne pour nombre de réfugiés une figure proche et paternaliste; un visage sur lequel s'appuyer.




Damien Bellanger
Damien et Adel ne s'entendent pas particulièrement bien ; en fait, c'est surtout qu'ils ne se connaissent pas encore vraiment bien. Adel a du mal à se faire à ces « nouveaux », ces durs qui ont vécu l'enfer, tandis que Damien ne sait pas encore trop comment se lier aux « nouveaux » du camp. En fait, tous deux n'ont rien à se reprocher, ils s'apprécient plutôt, mais c'est compliqué pour eux de fraterniser pour de bon sachant qu'ils évitent désormais de trop se lier ; tous deux ont bien conscience que personne n'est éternel, et ne pas se faire trop d'amis est aussi une manière de se protéger...
Je suis un Défenseur



Alban Lorino
Alban et Adel ont dû collaborer tout deux pendant un grand nombre de semaines, depuis leur arrivée respective en fait, puisqu'ils sont tombés sur ce camp à peu près au même moment. Alban était un grand ouvrier costaud qui ne semblait avoir peur ni du travail, ni de l'ennemi. En fait, Alban ne semblait avoir peur de rien. Alors, Adel l'a recruté pour construire les défenses du camp à partir de bric et de broc auquel ils avaient eu accès en fouillant les environs. A la tête de son équipe, Alban fut reconnaissant du travail qu'on lui donnait, de l'occasion qu'il avait désormais d'oublier ses nouveaux problèmes. Ceux ci ne s'arrangeraient peut être jamais, mais au moins a t-il maintenant une utilité dans cette communauté. Tous deux sont pour l'autre ce qu'il ressemble de plus près à un ami.
Je suis une Main d'oeuvre



Emilie Rangassamy
Emilie est une jeune arrivante du camp. Adel l'a trouvé à demie morte il y a une dizaine de jours au bord du chemin de terre qui mène au ruisseau non loin du camp. Manifestement, la jeune femme a été violentée et elle a aussi beaucoup souffert ; son corps était couvert de guenilles et de blessures diverses, qu'elle semblait avoir récolté dans la violence. Elle n'a gardé aucun souvenir de ce qu'elle a subi. D'abord un peu sauvage et méfiante, Emilie a fini par se détendre, en particulier en présence d'Adel. Tous deux sont attirés l'un par l'autre, mais aucun n'ose faire un pas de plus de peur de trop se hâter. Adel sait que la jeune femme a été traumatisée et elle même en a conscience. Alors tous deux laissent faire le temps, mais comptent sur la présence de l'autre pour supporter la fin du monde.
Je suis un Nouveau voisin



Chloé Beauclaire
Chloé et Adel se détestent cordialement. Pour la première, le caporal est un abruti doublé d'un opportuniste, un mec qui a pris le contrôle du camp pendant des mois en profitant de la situation. Elle est sûre qu'elle l'a vu, un soir ou deux, avec une autre jeune réfugiée... Que sait ce qu'il lui extorque contre la « protection » du camp? Adel quant à lui perçoit Chloé comme un esprit rebelle et indomptable dans le mauvais sens du terme, son esprit de contradiction met tout le monde en danger et surtout, provoque sans cesse des tensions dans la communauté. Qui a dit que tout est parti d'un simple quiproquo au départ?
Je suis un Baroudeur


Natalya Vareshkova
Adel ne comprend pas pourquoi Raulne s'embarrasse de cette fille. C'est une civile à la base, non ? D'après ce qu'il a compris, elle a aidé les louisvillois à se tirer d'un ou deux mauvais pas. Mais de là à ce qu'elle prenne autant de place dans un boulot aussi sérieux ? Adel ne comprend pas, et ce qu'il ne comprend pas le rend méfiant. Natalya quant à elle, se méfie également de ce jeune caporal. Il n'a pas fait grand chose pour gagner sa confiance ; tous deux ne se comprennent pas et se disputent parfois, lorsque des décisions doivent être prises. Elle le considère comme peu capable et lui comme une arriviste. Attention aux étincelles...
Je suis un Défenseur



Crédits

Dans l'ordre d'apparition :
Avatar(c) Corpse Heart || Icone (c)Aandy
Icone Lien (c)Fanpop (c)Psychadelia (c)winterfell (c)Gentle Heart
Codage (c)Kanala
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les défenseurs du camp - 2/5 libres   Aujourd'hui à 12:48



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum