AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes actuellement, en jeu, pendant la DEUXIEME QUINZAINE de FEVRIER 2013.
[La météo ici ]


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 13
Messages : 513
Membre du mois : 8
Célébrité : Naomi Scott
Age : 24
Crédit : wildest dream (avatar)
Caractère : une Lyra quoi ::




MessageSujet: Le port de plaisance est un lieu conçu pour que les navigateurs qui ne prennent pas la mer puissent rencontrer des vacanciers qui n’ont pas de bateau.   Dim 9 Mar - 10:20

La volonté d'un homme à se conduire comme il faut, était ce qu'elle était. En période de guerre toutes ces bonnes mesures tombaient à l'eau. Nous étions début des périodes de Noël, normalement à cette période là, Louisville respirait la joie de vivre, avec des illuminations de partout. Je ne pouvais pas croire que nous étions le 22 décembre et dans deux jours normalement nous étions censés réveillonner. Oh bien sur je me doutais bien que Noël ne serait pas Noël cette année bien au contraire. Je ne pouvais pas croire que ma soeur pense à réveillonner dans cette condition. Bien évidemment j'avais fait une croix dessus, rendant le 24 décembre un jour comme un autre. Du moment que ça passait rapidement que tout se déroulait rapidement. Nous avions un Noël froid dans tous les cas cette année, le thermomètre de la cuisine annoncé moins quatre degré ce midi et quand je partais il était remonté un peu à moins deux. Le gros manteau, le bonnet. Normalement nous étions en Normandie, nous ne pouvions pas imaginer un vrai Noël avec beaucoup de neige et tout. J'avais pour habitude déjà que dès qu'il y avait de la neige c'était une journée entière de paralysie. Bon d'accord y avait ce qu'on pouvait nommer de la neige (avec beaucoup de cendres aussi.) Je ne pouvais pas me dire que c'était un hiver normal, rien qu'à la tête de la ville triste face à moi.

En face de moi se trouver le port de plaisance, la mer était une nouvelle fois bien agitée, c'était désert. Rien ne se passait, tout était silencieux, le seul bruit était les bateaux qui tapaient contre le bord de leur quai. Je voyais quelques pêcheurs qui avaient bravé l'interdiction et qui semblaient revenir complètement bredouille de leur pêche. Après tout que pouvait-on encore trouver dans la mer ? Pas grand chose, et s'il y avait du poisson je n'étais même pas sure qu'il soit comestible. Je m'assis sur le bord à côté d'une femme que je connaissais plutôt bien. Noël était vraiment une période que je n'aimais pas de plus. Cette période était le rappel de l'accident de voiture que nous avions eu avec mes parents, alors forcément ce n'avait pas le même goût depuis. Isabella semblait pensive, complètement ailleurs. "Si je peux te déranger un peu ?" demandai-je à ma nourrice depuis plusieurs années maintenant.


have you ever imagined your life during war times ? now, we can say it.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le port de plaisance est un lieu conçu pour que les navigateurs qui ne prennent pas la mer puissent rencontrer des vacanciers qui n’ont pas de bateau.   Mer 12 Mar - 15:09

Je regardais désespérément le calendrier. Déjà le 22 décembre... Et dans deux jours c'était Noel. Noel ? Ce mot avait il encore un sens aujourd'hui ? On pouvait en douter. Que pouvions nous faire désormais pour célébrer cette fête familiale ? J'aurais donné beaucoup pour avoir la réponse. J'aurais tant aimé pouvoir faire plaisir à mes enfants, partager enfin un moment chaleureux avec eux. Juste pour un soir, faire abstraction de la situation. Mais la guerre, on ne peut pas l'oublier quand elle est à votre porte. Il me fallait donc me résigner, accepter que cette année il n'y aurait pas de noel pour nous. Cette année, et probablement celles qui vont suivre. L'avenir est si obscur. La mort, la destruction, sûrement. La paix ? Peut être. Mais dans combien de temps ? Combien de jours, d'années, de secondes ce cauchemar va t-il durer ? Il ne suffit pas de se pincer pour se réveiller... Mieux vaut ne pas penser à demain et essayer de survivre à aujourd'hui.

Edward s'était assoupi sur le canapé et Camélia rangeait sa chambre, ce qui, la connaissant, lui prendrait au moins une heure. Moi... Je m'étais décidée à sortir. Laissant un petit mot sur la table, j'enfilais mon manteau par dessus mon pull, enfonçais mon bonnet sur mes oreilles et enroulais mon écharpe.

Dehors le froid me mordit les joues. Les cendres jonchaient le sol et tout était gris autour de moi. J'avais fini par m'habituer à cette vision de Louisville, mais quand je me rappelais la ville telle que je l'avais connue à mon arrivée, un étrange malaise m'envahissait. Le décor était le même mais c'était tout. La neige n'en était même plus. En temps normal, avant, je me serais assise sur le banc et j'aurais regardé les enfants jouer. J'aurais ri avec eux puis je me serais prise une boule de neige dans la figure avant de me jeter à mon tour dans la bataille. Aujourd'hui j'étais bel et bien assise sur ce banc, face au port, mais la joie de vivre n'était pas au rendez-vous.

Je me perdais dans mes pensées en regardant l'étendue de la mer. Son bruit si particulier, si doux m'avait tout de suite fait apprécier cet endroit. Bien qu'il ne sera plus jamais le même, je ne le quitterais pour rien au monde, même si je le pouvais. Mes pensées étaient toujours les mêmes, ou se rejoignaient à un moment ou un autre. Ne plus penser au passé, ne pas penser à l'avenir. Penser au présent. Et le présent, c'était quoi ? La guerre, la désolation. Les renégats, nos armes. Un espoir parmi la cendre. L'idée d'aider les militaires ne me plaisait pas mais de toute façon il ne servait à rien de négocier. Mathie les détestait autant que moi mais nous n'avions visiblement pas le choix.

Je ne vis pas arriver Lyra et ne remarquais sa présence que lorsqu'elle s'assit à coté de moi. Je lui répondis avec un sourire.

"Je ne m'attendais pas à te voir ici, mais bien sûr que tu peux me déranger ! Je n'ai rien à faire de mon temps."
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 13
Messages : 513
Membre du mois : 8
Célébrité : Naomi Scott
Age : 24
Crédit : wildest dream (avatar)
Caractère : une Lyra quoi ::




MessageSujet: Re: Le port de plaisance est un lieu conçu pour que les navigateurs qui ne prennent pas la mer puissent rencontrer des vacanciers qui n’ont pas de bateau.   Mer 19 Mar - 9:34

Ma capacité à m'échapper me permettait encore à m'en sortir un petit peu aujourd'hui. Le rêve était quelque chose que l'on ne pouvait pas se supprimer. Alors parfois, tu fermes les yeux et tu essayes de voir ce qui se passe dans un autre monde. Celui où j'étais il y a encore quelques mois, tout allait tellement mieux. Et puis je retournais à la vraie réalité, celle où tout était gris autour de nous. Mon manteau rouge remontée jusqu'au nez, avec un bonnet tricoté par la mère de mon amie du lycée et enfin une écharpe. La chaleur de mes vêtements ne remplaçait en rien la chaleur humaine que l'on avait normalement à cette période de l'année malheureusement. Noël ne prenait en rien un sens cette année, c'était ce que j'étais en train de me dire quand je marchais sur le quai du port de plaisance. Les marins continuaient à espérer très certainement que nous pourrions revenir aux bases, retourner en mer comme avant. J'en étais moins sure malheureusement. Je n'arrivais pas à voir comment notre vie allait pouvoir s'arranger. Moi aussi je voulais revenir comme avant, quand ma soeur me préparait pleins de bonnes choses à manger pour mon anniversaire ou même pour Noël quand le matin je découvrais émerveillée mes cadeaux au pied du sapin. Ces petites choses qui étaient définitivement perdue malheureusement. Plus jamais nous n'aurons ça, ou alors ce serait mes enfants qui le connaitront je n'en savais rien de comment ça allait tourner. Mais en tout cas si j'avais cette vision du monde dans une dizaine d'année, alors non je ne voulais pas donner cela à mes enfants, c'était mort. Je m'assies à côté d'Isabella qui semblait perdue dans ses pensées. Je restais silencieuse quelques secondes. J'ai cherché à m'enfuir un peu de la maison, tous les jours je sors pour pouvoir me dire que je prend l'air que je fais quelque chose de ma journée, mais... Autant te dire que je commence à devenir un peu folle moi la pile électrique. Enfin, je prend mon mal en patience, enfin si on peut appeler encore ça de la patience. Edward & Camélia sont à la maison du coup ? Et toi tu vas bien ?


have you ever imagined your life during war times ? now, we can say it.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le port de plaisance est un lieu conçu pour que les navigateurs qui ne prennent pas la mer puissent rencontrer des vacanciers qui n’ont pas de bateau.   Dim 30 Mar - 13:38

Me souvenir me faisait mal, pourtant je ne pouvais m'en empêcher. C'était plus fort que moi. Un instant, j'éspérais que cela me redonnerait un vrai espoir, mais c'était peine perdue. En priorité c'était pour mes enfants que j'avais peur, bien sûr. Ce monde qu'ils avaient à peine eut le temps de connaître et qui soudain tombait en ruines aujourd'hui... Laissant place à un désert grisâtre. Cendres, mort. Quelle vie allaient-ils avoir ? Leur jeunesse se consumait déjà alors qu'en serait-il de leur vie adulte ? Ne connaitraient-ils jamais un monde en paix ? Le fait que je ne puisse rien arranger à la situation m'énervait d'autant plus. L'impuissance face à la destruction, au malheur de sa progéniture doit être la pire chose qui puisse m'arriver. Et elle m'arrive.

Ces pensées qui m'obsèdent à chaque seconde, je pensais arriver à les laisser de côté en sortant aujourd'hui. Le port était presque vide, quelques marins trainaient encore près des embarcations. Qu'espéraient-ils donc ? Retourner en mer et en revenir les bras aussi chargés qu'il y a quelques mois ? C'en était presque comique. Il n'y avait plus rien à la mer, la belle manche avait tout perdu et penser le contraire n'était qu'un espoir vain. Un de plus.

Penser à autre chose. Essayer. Mais à quoi ? Que nous restait-il à penser dans ce monde, il ne reste plus que la guerre et la mort. Tout le reste appartient au passé, et le passé fait mal. Le présent aussi fait mal. Tout me fait mal, la
vie de nos jours n'est faite que de douleurs. S'évader reste t-il possible ? Je ne sais pas. Pas pour moi. Peut être pour Edward, sinon je me demande bien comment il tiendrait le coup. Moi de toute façon, je ne suis pas là pour essayer de m'évader. Je suis là pour survibre et veiller sur eux. Lourde tâche.

Je reconnus immédiatement la jeune fille qui s'assit à mes côtés, bien que je fus surprise de sa présence ici. J'aimais beaucoup Lyra, je la connaissais depuis qu'elle était toute petite et m'étais vite attachée à elle. Je l'ai gardé à de nombreuses reprises quand Mathie venait à s'absenter. Un peu comme si elle faisait partie de ma famille. Elle s'entend bien avec mes enfants, malgré la différence d'âge. C'est toujours heureux, en ces temps, de pouvoir se dire que l'on est pas totalement seul dans les cendres. Il y a Mathie, Mickael, Lyra, mes enfants.

Je ne pus m'empêcher d'avoir un soupçon d'inquiétude pour la lycéenne. Se promener seule... Et s'il lui arrivait quelque chose ? On n'est jamais trop prudent, en temps de guerre, surtout avec tous ces militaires qui rôdent en ville... Non je ne pouvais m'empêcher d'être inquiète pour elle comme pour mes propres enfants, c'était plus fort que moi. Me faire du soucis pour les gens que j'aime. Je me gardais bien de le lui faire remarquer, cependant. Elle n'aimait pas trop quand je me montrais trop protectrice, elle me disait qu'elle était grande... Il est vrai qu'elle était plus grande que Camélia, qui n'avait que douze ans. Et justement, je n'arrivais pas bien à me rendre compte que Lyra approchait de l'âge adulte. Je voyais encore en elle la petite fille joyeuse que j'avais gardé par le passé. La soeur de mon amie me confia qu'elle sortait souvent pour prendre l'air, avoir l'impression de faire quelque chose. Mais elle commencait à devenir folle, la "pile électrique", ce qui me tira un petit sourire. Ensuite elle me demanda de mes nouvelles et de celles de mes enfants.

"Aussi bien qu'on peut aller en ces jours... Je sors pour essayer de me changer les idées mais... C'est impossible. Les enfants vont plutôt bien, d'ailleurs je me demande comme ils font pour tenir le coup."
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 13
Messages : 513
Membre du mois : 8
Célébrité : Naomi Scott
Age : 24
Crédit : wildest dream (avatar)
Caractère : une Lyra quoi ::




MessageSujet: Re: Le port de plaisance est un lieu conçu pour que les navigateurs qui ne prennent pas la mer puissent rencontrer des vacanciers qui n’ont pas de bateau.   Dim 13 Avr - 21:03

Un enfant a un espoir beaucoup plus grand que le nôtre, ceux qu’on a à la fin de l’adolescence et surtout au moment du début de l’âge adulte. Je me voyais peu à peu dépérir à ce niveau là. J’étais une fille très positive à ce niveau là. J’avais fait beaucoup de danses pendant mon enfance et mon adolescence et l’année dernière, j’avais tout abandonné pour faire de la gymnastique, je n’étais pas été mauvaise, mais la danse classique m’avait permis d’avoir de l’envie de toujours être meilleur. Aujourd’hui, cette envie était toujours là. La danse me permettait encore de booster mon envie. J’étais toute petite, toute fine, j’aurai pu avoir la taille d’un petit rat de l’opéra, m’avait dit ma mère quelques jours avant de me quitter, mais il me manquait le talent spécial qu’elles avaient là dedans. Je n’avais jamais été exceptionnelle, j’étais très gracieuse, souple et tout ce que vous voulez mais il était vrai qu’il fallait quand même un talent exceptionnel pour devenir professionnel dans ces acrobaties. Pour autant, j’étais la danseuse qui avait toujours l’espoir de progresser, aujourd’hui j’étais la gamine impinable qui avait la volonté de vivre. Et c’était ce qui me permettait de tenir jour après jour. Je savais que si je me laissais abattre pour une quelconque raison j’étais complètement foutue. Et je ne voulais pas être un poids pour ma sœur, oui je n’avais plus de portable depuis plus de quatre mois, l’électricité c’était un coup sur quatre aujourd’hui c’était plutôt un coup sur cent, et forcément on avait appris à se débrouiller comme il fallait avec Mathilda, mais ça ne m’empêchait pas de vivre correctement non plus. La vie était plus dure, mais elle n’était pas invivable contrairement à certains autres moments. Pour le coup Isabella semblait bien le comprendre concernant ma situation, elle n’était même plutôt en train de me satisfaire dans cette situation. Je la savais inquiète pour ses enfants ce qui était entièrement normal, je savais que Mathilda ne cessait de s’inquièter pour moi, ce qui me tuait. Je lui disais de vivre pour elle, de prendre un peu de recul sur moi et de me laisser me débrouiller ça le faisait très bien. Enfin ça allait le faire très bien pour moi, j’en étais persuadée, si ça restait comme ça c’était bon. « Camelia n’a que douze ans ! Elle a encore des yeux d’enfant, tout comme Edward, ils ont encore l’innocence, et l’espoir qu’on perd peu à peu. Et je donnerai tout pour avoir leur espoir, parce que plus ça va, plus je me dis que ça va être dur pour nous tous. Pour le moment, ça ira. C’est ce que je me dis, et puis tant qu’on est ensemble avec Mathie, rien ne peut nous arriver, ça nous permet de nous accrocher » dis-je avec un sourire. Le sourire de l’espoir, celui qui voulait redonner foi en l’humanité même si ce n’était en rien facile bien au contraire. Il n’était pas facile d’instaurer ça. Foi en l’humanité quand on se demande où est l’humanité ? La blague.


have you ever imagined your life during war times ? now, we can say it.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le port de plaisance est un lieu conçu pour que les navigateurs qui ne prennent pas la mer puissent rencontrer des vacanciers qui n’ont pas de bateau.   Dim 20 Avr - 11:11

Je ne me laissais pas abattre, non. Je ne peux pas, c'est simple. Je dois cela à mes enfants, je dois au moins tenir le coup pour eux, la chair de ma chair. Si ce monde a un avenir, c'est en eux qu'il se trouve, pas en moi qui approche de la quarantaine. Ils tiennent bon. Même sans moi ils tiennent bon. J'aimerais avoir le même courage qu'eux mais je ne nourris aucune illusion sur ce point là. S'ils n'étaient pas là j'aurais baissé les bras. Ils sont la force qui chaque jour me pousse en avant, ils sont ma force et je me dois d'être la leur. Ce n'est pas moi qui doit me reposer sur eux mais bien le contraire. Alors non, je ne perds pas espoir, c'est comme un devoir pour moi. Pour assurer la survie des miens et leur assurer un lendemain favorable. Chaque être a du un jour lutter dans sa vie, une lutte plus ou moins forte, contre diverses choses. Mais la force de l'homme, c'est avant tout sa capacité à résister et à s'adapter pour survivre. Ce que nous vivons aujourd'hui est l'appogée de tous les malheurs de l'homme. Nous sommes confrontés à nos propres horreurs et il nous faut garder espoir et confiance en nos proches. Car c'est ensemble que nous pourrons survivre, ce n'est qu'en unissant nos forces que nous pourrons nous tirer de la violence de la nature humaine. Pes enfants ne s'en rendent sûrement pas vraiment compte, que cette guerre n'est que le fruit de l'esprit humain. C'est un luxe que j'ai dû abandonner depuis bien longtemps. Je suis lucide, et eux gardent l'innocence de leur jeune âge. Il ne faut pas qu'ils la perde. Elle est trop précieuse. Depuis cette nuit de septembre j'ai eu peur que mes enfants grandissent trop vite. Peur que leur jeunesse, cette période si merveilleuse de leur vie, ne soit détruite par le monde dans lequel ils grandissent. Pour l'instant ces peurs ne se sont pas concrétiser, et j'espère qu'il en sera ainsi jusqu'à ce qu'ils soient grands.

Lyra était grande, elle. Je m'en rendais compte. Elle n'était plus la petite fille que je gardais er qui jouait en riant avec Camélia. Elle avait perdu son innocence mais pas son espoir. Je savais que Mathie ne la laisserait jamais tomber et qu'elle non plus ne laisserait jamais son ainée. Comme moi avec mes enfants. Ensemble, unis, nous avons une chance de voir un autre monde que celui de Mort et de Cendres.

"Bien sûr. Mathie ne te laissera jamais tomber et... Moi non plus d'ailleurs. Si on veux y arriver il fait unir nos forces. J'ai toujours peur que la guerre ne fasse grandir prématurément les enfants. Ca n'a pas l'air le cas, ils ont toujours cet amour en eux et cette joie de vivre... J'ai besoin d'eux, ils me communiquent leur espoir quand je n'en n'ai plus. J'aimerais être sûre d'un jour pouvoir leur offrir un monde meilleur."

Pourquoi est-ce que je me confiais ainsi à Lyra ? Aucune idée. Si peu de gens avaient aujourd'hui la confiance, et la lycéenne en faisait partie, la considérant un peu comme ma fille. Mais justement, je n'ai pas pour habitude de confier mes troubles à mes protégés. Peut être parce qu'aujourd'hui je voyais une Lyra différente, plus mûre, ce qui m'incitait à lui parler plus sérieusement.

"Mais enfin... Je suppose que tu as déjà assez de malheurs pour ne pas entendre les miens. Et Mathilda, comment va t-elle ? Je ne suis pas tellement sortie de chez moi ces derniers jours, j'aurais aimé passer la voir mais je n'en ai pas encore eu l'occasion."
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 13
Messages : 513
Membre du mois : 8
Célébrité : Naomi Scott
Age : 24
Crédit : wildest dream (avatar)
Caractère : une Lyra quoi ::




MessageSujet: Re: Le port de plaisance est un lieu conçu pour que les navigateurs qui ne prennent pas la mer puissent rencontrer des vacanciers qui n’ont pas de bateau.   Dim 27 Avr - 18:25

L’innocence est quelque chose de si précieux que je ne pouvais pas imaginer les deux enfants d’Isabella le perdent si soudainement, même si je me doutais qu’avec les événements à venir n’allait pas les aider à évoluer dans les rêves et les bonbons roses. Je m’en doutais bien, on arrivait à la fin de l’année et très peu d’entre nous à Louisville nous étions en train de penser que les fêtes de fin d’année. Noël était si loin et même si je comptais apporter un cadeau à ma sœur le 25 au matin je savais que Noël n’aurait plus le même goût, même si pour moi il était déjà différent de ceux de mon enfance, là c’était encore pire. Je gardais espoir que l’on voit les choses s’amélioraient même si ce n’était pas très simple de penser cela. J’avais cinq ans de plus que Camelia, je me souvenais encore quand je râlais en disant que c’était un bébé mais au final j’étais contente de jouer avec elle. C’était ma petite poupée pour tout dire, je pouvais tout lui faire faire c’était ce qui était intéressant, c’était ce que j’aimais avec Camélia et puis surtout je jouais avec elle, tout comme je faisais conseil de grande sœur, je me doutais qu’avec le temps les conseils que je lui donnerai seront peut être d’autant plus importants même si sa mère gérait super bien. On avait tous eu nos problèmes mais il était vrai qu’avec l’aide d’Isabella cela m’avait semblé un peu plus surmontable. Elle avait joué le rôle d’une mère qui m’avait manqué au moment de l’adolescence. Celui qui m’avait manqué, j’avais Mathilda mais ce n’était pas pareil. Ca ne serait jamais pareil, Isabella m’avait vu grandir des années depuis que j’étais à Louisville, d’autant plus depuis que Mathie avait besoin d’une babysitter de temps à autres. « Je pense qu’on veut tous avoir un monde meilleur. Un monde qui nous offrira de nouvelles opportunités quitte à vivre l’apocalypse au moins que ça nous offre une opportunité. Mais je me tombe bien qu’ils ont encore l’espoir c’est ce qui est bien, d’un côté c’est ce qui nous donne un peu d’aide et surtout à toi » dis-je avec un sourire. Je ne faisais pas un grand pas dans la conversation, disons que j’aidais surtout à confirmer ses dires. Je ne voyais pas trop quoi dire d’autre. D’une certaine façon, il n’y avait pas d’autres éléments à apporter. La confiance que m’accordait ma voisine me rassurait, c’était aussi ce dont on avait besoin « Ne t’inquiète pas. Les malheurs ont en à tous, mais on a aussi besoin d’une oreille attentive pour les écouter. Mathie va bien, j’ai l’impression qu’elle courre partout et qu’elle ne me raconte pas tout, comme si elle ne voulait pas tout me dire, comme si j’étais encore trop jeune pour elle. Tu pourras peut-être la voir dans la semaine, passe avec les enfants, ça nous fera plaisir. »


have you ever imagined your life during war times ? now, we can say it.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le port de plaisance est un lieu conçu pour que les navigateurs qui ne prennent pas la mer puissent rencontrer des vacanciers qui n’ont pas de bateau.   Mer 30 Avr - 15:40

[H-J] : C'est un peu confus, désolé ^^

La vie n'était plus la même depuis trois mois et ne le serait plus jamais, même si nous sortions de cette guerre. Trois mois que ce monde reflète l'enfer. Ca parrait court, trois mois, tellement court, même pas une année complète... Pourtant, quand je me souviens de notre ancien monde, ces souvenirs me paraissent lointains, très lointains et brumeux. Douloureux. Hereusement, tout n'avait pas été détruit, et tout ne le serait jamais. Non, car on ne peut enlever à l'être humain la capacité du souvenir et de l'amour. Et les êtres qui me sont chers m'entourent encore et même si un jour nous devons nous séparer -oh oui, j'aurais mal- leurs visages et les instants passés avec eux continueront de vivre dans mon esprit. C'est cela, sûrement, qui pourra me permettre de tenir le coup. Lyra et Mathie étaient comme ma famille. Deux soeurs. Presque une fille pour Lyra quand bien même à présent je me rendais compte qu'elle ressemblait plus à la renégate qu'à ma progéniture. N'empêche que je l'avais vu grandir depuis sa tendre enfance, j'avais toujours été là quand elle voulait se confier ou rechercher du soutien. Puis je l'avais vu s'occuper de Camélia et grandir avec elle, parfois en se pleignant mais au final elles étaient heureuses d'être ensembles et s'entendaient bien. Camélia voyait en Lyra l'ainé qu'elle n'aurait jamais, elle qui se savait condamnée à veiller sur son petit frère; de son côté, Lyra voyait en ma fille une petite soeur, un poupon sur qui veiller et sur qui s'amuser. Ma séparation avec Arthur avait été un coup dur pour Camélia, elle était contente de pouvoir se confier à quelqu'un d'autre qu'a sa mère. Moi je les regardais toutes les deux, de loin, sourire aux lèvres. Quand à Mathilda et moi, c'était quelque peu différent, mais je ne vais pas m'étendre sur cette relation maintenant. Nous étions plongées dans la même situation, toutes les deux.

Je souris à Lyra mais n'ajoutais rien. Nous avions partagé tellement de choses, nous savions tellement de choses sur l'autre que nous n'avions pas forcément des masses de sujets à aborder en ce moment. Il y avait la guerre, le désespoir, l'espoir et la guerre. Il ne restait plus rien en ce monde. Je ne voyais rien à ajouter sur ce point. Elle savait que si elle avait besoin, je serais toujours là. Quoi qu'il nous arrive.

La jeune femme -puisque c'était ce qu'elle devenait- me parla ensuite de sa soeur, vu que je la lançais sur ça. Je comprenais ses paroles et, bien que je ne le montrais pas, j'étais un peu génée. Je ne savais pas vraiment ce que Mathie lui avait dit ou lui avait caché. Je suppose qu'elle essayait de la tenir à l'écart, c'est ce que j'aurais fait avec mes propres enfants. Camélia se doutait bien de certaines choses, mais c'étaient ses propres observations, je ne lui disais rien du mouvement que menait notre voisine. Oui ils l'avaient vu débarquer en plein milieu de la nuit au début de la guerre, mais ils ne se doutaient pas que c'était pour cacher des armes. Lyra était plus grande, elle pouvait se battre, mais je ne pense pas que sa soeur veuille trop la méler à cela pour le moment.

"Je ne peux pas te dire grand chose... Sûrement ne te dit-elle pas tout, mais c'est pour ton bien. Même si tu es grande, elle veut te préserver. C'est normal. Alors j'essaierais de passer. Peut être le 25?"

Une pointe de tristesse. Il n'y aurait plus de noel et je n'aurais rien d'autre à offrir à mes enfants que l'amour d'une mère. Amour qui était plus fort que tout. Mais je me posais une question : était-il bon de maintenir cette facade de normalité ?
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 13
Messages : 513
Membre du mois : 8
Célébrité : Naomi Scott
Age : 24
Crédit : wildest dream (avatar)
Caractère : une Lyra quoi ::




MessageSujet: Re: Le port de plaisance est un lieu conçu pour que les navigateurs qui ne prennent pas la mer puissent rencontrer des vacanciers qui n’ont pas de bateau.   Jeu 1 Mai - 17:03

« Pour mon bien, oui surement » dis-je sans vraiment dire autre chose dans un premier temps. Que voulez-vous que je rajoute, ma sœur était particulièrement protectrice avec moi. Même en me doutant qu’elle me laissait à l’écart de beaucoup de choses, je ne pouvais pas non plus lui en vouloir. J’étais encore une enfant à ses yeux pour le coup et elle voyait toujours cette petite qu’elle avait récupérée paniquée un soir à l’hôpital après un grave accident de voiture. La fillette sans voix que j’étais devenue pendant quelques mois, qui ne s’exprimait qu’en cas de nécessité, sinon je ne lui adressais pas un mot. Je cherchais à comprendre. Mais aujourd’hui ce que je voulais qu’elle comprenne c’était que j’avais beau toujours être cette enfant à ses yeux je voulais lui faire comprendre aussi que je pouvais me débrouiller un petit peu toute seule, et qu’un jour s’il arrivait à que l’on devait se séparer il faudrait alors que j’apprenne de moi-même. C’était bien évidemment la dernière chose que je souhaitais pour ma sœur et moi, je ne voyais pas avancer sans elle. Je me disais que c’était impossible à mes yeux, mais les événements ne nous permettraient peut-être pas faire comme on souhaiterait. Je respirai un bon coup quand même, et répondis avec un sourire « Le 25 parfait, tu pourras passer avec les enfants, ça me fera plaisir de voir Camélia » Je m’entendais très bien avec les enfants d’Isa, et avec les derniers événements il était vrai que je les voyais moins souvent qu’avant. Chacun passe du temps avec sa famille, sans pour autant oublier les autres, mais il était vrai que certaines personnes passaient en priorité aussi. « Ce qui manque d’avant c’est l’hiver doux, j’ai l’impression qu’il n’a jamais fait aussi froid que maintenant ! » dis-je en constatation en remontant ma veste sur le coup. Peut-être que c’était accentué avec le fait que j’étais en bord de mer, certainement.


have you ever imagined your life during war times ? now, we can say it.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le port de plaisance est un lieu conçu pour que les navigateurs qui ne prennent pas la mer puissent rencontrer des vacanciers qui n’ont pas de bateau.   Ven 2 Mai - 11:34

Lyra venait de me confier ce qu'elle sentait. Que Mathie lui cachait des choses, qu'elle ne lui disait pas tout. Je comprenais son point de vue, mais comme toute mère je défendais Mathie. Elle n'était que la grande sœur de Lyra, mais en l'occurence c'était elle qui s'occupait de la jeune fille en face de moi. Bien sûr que la renégate ne disait pas tout à la lycéenne, c'était plus que normal dans la situation où nous étions. Je ne pouvais pas nier ce que Lyra me disait, je ne le fis pas, non, je fis ce que toutes le mères au monde font. Je lui dis que c'est pour son bien. Réponse à laquelle elle devait s'attendre, me connaissant, mais je ne pouvais lui donner d'autres conseils. Je n'allais pas lui dire de montrer à Mathie qu'elle était forte, elle le savait et ça ne changeait rien. Peut être que ma réponse l'énervait, peut être qu'elle ne la satisfesait pas, et pourtant je ne pouvais rien lui dire d'autre. Moi aussi, mes parents ou des adultes m'avaient déjà répondu « c'est pour ton bien », et je n'avais pas aimé ça, mais que voulez-vous, c'est le rôle de parent. En grandissant, en prenant du recul et de la maturité, on se mettait nous aussi à dire au plus jeune que ce qu'on faisait pour eux était pour leur bien. La jeune fille me sourit, et je fis de même. Le 25 alors. Petite symbolique. Et la question se posait toujours : était-il bon de maintenir une façade de normal dans notre vie ? Pour les enfants, je pense que oui, c'est important. Pas pour les bercer d'illusions mais... un enfant peut être tellement fragile. Surtout Edward, qui n'avait pas beaucoup connu son père. Même si, en petit garçon bien courageux il ne m'en avait pas parlé, je savais que cette absence lui pesait. Et c'était la chose la plus normale qui soit, mais pour autant, je n'avais jamais rapelé Arthur. Pourquoi l'aurais-je fait ? Pour que mon fils nous voit nous disputer ? C'aurait été pire. Alors je prenais mes précautions, avec mes enfants. Je leur faisait sentir, la guerre au dehors, mais je leur faisait aussi sentir tout l'amour que j'avais pour eux, et qu'ensemble nous nous sortirons de tout. Je n'offrirais pas de voiture télécommandée à Edward mais j'aurais un semblant de Noël à lui offrir.

« Alors c'est entendu. Elle sera contente de te voir aussi, elle a un peu marre de son frère, des fois... »

Même s'il fallait se serrer les coudes, mes enfants restaient comme chien et chat entre eux. Au fond, je savais pourtant qu'ils seraient toujours là l'un pour l'autre.

« C'est peut être parce qu'il y a toutes ces cendres. En plus de faire froid, les rues sentent la mort. Mais couvre toi bien, j'ai pas envie que tu attrape froid. Je crois que je vais te laisser alors, si je laisse trop les enfants seuls ils vont s'arracher les cheveux... » Petit sourire. « Au 25, alors. Avec les enfants. »

Je lui fis la bise et commençais à m'éloigner vers la maison. Mes pensées se remirent à tourner. Mort, froid, avenir toujours plus incertain.
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le port de plaisance est un lieu conçu pour que les navigateurs qui ne prennent pas la mer puissent rencontrer des vacanciers qui n’ont pas de bateau.   Aujourd'hui à 6:04



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum