AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes actuellement, en jeu, pendant la DEUXIEME QUINZAINE de FEVRIER 2013.
[La météo ici ]


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 2
Richesses: 48
Messages : 1940
Membre du mois : 32
Célébrité : Odette Yustman
Localisation : Fidèle au poste qui n'est autre que Louisville
Age : 28
Crédit : (c)Kanala pour l'avatar (c) Nanami pour le gif dans mon profil
Emploi : Je suis hotesse de caisse dans un supermarché. Je suis aussi conseillère municipale de la mairie de Louisville, et "parent" d'élèves au Lycée de Lyra
Caractère : Calme - Patiente - Taciturne - Cynique - Meneuse - Rancunière




MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Lun 24 Mar - 20:53

[HJ=Martin, tu ne peux fouiller qu'une fois par poste. Donc la seconde fouille ne sera pas prise en compte Wink ]






Si simple et si sérieuse, si belle et si rêveuse, quand je l'embrasse et l'écoute. Je te rejoins sur la route. Si grande et si fragile la force mais pas tranquille. L'orage est passé les gouttes coulent le long de ma route. Du haut de là haut de l'au-delà. Si courte et si sensible la loi la plus terrible. Et si quelques fois je doute je te regarde sur la route
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Mer 26 Mar - 17:13

Les tirs saturent l'espace dans le hall d'entrée de la mairie et les balles piaulent en semant la mort. Le mur et le sol comme le plafond, est maculé de sang. En fines et en moins fines gouttelettes, traces de chaque tir réussi qui pénètre et meurtrit les chairs, de chaque veine ou artère sectionnée et de chaque échange de coups de feu. Ma position est mal assurée, je suis au dessus d'un type à moitié mort qui se débat et essaie de me faire chuter alors que j'aligne ma mire sur la horde beuglante qui essaie de nous écharper ; les tressaillements dans ma visée et cette position mal avisée induisent que finalement, je perds beaucoup de munitions à tirer ou érafler mes cibles. Peu importe, le but n'est pas tant de les massacrer que de gagner un maximum de temps pour que mes hommes puissent nous secourir. A cet instant, je n'ai encore aucune idée du drame qui se joue en ville. Même si forcément, mon instinct me hurle que quelque chose va de travers et que je vais probablement crever. Je serre les dents alors que mon FAMAS bute contre mon épaule, et que les douilles tintent sur le sol. Le chargeur finit par claquer, vide. Je grogne en me penchant sur le côté pour récupérer dans une de mes poches un autre chargeur. Mon grognement se transforme en cri rauque de douleur alors que je sens un objet glacé me pénétrer les chairs par le travers. Je sens une toute petite lame, probablement un canif ou un surin maison, passer juste sous mon pare-balles, déchirer ma veste et mon T-shirt et m'entailler. C'est douloureux mais relativement peu profond sans aucun doute ; je n'ai pas senti la lame fouailler à l'intérieur de mon abdomen. Il n'empêche qu'en lâchant un cri étranglé, je tombe sur le côté alors que le type, qui continue de se vider de son sang, n'essaie de me grimper dessus à son tour pour me tuer.


Nous roulons sur le côté. Autour de moi et dehors j'entends des coups de feu, des bruits de lutte au corps à corps. Des cris de souffrance et des hurlements d'agonie. Le type au dessus de moi à un regard fou, complètement fou furieux. Il essaie de me planter à nouveau ; j'esquive en tournant la tête au dernier moment avant de lui envoyer mon front en plein contre son nez, m'inondant un peu plus encore de son sang. Notre combat n'est plus que coups et épreuve de force, et il parvient cette fois ci à me porter un nouveau coup en plein visage, coup que je dévie de mon œil au dernier moment en hurlant de rage et de douleur alors que je sens la lame riper juste sous mon œil, coupant et déchirant assez salement, inondant mon champ de vision d'hémoglobine. Je ne vois plus rien d'un œil, et je ferme l'autre par réflexe en tirant à nouveau sur ma baïonnette, coincée juste hors de portée. Le type grogne ; il sent la fin arriver. La mienne. Ma main, fébrile, cherche le manche que je saisis en un dernier effort, et envoies ma lame en direction du cou de mon ennemi, uniquement guidé par ma rage et par mon instinct de survie.


Action ♣ J'envoie ma baïonnette dans le cou de mon ennemi



[i]La lame rentre et perce sa peau. Ce n'est pas une blessure mortelle, mais le type s'effondre sur le côté, rompu par tout ce que je lui ai infligé, et se tient le cou des deux mains pour tenter d'endiguer l'hémorragie. En le poussant et en me relevant, je sais qu'il est en train de mourir. Le sang lui coule du cou, du visage qui ne ressemble plus à rien, et surtout de son épaule. Signe qui ne trompe pas, le liquide carmin coule moins rapidement, comme par à coups. Il est en train de mourir. Je ne prends pas le temps de m'en assurer, tire un chargeur et l'enclenche. L'ennemi est sur nous, je bascule en mode automatique en passant devant Natalya pour absorber le choc avant elle.



Action ♣ Je tire l'arme au côté en deux rafales courtes



Je tire mais mes premières balles ratent ma première cible et touchent le mec juste derrière, tandis que le reste de mes balles n'atteint personne ; je n'ai pas le temps d'ajuster ma visée que l'ennemi est devant moi. Fixant la baïonnette au canon pour augmenter mon allonge et la force de mes coups, je fonce à la rencontre de l'ennemi. Si je meure, ce sera en en emportant le maximum avec moi. Je hurle le cri de guerre de mon unité, de mes fantômes.


| Seule la mort! |



Action ♣ Je pique de la baïonnette



Je rate, le mec avec une petite hache, dévie mon attaque. Nous y sommes. Ce que redoutent tous les soldats de toutes les guerres.


Le choc.



Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Mer 26 Mar - 17:13

Le membre 'Philippe Raulne' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre A.A. (MLT)' :


--------------------------------

#2 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#3 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#4 'Se battre A.A. (MLT)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Protéger, soigner, sauver... pour simplement exister !
Messages : 470
Membre du mois : 59
Célébrité : Chris Hemsworth
Localisation : A la clinique ou sur le terrain !
Age : 33
Crédit : Blondie
Emploi : Médecin civil et militaire !
Caractère : Travailleur – Obstiné – Amer – Réservé – Discret – Ne se laisse pas marcher sur les pieds – Jaloux – Dur – Sérieux
Vos Liens :
Spoiler:
 





MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Sam 29 Mar - 21:58



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.


La situation dans laquelle nous nous trouvions était assez chaotique ! Enfin, mon côté positif pensait de cette façon pour ne pas sombrer complètement en se rendant compte que c’était bien pire que cela… Il était clair que les assaillants tentaient de prendre le contrôle de l’hôtel et nous, nous étions quoi ? Quatre ou cinq clampins pour défendre le bâtiment aux multiples fenêtres ! Et moi je n’étais même pas formé à faire face à ce genre de situation… J’étais un simple médecin qui n’avait jamais eu aucune réelle formation au combat ! Mais je n’allais pas rester les bras ballants… J’avais déjà eu une réaction très rapide pour aider la russe à bloquer la porte. Cependant, cela n’avait fait que retarder l’inévitable puisque les assaillants avaient commencés par pénétrer les lieux par les fenêtres avant de carrément enfoncer la porte ! Ce coup-ci nous étions vraiment en mauvaise posture… Une dizaine de fous furieux étaient à présent à l’intérieur du bâtiment.
Alors que j’avais réussi a amoché un type qui se trouvait près de la porte d’entrée, j’eus la mauvaise surprise de voir deux de ses potes venir l’aider. Un de ceux là avait déjà ramassé lui aussi mais cela n’était que d’un faible réconfort ! J’avais beau être grand et assez bien bâti, il me serait difficile de faire face à trois assaillants sans la moindre blessure. Alors que je parvenais a esquivé certains coups je remerciais la providence qu’aucun des trois types ne fut armé ! Mais armé ou pas, le mec le plus vif des trois parvint à me décocher un coup de genou très bien placé de son point de vue. Le léger craquement ne m’annonça rien de bon et ma respiration fut coupée l’espace d’un instant qui me parut interminable… Bizarrement, ce fut un coup de poing de puissance beaucoup plus faible qui me fit émerger et m’ouvrit la lèvre inférieure dans le même temps ! Je me mis alors à réfléchir très vite et ce qui me sembla le plus logique fut de répliquer mais pas contre n’importe qui. Il fallait d’abord que je mette ko les tarés les plus amochés. Cela réduirait leur nombre plus rapidement ! Faisant mon possible pour oublier la douleur, le gout du sang, je me redressais soudainement et me jetais sur l’un des types déjà en mauvais état.



Action ♣ J’attaque l’écorcheur à coup de poings et de genoux.



HRP:
 



    « Survivre c'est mourir. Il faut patiemment et sans relâche construire, organiser, ordonner. »
    Spoiler:
     

Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Sam 29 Mar - 21:58

Le membre 'Emmanuel C. Reh' a effectué l'action suivante : Agir en mission

'Se battre S.A. (CVL)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 6
Je suis un apatride
Messages : 1217
Membre du mois : 16
Célébrité : Michael Fassbender
Localisation : Au camp
Age : 27
Crédit : (c) Blondie
Emploi : Porte Parole des Nouveaux Voisins... Ouais ... Sans emploi plutôt !
Caractère : Circonspect – Pragmatique – Courageux - Anxieux - Faiblesse pour les femmes - Austère




MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Dim 30 Mar - 19:31

Je ne savais pas me battre. J'étais un homme politique, plus habitué aux arguments et joutes verbales qu'au travail manuel et au combat physique. Cela ne voulait pas dire que je ne savais pas agir concrètement pour aider mes concitoyens s'il le fallait ! J'avais bien su le faire depuis septembre !

Mon inexpérience dans ce domaine m'avait fait hésiter sur la conduite à tenir. Devais-je m'enfuir comme les autres ? La réponse était évidemment non : le maire n'avait pas le droit ou la capacité de se montrer lâche, mais je devais avouer que l'envie malicieuse me tenait quand même au corps !

Non, je ne pouvais pas rester sans rien faire : je cherchais autour de moi une arme pour attaquer et tenter de mettre hors d'état de nuire les assaillants mais je ne trouvais rien. La situation désespérée m'empêchait de réfléchir correctement et je me sentais fébrile. Hors de question de reculer : pourtant, mes pas me portèrent vers le premier étage : étais-je en train de fuir malgré moi ? Soudain, la vue d'une fenêtre me rappela qu'il fallait au moins essayer de les empêcher d'entrer par d'autres issues et par là-même de nous encercler.

Action ♣ J'essaie de verrouiller les fenêtres du couloir avec ma clé avant que les écorcheurs ne les traversent.

Jetant un oeil par une des fenêtres, j'aperçus sur le toit du rez de chaussée une femme ensanglantée allongée vêtue d'un uniforme militaire et plus loin, un de nos attaquants grimper sur le toit et avancer dans sa direction ! J'ouvris la fenêtre et me glissais aussi silencieusement que possible au dehors. Je me trouvais derrière lui et mû par un instinct impérieux qui me recommandait de secourir cette femme grièvement blessée, je l'attaquais à mains nues pour essayer de l'assommer.

Action ♣ Je m'avance silencieusement derrière lui

Action ♣ Je l'attaque à mains nues pour essayer de l'assommer




LIVRE II **Chapitre 1**
Topo sur Martin

Passée la folie des grandeurs
L'envie de jouer les grands seigneurs
Passée l'ivresse, passée l'ardeur
Dont les fruits n'ont plus de saveur
Revenu de sept ans de malheur
D'un accouchement dans la douleur
Lassé de mentir, de faire l'acteur
Quand on n'est plus à la hauteur
Restent les murs porteurs
Pour s'abriter du froid
Pour conjurer le malheur
Et retrouver sa voie
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Dim 30 Mar - 19:31

Le membre 'Martin Huygues' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Autre' :


--------------------------------

#2 'Se déplacer' :


--------------------------------

#3 'Se battre S.A. (CVL)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 0
Messages : 88
Membre du mois : 4
Célébrité : Natalie Portman
Crédit : A voir
Caractère : Joueuse – Dragueuse – Sans Pitié – Irrévérencieuse - Caractérielle – Ambitieuse




MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Dim 30 Mar - 22:40

On parle toujours du feu de l'enfer mais personne ne l'a vu, l'enfer c'est le froid.



Non, décidément c’était pas sa journée. Bon Dieu mais quel bordel ! Ces écorcheurs allaient trouver à qui parler. Le premier qui s’était jeté sur elle avec son marteau avait été désarmé en moins de deux. Jenna s’en était emparée et avait tenté de frapper son adversaire avec. Elle ne parvint qu’à le blesser au cou superficiellement. Mais avant même de s’en rendre compte, elle avait déjà fait volte face et avait fini par monter sur le toit. Faire le plus de dégats en attendant de trouver une solution pour entrer dans ce put*** de bâtiment. Elle enchaîna les tirs mais ne parvint qu’à toucher superficiellement ses adversaires. Elle devait faire attention de plus à ne pas rester trop à découvert sinon elle finirait immanquablement par se faire toucher.

Jenna jette un coup d’œil dans les environs. Elle est dans une merde noire. Les assaillants se sont répartis les rôles et plusieurs tentent encore soit de forcer la porte soit de passer par les fenêtres. Mais ce qui l’inquiète, c’est ceux qui l’observent et commencent à monter à l’assaut pour la déloger. Rechargeant d’un coup sec son arme, elle fait volte-face et tire sur deux ennemis un peu trop proches à son goût.

Action ♣ Jenna essaye de tuer l'écorcheur le plus proche


Action ♣ Jenna essaye de tuer l'écorcheur suivant


Elle est vraiment dans de beaux draps. Elle doit se mettre à couvert d’urgence.
Au moment où elle se lève, penchée vers l’avant pour ne pas être une cible trop facile à aligner, elle croise le regard d’un des écorcheurs au sol. Le temps semble se figer alors qu’elle voit la trajectoire parfaite de la balle tirée d’un fusil de chasse se diriger vers elle. Elle n’a pas le temps de l’éviter, la balle déchire sa chair, en plein dans le ventre. Hurlant sous le choc, elle se mort la lèvre et tombe au sol. Bon Dieu de merde ! Soufflant pour tenter de contenir la douleur, la fureur et la colère s’empare d’elle. Elle tente de tirer et d’aligner le salaud qui a failli l’avoir.

Action ♣ Jenna essaye de tuer l'écorcheur qui lui a tiré dessus


Elle se planque rapidement derrière un pan du toit mais la cachette est précaire, d’autant que les écorcheurs connaissent maintenant sa position. La jeune femme sait qu’elle est touchée salement. Peut-être pas au point d’y laisser sa peau mais si elle continue à perdre autant de sang, elle va finir par passer l’arme à gauche. La balle est restée à l’intérieur et ce n’est vraiment pas le moment de l’extraire. La douleur lui vrille les tempes et elle trébuche, tentant de se relever à grand peine. Le sang poisseux ruisselle et coule sur ses doigts. Elle tourne la tête, des étoiles dansant devant ses yeux. Putain, comment voulez-vous tirer avec une vision pareille. Son regard tombe sur l’écorcheur le plus proche qui tente d’escalader le toit. Il se rapproche d’elle, de plus en plus. Dans un ultime effort, elle lance un violent coup de pied en visant le visage de l’homme et hurlant :

Seule la moooort !!!!

Le cri est hystérique, comme une bravade lancée à la face de la Faucheuse. Ils n’auront pas sa peau, ses crevures.

Action ♣ Jenna lance un coup de pied dans le visage de l’écorcheur qui tente de grimper sur le toit


Elle doit rentrer dans le bâtiment pour se replier, elle peut encore être utile mais rester seule c’est signer son arrêt de mort. Son regard s’attarde enfin sur la cheminée du bâtiment. Pas le choix, il faut qu’elle le tente.

Action ♣ Jenna tente de passer par la cheminée pour entrer dans le bâtiment






    Sometimes it lasts in love
    BUT SOMETIMES IT HURTS INSTEAD

    .ReedNight


Récompenses:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Dim 30 Mar - 22:40

Le membre 'Jenna Bandat' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#2 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#3 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#4 'Se battre S.A. (MLT)' :


--------------------------------

#5 'Se déplacer' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 6
Je suis un apatride
Messages : 1217
Membre du mois : 16
Célébrité : Michael Fassbender
Localisation : Au camp
Age : 27
Crédit : (c) Blondie
Emploi : Porte Parole des Nouveaux Voisins... Ouais ... Sans emploi plutôt !
Caractère : Circonspect – Pragmatique – Courageux - Anxieux - Faiblesse pour les femmes - Austère




MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Mar 1 Avr - 20:28

J’avais décidé d’aller au-devant du danger et d’aider mes concitoyens même si je n’avais aucune expérience dans ce domaine. Folie et témérité ou envie d’héroïsme ? Je ne saurais su le dire ni le décrire. A présent, j’étais dehors sur le toit. Je n’avais pas pu fermer les fenêtres malgré mon intention, car bougre d’idiot, je les avais oubliées dans un tiroir de mon bureau. En y repensant maintenant, à quoi cela aurait-il servi ? Certainement pas à les stopper, tout juste à les ralentir de quelques secondes ! Décidément, je n’étais pas doué pour ce genre de choses !

J’avais tout de suite repéré une militaire en mauvaise posture : je la reconnaissais sans pouvoir mettre un nom sur son visage. De loin, je l’avais crue allongée, peut-être évanouie mais elle bougeait et se défendait même, bien mieux que moi ! Mais maintenant j’étais sorti pour l’aider et retourner me cacher n’était pas possible ! Alors j’avais tenté de m’approcher silencieusement d’un des ennemis au milieu du vacarme ambiant et je l’avais attaqué pour l’assommer. Il était dos à moi, avec le bruit, il ne m’avait pas entendu venir mais mon poing sur la tête n’avait fait que l’ébranler tout au plus. Saisi d’une vague d’adrénaline décuplée par ma peur, je lui assénais une rafale de coups de poings et de pieds tel un forcené pour essayer de le meurtrir. J’usais de mes forces sans grand résultat, j’en avais peur.

Action ♣ Je frappe de mes poings et de mes pieds mon adversaire pour essayer de le mettre à terre.

Un cri strident et rauque me fit sursauter ainsi que mon adversaire ; c’était la militaire qui venait de clamer comme un cri de ralliement guerrier. Elle avait mis hors d’état de nuire l’homme que j’essayais de frapper ainsi qu’un autre adversaire. Nous étions très provisoirement hors de danger ; je la vis ramper vers la cheminée. Je la regardais avec un mélange d’admiration et de pitié : elle était manifestement gravement blessée et en train de se vider de son sang.

Elle ne pouvait pas passer par la cheminée, alors j’allais vers elle pour l’aider à redescendre par la fenêtre où j’étais arrivé. Nous n’avions pas beaucoup de temps mais j’espérais que nous arriverions là-bas à temps.
« Il y a une fenêtre ouverte là-bas, laissez-moi vous y porter, avant qu’ils ne reviennent ! »
J’avais envie d’ajouter « avant qu’il ne soit trop tard pour vous » mais je me doutais bien qu’elle connaissait l’urgence de la situation et l’état de ses blessures.

Action ♣ J'essaie de rallier la fenêtre ouverte accompagné de Jenna (portée par moi ou pas).

hrp: si souci me le dire svp :)


LIVRE II **Chapitre 1**
Topo sur Martin

Passée la folie des grandeurs
L'envie de jouer les grands seigneurs
Passée l'ivresse, passée l'ardeur
Dont les fruits n'ont plus de saveur
Revenu de sept ans de malheur
D'un accouchement dans la douleur
Lassé de mentir, de faire l'acteur
Quand on n'est plus à la hauteur
Restent les murs porteurs
Pour s'abriter du froid
Pour conjurer le malheur
Et retrouver sa voie
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Mar 1 Avr - 20:28

Le membre 'Martin Huygues' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre S.A. (CVL)' :


--------------------------------

#2 'Se déplacer' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Protéger, soigner, sauver... pour simplement exister !
Messages : 470
Membre du mois : 59
Célébrité : Chris Hemsworth
Localisation : A la clinique ou sur le terrain !
Age : 33
Crédit : Blondie
Emploi : Médecin civil et militaire !
Caractère : Travailleur – Obstiné – Amer – Réservé – Discret – Ne se laisse pas marcher sur les pieds – Jaloux – Dur – Sérieux
Vos Liens :
Spoiler:
 





MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Jeu 3 Avr - 14:02



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.


J'avais la désagréable impression que les ennemis étaient de plus en plus nombreux et complètement enragés. J'avais beau faire mon possible pour tenter de me débarrasser des trois écorcheurs, ceux-ci semblaient tenir bon. Et puis à un contre trois ce n'était pas vraiment équitable ! Je jetais un coup d'œil en direction du lieutenant et de la russe pour très vite comprendre que ça ne serait pas eux qui pourraient venir à la rescousse. La Mairie était plongée dans l'anarchie la plus totale e il me faudrait me débarrasser moi-même de ces trois tarés. Et même si chaque mouvement que je faisais me déclenchait une douleur fulgurante, je continuais de me défendre. Mais je savais que je ne pourrais sûrement pas tenir une éternité ! Je n'étais pas entraîner pour et surtout je devais avoir une côte ou deux de fêlées ce qui faisait que le simple fait de respirer était une torture. Au même moment un cocktail Molotov mit le feu aux rideaux non loin de moi ce qui n'allait pas arranger mon état.
Je faisais donc mon possible pour éviter le maximum de coups et en rendre le plus. J'avais même réussi à sacrément amoché l'un de mes trois assaillants et il fallait à tout prix que je le mette ko. J'aurais moins de coups à esquiver... Faisant tout pour oublier la douleur violente ainsi que ma difficulté à respirer je reportais mon attention sur l'assaillant le plus affaibli dans le but de le terminer.



Action ♣ J'attaque l'écorcheur le plus faible à coup de poings et de genoux.



Étant concentré sur un seul des types cela permit à l'un des deux autres de m'envoyer à nouveau un coup dans les côtes. J'eus immédiatement le souffle coupé avant de me mettre à tousser ce qui empira la douleur au point de me brouiller la vue l'espace de quelques instants. Au moins, j'étais fixé concernant ma blessure et je savais ce qu'il fallait faire pour que cela s'arrange. Cependant, je n'avais pas d'antalgique sur moi et le moment n'était pas vraiment propice au repos.
Voilà pourquoi, par rage, je crachais par terre le sang qui me laissait un goût métallique désagréable dans la bouche et je m'en prenais au deuxième type légèrement amoché. Le troisième était pour le moment trop rapide mais finirait bien par se fatiguer.



Action ♣ Je me lance dans un corps à corps avec le type légèrement blessé.



Je commençais sérieusement à me dire que je n'allais pas tenir le coup lorsque je vis un chien apparaître à l'embrasure de la porte. Je reconnus immédiatement Baxter mais mon frère n'était pas avec lui... L'animal sembla hésiter à entrer et je le comprenais parfaitement. Les flammes, le chaos ! Moi aussi j'aurais voulu m'enfuir en voyant ça... Mais Baxter était bien dressé et même s'il n'entrait pas, il ne fuyait pas non plus. Une idée me vint alors ! Je ne savais pas pourquoi il était là mais j'allais tenter de lui donner un ordre. Son maître étant mon frère j'aurais peut-être la chance qu'il obéisse.


Action ♣ J'ordonne à Baxter d'attaquer le troisième écorcheur, le plus en forme.


- Baxter ! Attaque ! ordonnais-je le souffle court.





    « Survivre c'est mourir. Il faut patiemment et sans relâche construire, organiser, ordonner. »
    Spoiler:
     

Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Jeu 3 Avr - 14:02

Le membre 'Emmanuel C. Reh' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre S.A. (CVL)' :


--------------------------------

#2 'Se battre S.A. (CVL)' :


--------------------------------

#3 'Autre' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Mar 8 Avr - 12:43

La Meute attaque et nous saute dessus. Je n'attends pas la réaction de Natalya à côté de moi pour attaquer à mon tour. Je ne sais pas ce que décidera de faire la jeune femme, j'agis d'instinct, me fondant sur l'expérience et sur mes réflexes acquis depuis plus de dix ans de par le monde. Je sais que je n'ai pas forcément toute latitude pour agir ; mon action est contrainte par l'évolution des affrontements à proximité. Je sais aussi que l'homme qui attaque est sûr de son fait, et qu'il y met toute sa hargne. Il s'attend, il espère, que l'homme qui s'oppose à lui va tourner les talons ou s'enfuir, ou mieux encore, se rendre. Le dernier espoir ainsi fondé est en fait en train de s'évanouir tout aussi rapidement, espérer de submerger l'ennemi sous le nombre. Cela fonctionnera sans doute, mais je ne vais pas bêtement attendre de me faire tuer ici et maintenant par des connards en guenilles. Je ne réalise même plus, tant j'ai été loin dans ma rancoeur et ma haine de l'ennemi, qu'il s'agit selon toutes vraisemblances de compatriotes dans le dénuement le plus total, qui ne sont même plus capables d'encaisser ce qui leur arrive et qui se rabattent donc sur le vol, le pillage, la satisfaction par la force de tous leurs besoins. Ce sont des connards et puis c'est tout. Eux ou moi. Le choix est vite fait, je saisis la balle au bond.


Je pique de la pointe du crève-coeur que j'ai fixé sur mon port à baïonnette.


Le type se défend, bien sûr. Il pousse une exclamation surprise mais je ne parviens pas à l'envoyer en enfer. Ma lame ripe sur la lame de son espèce de hachette, et arrache quelques étincelles. Il réplique et je le repousse de la crosse de mon FAMAS. Je ne sais plus ce qu'il faudrait faire, je ne sais plus comment m'en sortir. Seule la Mort. Je pare à nouveau, un coup qui vise ma gorge. J'envoie mon poing dans la figure d'un autre qui ne parvient pas à me poignarder. Un énième adversaire me bouscule mais je le renvoie en arrière en plaquant mon fusil contre son torse et en poussant de toutes mes forces. Destabilisé, le type recule et je lui envoie ma crosse en plein visage, mais il pare de l'avant bras. Le combat continue, inégal et épuisant ; mes muscles semblent brûler, irradiant mon corps de douleurs conséquentes. Je pique à nouveau de la pointe, essayant d'embrocher un adversaire.


Action ♣ j'essaie d'empaler un ennemi déjà blessé


Ca marche. La lame rentre en plein dans son ventre. Je note avec un certain détachement que le type s'était déjà pris une balle, ses vêtements sont tâchés de sang. Le type s'écroule en gémissant, le regard vide. Le sang inonde son menton et son cou. Il chute, et ne se relèvera plus. Profitant de la confusion, je tire d'un coup mon flingue de son holster pour braquer la cible la plus proche. Bousculé, poussé en arrière par un adversaire, mon tir est mal ajusté et je tire plusieurs balles en espérant occasionner de lourds dégâts.


Action ♣ j'ouvre le feu au pistolet sur mes adversaires

A cet instant précis, mon instinct me hurle que les chances de toucher par mégarde un de mes rares alliés encore dans la partie est mince, nous sommes à moins de un contre deux à vue de nez. Les balles claquent, le sang coule. La prise de mes adversaires se fait plus légère, et j'ajuste mon tir. Mon adversaire le plus proche se prend plusieurs balles et s'effondre. Il bouge encore, mais le dernier hurle un juron et m'envoie son coutelas en direction du coup, que je pare in extremis avec mon flingue, qui envoie son bras au dessus de mon épaule ; sa lame ripe contre mon casque. Ce n'est pas fini, mais bientôt.


Action ♣ j'esaie de me défendre et de contre attaquer à la Baïonnette


Bientôt, ils seront tous morts. On pouvait y arriver ! Un miracle, un acte immonde mais glorieux. On pouvait le faire. J'allais me battre jusqu'au bout, même si le sang coulait toujours de mes blessures!



Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Mar 8 Avr - 12:43

Le membre 'Philippe Raulne' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre A.A. (MLT)' :


--------------------------------

#2 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#3 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#4 'Se battre A.A. (MLT)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Messages : 218
Membre du mois : 2
Célébrité : Kate Bechnisale
Crédit : (c)Torben
Emploi : Espionne
Caractère : Discrète – Caméléon – Déterminée – Solitaire – Calculatrice - Loyale



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Ven 11 Avr - 20:51



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.


Je m’étais un peu déconnectée de ce qui s’était passé. C’était rare que cela m’arrive. Un coup sur la tête m’avait déboussolé, si bien que j’émergeais du coup. Je regardais ce qui se passait autour de moi mais ne pris pas vraiment le temps d’analyser ce qui se déroulais. Je courrais pour me retrouver de nouveau aux côté de Raulne. Il était mon objectif pour l’heure. Il était important qu’il survive à cette soirée et que nous avancions ensuite ensembles. Je comptais clairement lui dire la vérité. Ou du moins, si pas pleinement et entièrement, une partie. J’avais besoin d’allié et il était le meilleur choix.
Action ♣ Je coure pour rejoindre Philippe Raulne
Mais ce qui n'était pas le plus simple du monde. Je passais par dessus un obstacle, qui me ralentit et me fit légèrement dévier de mon chemin. Rien d'infranchissable, mais bon, je perdais quand même un peu de temps. Tous en avançant, je sortais mon arme et je tirais dans le tas. Enfin pas vraiment dans le tas. Je regardais où je tirais. Pas question de perdre mes balles dans le vent après tout. J’avais conscience de l’importance que cela pourrait être pour la suite des évènements, à plus ou moins loin termes. Pour autant, je ne fis pas que cette action. Je ne me contentais pas de tire e une fois, mais deux fois, dirigé vers le même ennemi. Ou du moins, c’était mon but. Hors de question de le rater, même si je me sentais de moins en moins en confiance. Je m’arrêtais à cette pensée dans ma course pour me reconcentrer. Je ne pouvais pas me permettre d’être dans un tel état d’esprit, sinon je n’avancerais pas. Je devais avoir un mental d’acier et de gagnante.
Action ♣ Je tire une première fois
Action ♣ Je tire une seconde fois
Il n’était pas question que je me contente de cela. Je rangeais mon arme à ma ceinture et viens au contact. Oui, au contact. J’aimais me battre au corps à corps. Je devais pour autant admettre qu’avec le rationnement, j’étais moins en forme qu’à mon arrivée en ville. J’avais tout de même fait le forcing sur mes entrainements quotidiens pour compenser et garder de la masse musculaire. Je n’étais pas, ni ne serait jamais une femme faible. Je prenais soin de mon mental, mais aussi de mon physique. C’était très important de faire attention à tous ce qui constitue un être.
Action ♣ J’attaque sans arme, mais en mettant en avant mon entrainement ! (Et j’y crois même si je suis pas chanceuse aux dés !)





Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Ven 11 Avr - 20:51

Le membre 'Natalya A. Vareshkova' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se déplacer' :


--------------------------------

#2 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#3 'Tirer (MILITAIRE)' :


--------------------------------

#4 'Se battre A.A. (MLT)' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 6
Je suis un apatride
Messages : 1217
Membre du mois : 16
Célébrité : Michael Fassbender
Localisation : Au camp
Age : 27
Crédit : (c) Blondie
Emploi : Porte Parole des Nouveaux Voisins... Ouais ... Sans emploi plutôt !
Caractère : Circonspect – Pragmatique – Courageux - Anxieux - Faiblesse pour les femmes - Austère




MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Lun 14 Avr - 19:37

Bien que nous ne nous connaissions pas, la militaire gravement blessée accepta mon aide. *Elle n'a pas vraiment le choix* me rappelai-je en grimaçant sous l'effort requis pour la porter et l'accompagner jusqu'à la fenêtre. Me considérait-elle comme tous les autres membres de l'escouade de Raulne, c'est-à-dire comme un incapable qui n'avait que peu de pouvoir et de prise sur les événements ? Assurément, mais c'était bien le cadet de mes soucis en ce moment ! Les toits étaient sûrs pour l'instant mais qui sait si d'autres n'essaieraient pas d'y grimper pour atteindre la mairie par tous les pores de sa peau bétonnée mais au combien fragile ?

L'identité de nos assaillants était toujours obscure à mes yeux et j'avais peine à réaliser qu'ils faisaient peut-être partie des habitants, des voisins et confrères ayant perdu la tête ? Mais l'heure n'était pas aux analyses morbides ! Je ne réfléchissais plus, j'agissais et faisais mon possible pour mettre à l'abri cette femme. Elle avait une arme en main et savait l'utiliser, raison de plus pour les préserver, son arme et elle. L'idée que Raulne serait reconnaissant de mon aide, ou positivement remonté à mon égard ne me traversa pas non plus l'esprit. Cette femme était mon rempart : si elle restait consciente, elle pourrait tirer encore un peu et sinon, j'essaierais à mon tour mais je doutais du résultat.

Action ♣ J'essaie de rejoindre Philippe, Natayla, Emmanuel et Baxter, accompagné de Jenna

En bas, c'était le chantier. Les assaillants avaient détruit les meubles, les portes, des traces de boue et de sang maculaient le sol et même les murs. Un vrai carnage. J'en eus le souffle coupé, de voir mon environnement habituel saccagé ainsi ... Une rage me prit. Je déposai la femme à terre et tentai de lui retirer son arme en dénouant sa main crispée barbouillée de sang.

Action ♣ J'essaie de prendre l'arme de Jenna pour aider les autres

La sentant remuer, je m'adressai à elle :
"Si vous pouvez tirer, allez-y. Sinon laissez-moi votre arme et j'essaierai d'en tuer un ou deux..."
Ma propre phrase m'abasourdit. Tuer un ou deux ? Tuer ? *Je n'ai aucune expérience en ce domaine, je risquerais plus de toucher Raulne ou le sol !*


LIVRE II **Chapitre 1**
Topo sur Martin

Passée la folie des grandeurs
L'envie de jouer les grands seigneurs
Passée l'ivresse, passée l'ardeur
Dont les fruits n'ont plus de saveur
Revenu de sept ans de malheur
D'un accouchement dans la douleur
Lassé de mentir, de faire l'acteur
Quand on n'est plus à la hauteur
Restent les murs porteurs
Pour s'abriter du froid
Pour conjurer le malheur
Et retrouver sa voie
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Lun 14 Avr - 19:37

Le membre 'Martin Huygues' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se déplacer' :


--------------------------------

#2 'Autre' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Protéger, soigner, sauver... pour simplement exister !
Messages : 470
Membre du mois : 59
Célébrité : Chris Hemsworth
Localisation : A la clinique ou sur le terrain !
Age : 33
Crédit : Blondie
Emploi : Médecin civil et militaire !
Caractère : Travailleur – Obstiné – Amer – Réservé – Discret – Ne se laisse pas marcher sur les pieds – Jaloux – Dur – Sérieux
Vos Liens :
Spoiler:
 





MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Mar 15 Avr - 20:28



On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid.


Je commençais sérieusement à avoir le souffle court… Jamais je ne m’étais battu pour sauver ma vie et les quelques bagarres que j’avais connues n’avaient pas été aussi longues ! Sans oublier que je faisais face à trois tarés enragés qui ne se lassaient pas de me rouer de coup de poings et de coups de pieds. Le pire, c’est que chacun de mes rares alliés était aussi occupé à se défendre. Le plus mauvais coup que je reçu fut celui au niveau du thorax et qui failli me faire tomber ! J’étais quasiment certain d’avoir une ou plusieurs côtes fêlées et je devais continuer de me défendre face à mes assaillants !
Combien de temps allais-je tenir ? Je n’en avais aucune idée mais j’espérais assez longtemps pour me débarrasser des trois fous. La douleur quant à elle était violente, le moindre de mes mouvements la réveillait davantage et ma respiration était courte… Trop courte pour que je puisse tenir encore bien longtemps ! J’arrivais de moins en moins à esquiver les attaques et je craignais que cela ne fasse qu’empirer mon état. Les factures pluricostales étaient bien connues pour entraîner, dans certains cas, des lésions viscérales ; ce que je ne souhaitais absolument pas.

Puis c’est là que Baxter fit son apparition ! Voir débarquer le chien de mon frère fut comme un miracle à mes yeux bien que cela m’angoissa de ne pas voir le militaire avec lui. Je craignais qu’il soit arrivé quelque chose à mon cadet mais je n’avais pas le temps d’y réfléchir. J’étais moi aussi dans la m#rde ! N’arrivant pas à me débarrasser des trois hommes j’eus l’idée de faire appel à Baxter en espérant qu’il m’obéisse. J’eus cette chance et le chien se jeta sur l’un des gars pour le mettre en pièces.
Cela me donna la force pour continuer à riposter face au deux autres. Je visais alors le mec le plus mal au point afin de le mettre KO.



Action ♣ J'attaque l'écorcheur le plus faible.



Je me décidais ensuite à réitérer l’expérience avec Baxter pour qu’il attaque le deuxième assaillant. Mais avec tout ce bordel je ne savais pas si le canidé allait de nouveau m’obéir ! J’eus, l’espace d’un instant, le temps de voir que le maire était arrivé avec une militaire blessée et que le nombre d’intrus avait diminué…


Action ♣ J'ordonne à Baxter d'attaquer l’écorcheur.


- C’est bien Baxter ! Attaque ! ordonnais-je difficilement en indiquant le type sur lequel je ne frappais pas.





    « Survivre c'est mourir. Il faut patiemment et sans relâche construire, organiser, ordonner. »
    Spoiler:
     

Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: Illimité
Messages : 2086
Membre du mois : 1476
Célébrité : Je prend tous les visages
Localisation : Juste derrière toi
Crédit : Avatar (c) Kanala
Emploi : Je suis votre Tyran
Caractère : Si vous saviez...



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Mar 15 Avr - 20:28

Le membre 'Emmanuel C. Reh' a effectué l'action suivante : Agir en mission

#1 'Se battre S.A. (CVL)' :


--------------------------------

#2 'Autre' :
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Jeu 17 Avr - 22:07

[HJ vu le retard qu'on a pris et la situation, ça ne me paraît pas illogique qu'à trois avec un chien on parvienne à maîtriser sans trop de dommages le dernier écorchard blessé, vu qu'il faut cloturer la mission]


Il est de ces moments dans la vie d'un homme, où l'on se sent plus que jamais auparavant sur le fil du rasoir. Un moment où l'on risque tout, où la vie et la mort ne se jouent qu'à quelques centimètres et quelques secondes près. Ce moment est un de ceux ci. Ce n'est pas la première fois que je le ressens dans mon existence, et je sais d'instinct que ce ne sera pas la dernière. Je pare et j'empale, je blesse et je hume l'odeur du fycélène qui emplit la pièce. L'odeur de la fumée, également. Les corps tombent tout autour de moi. C'est une boucherie. Seule la Mort. Encore et toujours, sans jamais s'arrêter. Il en sera toujours ainsi, jusqu'à la fin des temps. Nous faisons face à l'ennemi en étant en nette infériorité numérique. Mais je sais, je sens, que je suis entouré de tueurs. Natalya la première. Cette damnée popov, dont j'avais raison de me méfier. Elle est dans mon camp mais m'a caché sa nature, m'a manipulé. Elle est belle et terrible dans la bataille. Elle vise, se tend, se tord et se fend. Elle est fatale. Plus loin, Emmanuel Reh, simple médecin, se bat bec et ongles pour survivre. Les coups de feu qu'on a entendu de dehors devaient être ceux de Bandat, qui doit être ou morte ou victorieuse. Je m'étonne à ressentir de la peur à l'idée que la jolie brune n'ai rejoint les véritables fantômes, ceux qui me hantent dans mes cauchemars. Je ne me pose pas la question de sentiments. Il est temps de tuer. Ma lame rencontre la chair d'un ennemi, qui tombe au sol. Je me retourne, provisoirement de côté alors que tous mes vis à vis ont été tués en quelques instants. La ruskov se démène elle aussi. Imprécise, elle défouraille à mort, visiblement enhardie elle aussi par la perspective d'une mort imminente. La belle se débarasse de ses propres ennemis dans un désordre indescriptible. La fumée commence à rendre l'air irrespirable. Je pose ma main sur son épaule pour la tourner de mon côté. Je constate que ses pupilles sont dilatées ; peur, excitation ? Je n'en sais rien, et je n'ai pas le temps pour le savoir. Je tousse, rauque.


| Il faut qu'on sorte d'ici avant de claquer! |


EN plus, j'étais pas super emballé par le bâti. Ca sentait l'effondrement à plein nez avec ces flammes qui léchaient les murs. Je prends Natalya par la main et la tire vers l'entrée, ou non loin des flammes se bat toujours Emmanuel avec un écorchard mal en point, tandis qu'un berger allemand de ma connaissance étripe un autre ennemi. E lâche un grognement en lâchant la russe, et en saisissant par le col l'envahisseur pour le tirer en arrière et le séparer de mon toubib de section.


Honneur aux dames. Butes ce connard, chérie.


Ensuite, il faut se tirer, sinon on va tous crever. Et si ce putain de chien est venu tout seul, c'est qu'il y a un problème. Mon petit doigt me dit qu'on n'était pas les seules cibles de ces connards.



Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 0
Messages : 88
Membre du mois : 4
Célébrité : Natalie Portman
Crédit : A voir
Caractère : Joueuse – Dragueuse – Sans Pitié – Irrévérencieuse - Caractérielle – Ambitieuse




MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Lun 21 Avr - 16:22

On parle toujours du feu de l'enfer mais personne ne l'a vu, l'enfer c'est le froid.


Elle devait s’en sortir. Elle avait déjà vécu bien pire que cela après tout. Les missions qu’on lui avait confiées avaient rarement été des parties de plaisir. C’était le moins qu’on puisse dire. Il fallait qu’elle reste concentrée, son esprit commençait à divaguer et ce n’était jamais bon. Jenna se mordit la lèvre. Elle déchira une de ses manches afin de se faire un bandage autour du ventre, serrant fortement sur les nœuds afin que ça tienne. Le sang ruisselait sur ses mains. Elle était vraiment dans la merde, ça c’était sûr. Elle regarda aux alentours, tentant de se dissimuler à ses ennemis. Mais seule en plein milieu d’un toit, il y avait carrément mieux comme planque…

Elle allait les avoir ces salopards. Elle tenta de flinguer celui qui l’avait eu mais elle ne réussit qu’à l’érafler à l’épaule, rien de méchant malheureusement. L’appel du sang est cependant le plus fort et les écorcheurs qui prennent d’assaut le toit se rapprochent inexorablement d’elle. Serrant les dents, une haine violente sur son visage, elle lance son pied fermement sanglé dans sa ranger dans le visage de son ennemi. En plein dans le mille. Son talon sent la chair se déformer sous sa godasse tandis que les dents sautent les unes après les autres. Le visage n’est plus qu’un magma sanguinolent et informe. Prends ça et savoure, ordure. Rampant vers la cheminée, Jenna tenta de s’enfuir mais soudain, une main se posa sur son épaule. Frémissante, elle s’apprêtait à la tordre violemment quand elle reconnut les traits du maire.

D’ordinaire, elle n’était pas fan du maire mais là, elle devait bien admettre qu’elle était ravie que ce ne soit pas un écorcheur. Elle secoua la tête, faisant signe qu’elle n’avait besoin de rien. Mais l’homme ne lui demanda pas son avis, de toute manière, elle n’avait pas la force de le repousser. Il l’attrapa et la soutint avant de rallier avec succès la fenêtre. Les ténèbres menaçaient de l’envahir. Elle devait lutter, ne pas fermer les yeux sous peine de ne jamais les rouvrir. S’agrippant à son arme comme à une bouée de sauvetage, elle laissa Huygyes la traîner plus que la porter à l’intérieur. Elle eut une pensée pour Raulne avec une bouffée d’inquiétude. Où était-il ? Etait-il blessé ?

Elle eut vaguement conscience de la présence d’autres personnes, le maire avait dû rejoindre la troupe bloquée à l’intérieur. L’odeur du sang et de la mort empuantissait l’atmosphère et donnaient la nausée à la sniper déjà bien amochée. Le brouillard se refermait autour d’elle. Elle sentit soudain son arme lui échapper. Non, pas son arme. Sans son arme, elle n’est plus rien. Tenant fermement son arme, elle l’arrache des mains du maire. Elle entend à peine les phrases qu’il lui murmure. Se relevant à grand peine, elle secoue la tête, parvient à y voir plus clair. En aligner le plus possible, tant qu’elle a les idées plus ou moins claires. Elle vise et elle s'effondre par terre. Non, c'est vraiment pas sa journée...





    Sometimes it lasts in love
    BUT SOMETIMES IT HURTS INSTEAD

    .ReedNight


Récompenses:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: On parle toujours du feu de l'enfer, mais personne ne l'a vu. L'enfer, c'est le froid. (Mission intrigue, Groupe 1)   Aujourd'hui à 12:49



Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum