AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes actuellement, en jeu, pendant la DEUXIEME QUINZAINE de FEVRIER 2013.
[La météo ici ]


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: After the death ... The nothingness ?! [Livre I - Terminé]   Dim 27 Oct - 23:39


❝After the death ... The nothingness ?!❞
Feat. Emy Renault


Certes, être ignorant ne protégeait pas des conséquences. Mais il n'était pas certain de préférer être au courant de tout, tout le temps. D'un côté, s'il avait pu vivre son coin de paradis, loin de la guerre et des bombes, aurait-il aimé savoir que le monde se déchirait juste derrière la montagne ? Pourtant, il n'aurait été que plus blessé de ne pas avoir su la maladie d'Amelie, avant qu'elle ne meure devant lui. Il avait été mis au courant, en avait souffert comme elle. Néanmoins, ce n'était pas une nouvelle que l'on devait ignorer. Le mal ne semblait que plus grand une fois que l'on était mis au courant alors qu'il était déjà trop tard. Tout ça était bien trop compliqué, toutes ces exceptions à prendre en compte. On ne peut pas simplement dire oui ou non. Est-ce que ça ne s'apparenterait pas à la philosophie que les jeunes font en cours, de nos jours ? Ca lui donnait presque la chair de poule, tiens !

Le sujet concernant l'ex petit-ami de la blonde, semblait bien trop bancal au brun. Il avait eu peur de faire une gaffe à tout instant, et s'était alors empressé de tourner cette conversation au ridicule. Grand bien lui en fasse ! Son idée était parfaite, et redonnait le sourire à Emy. C'était tout ce qu'il fallait à la jeune femme pour ne plus avoir cette mine triste, et les sombres pensées qu'il pouvait lui imaginer. Pour sûr, la tournure des évènements paraissait presque risible. Il n'y avait que Sam pour penser à tourner les choses de cette façon. C'était un pari risqué. Elle aurait pu le prendre très mal. Mais ça avait fonctionné, et c'était tout ce qui comptait pour lui. Ne plus penser au reste, juste à cette conversation sans queue ni tête.

► Virile ?! Il arqua un sourcil, faisant semblant d'être étonné par si peu. Il n'était pas dans la tête des femmes, et ne pouvait pas forcément comprendre quelle image elles avaient d'« un mec, un vrai » comme elles le disaient si bien. Mais au moins pouvait-il comprendre que Mickaël n'avait pas l'air d'une femme. Et qu'il était plutôt du genre populaire d'ailleurs. Enfin, ce n'était pas comme si ça l'intéressait de toute façon. ► Nous n'en avons pas eu. Sinon j'aurais pris des photos, et les aurais gardées très précieusement. Elles auraient pu être une arme redoutable ! Il était bien dommage qu'ils n'aient pas eu ce genre de délire en étant adolescents. Mais d'un autre côté, Sam ne voulait même pas s'imaginer déguisé lui aussi en femme. Imaginez le désastre...

Il profita que la blonde le lâche pour s'assoir sur le dossier du canapé, juste à côté de lui. Poser une telle question rendait bien compte de l'ignorance d'Emy. Si seulement elle savait quel genre de démon avait pris possession du corps de sa sœur aînée, elle n'aurait certainement pas accepté qu'il l'héberge quelques jours. Eh bien, elle aurait tout le loisir de s'en rendre compte elle-même quand Lilie viendrait s'imposer le lendemain matin, le plus tôt possible. Sinon ce n'était pas drôle, n'est-ce pas ? ► T'as même pas idée ! Il simula un frisson pour appuyer ses paroles, un grand sourire aux lèvres trahissant la vérité qui se cachait derrière ses paroles. Elle avait beau être un démon, c'était sa sœur et elle l'avait aidé à de nombreuses reprises. Il n'arrivait pas à lui en vouloir. ► Ma propre sœur est le diable incarné. Elle m'a envoyé à l'hôpital plus d'une fois ! Le pire c'est qu'elle trompe tout le monde avec ses airs de petit ange... et moi je passe pour le mauvais garçon. C'est le monde à l'envers ! Il n'avait pas été la plus gentille personne qui soit, à une certaine période de sa vie, et certains habitants avaient encore du mal à le lui pardonner. Alors que la gentille Lilie était si bienveillante « on a du mal à croire qu'ils soient frère et sœur ». Il voulait bien leur accorder au moins ça. Une vraie démone et un petit ange. Rien à voir, n'est-ce pas ? Si seulement ça pouvait être ça dans leur crâne, et non l'inverse. Pauvres ignorants...
@Eques sur Never-Utopia
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: After the death ... The nothingness ?! [Livre I - Terminé]   Sam 9 Nov - 22:06


Depuis plusieurs minutes maintenant j'avais l'impression d'avoir été enfermée dans une bulle où la guerre, la tristesse et la colère n'existaient plus. Mais je n'étais pas seule ! Non, j'y étais enfermée avec le créateur de ce phénomène étrange. Oui ! Sam avait réussi à me faire oublier mes pensées lugubres qui m'avaient hantée depuis mon départ de l'appartement de mon ex. Moi qui pensais qu'elles allaient constamment être dans mon esprit, je m'étais trompée !
Je souris à Sam lorsqu'il répéta le mot ''viril'' et qu'il m'expliqua que lui et mon ex n'avaient jamais fait ce genre de soirée déguisée. Dans le cas contraire, il aurait conservé précieusement les preuves de ces événements. J'eus à cet instant un léger rire ! Une arme redoutable certes... Mais elle aurait aussi pu être utilisée contre lui. J’arquais un sourcil.



– En effet, cela aurait pu être une arme redoutable ! J'avais des photos comme ça de soirées entre filles, avouais-je. Mais je n'ai jamais pu faire chanter qui que ce soit avec. Je marquais une pause. Je ne suis pas sûre que ce soit encore possible maintenant...


Après une étreinte j'avais ensuite rendu sa liberté à Sam qui était allé s'asseoir sur le dossier du canapé. Je le regardais faire et ne bougeait pas ! Nous en venions à parler des démons que pouvaient parfois être les femmes. Je ne me voyais pas de la sorte et demandais à Sam s'il connaissait ce genre de furie. C'est alors qu'il mima un frisson qui voulait tout dire et qui m'amusa. Je savais déjà que la réponse était oui ! Ses paroles me le confirmèrent. Il me parla de sa sœur et du pouvoir de persuasion qu'elle semblait avoir.
Elle devait être sacrément douée pour avoir réussi à l'envoyer à l'hosto tout en faisant croire que c'était elle le petit ange de la famille. J'avais un peu connu ce genre de situation lorsque toute ma famille vivait encore sous le même toit. Je hochais la tête et répondais de suite aux propos du brun.



– Je vois tout à fait ce que tu veux dire, répondis-je sincèrement. Ma cadette avait le don de me faire passer pour la méchante alors que c'était elle qui démolissait tout ! Je n'ai jamais compris comment elle arrivait à se mettre tout le monde dans la poche. Je marquais une pause. C'est rageant de constater que personne ne nous croit hein ? Donc, quoiqu'il arrive, maintenant que tu m'as prévenu, je saurais que tu es le gentil ! ajoutais-je en souriant.


Je me doutais que la conversation allait bientôt se terminer et qu'il me faudrait partir m'isoler dans la chambre. Mais comme quelques minutes auparavant, je n'étais pas motivée à me retrouver seule... J'hésitais cependant à aller m'asseoir sur le canapé ou à rester debout et j'optais pour la deuxième solution.
Cependant, avant que je ne délaisse mon hôte il fallait absolument que je trouve de quoi m'occuper l'esprit avant de m'endormir.



– Sam ? Est-ce que tu as des livres ? demandais-je. J'ai toujours aimé lire avant de m'endormir mais comme tu t'en doute je n'aie aucun bouquin avec moi !


J'espérais que la réponse serait positive car je me voyais mal monter à l'étage pour n'avoir rien à faire à part que le sommeil n'arrive !

Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: After the death ... The nothingness ?! [Livre I - Terminé]   Dim 17 Nov - 22:22


❝After the death ... The nothingness ?!❞
Feat. Emy Renault


Oui, oui, une arme très redoutable. Quoi que… si c’était lui, il ne réagirait pas du tout à ce genre d’affrontement. Ca le ferait plus rire que le rendre fou. Il n’avait pas un égo plus gros que son propre corps et il était plus du genre à se moquer de lui-même s’il le fallait. S’il ne pouvait pas accepter les moqueries, alors il n’était pas en droit de rire des autres lui-même, non ? Puis, ça ne faisait jamais de mal de se faire remettre un peu à sa place. Sa sœur était bien une des seules à se le permettre tout le temps, et elle restait l’unique contre laquelle il n’arrivait pas à rétorquer. Peut-être avait-il peur de le faire et de recevoir une baffe, mais cette réponse ne lui plaisait guère. C’était tout autre chose, une pensée plus profonde que la simple peur, Lilie ne laissait place à aucune réponse en réalité. Enfin bon… au moins pouvait-il se venger sur d’autres personnes et rire autant qu’il le voulait. Ou presque.

Certes, sa sœur avait le don de passer pour la gentille dans l’histoire, mais il n’était pas vrai de dire que lui ne faisait rien de mal non plus. Juste que lui pouvait se permettre de faire les mauvaises choses devant tout le monde, ça ne surprenait plus personne à la longue. Alors que Lilie ne faisait ça que dans le dos de ses parents, et en face de ceux qu’elle ne pouvait vraiment pas voir. Sa propre méchanceté lui paraissait bien pâle comparée à celle de son aînée, qui lui faisait parfois froid dans le dos rien que de la voir faire. Mais il était fière de pouvoir dire haut et fort : « c’est ma sœur qui te méprise en cet instant, mon gars, tu devrais faire attention à toi ». C’était exaltant. Bien que ce fut presque déprimant de voir qu’elle n’avait qu’à dire : « c’est mon frère, touche-le encore une fois pour voir ». Le diable, vous dis-je.

Mais d’un autre côté, il n’y avait de toute façon personne pour le croire lui. C’était normalement le rôle des parents d’avoir confiance en leurs enfants. Sauf que les siens ne le voyaient même pas passer dans les couloirs, ne lui adressaient nullement la parole et ne parlaient jamais de lui à qui que ce soit. Il faut être forcé pour discuter du cas « Sam ». Le brun ne serait pas étonné qu’à la question : « avez-vous des enfants ? » Ses parents répondent simplement : « Dieu nous a donné une fille dont nous pouvons être fiers ». Il ne s’attendait pas à plus de considération de toute façon. Ça lui ferait presque peur qu’on s’intéresse à lui maintenant. Il ne pouvait même pas l’imaginer, il en ferait des cauchemars. ► On finit par si habituer. Il marqua une pause, un sourire s’insinuant sur ses lèvres. Bien, je peux faire toutes les mauvaises choses que je veux alors.

Le brun commençait à sentir ses bras s’alourdir d’avoir trop frappé les clous pour reconstruire la barrière, et pensait ne pas tarder à s’isoler dans sa chambre. Il avait besoin de souffler un coup et de dormir surtout. C’était un luxe que certain ne pouvait plus s’offrir avec la guerre, mais qu’il ne pouvait pas laisser passer. Il était capable de s’endormir alors pourquoi s’en priver ? Il serait certainement assez fatigué comme ça pour l’hiver à venir, il devait économiser ses forces dès maintenant. Ou quelque chose comme ça. Bref. Il s’apprêtait à prendre congés quand Emy reprit la parole, demandant à Sam s’il avait des livres. Il n’était pas un lecteur très assidu, mais l’ancienne propriétaire était quelque peu obsédée par l’écriture. Il l’avait rencontrée un livre à la main après tout. ► L’ancienne propriétaire adorait lire, je pense que tu trouveras forcément quelque chose à ton gout dans le bureau. Viens, je vais te montrer.

Les quelques pas qui les séparèrent du bureau, Sam les passa à penser à la passion d’Amelie pour les romans. Il ne passait pas un jour sans qu’elle ne lise quelques lignes ou qu’elle n’écrive elle-même quelque chose. Elle avait un talent qu’il n’aurait jamais pu égaler, c’était sûr. Mais n’étant pas très doué, il n’était pas certain d’être un bon exemple. Quoi qu’il en soit, il avait toujours apprécié lire ce qu’elle voulait bien lui montrer, alors même qu’il faisait tout son possible pour garder ses distances avec tout autre roman. La porte du bureau grinça légèrement en s’ouvrant, dévoilant alors des étagères soutenant des livres, sur toute la hauteur des quatre murs. ► Voilà, voilà, prends ce que tu veux. Il avisa la deuxième porte au fond de la salle. Une chambre est reliée à ce bureau, si tu veux. Ce sera plus pratique pour venir chercher des livres. Quand tu en auras fini un, n’hésite pas à le poser sur le bureau, je le rangerai moi-même plus tard. Il y a un peu de tout ici, prends ton temps pour choisir. La salle n’est jamais fermée, tu peux venir quand tu veux.
@Eques sur Never-Utopia
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: After the death ... The nothingness ?! [Livre I - Terminé]   Mer 27 Nov - 0:40



Oui, il ne faisait aucun doute que l’on s’habituait à être le méchant à chaque fois aux yeux des autres même si ce n’était pas forcément le cas. Je le savais pour l’avoir moi-même vécu et cela n’avait rien d’agréable. Cependant, j’étais surprise de constater que Sam s’était lui aussi retrouver dans ce genre de situation avec sa sœur. A vrai dire il n’en avait jamais fait allusion par le passé ! Enfin, nous n’avions jamais vraiment parlé comme nous étions en train le faire. Il avait beau être gentil, il avait d’abord été pour moi le petit-ami de ma meilleure amie puis son ex vivant dans la même ville que moi… rien de plus ! Mais cela était en passe de changer puisque j’allais vivre sous le même toit que le brun. Je ne savais pas pour combien de temps et même pour deux jours, je savais que cela allait modifier nos rapports. Nous serions sûrement plus proches par la suite. La proximité ne rapproche-t-elle pas les gens ?
Sortant de mes pensées, je souris alors à ses paroles et son sourire. Non, non, il ne fallait pas qu’il croit que j’étais dupe… Et puis j’étais persuadée qu’il disait cela pour rire !



- Je suis peut-être blonde Sam mais je ne me laisse pas duper facilement ! déclarais-je simplement avec un sourire malicieux.


La fatigue s’était ensuite faite sentir de mon côté mais il s’agissait là d’un épuisement physique. Mentalement, j’étais parfaitement éveillée et c’était là le problème. Si j’allais m’allonger il fallait que j’ai de quoi m’occuper l’esprit. Immédiatement, je pensais à de la lecture. J’adorais me plonger dans un bon bouquin quand je n’avais rien à faire mais malheureusement je n’en avais pas avec moi ! Je dérangeais donc mon hôte une dernière fois avant de le laisser pour la nuit.
Sa réponse m’apporta un soulagement qu’il n’imaginait sûrement pas. Je savais déjà que j’allais lire jusqu’à l’épuisement. Avec un peu de chance je ne me réveillerais pas avant le lendemain matin… J’espérais également que je ne ferais pas de cauchemars. Tandis que je suivais mon hôte, je repris la parole pour quelques aveux.



- Voilà qui m’aidera à m’endormir alors… J’espère que je ne ferais pas encore de cauchemars ! Je ne voudrais pas te réveiller en pleine nuit, avouais-je. Ça m’embêterai de te déranger ici, chez toi…


Je suivis donc Sam et attendis lorsqu’il ouvrit une porte grinçante. Dès que cette dernière fut ouverte, j’ouvrais la bouche de surprise. La pièce était une bibliothèque… Il y avait des livres de partout ! Je pénétrais à l’intérieur, ne sachant où regarder tandis que Sam me disait de prendre ce que je voulais. Etant quasiment au centre de la pièce je fis un tour sur moi-même.
Dans le même temps, j’écoutais le brun me dire qu’une chambre était mitoyenne à la bibliothèque. Il me dit même que je n’aurais pas à me soucier du rangement du livre que je prendrais. D’ailleurs, j’en saisis un que je n’avais encore jamais lu. J’aimais beaucoup le style d’écrire d’Amélie Nothomb et j’étais persuadée que « Le Fait du prince » était un bon choix.



- Mon choix est fait, dis-je en secouant le bouquin au-dessus de ma tête. Et je le rangerais moi-même ! En tout cas, merci Sam. Tu es adorable ! dis-je en me rapprochant de lui. Je vais te laisser et m’éclipser avec ce livre. Je te souhaite donc une bonne nuit.


Je déposais un baiser sur sa joue en guise de remerciement et de bonne nuit puis je filais m’isoler dans une chambre très chaleureuse. Je ne pourrais que bien y dormir non ?


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: After the death ... The nothingness ?! [Livre I - Terminé]   



Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum