AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes actuellement, en jeu, pendant la DEUXIEME QUINZAINE de FEVRIER 2013.
[La météo ici ]


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Sergent-Chef chez les paras
Messages : 225
Membre du mois : 36
Célébrité : Gerard Butler
Localisation : A l'extérieur
Age : 26
Crédit : Avatar (c)shadows. Gif (c)Tumblr
Emploi : Chef des baroudeurs
Caractère : Taciturne – Loyal – Concentré – Solitaire – Rusé - Chasseur
Vos Liens :
Spoiler:
 






MessageSujet: How we kill stars   Sam 27 Sep - 9:10


Le 17 Février 2014

Je presse le pas sous les rafales de vent glaciales et la neige qui tombe sans cesse. Rien ne s'améliore, et d'ailleurs ce n'est pas une surprise : je ne m'y attends pas. Tout est gris, blanc, tout n'est que neige et cendres. Mort. Et en moi, ce n'est pas bien différent. Trop peu de temps s'est écoulé depuis la fin de ce raid où j'ai abattu ce vieillard. Je sais que je ne dois pas me laisser déstabiliser par ce genre de choses ; de plus ce n'est pas la première fois que je suis amené à commettre ce genre d'actes. Mais c'est la goute d'eau qui fait déborder le vase. Toute la pression, toutes ces responsabilités qui pèsent sur mes épaules... Et un cadavre de vieux sur les bras. Les cris d'un gosse sur la conscience. C'est peut être cela, le plus dérangeant. Parce que ça me fait penser à ma fille, et que je sais pertinemment que c'est le sujet qui me tracasse le plus. Faire le lien, ainsi, inconsciemment, entre mon boulot et ma vie, avec la seule personne à laquelle je pense encore... C'est douloureux. Très. Elle est mon unique faille, et je n'arrive pas à la boucher même si je n'en montre rien, même si j'arrive m'a confié la véritable identité de encore à masquer tout ce qui m'habite, je ne vais pas bien. Marielle le sait, elle. Morde. Pourquoi ? pourquoi est-ce que je lui ai avoué tout cela, pourquoi est-ce que je n'ai pas pu m'en empêcher ? Je me le demande toujours. Tout s'enchaîne.Raulne m'a confié la véritable identité de Vareshkova l'espionne russe, avec qui il part prochainement en expédition vers Le sud. A laquelle j'aurai bien aimé me joindre, mais forcément, étant un peu le second, des responsabilités m'échouent. C'est ainsi je le sais, je l'accepte. En l'absence du Lieutenant c'est moi qui vais devoir prendre la direction du camp. Et aviser s'il lui arrive quelque chose, mais j'espère de tout coeur que non. Qu'il ne fait pas une erreur monumentale en accordant ainsi une part de sa confiance à la belle russe. Je n'y peux rien, après tout.

Me sortant de mes réflexions, j'arrive au centre médical improvisé. Où se trouve certainement encore Beaumarchais. Mon coeur se serre en pensant à elle, mais ce n'est pas mon but aujourd'hui. Je suis quelqu'un de concentré, je ne laisserai en aucun cas cette relation me distraire dans mon travail. Reh n'a pas montré signe de vie depuis notre retour, c'est pour cela, et uniquement pour cela que je me trouve ici. Le type était sous mes ordres, que ça nous plaise tous deux ou non, c'était donc à moi de régler le problème. Il avait déserté, mais il fallait tout de même creuser un peu plus. Parce que apocalypse ou non, nous restons tous des militaires, nous restions tous à l'armée. Son frère était bien le seul à pouvoir me faire avancer dans cette affaire. Je fouille des yeux le centre, m'adresse à un civil ayant l'air de travailler ici qui m'indique le gars que je cherche, dans une espèce d'arrière pièce qui devait servir de local pour le personnel à l'époque heureuse où ce merdier était une boutique de station-service. Je toque à la porte entrouverte, et remarque au passage que l'homme vient de se couper les cheveux.

"Je peux vous parler un instant ?"
Voir le profil de l'utilisateur


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum