AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes actuellement, en jeu, pendant la DEUXIEME QUINZAINE de FEVRIER 2013.
[La météo ici ]


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Sergent-Chef chez les paras
Messages : 225
Membre du mois : 36
Célébrité : Gerard Butler
Localisation : A l'extérieur
Age : 26
Crédit : Avatar (c)shadows. Gif (c)Tumblr
Emploi : Chef des baroudeurs
Caractère : Taciturne – Loyal – Concentré – Solitaire – Rusé - Chasseur
Vos Liens :
Spoiler:
 






MessageSujet: Time is running out   Mar 2 Sep - 15:01


Le 19 Février 2014

Encore levé avec le soleil ce matin, si on peut appeler se lever le fait de sortir de sa tente après une nuit dont on n'a pas fermé l'oeil. Ou presque. Non, j'exagérais, j'avais quand même du dormir plus de deux heures... Ou à peine. C'était déjà ça. Réveillé sans cesse par les mêmes visions, qui revenaient en boucle dès que je fermais les paupières. Le froid, c'était même plus un problème, je ne le ressentais presque plus. On dit que l'homme a une certaine capacité d'adaptation, même si je sais que je ne m'habituerais jamais à certaines choses, le froid c'est fait. Disons que j'ai d'autres soucis en ce moment. Et que j'essaye de ne pas y penser, de les mettre de côté. Dès qu'il s'agit de préparer des raids ou d'être en action, il n'y a pas de problème, mais dès que je me retrouve seul, dès que je n'ai rien sous la main tout repart de plus belle. Il y a Charlotte, les civils de l'autre jour. J'arrête pas de me dire que ça aurait pu être elle à la place de l'autre gamin contre son vieux. Ca sert à rien, mais j'arrête pas. Heureusement qu'il y a du travail et qu'il y en aura toujours, sinon je n'ai aucune idée de comment je ferai. Je préfère même pas y penser. J'ai de quoi m'occuper, alors je le fais. Un point c'est tout. Raulne va partir dans quelques jours pour le sud, l'expédition est en cours de préparation, presque prête. Beaumarchais est sortie de l'hosto et je me suis occupé du déserteur. Reh, qu'on a plus revu depuis le retour de ce raid. Est-ce que ça a un rapport ? J'en sais rien, il avait des milliards de raisons pour se tirer, bah il l'a fait. J'ai du molester son frangin, ça n'a rien donné. Disparu. C'est peut être une bonne chose au fond, il valait mieux qu'il dégage avant qu'il ne me pète réellement les couilles et qu'il s'en prenne une, une grosse qu'il allait vite regretter. Un des plus grands cerveaux du camp, peut être, mais pas moins un emmerdeur de haut niveau que je ne supportais qu'à grande peine.

Convaincu qu'il n'y avait plus rien à faire de ce côté, j'avais un peu lâché l'affaire. Si quoi que ce soit refaisait surface, on le verrait vite de toute manière. Après avoir avalé un café, enfin le liquide malodorant que l'on nomme ainsi pour garder un semblant de normalité, j'étais retourné m'occuper le cerveau avec des raids, encore et toujours, partir en reconnaissance était essentiel pour tout un tas de raisons, comme notre approvisionnement ou la sécurité. Vers midi je décidais d'aller faire un tour, histoire de me dégourdir les jambes. Avant de me dire que je devrais bientôt passer voir Marielle, comment elle allait. Même si ça lui plairait peut être pas, elle en avait l'habitude maintenant et savait qu'elle ne pourrait me faire changer. Je le savais aussi, et je l'acceptais. J'étais certainement en train de me mettre dans l'une des plus grosses merdes de mon existence et de ma carrière et au fond, bah ça me faisait pas grand chose. Parce que je sentais que c'était réciproque, parce que si on devait mourir demain autant avoir un peu profité de la vie avant. C'est drôle, je n'avais jamais vraiment résonné comme cela, mais j'étais sous pression depuis plusieurs semaines, plusieurs mois maintenant alors j'imagine que ça devait y faire. Beaucoup. J'avais soudain pris conscience que je ne rentrerais pas voir ma fille début janvier comme je l'avais toujours fait. Ou que j'y trouverais des ruines, avec son squelette au milieu, ou même pas, juste des cendres. Des cendres où se mêlaient celles de ma fille et du chien. Je délirais...

Mais avant de me décider à trouver Beaumarchais, je devais voir Bandat. Pour qu'on s'entraine, avant qu'elle ne parte avec Raulne, et qu'on fasse le point. Début d'après midi, même si on ne voyait aucune différence avec le reste de la journée. On devait se retrouver dans la forêt, j'en profitais pour me dégourdir les jambes quelques instants, avant m'assoir sur un rocher recouvert de neige et de l'attendre.
Voir le profil de l'utilisateur


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum