AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes actuellement, en jeu, pendant la DEUXIEME QUINZAINE de FEVRIER 2013.
[La météo ici ]


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 13
Messages : 513
Membre du mois : 8
Célébrité : Naomi Scott
Age : 24
Crédit : wildest dream (avatar)
Caractère : une Lyra quoi ::




MessageSujet: - je vois les anges depuis que Satan me tape sur les nerfs || mathie&lyra   Lun 4 Aoû - 18:09

Les paroles étaient devenus sagesse me concernant, et rares, je faisais ce que l'on me disait de faire désormais tel un petit soldat de plomb. Un petit soldat de plomb que l'on conduisait avec ses petites mains, à qui l'on disait quoi faire. Non ma volonté ne m'avait pas encore quittée, bien au contraire, elle était au creux de mes poumons et de mon coeur. Elle était déjà là avant que je ne quitte Louisville, elle était toujours là encore et toujours. C'était juste que je ne voulais pas l'épuiser tout de suite alors je devais encore un peu m'en servir pour pouvoir vivre au sein de ce camp. Bon d'accord, j'étais mauvaise langue, le moment où nous marchions jusqu'au camp. Nous avions marché pendant des jours et des jours, plusieurs semaines même, mais nous n'avions pas eu vraiment la notion du temps, en tout cas je l'avais perdu. La seule chose que je savais c'était qu'il faisait froid qu'on était qu'en plein hiver et je souhaitais juste retrouver un peu un été. Parce que si l'hiver était une chose, l'hiver nucléaire en était une autre bien évidemment.

J'avais compté que nous ne devions pas être loin du compte pour que je puisse aller à la distribution. Je traversais le camp encore une fois après me retrouver une nouvelle fois seule dans la tente. Je ne me formalisais plus, cela faisait bien un moment que je ne l'avais pas vu d'ailleurs, disons que nous n'avions pas eu une véritable discussion entre soeurs. Traversant le camp, j'arrivais de l'autre côté au début de la distribution et c'est là que je vis dans un coin qui scrutait autour du camp, comme pour surveiller, ce qui se passait. MATHIE ! hélais-je avec ma main avant de m'approcher d'elle. C'était l'occasion ou jamais de pouvoir parler. Une fois à sa hauteur je descendais l'écharpe qui me cachait la bouche pour éviter d'aggraver les gerçures qui étaient déjà présentes sur mes lèvres. Comment vas-tu depuis le temps ? Le temps que je n'avais pas eu l'occasion de profiter d'une discussion avec ma soeur.


have you ever imagined your life during war times ? now, we can say it.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 2
Richesses: 48
Messages : 1940
Membre du mois : 32
Célébrité : Odette Yustman
Localisation : Fidèle au poste qui n'est autre que Louisville
Age : 28
Crédit : (c)Kanala pour l'avatar (c) Nanami pour le gif dans mon profil
Emploi : Je suis hotesse de caisse dans un supermarché. Je suis aussi conseillère municipale de la mairie de Louisville, et "parent" d'élèves au Lycée de Lyra
Caractère : Calme - Patiente - Taciturne - Cynique - Meneuse - Rancunière




MessageSujet: Re: - je vois les anges depuis que Satan me tape sur les nerfs || mathie&lyra   Sam 13 Sep - 16:45

Lyra & Mathilda
Le 18 février 2013



L’heure de la distribution des vivres était toujours un moment délicat dans la journée. Depuis quelques jours nous avions entendus parler de vols et de raquettes. Certains distributeurs avaient même été menacés si bien qu’on pouvait sentir une tension venant d’eux. Avec Raulne, nous avions fait le tour de l’emplacement et vérifié X fois que tout était en ordre. Si lui s’occupait de faire les files, j’étais chargée de garder un œil sur l’ensemble du camp au cas où un problème se présenterait. J’avais mon arme à la ceinture, ainsi qu’un couteau. Et un peu plus loin, une trousse de premier soin. On ne sait jamais et on est jamais trop prudent dans une vie, encore moins dans notre monde. C’était avec beaucoup de pression que nous avions fait défiler trois par trois les survivants et elle s’était relâchée lorsqu’il ne resta qu’une quinzaine de personnes que nous savions calmes. Je soufflais un bon coup, contente que tout ce soit bien passé, même si ce n’était pas encore totalement fini. Après avoir récupérer leurs marchandises, la plupart des gardes étaient venus nous filer à leur tour un coup de main. La sécurité était extrême, et trop importante pour qu’on est encore véritablement besoin de moi. On m’avait demandé de rester là pour être force de persuasion si besoin. Soit disant, je pouvais calmer les ardeurs et les cœurs à juste être présente. Je n’en étais pas certaine, pas convaincu du tout même. Que je sois là ou non, si cela aurait dû chauffer, ça l’aurait fait quand même. Non vraiment, j’aurais été plus utile à la clinique à continuer à panser des plaies, même si ce petit interlude n’était pas si mauvais que ça. Sortir d’une ambiance de sang, de cris et de douleur n’était pas un mal, même si du coup que mon esprit n’était pas occupé, mon cœur saignait. Cela ne s’était pas du tout arrangé avec Mickaël et moi. D’un côté j’étais soulagée qu’il soit baroudeur et sur les routes, même si j’avais cette peur qu’il ne rentre pas. Oui, j’étais complètement contradictoire, mais je n’y pouvais rien. Je sortais de mes pensées en attendant mon surnom être crié. Je connaissais que trop bien cette voix. Je tournais la tête vers ma sœur qui vint me saluer et me demander comment j’allais. Ca faisait bien longtemps que nous ne nous étions pas vraiment vu, ni parlé. On se croisait entre deux tentes, mais nous étions trop occupées l’une et l’autre pour avoir du temps pour l’autre. Elle me manquait pourtant énormément et ne pas être sur son dos était extrêmement difficile pour moi. Mais c’était important qu’elle apprenne à se débrouiller toute seule. S’il m’arrivait quelque chose, elle devait pouvoir compter sur elle-même Ma puce répondis-je, avant de la serrer dans mes bras. Ok c’était une adolescente et elle n’aimait pas vraiment les étreintes, mais tant pis. Pour un fois, je le faisais quand même parce que moi-même j’en avais besoin. Je déposais un léger baiser sur son front, avant de prendre son visage entre mes mains. Comment te portes-tu ma chérie ? Je n’avais pas répondu à sa question. Pas tout de suite. D’abord elle, ensuite moi.









Si simple et si sérieuse, si belle et si rêveuse, quand je l'embrasse et l'écoute. Je te rejoins sur la route. Si grande et si fragile la force mais pas tranquille. L'orage est passé les gouttes coulent le long de ma route. Du haut de là haut de l'au-delà. Si courte et si sensible la loi la plus terrible. Et si quelques fois je doute je te regarde sur la route
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 13
Messages : 513
Membre du mois : 8
Célébrité : Naomi Scott
Age : 24
Crédit : wildest dream (avatar)
Caractère : une Lyra quoi ::




MessageSujet: Re: - je vois les anges depuis que Satan me tape sur les nerfs || mathie&lyra   Sam 20 Sep - 22:57

Dans le camp, il y avait les gens disciplinés comme moi qui ne demandaient qu'une chose continuer de vivre. Et puis après il y avait ceux qui voulaient vivre comme avant et qui devenaient menaçant. En même temps, par les temps qui courraient je me demandais comment c'était possible de continuer à penser qu'il était possible de vivre comme avant. Plus rien ne serait comme avant, et ça je m'en étais bien rendue compte. C'était peut être pour ça que je m'étais assagie comme on dirait. Je pense que mes parents étaient fiers de moi, de la façon dont je recevais les choses. Pourtant pour une adolescente de dix-sept ans de ceux qui étaient partis avec nous, j'étais la seule à être arrivée jusqu'au camp. Il fallait être une battante comme on m'avait dit, quand j'étais arrivée, même si je n'avais pas mangé à ma faim, j'avais fini par m'habituer ou disons que mon estomac n'entendait plus la faim, et ne criait plus famine. Alors oui, plus jamais rien ne sera comme avant, mais c'était nécessaire pour que nous puissions avancer. Nous n'avions plus le choix que d'aller de l'avant. C'était ainsi que je voyais les choses.

Et Mathilda aussi. Depuis que nous étions arrivés au camp, elle avait pris la décision de me laisser voler de mes propres ailes. Son étreinte pour autant me rassura. Au fond j'étais encore une enfant qui avait besoin de ce contact avec sa soeur, l'équivalent de ma mère qui m'avait quitté bien trop tôt. Nous n'avions pas du tout eu la même éducation avec Mathilda, mon père était souvent absent lors de son enfance, contrairement à moi qui l'avais toujours eu à mes côtés. Nous étions en février 2013, et à cette époque si le temps ne s'était pas suspendu, je devrais me préparer à passer mon bac blanc au lycée. Non tout avait changé, nous étions désormais dans un autre processus. Je vais bien, mieux, je ne sais pas. Si je vais bien et toi ? Ce n'est pas trop dur ? Je savais qu'elle s'était investie totalement avec Raulne dans ce camp pour y donner un minimum de discipline, aujourd'hui elle était aux rations et c'était toujours le moment le plus difficile je supposais. Si j'aidais de temps en temps, je n'étais pas aussi présente qu'elle sur le terrain. On me voyait plus souvent en train d'errer autour de ma tente.


have you ever imagined your life during war times ? now, we can say it.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: - je vois les anges depuis que Satan me tape sur les nerfs || mathie&lyra   Aujourd'hui à 15:36



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum