AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes actuellement, en jeu, pendant la DEUXIEME QUINZAINE de FEVRIER 2013.
[La météo ici ]


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: The Ghost's Staff    Jeu 24 Juil - 17:33

Je ressers le col de ma veste pour m'éviter de prendre froid. Le mercure est descendu encore plus bas ces deux ou trois derniers jours, j'en suis sûr. J'avais envoyé des patrouilles dans la poudreuse, mais certains hommes ont ainsi perdu leurs chaussures lorsqu'il a gelé par dessus la neige. Les médecins et autres personnels médicaux ad hoc du camp m'avaient signalé une recrudescence des engelures. Tout le monde priait pour des accalmies, mais je savais de formation qu'elles pouvaient se faire attendre des mois sinon des années. On n'a pas détruit ce monde, loin de là. Mais en l'atomisant on a peut être réduit à rien les chances de survie de l'espèce humaine sur Terre. Bref. J'ai froid, j'ai les burnes qui gèlent et les yeux qui piquent. Rien ne va plus dans ce foutu camp. J'attends encore pas mal de patrouilles envoyées dans toutes les directions, et je ne peux pas m'empêcher d'imaginer le pire pour certaines d'entre elles. J'espère bien que nous avons passé les phases les plus sanglantes de la guerre « officielle » dans cette région, mais il y a des réfugiés desespérés, des pillards et des extrêmistes de tous bords. On m'a même signalé une localité au sud est couvert de drapeaux royalistes, hérités d'un Ancien Régime disparut depuis bientôt deux siècles. Le monde va mal, et les gens ne vont plus bien dans leur tête. Epoque bénie des dieux pour les anciens inadaptés sociaux dont je fais partie. Parfaitement incapables de mener une vie civile honnête et tranquille, nous étions comme des poissons dans l'eau. Même ce connard de reh y trouvait son compte, c'est dire. Je n'avais plus besoin de trafiquer pour me mettre en danger et me sentir vivant ; il y avait tellement de façons de mourir dans ce bled que je n'avais que l'embarras du choix. Re-bref.


Je me ressers une tasse de café brûlant. Fait avec de la neige fondue au réchaud, avec du marc qui est passé au moins dix fois dans de vieux bas usés, on ne peut pas dire que le machin que j'ingurgite sert à grand chose, sinon à remplir ma vessie et à me réchauffer un peu. C'est dire, ça a presque le goût d'un thé. J'ai horreur du thé. Le thé, c'est pour les anglais et pour les lopettes. Pour les mêmes quoi. Et puis, je m'agace tout seul à rester assis devant ce qu'il me sert de bureau. J'ai besoin d'action. Bandat est pas là, je peux donc pas passer agréablement les heures qui vont venir et y'a aucune alerte sur le périmètre. On me dit finalement que le raid vers le sud est revenu à la maison. Parc d'Attraction, rumeurs de bouffe en vue. Je fais chercher Comet, le responsable de la mission. Le « chef » s'en est forcément tiré indemne, le bougre est le meilleur soldat que j'ai jamais rencontré. Un mec à se plier en quatre pour faire chier du sang à ses ennemis et sauver les pisseurs qui lui arrivent pas à la cheville. Un putain de tueur. Un ami, même si la distance du rang impose une certaine discipline dans nos rapports. Quand il arrive, je me lève de mon bureau et attend qu'il me salue.



| Je suis content de vous voir Sergent, j'ai presque eu peur qu'il vous soit arrivé un pépin. Café ? C'est de la merde, mais si vous avez rien dans le bide ça vous fera du bien. |



Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Sergent-Chef chez les paras
Messages : 225
Membre du mois : 36
Célébrité : Gerard Butler
Localisation : A l'extérieur
Age : 26
Crédit : Avatar (c)shadows. Gif (c)Tumblr
Emploi : Chef des baroudeurs
Caractère : Taciturne – Loyal – Concentré – Solitaire – Rusé - Chasseur
Vos Liens :
Spoiler:
 






MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Ven 25 Juil - 8:07

J'avais presque cru qu'on s'en sortirait pas. Presque. Le retour avait été putain de difficile, plus que l'aller même si on avait emprunté à quelque chose près le même chemin. Mais on avait tous accumulé la fatigue, et ce qui s'était passé avec ces civils avait encore rajouté une couche. Le parc est désert, mon œil oui... On se retrouvait au final avec un maigre butin : quelques médocs, un peu de bouffe et deux ou trois bouts de tissus chaud. C'était déjà ça vous me direz, on s'en sortaient tous indemnes mais si on récoltait si peu de trucs à avaler à chaque raid, ce camp tiendra pas pour longtemps. Bon les médocs c'est bien aussi mais c'est pas ça qui pourra arrêter une vraie épidémie comme elle peut arriver si rapidement dans le merdier où on est tous plongés. Ca pourra ralentir la catastrophe, mais pas l'éviter. Les vêtements, je me plaignais pas non plus, personne ne dirait non à ça de toute manière vu qu'on retombe peu à peu à l'âge de glace, mais ça remplit le bide à personne. C'est pas ce qu'on était venus chercher. Disons que j'étais peut être un peu déçu, oui. Déçu, et surtout en colère contre moi même. Parce que j'avais buté un vieillard sans savoir que c'était un vieillard et que j'avais pris les hurlements du gosse pour un appel à l'aide, ou je-ne-sais-trop-quoi qui a pu me passer par la tête. Ca me plaisait pas de buter des types sans défenses. Quoi, le vieux c'est pas parce qu'il avait une arme à feu qu'il avait de quoi se défendre. Tellement maigre et croulant que n'importe qui ou presque aurait pu l'abattre en deux-deux. Et c'était moi qui l'avait abattu, croyant que c'était ça qui allait nous faire la peau. Je peux tuer autant que vous voulez de soldats, d'extrémistes, de terroristes, de tout ce que vous voulez, mais pas des civils comme ça. Je suis peut être un tueur, mais pas un tueur sans état d'âme. Et ce gamin qu'il avait entre les bras putain... Les cris n'ont pas arrêté de résonner dans mon crâne pendant tout le retour. Retour silencieux et concentré. Et le clebs de Reh qui aboie des fois, comme en écho aux cris. J'ai plus l'habitude des chiens. Les chiens, c'est pas discret, et la discrétion, c'est mon fort alors forcément je m'en passe. Enfin. On était vivants et on avait quand même quelque chose dans les poches, alors bon.

Après avoir déposé nos trouvailles aux réserves du camp, je filais dans ma tente avant qu'un soldat me chope pour me dire que le Lieutenant voulait me voir. A peine revenu, déjà convoqué. Bon, ça m'étonne pas. Je rejoins quand même rapidement l'amas de toile qui me sert d'habitat et enfile un nouvel uniforme, disons un peu plus propre que l'autre. Même si je sens pas vraiment de différence, on va dire que je suis moins crasseux. Enfin je m'attarde pas, de toute façon j'ai plus de rendez-vous galants depuis belle lurette et j'aime pas vraiment faire attendre mon supérieur. La propreté c'est un luxe auquel on a renoncé depuis longtemps. Et valait mieux.

Je me présente donc rapidement chez Raulne et le salue comme il se doit. Militaire, simple et direct. Il est heureux de me voir et me propose ce machin noir qu'on appelle café pour pas que les gens perdent leurs repères et auquel je me suis mis moi aussi. Je hausse les épaules.

« Volontiers, Lieutenant. C'est tout ce qui nous reste d'à peu près consistant, de toute façon. »

Je rebondis ensuite sur sa remarque précédente.

« Le pépin, j'ai bien cru qu'on allait l'avoir. »
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Mer 6 Aoû - 19:25

Je suis heureux de voir Comet de retour. Je sais que ce roc peut venir à bout de tout et de n'importe quoi. Je me rappellerais toujours de ses leçons de reconnaissance et de discrétion, de son habileté à la baïonnette et au poignard de combat. En Centrafrique, en Afghanistan, en Côte d'Ivoire. Ce type est une légende, un ancien mentor, et un ami. Du moins c'est ainsi que je le vois. Je suis plus proche et plus éloigné à la fois, que je ne le suis de mon frère. Comet a été présent pour l'immense majorité des épreuves difficiles voire traumatisantes que j'ai décidé, vécu ou subi, au sein d'une carrière très remplie dans notre unité de reconnaissance parachutiste. En plus de ce lien qui s'est construit au fil du temps, il y a la force de l'habitude. Nous savons tous deux comment l'autre fonctionne, ce qui nous permet de diriger le peloton de manière très vive, indépendante. Nous pouvons coordonner nos actions sans nous concerter, juste en connaissant bien l'autre. Si la chaîne de commandement est un jour rétablie, Comet pourrait sans doute prétendre à la citation à la légion d'honneur... A moins qu'il l'ai déjà eue ? Putain, je me souviens plus, mais c'est fort possible. Pour ses actions de la vallée de Kapisa en 2008 sans doute. Je sais plus. Tant pis. Et en plus de ça, avec les places laissées vacantes par la quasie-destruction de la compagnie de reconnaissance pendant les bombardements puis les combats de Louisville, je suis presque assuré de passer capitaine, chef de compagnie. Je perdrais mes fantômes pour commander le reste des unités de reconnaissance du régiment... A moins qu'on nous mette un nouveau venu. Mais Comet, lui, monterait immanquablement sur la foi de mes rapports et les besoins en officier. Lieutenant, c'est certain. S'il vit, si je vis, si tout le monde vit. Ce qui est loin d'être acquis dans ce nouveau monde qui est le nôtre. Je lâche un rire franc lorsqu'il me dit que l'ersatz de café est quelque chose de consistant.


| Hé chef, vous rigolez ou quoi ? Tu vas le ressortir aussi vite qu'il est rentré, cet espèce de liquide. Ça file la chiasse, mais au moins ça réchauffe. C'est déjà beaucoup, par les temps qui courent. |


je lui tends une tasse et fronce les sourcils.


| Dites moi ce qu'il s'est passé. |



Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Sergent-Chef chez les paras
Messages : 225
Membre du mois : 36
Célébrité : Gerard Butler
Localisation : A l'extérieur
Age : 26
Crédit : Avatar (c)shadows. Gif (c)Tumblr
Emploi : Chef des baroudeurs
Caractère : Taciturne – Loyal – Concentré – Solitaire – Rusé - Chasseur
Vos Liens :
Spoiler:
 






MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Mar 19 Aoû - 12:59

[HJ] C'est pas très long, j'espère que ça t'ira ^^

Je m'étais dépêché quand on m'avait averti que Raulne voulait me voir. J'avais mis mes réflexions et mes remords de côté le plus possible en rejoignant sa tente. Je n'aimais pas faire attendre les gens, encore moins mes supérieurs. Même si il n'était pas que ça. J'avais appris à l'apprécier, depuis le temps que je le connaissais, je pouvais le considérer comme un ami. Avec toutes les merdes qu'on a vécu ensembles... En fait, il est un des rares envers qui je n'ai jamais eu autant confiance, et c'est réciproque. Bien sûr, il y a toujours la barrière de la hiérarchie, et elle sera toujours là. Ca n'a pas d'importance, j'y suis habitué. Je réprouve parfois ses méthodes, c'est vrai, souvent même, et je ne me gêne pas pour le lui dire. Mais dans le fond, je l'apprécie, je sais comment il fonctionne et ça facilite pas mal de choses. Raulne est une des rares personnes que je connaisse depuis des années à être encore en vie. Je l'ai vu plus souvent que ma propre fille, alors forcément ça y fait. Il a l'air content de me voir, et aussi un peu inquiet. On est rentrés un peu tard par rapport à ce qui était prévu, et je ne suis pas spécialement satisfait de l'expédition. Je comptais ramener plus de bouffe, au lieu de ça je dois me contenter de quelques vivres contre pas mal de bouffe et de vêtements. Bref. J'accepte l'espèce de café qu'il me tend. Non, c'est pas bon, mais c'est tout ce qu'on a de chaud, alors merde. Je hausse les épaules, en fait j'ai pas vraiment la tête à plaisanter. Je commence mon rapport. Je lui donne juste les faits, je reste professionnel. De toute façon il me connait, il se doutera bien que le fait d'avoir tué un vieux ne me laisse pas indifférent.

« On a vite saisi que le parc n'était pas désert. Bertin a d'abord vu du mouvement, puis j'ai entendu des bruits métalliques. Je leur ai ordonné de rester groupés pendant que j'allais voir ce que c'était. Au lieu de ça, une ou deux balles les ont ratés de peu. On avait aucune possibilité pour savoir ce que c'était, combien ils étaient. Il n'y avait qu'un tireur, pour l'instant mais il n'était sûrement pas seul. Bertin a repéré sa position puis je l'ai abattu, j'avais un meilleur angle de tir qu'eux. Là, on a entendu des hurlements. Ca venait du tireur. Je les ai rejoints puis on s'est déplacés pour aller voir. »

Je poussais un léger soupir avant de continuer.

« On est tombés sur pas mal de civils. Le mec que je venais de buter, c'était un viellard qui essayait juste de défendre les siens, et les cris c'était un gosse qu'il avait près de lui. Ils ont commencé à nous insulter, et on s'est barrés avec les provisions alors qu'ils commençaient à en venir aux mains. Sur l'aller et le retour, rien à signaler. »
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Mar 26 Aoû - 9:22

Ce genre de café, un café de guerre comme l'appelait mon grand père, était le genre de symbole éphémère d'un mode de vie déchu. Un reliquat d'un confort révolu, que nous n'étions pas certain de connaître à nouveau dans cette vie. Dans l'absolu, cela n'avait rien d'handicapant ni rien de bien dramatique, mais il fallait quand même avouer que l'on se raccrochait comme des forcenés à ce genre d'habitudes du passé, tels des naufragés qui se raccrochent aux bouées de sauvetage. Je tendais la tasse à Comet, qu'il prit. Il s'en satisfaisait lui aussi. Contrairement à ce que l'on pourrait penser; nous autres soldats de l'Armée de Terre n'avions pas l'habitude de ce genre de privations avant la troisième guerre mondiale. Nous étions correctement ravitaillés en opération, et ce que l'armée ne voulait ou ne pouvait fournir, je montais à l'époque de menus trafics avec les locaux ou les armées alliées et leur logistique pour approvisionner mes hommes en tout et n'importe quoi. Clopes, revues pornos, dvds ou encore de la bouffe de meilleure qualité. Je faisais ça pour tromper l'ennui et accumuler de l'argent que je ne dépensais presque pas, hormis en compagnie féminine, en boissons et en conneries. Donc j'avais toujours un pactole de côté. Sauf qu'avec la guerre, que reste-t-il des banques? Nous perdions tous ce qui avait fait notre vie d'autrefois. Savourer un café, même s'il mérite à peine ce nom, est une manière comme une autre de reformer un lien ténu mais rassurant avec un passé révolu.


Le chef me raconte ce qu'il s'est passé. Ah, si le parc n'était pas désert, c'était qu'il devait y avoir eu un problème. Ils ont dû flipper, avec ce genre d'environnement qui rappelait nos scènes de combats urbains à l'étranger... S'il soupire pour me raconter la fin, c'est que ça n'avait pas dû être joli. Bon, je sais que Comet fera toujours son devoir mais... Encore du sang de civils sur les mains. Depuis qu'on a carnagé les civils pour arriver à Louisville, puis les massacres avec les écorchards ça commence à faire beaucoup. Je passe ma main sur mes cheveux coupés courts, me frottant le temps de réfléchir.



| Je vois.... Ce n'était pas votre faute, Sergent. Il a tiré le premier, cet homme. Il aurait pu tuer un ou plusieurs de vos hommes. Qu'il défende des gens n'y change rien. Il était dangereux, et vous avez géré la menace. Vous êtes rentré sans pertes d'une mission dangereuse. |


Je soupirais à mon tour.


| Comment Bertin et les autres ont pris la chose? |



Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Sergent-Chef chez les paras
Messages : 225
Membre du mois : 36
Célébrité : Gerard Butler
Localisation : A l'extérieur
Age : 26
Crédit : Avatar (c)shadows. Gif (c)Tumblr
Emploi : Chef des baroudeurs
Caractère : Taciturne – Loyal – Concentré – Solitaire – Rusé - Chasseur
Vos Liens :
Spoiler:
 






MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Mer 27 Aoû - 9:50

Même si je n'en montrais rien, je n'arrivais pas à me défaire de ce malaise qui me collait à la peau. Pourtant quand on y repense, ça n'avait pas été si terrible par rapport à ce que j'avais pu voir ; ou vivre. On n'avait même pas eu de vrai combat, d'ennemi digne de ce nom, pourtant j'avais flippé, et je ne me sais pas prêt à m'en remettre complètement. Rien que l'atmosphère dans laquelle s'était déroulé le raid, c'était quelque chose. Dès l'arrivée. Ce parc me donnait des frissons. Comme si j'entendais encore les rires des enfants qui y avaient joué, presque en écho aux cadavres jonchant désormais le sol et aux manèges détruits. Un lieu de loisir transformé en fosse commune. Le ciel gris, chargé de cendres et de promesses de mort. La superposition de tout cela, pour créer cet environnement morbide. Et ce silence... C'était ça qui m'avait peut être mis le plus mal à l'aise, ce silence de mort, pesant et lourd. Trop. Ce n'était pas normal, m'étais je dit. J'en eus la confirmation, quand il fut brisé par ces bruits métalliques, qui ne présageaient rien de bon. J'aurai tellement aimé que mes mauvais pressentiments s'avèrent faux mais c'était peine perdue. Enfin somme toute, je suppose que je dois m'estimer heureux. Aucune perte ni rien, ça aurait pu être pire, vraiment. C'est ce que je me disais, ce que je m'étais répété maintes fois sur le chemin du retour, sans succès. Je n'arrivais pas à être rationnel et concis, je m'emprisonnais dans ma culpabilité et mes remords sans que rien ne puisse y faire. Je n'avais pas fauté, non, mais j'avais du sang de civil sur les mains, qui ravivait celui que l'on a fait couler il y a quelques mois avant d'arriver à Louisville.

Ca m'aidait un peu, d'avoir un truc chaud entre les mains, même si ça avait un gout de chiotte. Le monde tel qu'on l'a connu n'existe plus, on fait avec ce qu'on a. C'est le seul truc chaud qui se rapproche du café qu'on a, alors je prends. Je m'y habitue sachant pertinemment que je ne boirais plus jamais de véritable café. J'avalais une gorgée -putain, c'est vraiment de la merde- en écoutant mon supérieur me répondre. Il me connaissait, je ne lui avais exposé que les faits mais il se doutait que ça ne me laissait pas indifférent. Je suis pas un connard sans coeur, j'arrive pas à tuer des civils de sang froid sans éprouver des remords. Ok, j'avais agi comme il le fallait, mais ça changeait rien.

« Je sais, c'est l'essentiel. On a tout fait pour que ça ne dégénère pas comme l'autre fois, ça aurait pu être pire. »

Bref. Je n'allais pas lui raconter mes tracas intérieurs, à lui comme à personne d'autre.

« Je ne les ai pas questionnés, mais ils n'ont pas apprécié non plus. Reh a fermé sa gueule sur le retour, Bertin a réussi est resté calme, il a essayé de calmer le jeu, et l'autre c'était un civil, c'était peut être moins dur à encaisser pour lui, mais il était tout aussi fermé que les autres en revenant. Ce qui est sûr, c'est que personne n'a bien encaissé ça, mais ce n'est pas eux qui ont tiré. »

Je marquais une pause.

« D'ailleurs, Bertin s'est bien débrouillé, sans lui le tireur aurait peut être eu le temps de nous atteindre. »
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Ven 29 Aoû - 7:47

J'étais plutôt content de revoir le chef. Quand on est gradé, on a tendance à ne pas trop pouvoir se faire de pote là où on bosse, pour la simple et bonne raison que les amis et la discipline ne riment pas énormément ensemble. La camaraderie se suffisait à elle même pour se serrer les coudes en cas de coup dur, et rajouter à cela un affect plus poussé était dangereux de mon avis. Je ne faisais pas partie de ces officiers qui se tutoyaient avec leurs hommes, et qui passaient leur vie avec eux. Ca, c'est bien beau comme situation. Mais quand les coups de feu claquent et que les hommes se ramassent en sang, ces mêmes hommes comptent sur vous, et comment voulez vous faire votre travail correctement si vous considérez des types comme vos meilleurs potes? La décision de les faire se tuer s'il le faut, vous devenez incapable de la prendre et ça n'a rien de bon pour la suite des événements. Vous êtes officier, pas animateur. Ma conception du commandement n'étouffait en rien la possibilité de nouer des liens ou de se sentir proche de ses propres hommes; les miens étaient finalement plus comme mes gosses que mes frères; je devais veiller sur eux, parfois leur demander des sacrifices pour avancer. Mais en retour, j'étais moi même totalement prêt à tout donner jusqu'à ma vie pour le moindre d'entre eux. Cela s'était bien vu avec l'affaire du légionnaire Azarov. Accusé de viol sur mineur au début du conflit à Louisville, je l'avais défendu bec et ongles contre la vindicte populaire. Comet et moi nous connaissions depuis longtemps, et nous nous étions sali les mains ensemble sur les champs de bataille de la république. Cela avait forgé un certain lien entre nous...


Je voyais que le mec en avait gros sur la patate. Ca lui ressemblait moyennement de faire preuve d'autant de sensibilité, mais je savais que cela faisait des mois qu'il ressentait énormément de pression. Pour trouver un abri après les bombardements, nous mettre sur la piste des écorchards, pour nous guider vers le camp D57. Et enfin, pour nous assurer un ravitaillement continu en ressources diverses. Beaucoup de choses reposaient sur les épaules de notre fantôme le plus emblématique, notre expert en reconnaissance. Je savais déjà ce qui le chagrinait, mais honnêtement ce n'était pas du tout la première fois qu'il tue des civils, et probablement pas la dernière. La guerre nous avait fait ça, à tous.



| Et c'est pour ça que dans ce genre d'expédition, c'est vous le chef, chef. |


Il me parle de l'état d'esprit des gens sous son autorité, civils et militaires. Je ne fus pas surpris de ce qu'il m'annonçait pour Reh.


| Reh ne s'est pas présenté à sa garde, cette nuit. J'ai envoyé Varlet le chercher, il a fait choux blanc. Je pense que le mec en a eu assez et a déserté. Il faudra parler à son frère, savoir s'il a une idée d'où se trouve l'autiste de l'unité. Meme si le mec était un vrai connard et qu'il s'est attiré beaucoup de rancoeur de la part de beaucoup de civils et de nos hommes, la désertion est un crime capital en temps de guerre. |


Et je comptais le punir en tant que tel, s'il était avéré


| Il a fait du chemin, Bertin. Il paraît qu'il cherche toujours à baiser la moitié du camp et on le voit toujours faire ses plaisanteries à la con, mais il n'hésite pas le moins du monde pour faire son travail, même quand celui ci est bien crade. Mais vous, sergent. Comment vous vous en sortez? On ne peut pas se permettre d'avoir un sous officier atteint, par les temps qui courent. Si vous voulez, je peux vous laisser vous reposer un jour ou deux... |



Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Sergent-Chef chez les paras
Messages : 225
Membre du mois : 36
Célébrité : Gerard Butler
Localisation : A l'extérieur
Age : 26
Crédit : Avatar (c)shadows. Gif (c)Tumblr
Emploi : Chef des baroudeurs
Caractère : Taciturne – Loyal – Concentré – Solitaire – Rusé - Chasseur
Vos Liens :
Spoiler:
 






MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Dim 31 Aoû - 8:35

J'observais mon supérieur réfléchir à ce que je venais de lui dire, tout en avalant le truc moisi qui nous servait désormais de café. Je savais que je n'avais rien à me reprocher, mais ce dont je ressortais était encore trop récent pour que je puisse faire comme si de rien n'était. Comme si ça ne me touchait pas. C'était pas tant le fait d'avoir tué un civil en lui même qui me dérangeait. J'avais déjà dû le faire, plusieurs fois et pas qu'un pauvre type comme cette fois-ci. Le problème, c'était plus que ce soit un grand père, un vieillard, et qu'il ait un gosse avec lui. Que j'ai entendu ses cris, et que je n'arrive pas à me les enlever de ma tête. Ca me rappelait trop ma propre fille, que j'essayais désespérément d'oublier ces derniers temps. Que Marielle m'avait remise en tête. Putain, et voilà, j'avais la preuve que me lier avec elle n'était pas une bonne idée... J'en avais parfaitement conscience, pourtant je l'avais fait. Et ça aurait pu être elle, la gamine qui chialait parce que son papy venait de se faire buter alors qu'il essayait de les protéger. J'aurais pu le toucher, lui aussi le gamin. En fait on ne leur aurait même pas fait de mal si le vieux n'avait pas commencé à tirer, on comptait pas piller leurs réserves à eux, juste prendre ce qui trainait. Il y en aurait eu assez, mais on a même eu le temps de fouiller à cause de ça. Personne serait mort et tout irait bien dans le meilleur des mondes... Mais justement, on était pas dans le meilleur des mondes. Je le comprenais parfaitement le type, je savais pas ce qu'ils avaient vécu mais il ne pouvait pas savoir qu'on ne comptait pas tuer tout le monde pour prendre le reste. On aurait parfaitement pu être des brigands, comme ces salopards d'écorcheurs. C'était con, mais c'est surtout le fait qu'il y ait eu ce gosse qui me dérangeait. Bref. Je n'étais pas là pour ça.

Je répondis à sa question sur mes hommes, et il m'annonça que Reh n'était pas reparu depuis. Ce n'était pas vraiment surprenant, et si je ne pouvais plus avoir ce boulet dans les pattes ça ne me posait aucun problème. Il fallait tout de même en savoir plus, mais la désertion semblait évidente.

« J'irai voir son frère au plus vite, si quelqu'un a une réponse à nous donner, ça doit être lui. »

Reh était sous mes ordres, je m'occuperai de l'affaire. Je ne connaissais pas son frère plus que de nom, mais il était parait-il plus mature que son frère. Peu importe. Je savais que Raulne ferait son travail quoi qu'il en soit, un déserteur reste un déserteur. Les règles n'ont pas changé, et l'autre troufion en avait conscience.

« Ca va, ne vous inquiétez pas. Plus vite je m'y remettrais, mieux ce sera. »
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Dim 31 Aoû - 19:16

Ce n'était pas pour être sympa, et ce n'était pas non plus par esprit de favoritisme que je proposais ce petit arrangement à Comet. Je n'avais pas à faire copain copain avec la troupe comme je le pensais toujours, mais ce n'était pas du favoritisme pour autant de lui proposer à lui du repos et pas aux autres. A lui parce qu'il était indispensable. Les autres étaient infiniment plus sacrifiables. C'était horrible de penser ou de dire ce genre de choses mais c'était pourtant la vérité; peu importe ce qu'il se passe nous n'étions jamais que des pions sur l'échiquier de la guerre. Les officiers n'avaient pas toujours plus de valeur en tant que pièce que leurs subordonnés, et un seul élément pouvait changer le cours de la partie. Ma façon de gérer la troupe tenait compte de cette considération; j'estimais en effet que Comet faisait partie de ces pions rares et précieux, capables d'être utilisés pour la victoire et pas simplement pour espérer un quelconque gain tactique. Comet avait déjà fait ses preuves et je le savais, continuerais encore et encore de les faire. Comet avait la responsabilité des raids vers l'extérieur. Non seulement il était plus que capable de mener ses missions à bien avec un minimum de pertes, comme il l'avait prouvé en ce qui concernait son dernier voyage, mais en plus il s'avérait être un parfait manager pour ses équipes. Les gens qu'il commandait s'en sortaient le plus souvent, et ils étaient même capables de rendre coup pour coup à l'ennemi. Il maintenait son effectif, nous trouvait de nouvelles pistes à exploiter. Comet était précieux et irremplaçable. Je devais le ménager, pour le bien de tous, même si les autres ne jouissaient pas des mêmes privilèges. Le chef ne semble pas s'émouvoir de la disparition de Reh. L'avait il anticipée? Voir son frère, il était d'accord.


| Hésitez pas à lui secouer les miches. Le toubib est sympa, mais il se la joue super héros quand il s'agit de son frère et il serait bien du genre à essayer de cacher ses conneries. Le brusquez pas, mais faut pas hésiter à le remuer. |


Je n'étais pas convaincu par son plaidoyer des plus laconiques...


| Je pense d'ailleurs mener une expédition vers le sud, vers la Loire. Ca nous prendrait quelques semaines aller retour je pense, et je pense vous confier le camp pendant que je serais en route. Est ce que vous avez des objections? |



Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Sergent-Chef chez les paras
Messages : 225
Membre du mois : 36
Célébrité : Gerard Butler
Localisation : A l'extérieur
Age : 26
Crédit : Avatar (c)shadows. Gif (c)Tumblr
Emploi : Chef des baroudeurs
Caractère : Taciturne – Loyal – Concentré – Solitaire – Rusé - Chasseur
Vos Liens :
Spoiler:
 






MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Lun 1 Sep - 15:24

Apprendre que Reh s'était volatilisé ne me faisait pas grand chose. La désertion restait quelque chose de grave, encore plus aujourd'hui où nous étions coupés de tout et devions limiter nos pertes, mais ce n'était pas si surprenant. Sans dire que je m'y attendais, ce n'est pas du tout le cas, au contraire même. Avec notre première entrevue avant le raid, j'avais cru que tout était clair entre nous et qu'il était vraiment motivé. Content, avec un sourire aussi grand qu'un gosse devant son cadeau de Noël, quand j'avais accepté qu'il participe. Apparemment, c'était tout de même peine perdue. Bref. Je n'étais pas satisfait, mais c'était peut être une bonne chose que ce type ne soit plus entre nos pattes et qu'il arrête de me taper sur les nerfs pendant tout le raid. Il ne nous avait été d'aucun intérêt , contrairement aux deux autres. Enfin, l'affaire devait être réglée au plus vite, on ne pouvait pas se permettre de faire autrement. Je ne perdrais pas de temps, je savais de toute manière où trouver le frère Reh. Il avait beau être toubib pour les militaires principalement, je n'avais jamais eu affaire à lui, sûrement parce que j'arrivais à éviter les blessures importantes. Le Lieutenant me donne quelques conseils concernant le gars, il n'avait pas l'air de l'apprécier vraiment ni d'avoir confiance en lui, surtout concernant son frangin. J'arrivais déjà bien à m'imaginer le type d'homme auquel j'allais avoir affaire. De toute façon, si quelqu'un doit savoir quelque chose, c'est lui, et je me débrouillerai pour mener cette entrevue à bien.

« D'accord, je vois le style. Je vous préviens dès que j'ai obtenu quelque chose de lui. »

Je refusais net les jours de congé. Je n'en n'avais pas besoin, ça me ferait plus de mal qu'autre chose. On n'avait pas de temps à perdre avec ça de toute façon, pas encore. Et je ne voulais pas trop paraître favorisé par rapport aux autres soldats, même si j'étais gradé j'estimais ne pas avoir à bénéficier de privilèges qu'eux n'avaient pas.

Une fois ma réponse donnée, Raulne me fit part de son projet d'une expédition vers le sud et désirait me confier la direction du camp pendant son absence. J'aurai peut être aimé faire partie de l'expédition, mais si il y allait ça ne servait à rien, il valait mieux que je reste ici.

« Aucune. Je pourrai continuer à confier des raids à Beaumarchais ou à Bendat pendant votre absence, si elles ne partent pas elles non plus. »
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Mer 3 Sep - 16:44

Je constate que la désertion supposée du maître chien Reh ne semble pas faire grand chose à celui qui pourrait sans problème être considéré comme mon second. Je sais que je n'ai rarement délégué à qui que ce soit, et j'avais auparavant un adjudant que je n'ai jamais remplacé. Mais quand bien même... Comet était directement concerné, puisque le type faisait partie de son groupe ; je l'y avais d'ailleurs envoyé à dessein pour qu'il puisse y mourir le plus loin possible de ma personne. Autant dire que j'avais réussi en partie mon objectif, qui avait été de me débarrasser de ce véritable cancrelat. Mais quand même. Ca faisait chier. Comet avait toujours été plus terre à terre que moi ; il avait sans doute gardé beaucoup plus de liens avec notre troupe, notre section de reconnaissance, qu'avec les hommes d'autres unités que j'avais aggloméré à la nôtre. Je ne sais pas quels étaient les rapports du chef avec le maître chien. Franchement si on m'aurait demandé, comme ça... J'aurais probablement dit mauvais. Comet était quelqu'un de très carré, très professionnel, alors que Reh était tout l'inverse. Brouillon comme pas possible, totalement hermétique à la discipline la plus élémentaire et à l'esprit de corps. Bref. Le sergent écoute ce que je lui dis ue nos petits camarades d'une oreille attentive. Comme toujours, il fait l'éponge ; absorbant le plus possible les informations pour pouvoir si le besoin s'en fait sentir tout recracher de mémoire. Et comme d'habitude, le sergent obtempère sans poser plus de questions.


Putain, qu'est ce que ça change d'avoir quelqu'un un peu de mon côté.


Enfin, je suis mauvaise langue. Il y a Bandat aussi. Mais mon sniper ne pense qu'à s'envoyer en l'air avec moi. On ne peut pas tout avoir. Des soldats qui obéissent aux ordres sans arrière pensée, c'est mieux que des soldats comme Reh qui n'obéissent pas du tout aux ordres...



| Ca me va, sergent. |


Le manque d'envie apparente du soldat pour rejoindre l'expédition vers le sud me surprend. Je réfléchis à ce qu'il me dit. Ah oui, Beaumarchais. Je soupirais.


| J'emmène Bandat, Bertin et quelques autres. Je vous laisse Beaumarchais. En théorie elle est plus gradée que vous, mais elle n'est qu'une pilote. Vous laissez pas distraire par son joli cul, sergent. Je la suspecte d'être une véritable peau de vache en puissance, pire encore que votre chef de corps. | dis je en souriant doucement.


Je réfléchissais un moment.


| Mon départ n'est pas anodin. Je pense qu'il est des choses que vous devez savoir, même si vous l'aviez déjà en partie compris. Natalya Vareshkova n'est pas qu'une touriste. Elle est du FSB, les services de renseignement russes. Elle a un message à envoyer à notre gouvernement sur la Loire, et elle ne peut le remettre qu'en mains propres. Je pense que c'est important, alors sous couvert d'escorter ceux qui le désirent plus au sud, j'irais avec elle et l'escorterais à bon port. |



Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Sergent-Chef chez les paras
Messages : 225
Membre du mois : 36
Célébrité : Gerard Butler
Localisation : A l'extérieur
Age : 26
Crédit : Avatar (c)shadows. Gif (c)Tumblr
Emploi : Chef des baroudeurs
Caractère : Taciturne – Loyal – Concentré – Solitaire – Rusé - Chasseur
Vos Liens :
Spoiler:
 






MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Dim 7 Sep - 8:29

Même disparu, Reh continuait à causer des problèmes. Et dire que j'avais cru pouvoir avoir une relation convenable avec lui... J'avais osé espérer qu'il fasse des efforts mais c'était peine perdue. Sachant que j'allais devoir me le trimballer jusqu'à sa mort probablement, j'avais mis les choses à plat entre nous et j'avais presque un espoir à la fin de notre entrevue. Envolé bien vite. Il n'était pas comme Bertin, avec qui ça avait pourtant mal commencé mais avec des efforts des deux côtés, on y était arrivés. Le soldat n'était pas un con borné totalement hermétique à l'autorité contrairement au garde chien. un connard insolent et imbu de lui même, tout ce que je ne pouvais pas supporter, en somme. Il pouvait pas juste crever au lieu de déserter ? Ca aurait été deux fois plus simple. Non, dix fois. Là, j'allais devoir m'occuper du frère et sans trainer. Reh était un de mes hommes, je ne comptais pas laisser durer l'affaire.

 Le lieutenant opina, et passa au sujet de l'expédition vers la Loire. Et le gouvernement duquel j'aurai bien aimé me rapprocher, mais j'avais le camp à gérer. Les responsabilités d'abord, je sais oú sont mes priorités. Bref. Bertin et Bandat partaient donc avec lui, mais Beaumarchais restait ici. Sûrement contre son gré si elle avait déjà eut vent de l'expédition, la connaissant. Mais c'était tant mieux. Je n'avais aucune idée précise de son état, si elle serait totalement rétablie d'ici le départ ou non. Enfin je ne m'inquiétais pas trop non plus pour elle et de toute façon elle devrait bien être opérationnelle si je comptais lui confier des raids pendant l'absence de Raulne, où je ne pourrais me permettre de partir moi même. Comme le faisait mon supérieur, je devais déléguer. Sa remarque sur la pilote me fit lâcher un petit rire. Pour une fois que j'avais parlé sans arrière pensée... Raulne soupçonnait il déjà quelque chose ? Aucune idée, mais je n'allais pas me trahir. Nous trahir.

 "Oh, ne vous inquiétez pas, j'ai d'autres chats à fouetter et de toute façon vu son caractère elle ne me laisserait pas approcher à moins d'un kilomètre."
 
J'aurai presque aimé dire que c'était vrai.

 Je me tus un instant, réfléchissant à ce qu'il me disait sur Vareshkova. Une espionne du FSB. Comme quoi j'étais dans le vrai quand je sentais qu'il y avait anguille sous roche avec cette femme. Peut être pas de là à avoir des certitudes et à me douter qu'elle était des services secrets, mais quelque chose m'avait toujours dérangé chez la russe. Des touristes, mon cul oui.

 "Vous lui faites confiance ?"
 
Je me doutais que la réponse serait oui, du moins en partie, mais j'avais besoin de savoir. Pourquoi, et à quel point.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Sam 13 Sep - 8:44

Voilà, c'était dit. Cela pourrait être perçu comme un abandon de poste, mais franchement je m'en fichais. Voilà bien longtemps que je n'avais plus reçu de directives claires. De directives tout court d'ailleurs. La ligne de commandement était depuis longtemps totalement niquée et les ordres ne passaient plus. Je ne savais même pas qui était encore aux commandes, ni même s'il restait seulement quelqu'un. Mais cela dit, j'avais un devoir plus grand encore envers mes hommes ; je n'avais pas le droit de partir et de les laisser seuls. C'est pour ça que j'avais imaginé ce drôle de plan. Laisser le commandement à Comet, qui était un excellent commandant de section, et filer pour accomplir une mission que j'identifiais comme étant de mon devoir supérieur envers la nation, voire envers toute l'humanité. S'il y avait la plus petite chance de pouvoir tout arrêter, ou au moins limiter les frappes et les offensives en Europe Occidentale... Je me devais de la saisir. Même si cela voulait dire disparaître avec une presque inconnue que j'avais déjà identifiée comme étant dangereuse. J'étais un grand garçon, et de toute manière ce conflit nous dépassait déjà alors un peu plus un peu moins qui verrait la différence ? Pas moi. Peut être certains dans ma troupe, mais je comptais sur Comet pour les tenir ; Et puis ce n'est pas comme si ça allait me propulser à un autre poste, même si je réussissais. J'étais officier subalterne depuis suffisamment longtemps que je mériterais probablement une poignée de main, des remerciements et paf, tu es renvoyé capitaine dans ton unité. Dans le meilleur des cas, et uniquement parce que mon chef de corps avait été tué. Bref. Le chef rit quand je parle de Beaumarchais.


| Oh là, celle là il faut la garder à l'oeil je pense. Sinon, elle va finir par vous trouer le cul. C'est une pilote hein, sa guerre normale se passe à des kilomètres au dessus du sol. |


Et son cerveau, c'est pareil. Elle n'est pas inutile, loin de là. Mais de là à lui confier le commandement du camp et de mes hommes en vertu de son grade supérieur... Elle ne restait jamais qu'une pouliche. Comme je faisais confiance à Bandat pour savoir dégommer un type bien caché à huit cent mètres, je lui donnerais pas mon peloton. C'est comme ça. Comet pose alors la question à un milliard d'euros.


| Non. Pas vraiment. Mais d'un autre côté, si. Je n'ai jamais rencontré de femme comme elle. C'est une tueuse mais une tueuse intelligente. C'est ce qui la rend plus dangereuse. Même si jusque là elle n'a fait que prouver être de notre côté... Si je l'accompagne, c'est aussi pour m'assurer qu'elle ne m'a pas menti. |



Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Sergent-Chef chez les paras
Messages : 225
Membre du mois : 36
Célébrité : Gerard Butler
Localisation : A l'extérieur
Age : 26
Crédit : Avatar (c)shadows. Gif (c)Tumblr
Emploi : Chef des baroudeurs
Caractère : Taciturne – Loyal – Concentré – Solitaire – Rusé - Chasseur
Vos Liens :
Spoiler:
 






MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Ven 19 Sep - 16:41

Vareshkova, une espionne russe. Ca se tenait parfaitement. Je n'avais jamais réussi à piffer cette femme et voilà que mes doutes et mes pressentiments se confirmaient d'eux même. Je détenais déjà quelques éléments qui auraient pu me permettre d'arriver à cette conclusion mais rien n'était plus clair que l'aveu de mon supérieur. Depuis combien de temps Raulne savait cela et comment il l'avait appris, je n'en n'avais aucune idée mais en tout cas il le cachait à tous. Et il avait l'air de lui faire confiance. Je me devais de lui poser la question. Maintenant qu'il m'avait mis au courant du rôle de la jeune russe je devais approfondir pour pouvoir saisir la situation dans son ensemble. Des fois qu'elle ne cache bien son jeu comme on doit apprendre à le faire dans son métier et qu'elle décide de retourner sa veste contre le Lieutenant, contre nous. C'était aussi un peu mon rôle, quelque part. Je n'allais pas laisser passer ça. Je ne lui faisais nullement confiance et désormais j'avais de véritables raisons pour me méfier. Au moins rester sur mes gardes, sans avouer à Natalya que je savais qui elle était.

Je retenais un nouveau petit rire aux paroles de Raulne, me disant que si Marielle avait été là elle n'aurait pas pu retenir une remarque cinglante. Si n'y avait qu'un attrait pour nos deux culs entre nous, ça aurait été plus simple. Je savais que j'étais en tort, que céder à mes attirances pour elle était bien la dernière chose à faire en ce moment. Simplement le fait de m'attacher d'ailleurs, je savais que ça ne me mènerait qu'à ma perte. Pourtant je le faisais, on le faisais. Plus ou moins. On s'engueulait, elle m'avouait qu'elle m'aimait puis on s'engueulait encore. Un jour on ferait trop de bruit et tout le camp serait au courant. Ca pouvait pas finir autrement de toute façon.

"Je la garde à l'oeil."

Oui, et je veux bien savoir ce que faisaient les clopes de Bertin dans sa tente. Je lui en parlais pas parce que je n'avais aucune preuve de ce que j'avançais, parce que j'espérais de tout coeur que le soldat ne m'ait pas menti. Je lui avais promis que je laissais passer le 'Marielle' pour cette fois mais il savait à quoi s'en tenir. Je serai moins aimable la prochaine fois.

J'enregistrais la réponse du Lieutenant au sujet de Vareshkova. Dans un sens j'étais rassuré par son non partiel mais il m'avouait bien qu'elle était douée et intelligente. Donc dangereuse. Son expédition vers le sud serait donc décisive. Je faisais entièrement confiance à mon supérieur pour ne pas se faire buter mais je savais aussi combien la malchance peut entrainer la mort. A quelle vitesse et avec quelle sournoiserie elle peut frapper.

"Je vois. Faites gaffe ; si jamais elle n'est pas de notre côté elle peut se retourner n'impprte quand. Je ne la sens pas."

Un simple conseil, qu'il devait déjà savoir.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Dim 21 Sep - 14:33

Il était temps de mettre les choses au clair avec Comet sur beaucoup de choses, sur les secrets de cette guerre dont j'étais moi même au courant. C'est à dire pas grand chose, mais tout de même. Cela comptait. Parce que nous nagions dans le flou le plus total depuis le début du conflit, j'estimais qu'il était plus que temps de savoir un peu mieux à ce que nous devions faire face. Savoir qu'Ivan n'était pour rien dans le conflit était étonnant, c'était ce qui me faisait, entre autres, douter de la parole de Natalya. Parce qu'on connaissait tous les popov ; paranos et surarmés, prêts à utiliser leur arsenal à la moindre occasion... On a connu plus pacifique ! Mais bon, c'était important. Pas tant pour des raisons tactiques ; j'étais convaincu que ce n'étaient pas les russes qui avaient lancé l'invasion du pays via la Normandie, mais un consortium privé agissant pour le compte d'une autre grande puissance. Tout semblait l'indiquer. Equipement disparate et répandu dans de nombreuses armées car matériel commercial très vendu, pas d'insignes particulières, pas de langues ou de symboles attachés à une nationalité particulière... Et l'objectif, étrange. Mystère que je n'avais pas réussi à élucider. Ce qu'il nous restait de dirigeants se devait de savoir que l'arsenal nucléaire russe n'était apparemment un ennemi, tout comme ne l'étaient pas leurs aéronefs et leurs navires de guerre. Il fallait éviter une escalade aussi énorme entre nos pays... et cela pouvait,peut être, aider à ramener la paix en Europe ? Tous les espoirs étaient permis, c'était ça de toute façon, ou la perspective d'une mort horrible, lente et douloureuse par irradiation après avoir dévasté la planète un peu plus encore. Je savais quoiqu'il en soit qu'Erwan Comet serait sceptique. C'était dans sa nature d'éclaireur de remettre en question les apparences. Je n'aimais pas trop comment Comet me disait qu'il gardait Beaumarchais à l'oeil. C'est louche. Je fronce les sourcils.


| Pas de connerie, hein, Comet ? Elle est officier, et même si elle a un joli cul c'est un nid à emmerdes. |


Je me serais jamais cru devoir appuyer là dessus, mais bon on sait jamais. Après tout, je baisais bien Bandat moi. Ce qui était tout aussi hors du règlement... Mais je devais compter sur Comet, dont je ne savais rien de sa manière de se comporter avec les femmes. Moi franchement, je rentre et je sors mais je ne m'investis pas, cela n'a aucune conséquence sur mon travail. Je notais les mises en garde de Comet.


| Merci Sergent, c'est noté. Je pense que vous pouvez disposer, sauf s'il y a autre chose dont vous voudriez me faire part? |



Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
Sergent-Chef chez les paras
Messages : 225
Membre du mois : 36
Célébrité : Gerard Butler
Localisation : A l'extérieur
Age : 26
Crédit : Avatar (c)shadows. Gif (c)Tumblr
Emploi : Chef des baroudeurs
Caractère : Taciturne – Loyal – Concentré – Solitaire – Rusé - Chasseur
Vos Liens :
Spoiler:
 






MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Sam 27 Sep - 8:57

L'erreur que j'avais faite, que je faisais allait forcément me retomber un jour dessus. Je le savais, et plus je persistais pire ce serait. Mais aucun de nous deux n'avions envie de nous séparer de l'autre. Ni d'arrêter de nous prendre la tête pour des imbécilités. Un jour, ça finirait par se remarquer, vraiment. Raulne n'était pas aveugle, je savais bien qu'il se doutait de quelque chose. Au moins qu'elle m'attirait. Depuis le temps que j'étais sous ses ordres, je savais comment il fonctionnait et à quoi m'en tenir avec lui. Il me pensait certainement rigoureux pour ne pas céder au joli cul d'une pilote. Je le croyais aussi. Mais le problème, c'est qu'il n'y avait pas que son cul. Putain... Je ne pouvais m'en prendre qu'à moi même, et je ne pouvais compter que sur moi pour cacher mes écarts de conduite. Ok, ça pouvait paraitre pas très grave, mais pour moi si. Parce que je savais pertinemment que je n'avais pas que ça à faire, que ça me déconcentrerait de toute manière. D'aimer, ou simplement de m'attacher à quelqu'un. A une femme. A qui j'avais avoué avoir une fille, une nana qui se rendait compte que ma fille me tracassait plus que je ne voulais l'avouer, que j'étais faillible. Comment revenir en arrière, après lui avoir avoué ça ? Je ne le pouvais pas. Et elle m'avait avoué qu'elle m'aimait, merde. Elle me l'avait dit dans sa tente l'autre fois, pas directement mais le sous-entendu était explicite dans ses paroles. On ne pouvait plus faire autrement même s'il le fallait. Combien de temps j'allais pouvoir continuer à cacher ça ? Je n'en n'avais aucune idée. Je ne préférais pas y penser. Le plus longtemps possible. Je m'arrangerais pour que ça ne fasse jamais le tour du camp, bien que les choses aillent vite dans ce genre d'endroit. Et mon supérieur ne le saurait pas non plus. Ce n'était pas une de mes petites conquêtes que j'avais entretenu quelques temps par pur besoin, c'était différent. Tout était différent, dans un monde de cendres. Je hochais la tête et n'ajoutais rien. C'était clair, et je ne voulais pas me compromettre. Le Lieutenant me demande si j'ai d'autres choses à ajouter.

« Non, rien mon Lieutenant. »

Je me levais, le saluais comme je le devais et me détournais. Il allait vite falloir que je règle cette afaire avec le frère de Reh. Et peut être que j'aurai le courage et le temps de passer voir Beaumarchais. Comme si je ne pouvais pas m'en empêcher. Il fallait bien que je pense à quelque chose de toute manière, sinon les images du vieux avec ma balle dans son crâne allaient me revenir, et le cris du gosse retentir à nouveau dans mon crâne.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The Ghost's Staff    Aujourd'hui à 6:03



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum