AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes actuellement, en jeu, pendant la DEUXIEME QUINZAINE de FEVRIER 2013.
[La météo ici ]


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
You in God's hands now, keep a place for me kid
Messages : 187
Membre du mois : 12
Célébrité : Josh Duhamel
Crédit : Avatar : (c)Cecile362 // Gif Signature : (c) Junkiie
Caractère : Égoïste - Imbu de ma personne - Fourbe - Sociable - Déterminé - Séduteur




MessageSujet: Bailaré sobre tu tumba   Ven 18 Juil - 11:23





Bailaré sobre tu tumba



* Ça pue la mort ! *

Cette expression prit tout son sens alors que je posais le regard sur la fosse commune. Tu parles d’une tâche ingrate et bien entendu il avait fallu que ça tombe sur moi. En même temps cette odeur que dégageait le corps de ce pauvre homme ne laissait pas non plus trop de choix. Comme à mon habitude j’étais parti faire le plein d’eau à la rivière dès l’ouverture de la porte, en revenant il avait fallu que je fasse cette pause pipi derrière un bosquet ! C’est à ce moment là que le délicat fumet d’un corps en décomposition m’est venu au nez. Quand je suis parti chercher de l’aide (parce que je n’allais pas le balancer sur mon épaule et revenir en mode viking) pas mal de gars m’ont dis que j’étais délicat et que je ne devais pas avoir l’habitude de voir des morts. Non je n’ai pas pris cette habitude morbide de regarder la mort en face, du moment que je m’en tirais ça m’allait très bien.

Ainsi donc j’avais l’honneur de devoir déplacer la dépouille avant que ça prolifère et que des maladies se propagent, la ramener jusqu’à la fosse commune et faire tout le bazar qui devait être fait. On m’avait aidé pour rapporter le corps mais c’est tout, je mens on m’avait filé une pelle. Les enfoirés avaient vraiment décidé de se payer ma tête et de se la couler douce pendant que moi j’allais me salir les mains. Je jetai un coup d’œil énervé au corps, il n’avait pas pu attendre pour mourir ?! D’ailleurs pourquoi il était mort ? Après une rapide inspection il était évident qu’il n’était pas mort tué donc c’était soit le froid, la maladie ou Dieu sait quoi encore. Toujours est-il qu’on ne pouvait pas laisser un truc pareil dans le secteur sans que ça ne devienne dangereux. Je commençais à creuser, pas trop profond parce que j’avais la flemme et pas la foi surtout que bon voilà c’était juste histoire d’y foutre le feu et que ça ne se répande pas sur tout le reste du camp.

Assis sur le bord de mon trou je soupirais en me disant que cette journée ne pouvait pas être pire. Erreur de débutant, je sais, mais pour une fois j’avais de la chance. J’étais sur le point de mettre ce gars au feu mais je n’avais même pas encore pensé à faire ses poches. C’est vraiment pas beau mais dans le fond j’en avais rien à faire si je le faisais pas personne le ferait et je verrai même tout ça cramer sur le bucher avec lui. Donc à la guerre comme à la guerre, je lui faisais les poches pour tomber sur un sachet de tabac et des feuilles à rouler.

« Et ben mon vieux, tu te faisais pas chier ! »

Non ça c’est sûr il se faisait pas chier le bougre. J’étais en train de mettre tout ça dans ma poche pour continuer ma tâche tout d’un coup j’avais l’impression d’avoir plus d’entrain. Finalement j’avais une chance de cocul, comme toujours. Je ne pris pas vraiment garde à la suite, mon cerveau était concentré sur la récompense de mon travail accomplis : une clope bien méritée. Depuis le temps je pensais même plus à ce besoin de nicotine mais maintenant que j’en avais dans les mains c’était comme si j’en avais rêvé nuit et jour. J’étais en train de ressortir tranquillement de ce champ mort qui sentait vraiment mauvais tout en roulant ma petite cigarette quand je tombais sur Raulne.

« Lieutenant… »

J’accompagnais mon salut de rigueur par un hochement de tête bref. Je n’étais plus militaire, je n’avais rien à me reprocher (pour une fois) donc je n’avais pas à en faire des tonnes, enfin j’osais espérer qu’il n’était pas le genre à vouloir qu’on lui voue un culte juste parce qu’il était gradé, militaire au milieu de tout ce merdier et compagnie. J’en avais connu des gars comme ça à l’époque et mon égo surdimensionné et moi n’étions pas du genre à accepter de faire les louanges d’un autre.


God will wait, I survive
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: Re: Bailaré sobre tu tumba   Ven 18 Juil - 14:53

On me prévient qu'un corps a été retrouvé. Un jeune homme, tout juste recruté dans les forces de défense du camp. Seize ou dix sept ans. S'il ne porte pas l'uniforme d'un mort et ne fait pas partie à part entière des forces militaires, c'est uniquement parce je n'ai pas assez d'armes pour tout le monde. Ce mec est encore un gosse. Je ne suis pas sûr qu'il ai couru un marathon sur une femme au moins une fois dans sa vie. Pas de poil au menton, la voix encore mal assurée. Un gosse, mais j'ai besoin de lui comme des autres. Il a déjà le regard de ceux qui en ont trop vu, le regard des hommes, des vrais. Il m'a apporté le papier et m'a salué. Ce retour à la discipline n'est pas un mal. Je n'ai personnellement que faire des fortes têtes et des enfoirés incapables de se tenir. Qu'ils partent, gaspilleurs de ressources et fauteurs de troubles. Je n'ai que faire de cancrelats au sein de ce camp, et encore moins au sein de mon unité. Déjà qu'il y a Reh... Celui là, plus il est loin de moi et plus il me plaît. Bref. Un mort. Qui quand comment, le message ne le dit pas. Il faut pourtant savoir. Qu'il y ai un maccab' de plus dans ce foutu pays m'indiffère mais si ce cadavre peut potentiellement en entraîner d'autre, il faut que j'en sache plus. Foutue rigueur professionnelle ; c'est vraiment n'importe quoi mais c'est comme ça. Je ne peux pas lutter contre ma conscience, aussi abîmée et étrange soit elle. Je me lève donc, je fous mon casque sur mon crâne par dessus mon béret rouge de para, pour me tenir plus chaud. Et puis, on sait jamais. J'empoigne mon FAMAS que je passe en bandoulière, et je crapahute vers les fosses communes pour, je l'espérais, intercepter le corps pour obtenir quelques informations sur lui et sur sa découverte.


Je manque de me casser la gueule plusieurs fois dans la neige, ce qui me fait grommeler et maudire tous les dieux et maîtres de ce monde et de tous les autres. Fait chier, et puis c'est tout. Il me faut de longues minutes pour sortir du camp, et plus de temps encore pour atteindre la zone des fosses communes. L'endroit sent beaucoup moins qu'on le dit. Le sol gelé empêche les odeurs des tombes peu profondes de s'échapper alentours, et le froid en règle général a tendance à masquer, à supplanter le reste des odeurs. Ca sent beaucoup moins malgré le nombre de corps enterrés en dessous, que les corps mieux enterrés en Afghanistan ou en Centrafrique. Je m'avance vers un type, dont la silhouette me dit vaguement quelque chose. Ou on s'est déjà croisés mais je lai déjà oublié, où on m'a parlé de lui.Je ne sais quelle explication est la bonne mais au fond, je m'en tape le coquillard. Le type fume et me salue brièvement. Je lui retourne le hochement de tête vaguement respectueux.



| Bonjour. Dites moi, on m'a prévenu qu'on avait trouvé un corps. Je peux le voir, ou est ce qu'il est déjà enterré ? Vous êtes celui qui l'a découvert? |



Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
You in God's hands now, keep a place for me kid
Messages : 187
Membre du mois : 12
Célébrité : Josh Duhamel
Crédit : Avatar : (c)Cecile362 // Gif Signature : (c) Junkiie
Caractère : Égoïste - Imbu de ma personne - Fourbe - Sociable - Déterminé - Séduteur




MessageSujet: Re: Bailaré sobre tu tumba   Sam 19 Juil - 23:11





Bailaré sobre tu tumba



Ne jamais dire que la situation ne pouvait pas être pire. Un militaire qui voulait en savoir plus sur mon macabé… J’avais creusé le trou et malheureusement je n’avais pas foutu le feu à ce truc mort. Je savais que j’aurais dû avant de faire une petite pause clope. Je retins de mon mieux un soupire en imaginant facilement la suite. J’allais devoir le sortir de son trou et aider le monsieur à inspecter le corps. Merd* alors.

« Oui Lieutenant c’est moi qui l’ai trouvé derrière un buisson à l’extérieur du camp. »

Je n’avais pas l’intention de rentrer dans les détails sur les conditions de cette découverte. Inutile qu’il sache que j’avais flippé quelques secondes en imaginant un mec bizarre louchant sur ma petite nouille. Non ça je le garderais pour moi. Et puis la journée à la fosse n’était pas prête de terminer. Je savais que j’aurais dû dire aux gars de se garder leur boulot de merde quitte à passer pour une chochotte. Au lieu de ça j’avais rigolé et dis que ce n’était pas un mort qui allait me foutre la trouille. Heureusement que j’allais au moins gagner une couverture supplémentaire promise par l’un des gars qui aurait dû être chargé de ce boulot. J’allumais la cigarette que je venais de rouler avant de lui répondre pour la suite.

« Il est enterré mais pas incinéré j’allais chercher le nécessaire. Venez je vais vous montrer. »

Je tirais une bouffée de nicotine avant de retourner dans le super trou que je venais de creuser. Cette histoire allait me coûter la journée et en dédommagement j’aurais un paquet de tabac au trois quart ainsi qu’une couverture. Tu parles d’une journée rentable ! Les enfoirés m’avaient bien eu pour ce coup-là. Je faisais la promesse silencieuse de me venger pour toutes les emmerdes que j’allais devoir subir aujourd’hui. Zigzagant entre les lopins de terre qui venaient d’être fraîchement retournés, j’avais beau me dire que je ne risquais rien à marcher dessus mais l’idée qu’un reste humain soit sous mes pieds me mettait mal à l’aise. C’est un peu comme dans un cimetière vous ne passez pas par-dessus les pierres tombales pour atteindre votre but plus rapidement, ben là c’est pareil.

Arrivé devant mon œuvre je jetais un coup d’œil à l’intérieur comme pour m’assurer que le corps était toujours là. Je ne sais pas imaginez l’horreur si le gars avait décidé de se lever après sa mort et d’aller se dégourdir les jambes ! Rien que l’idée me donnait des frissons que je masquais aisément grâce à la température du moment.

« Faites-vous plaisir. » dis-je en montrant mon gus qui n’avait pas bougé à mon plus grand soulagement.

J’étais toujours en train de tirer calmement sur ma cigarette en jetant un coup d’œil au Lieutenant. S’il voulait inspecter le corps c’était son problème pas le mien. Pour l’heure je n’avais pas l’intention de descendre dans ce fichu trou et palper du mort. Les travaux pratiques de ce genre ce n’était pas mon délire donc il allait devoir se débrouiller tout seul.

« Dites, pourquoi vous tenez absolument à voir ce gars ? Ce n’est pas comme s’il avait été agressé ou un truc du genre. »

Quitte à être bloqué dans le secteur autant satisfaire toute ma curiosité comme ça la prochaine fois je ne me ferais pas avoir comme un bleu. Et puis avec un peu de chance j’allais savoir combien de temps j’allais devoir faire le piquet. Avec un soupire je m’asseyais sur le bord du trou en essayant de suivre ce qu’il voulait vraiment faire de mon pote raide.


God will wait, I survive
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: Re: Bailaré sobre tu tumba   Dim 20 Juil - 19:14

Des corvées, toujours des corvées. Et des surprises aussi. Mais ça franchement, dans le fond, on s'en fiche. Un mort de plus ou de moins ne changera rien ni au déroulement de cette guerre en cours ni à la vie des gens de ce camp. Du moins, pas si le mec n'était effectivement pas dangereux ni la victime d'une force plus sombre encore. Mieux valait que le type se soit fait crever par des mecs qui mourraient de faim que par une bande organisée ou pire, par des fourrageurs de l'armée ennemie. Les choses pouvaient autrement vraiment devenir dangereuses. Les probabilités étaient faibles. Le camp plus vulnérable que ne l'avait été Louisville, mais nous étions plus préparés, plus avertis aussi des dangers inhérents à notre situation. Il n'y avait pas de fatalité. Ni de destin d'ailleurs, mais ce que nous faisons. C'était un film ça, j'en étais presque persuadé. Mais lequel ? L'époque où je profitais de mes permissions pour aller au cinéma était depuis longtemps révolue et m'évoquait remonter à une autre vie. Il fallait que je me concentre un peu plus. Le type semble déconfit, alors qu'il me dit qu'il a trouvé le corps derrière un buisson. Il l'avait donc déplacé, c'était ce que je déduisais de la manière dont il avait construit sa phrase et replacée dans le contexte de notre discussion.


| Et il était comment, le maccab' ? Il avait l'air d'avoir passé la nuit dehors, de la neige dessus et gelé, ou pas? |


Détail qui avait son importance et qui nous renseignerait immédiatement sur le niveau de danger de l'évènement, c'était quelque chose de certain dont j'avais déjà fait l'expérience. Je suis dans la reconnaissance ; évaluer le danger et récolter des indices à propos de n'importe quoi fait partie de mon travail, de ma vocation. Putain, ça aurait été tellement mieux que je puisse m'occuper tout seul de cette analyse. On m'aurait laissé cinq minutes avec le corps et j'aurais pu le faire parler, au sens figuré bien sûr. Mais là... Les choses devenaient clairement compliquées. Je soupire quand le mec me dit que le cadavre est déjà enterré, confirmant mes craintes. J'hoche la tête pour signifier mon accord à ce qu'il me propose, et le suis donc. On slalomme, piétinant la neige qui recouvre la terre et j'imagine que creuser un sol gelé a bien du faire suer ce mec. Je finis par être conduit dans la fosse où se trouve mon gusse. Je soupire, serre la bandoulière de mon flingue pour éviter qu'il ne balance de trop, et saute doucement dans la fosse, les pieds encadrant les jambes du défunt. Je commençais à regarder le cadavre, quand le mec me demandait ce que je voulais faire du mort. Je relevais le regard, agacé de l'interruption.


| Ca, j'en sais rien, et vous avez pas l'air d'être le genre de gars à s'être renseigné avant de le foutre là, pas vrai? |


Je soulevais le bras du mort. Pas de rigor mortis. Et le corps, gelé, dur à manipuler, très dur même. Rigide, dur comme le bois. Le mec était probablement mort il y a quelques jours, masqué par la poudreuse. Je déchirais ses manches, ne sachant les relever. Pas de blessures défensives, pas de lésions apparentes, quedal. Le mec était probablement mort de faim. En tous cas, pas de mort violente apparente. Je finis par poser mes mains sur le rebord de la fosse et me hisser ; j'ai du pot d'avoir mes gants mais même comme ça, j'ai l'impression que je vais casser mes doigts, tout bloqués qu'ils sont à cause du froid de canard.


| Fausse alerte. Ce mec a dû mourir en prenant la route et sans avoir de réserves suffisantes. |


Je regarde à nouveau le corps.


| Vous lui avez fait les poches? |



Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 3
You in God's hands now, keep a place for me kid
Messages : 187
Membre du mois : 12
Célébrité : Josh Duhamel
Crédit : Avatar : (c)Cecile362 // Gif Signature : (c) Junkiie
Caractère : Égoïste - Imbu de ma personne - Fourbe - Sociable - Déterminé - Séduteur




MessageSujet: Re: Bailaré sobre tu tumba   Mer 3 Sep - 20:22





Bailaré sobre tu tumba



Et voilà j'étais parti pour détailler la scène en détail. Loin de m'émouvoir ça me prenait surtout la tête. J'aurais du laisser ce machin où je l'avais trouvé et ne rien dire je n'aurais pas perdu de temps à faire un trou et encore moins à répondre à des questions. Bon maintenant fallait se souvenir de l'état du macabé, tout bleu comme il l'était là maintenant, enfin peut-être moins parce qu'il était sous une couche de neige, gel, pisse de lapin séchée, que sais-je. Je devais rester zen et formuler mes phrases avec soin, non pas parce que j'avais quelque chose à cacher mais surtout parce que je ne voulais pas avoir de mauvaise image auprès du Lieutenant. C'était un militaire et faire le mariolle avec lui n'allait pas l'amuser bien longtemps. Distraitement je me gratter le menton, sentant une barbe de plusieurs jours crisser sous mes ongles.

« Rien à signaler de particulier, il semblait avoir une bonne couche de neige qui le recouvrait. Si je n'étais pas passé juste à côté je l'aurais même pas vu. »

Voilà c'était comme ça qu'il était le gusse, sauf si on lui avait brisé la nuque et que celle-ci s'était gelée en place pour le moins conforme il n'y avait rien de suspect dans cette mort. Je le menais ensuite jusqu'à mon chef d’œuvre : superbe tombe pour un gars que je ne connaissais absolument pas et qui m'avait bien fait ch*er. Parce que s'il faisait froid le sol était encore plus dur que de la glace.

Tranquillement je l'observe faire son inspection du mort en fumant comme si tout ça était la chose la plus naturelle. C'est la troisième Guerre Mondiale, à partir du moment où j'avais compris ce point je m'étais attendu à toute sorte de chose et trouver un mort alors que j'allais pisser dans un bois faisait partie de ces choses. J'ignorais royalement son air agacé, moi j'y étais pour rien on m'avait dit de faire ça et depuis je me coltinais tout le travail donc maintenant que je pouvais refiler le bébé à quelqu'un d'autre j'allais pas me gêner.

« Ah c'est vos gars qui m'ont dit que c'était ma trouvaille donc ma responsabilité. Si j'avais su je vous aurais appeler directement ça m'aurait permis d'éviter de creuser tout ce machin. »

Ben ouais, je n'étais pas la bonne poire à qui on balance toute sorte de tâches. Surtout que le Lieutenant venait de confirmer l'évidence : mort accidentelle. Tout ce temps perdu pour en arriver là. Lui comme moi avions perdu notre temps aujourd'hui. Sa deuxième constatation qu'il faisait plus passer pour une question ne me surprenait pas. J'avais une forte envie de lui hurler comme une gamine : pas touche c'est à moi ! Mais au lieu de ça je haussais les épaules.

« Ben ouais, rien ne se perd surtout par un temps pareil, non ? »

Pas une once de remords, mais je n'étais pas stupide avant qu'il puisse me demander de rendre tout ce que j'avais trouvé je levais mes mains en signe que je n'avais rien à déclarer. C'était un mensonge mais qu'importe je n'allais pas mourir avec un petit mensonge de plus dans ce genre-là.

« Il avait pas de papier si c'est ce que vous demandez. »

Et il aurait pu me demander plus je ne lui aurais cédé le tabac et la couverture pour rien au monde. A moins qu'il ne propose un deal intéressant en échange. Je commençais à devenir pire que le diable à faire du troc de la sorte mais qu'importe : mon confort avant toute chose !


God will wait, I survive
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 1
Richesses: 35
Seule la Mort met fin au Devoir
Messages : 5531
Membre du mois : 113
Célébrité : Christian Bale
Localisation : Louisville depuis peu
Age : 26
Crédit : Torben
Emploi : Lieutenant
Caractère : Exécrable
Vos Liens :
Spoiler:
 




MessageSujet: Re: Bailaré sobre tu tumba   Jeu 4 Sep - 13:40

Je ne jugeais pas le type, j'aurais été le premier à détrousser le cadavre. Franchement, ceux qui y rechignaient ont tôt fait dans notre nouveau monde de rejoindre ces corps pour lesquels ils ont ressenti de la compassion ; il me semble plus que probable que les gens pourraient trouver de sacrées pépites en farfouillant de ci de là, même si ça sentait parfois le rance là dessous. Bref. Le type en face de moi ne semblait pas être le citoyen modèle avant la guerre, et je suis certain que rien ne s'est arrangé depuis, sur ce côté là. Après tout, cela fait un moment que nous vivons tous au jour le jour, forcés de survivre à des péripéties aussi diverses et variées que dangereuses. Autant dire que ceux qui se sont attachés comme avant à des principes normaux relativement stricts risquent fort d'avoir tout perdu si ce n'était déjà fait. Le mec se gratte le menton. Pas d'un air de coupable, mais simplement distrait. La mort ne semble pas le toucher plus que ça. Un autre des effets de notre nouvel univers. On se blinde face à la mort et à tout ce qu'elle touche. J'écoute sa réponse, me disant qu'il était déjà recouvert de neige.


| Ok, donc le corps doit plutôt dater j'imagine... |


En fait pas vraiment. Il neigeait souvent dans le coin. Presque en permanence, en fait, et ça rendait les choses difficiles pour tout le monde. Que ce soit d'un point de vue sanitaire ou logistique, c'était un vrai cauchemar. Dans ces conditions, difficile de savoir à quand remontait la mort de l'inconnu. Ca pouvait être hier comme il y a bien plus longtemps. Mais dans ce cas là, nous serions probablement tombés dessus plus tôt. Enfin, je n'en sais rien. Je suis pas un foutu logisitique, et je n'ai aucune espèce d'expérience médicale ; mes connaissances du corps humain se limitent à celles qui me sont nécessaires pour tuer efficacement mon ennemi. On ne peut pas dire que ce soit le genre de truc vraiment utile tous les jours... Le type se dédouane ce qu'il s'est arrivé, mais honnêtement je m'en lave les mains. Je lançais un regard ironique au type.


| Et alors ? Ne me dites pas que vous avez mieux à faire? |


Le mec hausse ses épaules quand je lui demande ce qu'il avait pris, et se justifie à moitié tout en niant avoir trouvé quoi que ce soit d'intéressant. Je tire une dernière latte et jette la clope, puis piétine le mégot.


| Qu'est ce que vous avez trouvé ? Franchement, je vous le laisse. Mais j'ai besoin de savoir, ça peut être important. Vous vous êtes reconverti dans le boulot de détrousseur de cadavres, ou quoi ? Que faites vous au camp? |




Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bailaré sobre tu tumba   Aujourd'hui à 12:48



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum