AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes actuellement, en jeu, pendant la DEUXIEME QUINZAINE de FEVRIER 2013.
[La météo ici ]


Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 5
« Plus terrible qu'une guerre, le savoir perdu à jamais »
Messages : 428
Membre du mois : 53
Célébrité : Jennifer Lawrence
Age : 19
Crédit : Unknown(vava)/Bowtfulbutera(photomaton)
Caractère : Aléatoire
Vos Liens :
Mon sauveur ♥:
 

La vie mène à la mort, mais il ny a pas quun chemin



MessageSujet: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Sam 5 Juil - 16:57

Nous étions, Maël et moi, tout juste arrivé au camp. Je n'avais pas encore eu l'occasion de faire un tour dans le camp, hormis le bref que nous avions fait pour rejoindre l'endroit où était notre tente. Il faisait un peu moins froid aujourd'hui et je m'étais donc dit que ce serait le moment propice pour faire cette fameuse promenade. Maël, quant a lui, était entrain de se reposer, je crois que depuis que nous sommes partie d'Aosta il n'avait encore jamais pu trouver réellement le sommeil. Bref, je lui avais donc dis gentiment que j'allais faire un tour, et je lui avais promis de ne pas mettre ma vie en danger de quelque manière que ce soit. Je savais donc d'avance que je ne sortirais pas du camp, que je resterais éloigner de toutes les zones relativement réglementé en terme d’accès, que j'éviterais les gens me paraissant sur les nerfs ou dangereux et le plus important que j'éviterais à tout pris les militaires omniprésent dans le camp.
Je marchais donc sur le chemin artificiel crée par de simple espaces entre les tentes, je ressentais encore mon corps a vif face à toutes les douleurs qu'il subissait, mais l'air frais arrivé aujourd'hui a m'apaiser un peu, ou peut-être que c'était le sentiment de sécurité qui faisait ça, je n'en savais trop rien en fait ... Bref je me perds encore, donc oui je marchais d'un pas lent et toujours calculé, regardant autour de moi ce paysage monotone, triste glaciale. Toutes ces tentes, de la même couleur, créant un paysage de désolation totale. J'étais épuisé par tant de désolation d'ailleurs, je n'avais plus vu que cela, ça faisait des mois que plus rien ou presque n'était venu égayer un tant soit peu mes visions, moi qui aimait tant la beauté du monde ...
Je ne sais pas trop a quelle distance j'étais désormais de ma tente, mais j'avais conscience au moins d'être toujours dans la zone Est. C'est alors que je vis cet homme, en retrait, des cartes pleins les mains. Je ne sais pas pourquoi mais il m'inspirait confiance, allez savoir ... Peut-être que c'était l'envie de savoir où je me trouvais, de me sentir un peu moins perdue, en effet je n'avais pas la moindre idée des distances que nous avions pu parcourir depuis Paris, je n'avais plus notion de rien a vrai dire. Je me dirigeais donc vers cet homme, de façon timide il faut bien l'avouer.


« Salut ... Hmmm, tu pense que tu pourrais m'aider ? Je suis totalement perdue ici ... »

J'essayais au maximum de ne pas paraître faible, de ne pas être la pauvre jeune fille pleurnicharde, mais cette sensation de n'avoir aucune emprise sur rien, aucunes connaissances, d'être dans le brouillard, est une sensation totalement atroce.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Dim 6 Juil - 17:09





« Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »


J'ai horreur du lundi, de l'autorité, de l'amour mais je déteste encore plus qu'on me dérange en pleine concentration.







Меня это заебало j’ai encore mal dormi dans cette tente humide, elle pue la mort en plus, elle a du abriter un clodo qui a dû crever dans son sommeil. Mais bon, depuis le temps que je gambade dans la nature, j’aurai du m’y faire mais peine perdue, mon bon vieux lit ultraconfortable me manquera toute ma vie. A moins que je me fasse un maximum d’argent, en un minimum de temps, si possible. Ah, le fric, cet ami fidèle, le seul qui fait mon bonheur. Mais ce Собака me fait défaut depuis un petit bout de temps. Et il me manque! Les gens qui disent que l'argent ne fait pas le bonheur se trompent lourdement. Quand on a de l'argent, on a de quoi manger, voyager, se faire plaisir en s'achetant tout ce que l'on désire. Et pour vous ça ne contribue pas au bonheur? Laissez-moi rire.

Enfin bref. Il y a une autre raison au fait que je n'arrive pas à fermer l'œil. Il me faut des armes. J'ai fait une promesse à cette unité et à Raulne. Et chez nous en Russie, on ne plaisante pas avec les promesses. Bon, par où commencer? La France était le domaine exclusif de mon père pour le trafic et riez mais je suis encore novice, je n’ai que 24 ans. Bien que je sois (que j’étais devrais-je dire, étant donné que je n’ai pas de nouvelles de mon père) l’héritier de son « entreprise » je ne suis pas lui et il y a des centaines de choses qu’il me cachait et que par conséquent j’ignore. . Le seul "trafiquant" français qui m'était connu était Jules, le banlieusard de Paris. Et encore, l'ayant abandonné en train de crever dans une rue sombre de Saint-Pétersbourg, il y a des chances pour qu'il ne soit plus qu'un mauvais souvenir planant encore sur les cités parisiennes. Mais j'ai souvenir d'une énorme carte de la France sur le mur dans le bureau de mon père. Une carte avec des points rouges. Les points stratégiques où sont situés des dépôts d'armes. Parfois, lesdits dépôts sont de bunkers souterrains ultras-protégés mais la plupart du temps ce sont des hôtels dont le propriétaire cherche à faire gonfler le chiffre d'affaire en louant leurs sous-sols ou des maisons d'apparence banales. J’ai même souvenir d’un père de famille qui revendait des flingues pour arrondir ses fins de mois. Il y a des chances pour que je retrouve un de ces bâtiments. Pour ça, il faut que je me rappelle de ces points rouges sur la carte dans le bureau de mon paternel. Des points marquaient les endroits stratégiques d’échanges d’armes et les principaux clients de la maison.Il est temps de me remettre au boulot...

Je sors de ma tente, saisis un sac en plastique contenant mes maigres possessions et m’assied sur le sol, devant ma tente. La journée est déjà bien avancée, il est aux alentours de 15 heures, d’après la position du soleil dans le ciel. Je sors de mon sac ma carte de la France. Je l'ai trouvée au début de mon périple en moto, dans un minuscule supermarché. Les gens avaient emportés presque tous les aliments mais oubliés qu'une carte peut être la chose la plus vitale. Je la déplie et l'étale par terre. Je ferme les yeux et me remémore cette immense affiche, prenant tout le mur ouest du bureau de mon paternel. Combien de temps ais-je passé dans ce bureau assis face à mon père, à contempler cette carte pendant que celui-ci me réprimandait sur ma façon d'appliquer ses ordres. J'ai un très bonne mémoire, je peux enregistrer d'infimes détails et m'en rappeler des mois après. J’ouvre les yeux et pose un premier point sur ma carte avec mon crayon de fortune - un bout de bois dont j'ai brûlé l'extrémité avec mon Zippo -. Marseille. Trop loin et beaucoup trop évident, c'est dans les grandes villes où la criminalité est élevée que les armes sont le plus vendues. C’est logique. Mais il me faut des contacts plus près. Je pose un second point sur Paris, trop loin également. Bordeaux, Toulouse, Lyon suivent. Puis Genève, en Suisse. Je ferme les yeux et tente de me concentrer plus profondément...

C’est à ce moment que j’entends une voix. Une petite voix douce de fille apeurée, qui me fait sursauter. J’ouvre précipitamment les yeux et lève la tête. Une femme, plutôt grande, peut-être même plus que moi du haut de mon petit mètre 73 –dur à dire vu d’en bas- me regarde avec des yeux bleus transperçant. Ils me font peur ces yeux. J’ai l’impression d’être à poil. Même si elle semble essayer de le cacher, je sens dans sa voix la peur et l’incompréhension, elle semble grandement perturbée. Génial ! Décidément j’attire les cas sociaux. Elle me demande de lui indiquer le chemin. La pauvre chérie, elle est perdue. Бля elle me dérange dans une forte concentration, je déteste ça ! Bon, je sais que les militaires ne m’ont pas à la bonne, si je l’envoie paître, cela va se savoir et je vais encore avoir des problèmes.

«Иди к черту!»

J’espère qu’elle ne comprend pas le Russe. Je me lève et remarque qu’elle doit faire deux centimètres de moins que moi. Je la toise méchamment, avec ce regard de connard que je sais si bien faire et lui dis :

«Ouai, je peux t’aider mais tu vois, là j’étais occupé et tu m’as dérangé. Bref, je vais t’aider mais avant on va voir si toi tu peux m’aider. Avec moi, c’est donnant-donnant. Bon, tu viens d’où ?»
















Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 5
« Plus terrible qu'une guerre, le savoir perdu à jamais »
Messages : 428
Membre du mois : 53
Célébrité : Jennifer Lawrence
Age : 19
Crédit : Unknown(vava)/Bowtfulbutera(photomaton)
Caractère : Aléatoire
Vos Liens :
Mon sauveur ♥:
 

La vie mène à la mort, mais il ny a pas quun chemin



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Dim 6 Juil - 18:36

Je crois que tout le monde sur cette fichu terre peut admettre qu'un jour où l'autre, quelqu'un ou quelque chose lui a donné l'impression d'être une sous-m#rde. Pas juste de valoir moins que les autres, ou d'être transparente, non. Réellement d'être en dessous de tout.
Et je dois bien avouer qu'avant que ce mec réagisse je ne pensais pas qu'aujourd'hui ferait partie de ce genre de jour. Pourtant il n'avait, à mon goût, pas cette allure d'homme désagréable. A vu d’œil il devait avoir a peu près mon âge, lorsqu'il s'était levé j'avais aussi pu noter qu'il n'était pas beaucoup plus grand que moi non plus, il n'était pas carré comme ces militaires qu'on vous montre dans les brochures "Engagez-vous". Et pourtant l'habit ne fait pas le moine, je n'aurais jamais cru qu'il puisse être aussi désagréable, il a peut-être toujours était comme ça, ou c'est moi, ou encore simplement la guerre qui nous rend tous plus ou moins différent de ce que nous sommes habituellement. D'ailleurs comment pourrait-on parler d'habitude dans un monde où tout ce que nous connaissions a été anéanti.
Bref, revenons en a nos moutons. Avant de se lever, il prononce une phrase en ... Russe ? Je ne saurais pas vraiment l'assurer, mais ça y ressemble. Ca pourrais bien sur être de l'ukrainien ou une autre langue de ce genre que je ne le saurais pas plus a vrai dire. Quoi qu'il en soit il avait prononcé cette phrase d'une telle façon qu'elle m'en donnais presque plus de frissons que le froid.

Une fois debout et face à moi il me lance un regard, le regard qui m'a précédemment mené a vous parler de cette impression d'être en dessous de tout. Il m'est alors venu a l'esprit que je n'aurais en aucun cas dû lui adresser la parole, j'aurais a coup sur dû écouter Maël me dire, comme on dirait au enfants, de ne pas parler aux inconnus ( bien qu'il ne l'ai pas dit ainsi). Si dès mon arrivé je commence a me faire des ennemis ici on risque de vite se retrouver a parcourir ces fichus chemins boueux, évitant le froid et les ennuis, essayant de survivre avec des difficultés anormal. Je ne voulais pas nous remettre dans cette situation simplement parce que j'avais été imprudente.
Je ne pouvais même pas fuir cette situation où je m'étais mise, parce qu'après avoir dérangé quelqu'un la pire chose est surement de lui dire que finalement vous l'avez dérangé pour rien.
Cependant, malgré son regard qui me glace le sang, et son ton condescendant, il dit accepter de m'aider, mais que bien évidemment on a rien sans rien. Bien sur c'est totalement idiot ( quoi que ) mais la première chose qui me vient a l'esprit, c'est l'espoir qu'il ne me demande pas une faveur qui puisse être dégradante pour moi. Entendons nous bien, si c'était le cas je la refuserais, mais ça m'arrangerais de ne pas avoir a courir après de simple réponse.

Pour lui répondre je soutient donc son regard, et essaye de ne pas totalement me décomposer. Si j'ai bien appris une chose, c'est que plus on parait faible plus les gens en profite. En plus la réaction de ce type me faisait penser a mon père, un pensée acre qui me poussait a ne surtout pas perdre mes moyens face à lui, je refusais que qui que ce soit puisse avoir une quelconque influence sur moi en essayant de impressionner ou de me faire peur. Je n'allais pas me démonter, sauf si bien sur ça mettait vraiment ma vie en péril, mais je sais faire la part des choses.


«Désolé je voulais pas déranger ... Je viens d'Italie, avec un crochet par Paris sans prendre en compte tout nos détours.»

Sa question restait pour moi totalement obscure, je ne voyais pas vraiment en quoi ça pouvait lui servir. Mais ce n'était pas quelque chose que j'avais a cacher, non il n'y avait aucun intérêt a cacher ça alors si ça pouvait m'aider autant être franche et jouer carte sur table.

En quoi tu pense que je puisse t'aider ?

Je vous l'avais bien dis que j'allais jouer carte sur table, je n'aime pas passer par quatre chemins, je trouve ça totalement ridicule. Et puis je n'ai pas vraiment envie de lui tenir plus compagnie que ça.


« Loin de son pays des merveilles. »

« La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l'âme. » Laissez moi espérer que je puisse plaire et charmer, ce bon vieux Voltaire m'aurait surement aimé.
©GUERLAIN
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Dim 6 Juil - 19:48





« Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »


Ces yeux qui me transpercent de part en part, ils ont l'air d'avoir vu des trucs horribles mais aussi peut-êtres des choses intéressantes...





Elle semble s'être ramollie quand je lui ai parlé. Ou peut-être est-ce mon regard du connard, parfaitement exécuté. Je suis vraiment un professionnel dans ce domaine! Je ne peux m'empêcher de sourire lorsque je la vois baisser les yeux. Elle doit se sentir tel une bonne à rien, c'est le but mademoiselle, pardon mais c'est comme ça que je fonctionne: l'intimidation ça a toujours été mon truc! Et puis, je déteste la façon qu'ont tes yeux bleus eau-de-mer-d'une-île-paradisiaque de me toiser, je me sens vraiment à poil.
Curieusement, elle relève les yeux et me fait face, comme si une pensée qui avait traversé son esprit lui avait redonné un peu de confiance. Elle semble toujours autant perdue et fragile mais elle dégage une nouvelle force et me répond.

«Désolé je voulais pas déranger ... Je viens d'Italie, avec un crochet par Paris sans prendre en compte tout nos détours. En quoi tu pense que je puisse t'aider ?»

Sa voix m'irrite. Elle a peut-être eu une étincelle de courage dans son regard mais son timbre trahit la peur et l'incompréhension qui la ronge. Les gens faibles m'énervent, ils sont un poids pour la société, surtout en temps de guerre. Bien que je ne sache pas si elle est faible ou non - je ne la connais pas - je peux déduire qu'elle a peur et la peur tue l'esprit.

«Mhhh, Italie puis Paris, intéressant! Bon, j'ai besoin de savoir à quel point Paris est détruite, et par où as-tu passé ensuite? Caen? Et l'Italie, tu as été où, Rome? Milan? Palerme?»

J'avais parlé d'un ton détaché, professionnel, bien loin de celui utilisé avant, lorsqu'elle m'avait dérangé. Cela sembla la rassurer quelque peu car je vis son visage se détendre légèrement.

Je la scrute en attendant sa réponse. Elle n'est pas mal du tout! Un corps sportif, mince mais tout en courbe et ces yeux, bordel ces yeux, je me demande bien ce qu'ils ont pu voir, des trucs pas bien jolis, j'imagine, comme presque tous ici. Des êtres chers qui meurent, des explosions, des blessés, on a tous passés par là. Je suis chanceux, ces choses là ne me touchent pas plus que ça, j'ai appris à me blinder, la mort est devenue banale mais ce n'est de loin pas le cas pour tout le monde.

«Bon, голубые глаза je vais t'aider si tes réponses me servent à quelque chose, tu cherches quoi? Ta tente? T'es située dans quel secteur?»

Je vois son regard se poser sur mon épaule. J'ai une tache ou quoi? Ho, ma bonne vieille Kalach, ça doit être ça qui la trouble, on ne croise pas tout les jours un type en train d'étudier des cartes par terre devant une tente avec une arme bien visible sur lui. C'est la loi de la jungle: tue ou fait toi tuer qui régit l'endroit ici, selon moi. Autant prendre des précautions et avoir toujours à portée de main un truc susceptible de se protéger en cas de besoin.








Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 5
« Plus terrible qu'une guerre, le savoir perdu à jamais »
Messages : 428
Membre du mois : 53
Célébrité : Jennifer Lawrence
Age : 19
Crédit : Unknown(vava)/Bowtfulbutera(photomaton)
Caractère : Aléatoire
Vos Liens :
Mon sauveur ♥:
 

La vie mène à la mort, mais il ny a pas quun chemin



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Dim 6 Juil - 21:22

L'homme en face de moi paraissait totalement hermétique a quoi que ce soit, avait-il oublié son humanité au fond d'un placard ? C'était fort probable. J'avais vu sur les routes des gens transformés en animaux, manger ou être manger. Dans la vie on est la proie ou le prédateur, je suis surement une proie qui a eu de la chance, je ne saurais vous le dire je n'ai jamais eu a réellement faire mes preuves. Bien sur mes prises d'initiative nous avais évité bien des problèmes, mais être futé ( ou avoir de la chance ne servira jamais à rien face à un être avide de survivre. Je n'avais pas cet instinct totale de survie, j'aurais d'ailleurs peut-être préféré mourir, sans l'espoir j'aurais peut-être fait le pas. Mais je n'ai pas non plus survécu à mon père pour simplement me laisser mourir ... Quoi qu'il en soit la question ne se posait pas, j'avais toujours une forte part d'humanité bien que je reste méfiante. On ne surmonte pas les événements de la même manière, et on a pas vécu les même choses, cependant ça ne l'excuse pas d'être un sombre conn#rd.

Lorsqu'il me répond, avec un ton toujours aussi insupportable mais moins agressif, je me sens un peu mieux. L'agressivité, comment dire, ça me répugne vraiment, ça réveille en moi des souvenirs que je voudrais oublier. Je donne peut-être l'apparence d'une fille pleine de faiblesses, et c'est surement le cas, mais je suis loin de ce que peuvent imaginer les gens. Lorsque j'ai appris la mort de mon père, plus ou moins en lien avec la guerre puisqu'il a fait une crise cardiaque, ça ne m'a fait ni chaud ni froid. Enfin non c'est pire que ça, je me suis senti soulagé, des bombes tombés en pluies sur le monde et je me suis senti soulagé que le tyran de ma vie soit mort. Je peux être forte, je l'ai prouvé bien des fois, la preuve je suis encore là, mais je hais le genre de comportement comme celui face auquel je me retrouve. Je préfère paraître faible et ne pas l'être, plutôt que de devenir quelqu'un qui ne me ressemble pas.


«Paris est totalement anéanti, réduit en cendre et extrêmement radioactif, un sol impénétrable désormais. En Italie je vivais a Aosta, au frontière de la France, aucune grande ville.De Paris a ici je ne pourrais pas plus t'aider, a moins que tu me prête ta carte peut-être, j'arriverais sans doute a définir notre itinéraire.»

Je me surprenais presque a lui répondre froidement. Mais a vrai dire cette froideur était mérité vu son comportement, accepter d'aider les autres ne veut pas dire qu'on est quelqu'un de bon, il veut simplement des foutus informations que d'ailleurs je n'arrive pas a comprendre. Si il me disait clairement ce qu'il voulait je suis presque sur qu'on gagnerait un temps fou ... Au passage il y avait sans doute une autre raison à cette froideur, les souvenirs de Paris ... On ne peut pas imaginer ce que c'est tant qu'on ne l'a pas vu, un anéantissement totale, un air irrespirable tant il est chargé de milles choses, et cette vision de l'homme que j'aime mort dans une tel décor, rien de réjouissant, non rien de réjouissant ...

Le fait qu'il inclut des mots étrangers dans ses phrases est relativement perturbant, je déteste cette impression d'être insulté parce que je ne peux pas comprendre. C'est comme insulter un sourd avec le sourire, sauf que la il n'y a même pas le sourire ... Au moins il n'est peut-être pas totalement hypocrite, je le fais ch#er il me l'a bien fait comprendre.

«Je suis dans cette zone et je viens de ma tente. Non déjà savoir où nous sommes réellement m'aiderait, d'où l'utilité que je regarde ta foutu carte pour au passage pouvoir t'aider. Mais je ne cracherais pas sur quelques renseignements sur le camp non plus, bien sur si tu accepte encore de m'aider après que j'ai répondu a tes questions.»

Ok, d'accord, je perds peut-être un tout petit peu patience. Mais faut pas oublier que je suis totalement épuiser, et que ce mec me tape sur les nerfs. Je sais bien que ce n'est pas comme ça que j'aurais ce que je veux, mais si jamais il refuse de m'aider je finirais bien par trouver quelqu'un d'agréable pour m'aider, quitte à ce que ça me prenne la fin de la journée. Je sais bien que tout le monde est méfiant, moi même je le suis, mais ce n'est pas une raison pour traiter les gens comme il le fait. B#rdel ! Est-ce que j'ai l'air menaçante ? Ou méchante ? Ou mal intentionnée ? Je ne crois pas ...
En revanche la kalachnikov que je venais de remarquer sur l'épaule de cet homme n'avait rien pour lui donner autre chose qu'une impression menaçante. Mais si il y avait une chose dont je n'avais pas peur, c'est des armes. Mon père aimait chasser, tirer les taupes et les oiseaux des environs, et j'avais donc grandis avec des fusils a portée de main ( quelque chose de totalement inconscient d'ailleurs avec une enfant ). C'est d'ailleurs ce qui faisait que je savais plus ou moins tirer, un peu moins que plus sans doute, mais je n'était pas une pure novice, et je n'avais pas la moindre peur de ces armes tant qu'elle n'était pas braqué sur moi.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Lun 7 Juil - 17:57








« Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »


Elle fait enfin preuve d'un peu de caractère, j'aime ça, j'aime pousser les gens à bout pour qu'il se mettent à exprimer leur colère intérieure.







«Paris est totalement anéanti, réduit en cendre et extrêmement radioactif, un sol impénétrable désormais. »

Je grommelle un juron à l'annonce de la nouvelle, bien que je m'y attendais. Je me rassied et entreprend à l'aide de mon crayon de fortune de tracer la zone. Elle me regarde faire d'un air intrigué, je vois bien qu'elle a envie d'en savoir plus, un type avec des cartes qui trace des itinéraires c'est pas très courant. Enfin, à l'époque, ça aurait pu être plausible mais plus personne ne fait du tourisme depuis cette fichue troisième guerre mondiale.

«D'accord, Mademoiselle, assied-toi, je vais te montrer ma carte.»

J'avais parlé d'un ton hautain et railleur mais pas aussi méchant que précédemment. J'avais encaissé le coup de m'être fait déranger en pleine réflexion et maintenant mon but était de la pousser à bout pour la tester. C'est toujours comme ça que je procède pour évaluer une personne. Je veux dire, je n'ai rien contre cette fille pour le moment, mis à part le fait qu'elle m'ait dérangé, elle n'a rien fait de mal mais rien que pour le plaisir de voir son visage se décomposer lorsque je lui ordonne de s'asseoir je vais continuer de l'emmerder encore un peu!

«En Italie je vivais a Aosta, au frontière de la France, aucune grande ville. De Paris a ici je ne pourrais pas plus t'aider, a moins que tu me prête ta carte peut-être, j'arriverais sans doute a définir notre itinéraire.»

Aosta, je connais. Une petite vallée montagnarde située aux frontières de la Suisse et de la France, un endroit idéal pour le passage d'armes! Evidemment, j'ai envie d'en savoir plus! On a dit donnant-donnant? Ouai bon, j'ai dit donnant-donnant. Donc je vais l'aider.

« Je suis dans cette zone et je viens de ma tente. Non déjà savoir où nous sommes réellement m'aiderait, d'où l'utilité que je regarde ta foutu carte pour au passage pouvoir t'aider. Mais je ne cracherais pas sur quelques renseignements sur le camp non plus, bien sur si tu accepte encore de m'aider après que j'ai répondu a tes questions.»

Ola, elle va descendre d'un ton la mignonne, ici c'est moi qui décide! N'empêche, je commence à apprécier cette fille, elle n'est pas autant apeurée qu'elle en a l'air, elle a du caractère finalement. J'adore les caractérielles. Je souris cette fois, et pas un sourire de connard, je souris vraiment, sans faire exprès, sincèrement. Il faut savoir que les sourires chez moi sont avant tout des armes et que je ne les utilise qu'avec la plus grande précaution et dans des buts précis: Charmer, se moquer, attirer l'attention - j'ai un smile de tombeur, y paraît-. Bref, je suis un gros manipulateur. Quand on est trafiquant d'armes autant vous dire que l'on a pas vraiment le choix. C'est manipuler ou se faire manipuler. Ce sourire sincère me surprend, vraiment! Si bien qu'il disparaît aussi vite qu'il est apparu et je me racle la gorge:

«Nous sommes ici.» Je pose mon doigt sur la région où se situe Louisville. «Toi tu viens de par là.» Je lui désigne le val d'Aosta avec mon index. «Entre ces deux points, tu dis être passée par Paris. Tu as certainement du passer par Caen. Ça va мисс, ça t'aide?»
J'ai dit la dernière phrase sur un ton moqueur. Je ne peux pas m'en empêcher. Et j'ai bien remarqué son trouble lorsque je parles russe. Elle pense que je me fout d'elle ou que je l'insulte alors qu'il n'en est rien.

«je cherche quelque chose qui pourrait être très utile à l'ensemble du camp et des rescapés et tu vois, tu va peut-être pouvoir m'aider. Alors dis-moi que tu te souviens par où t'as passé pour arriver ici.»

J'ai hésité à lui dire que je cherchais des armes, juste pour la faire flipper encore un peu plus. Mais la peur tue l'esprit et cette jolie demoiselle semble déjà dépourvue d'une partie importante de son esprit étant donné qu'elle ne sait même pas où nous sommes.

Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 5
« Plus terrible qu'une guerre, le savoir perdu à jamais »
Messages : 428
Membre du mois : 53
Célébrité : Jennifer Lawrence
Age : 19
Crédit : Unknown(vava)/Bowtfulbutera(photomaton)
Caractère : Aléatoire
Vos Liens :
Mon sauveur ♥:
 

La vie mène à la mort, mais il ny a pas quun chemin



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Lun 7 Juil - 20:46

Bien sur que je voulais savoir où il voulait en venir, a quoi bon connaitre mon itinéraire alors qu'il n'est même pas militaire ? Je ne pense pas que ce soit par simple curiosité, il a besoin d'informations que je n'ai sans doute pas. Et donc oui je le regardais intrigué en le voyant marquer que Paris n'était plus, comment ne pas le savoir d'ailleurs
«Si tu veux quelque chose de représentatif, agrandi ton cercle, c'est pire que ce que tu imagine.»
Je lui semble peut-être idiote, pommée là ou tout le monde parait être a sa place, mais je ne suis pas aussi bête qu'on peut le penser, je n'ai jamais étudié les cartes, mais j'ai des souvenirs marqués de certains détails qui ne trompent pas. C'est d'ailleurs ce fait qui me laisse croire que j'arriverais plus ou moins a lui dire par où je suis arrivé ici. Quand je pense que Maël ne serait pas venu ici si j'avais eu la force de parcourir plus, mais il fallait déjà être résistant pour arriver ici en partant de Paris, le chemin m'avait parut tellement long ...

Bien sur lorsqu'il m'ordonne de m’asseoir, ça ne passe pas très bien, je vois bien qu'il le remarque et je suis persuadé qu'il adore ça. Le genre de mec qui aime avoir le pouvoir, encore et toujours le pouvoir. Mais qui n'aura jamais les c#uilles de prendre du pouvoir si il y a vraiment des risques. Il veut juste sentir qu'il peut faire peur et ridiculiser. Un c#nnard de première je vous dis. Bien évidemment je m'assois, je ne vois pas trop ce que je pourrais faire d'autre. Ou en tout cas ce que je pourrais faire ne m'aiderais en rien.
En m'asseyant j'aurais peut-être remarquer le sourire de ce gars, la preuve qu'il avait encore un tout petit morceau d'humanité enfouis en lui, si je n'avais pas était hypnotiser par sa carte. Non en faite ce n'était pas la carte qui obnubilait mon regard, mais plutôt toute les zones qu'il avait pu rayer, et puis toute les autres marques qu'il avait pu faire autour. Mais je n'arrivais pas à m'enlever de la tête que toute ces zones barrés étaient disparus, on a beau en voir sur la route, voir tout ça réunis sur une carte et se douter qu'il y en a surement d'autres qu'il n'a pas encore eu, c'est glaçant ... Sa voix toujours aussi désagréable à mes oreilles me tire rapidement de ces glauques pensées, et je crois que pour une fois j'étais contente de l'entendre. Parce qu'il est clairement moins désagréable que les visions de mort, de désolation, et toutes ces odeurs atroces que vous avez l'impression de ressentir a chaque instant. Ces odeurs et ces bruits que vous revivez au quotidien, même dans les lieux les plus saint que vous ayez croisé.
Il me montre donc sur la carte où nous nous trouvons d'abord, et je me rends compte des distances que nous avons parcouru, presque totalement a l'aveugle, Maël et moi.

«Merci je suis quand même foutu de savoir ou est Aosta sur une carte, je suis pas une gosse de 3 piges.» Bordel c'est tellement tentant de lui foutre ma main dans la gueule, mais ce serais tellement déraisonnable comme réaction. D'ailleurs ce serais surement un coup a jouer ma vie, et comment on pourrait voir une fille qui a peine arriver tape un mec et s'en fait un ennemi ? Pas très bien je pense, surtout pas pour une fille comme moi, qui essaye de toujours être agréable et gentille. Surtout qui essaye de ne pas devenir violent comme l'était son paternel. Je ne veux pas lui ressembler, jamais.
Mais c'était tellement tentant de lui en retourner une pour qu'il arrête de me traiter comme une abruti, jouant du fait qu'il est bilingue et se fichant ouvertement de moi. Je reste donc silencieuse, puisqu'il n'y a pas de raison que je réponde a son mépris. Et puis j'essaye de réfléchir à comment nous avons pu arriver ici.

«Ok, ça marche. Mais tais-toi et laisse moi réfléchir.»
Je n'avais même pas pris la peine d'être agressive, déjà trop concentrée sur les routes, les cours d'eau, les zones vertes et les villes. J'avais conscience que beaucoup de choses étaient différentes entre cette carte et la réalité. Il y avait des zones que nous avions traversés de nuit, et la nuit tout semble déjà différent, alors s'en rappeler sur une carte n'est pas chose facile. J'essayais donc d'avancer point par point, essayant de visualiser les pancartes d'entrée ou de sortie de villages, les ponts, les bois, tout, tout. Mais c'est un tel travail de se souvenir de ça, les conditions dans lesquels j'avançai n'avait rien de très mélioratif. J'avais du supporter la fatigue, l'épuisement musculaire, le chagrin, la faim, tant de facteurs qui font que vous êtes moins alerte, et que votre mémoire est moins détaillé.
Sur la carte, après un long moment de réflexion je dois bien l'avouer, je commence a pointer des lieux ou des chemins en partant de Paris, enfin de la où nous nous étions arrêté de façon a voir Paris. Puis je vais en direction de l'endroit où il m'a dit que nous étions. Bien sur il reste beaucoup de zone d'ombre, mais j'ai de quoi lui donner quelques endroits clé de notre périple. Je ne suis pas un GPS de toute façon, je ne vois pas comment j'aurais pu tout retenir ou retrouver alors que nous n'avions ni carte, ni boussole, ni quoi que ce soit d'autre pour nous repérer.

«Je serais pas foutu de tout te dire avec précision, mais j'ai déjà une idée globale et quelques endroits où je suis sur que nous sommes passé. On est pas passé par Caen, enfin pas au sens propre, on a préféré contourner du mieux qu'on a pu, les grandes villes ne sont pas des endroits très conviviaux. A vrai dire on a essayer au maximum d'éviter les villes ou les endroits vraiment trop risqués. Mais voila le chemin devait être a peu près celui-ci. Maintenant dis moi ce que tu cherche et la peut-être que j'aurais vraiment l'impression de t'aider, et non pas de tourner en rond.»
Et si il ose me dire que je ne lui apporte rien, eh bien qu'il aille se faire voir, ce n'est vraiment pas évident de devoir refaire un tracé comme ça, surtout quand on en a jamais réellement fait avant ... Les seules cartes que j'ai vraiment utilisés sont celles d'Italie avec Louis lorsque nous visitions un peu. Pas de quoi aller loin quoi.
Quoi qu'il en soit, pour le coup c'est moi qui avait pris un ton professionnel, ne pensant même plus réellement a la personne a qui je m'adressais. La concentration a ce bien fait de nous laisser échapper a la réalité ( en général ) et ça ne fait pas toujours du mal.


« Loin de son pays des merveilles. »

« La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l'âme. » Laissez moi espérer que je puisse plaire et charmer, ce bon vieux Voltaire m'aurait surement aimé.
©GUERLAIN
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Lun 7 Juil - 21:53






« Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »





Ce que cette fille m'apprend est plus qu'intéressant mais je ne dois pas trop lui révéler de détails sur ce que je fais et je dois la faire parler au maximum...




Et voilà, mission accomplie. J’avais réussi à dégoûter cette fille, à la pousser aux limites du politiquement correct et je voyais qu’elle se battait avec elle-même pour ne pas dépasser les bornes et me frapper. A ce stade, plusieurs avaient craqué et je ne sais combien de poing ou de claques j’avais reçu. Mais le résultat en vaut largement une douzaine, voire plus ! Manipuler une personne est un art. Un art jubilatoire et exquis ! Elle pense que je la prends pour une idiote et que je vais me comporter comme tel avec elle, ce que je fais depuis tout à l’heure. La prochaine fois qu’elle ouvrira la bouche, je la prendrai de haut et elle se sentira encore plus rabaissée. Cette fille est loin d’être une idiote. Elle semble perturbée par les choses qu’elle a vu ou entendu mais je suis convaincu qu’elle peut me donner des renseignements précieux, il faut juste que j’arrive à la faire parler sans qu’elle ne se doute de quoi que ce soit concernant ce que je cherche et où je le cherche.

Que Paris soit autant touchée ne me choque qu’à moitié. La ville est à la fois un point stratégique et économique. Sans sa capitale, une grande partie de la France se retrouve paralysée et sans défense. Il n’empêche que c’est dans cette même ville qu’un contrat de vente d’armes avait été signé, peu avant le début de la guerre. L’une des plus belles affaire de mon paternel. Après ce contrat, on a commencé à se douter d’une guerre imminente en Europe. Notre chiffre d’affaire a augmenté de façon fulgurante et la guerre a commencé. Jusqu’à maintenant, je pensais que Paris était l’origine même de la guerre mais je me suis apparemment trompé et je me trouve au même stade que tous ici : Personne ne sait ni pourquoi ni comment cette guerre a pu éclater.

Elle regarde la carte pendant de longues minutes. Silencieuse, imperturbable, elle pense. Que faisait-elle avant le début de cette guerre ? Sa vie avait certainement été chamboulée et pour toujours. Peut-on espérer un jour redevenir quelqu’un de normal après avoir vécu l’enfer ? Et bien non, je suis convaincu que non. Je peux certifier que lorsque le monde autour de nous change brusquement, il n’y a rien qui puisse nous empêcher de changer avec lui, c’est la théorie de l’évolution : l’homme s’adapte parce qu’il doit le faire, il ne peut pas s’empêcher de le faire. Et si la vie est synonyme de guerre alors l’homme deviendra guerrier et ses enfants et les enfants de ses enfants seront également guerriers. Je pense sincèrement que cette guerre n’aura jamais de fin et c’est pour cette raison qu’il est primordial de nous armer. Pas pour protéger les pauvres rescapés venus reconstruire leur vie ici mais pour se protéger soi-même ! Parce que c’est la seule solution à la survie : se protéger soi-même.

Elle parle, enfin. Moi, je ne dis pas un mot, j’écoute et j’apprends. Je distingue le dégoût dans sa voix lorsqu’elle évoque les lieux qu’elle a visités et son incrédulité en se rendant compte du chemin qu’elle a parcouru. On dirait qu’elle l’a fait presque inconsciemment. Sans vraiment savoir où aller, à tâtons, comme si elle était plongée dans un brouillard qui l’empêchait de voir à plus de 10 pas devant elle. Mais elle avait réussi puisqu’elle était ici. Respect !

«Je serais pas foutu de tout te dire avec précision, mais j'ai déjà une idée globale et quelques endroits où je suis sur que nous sommes passé. On est pas passé par Caen, enfin pas au sens propre, on a préféré contourner du mieux qu'on a pu, les grandes villes ne sont pas des endroits très conviviaux. A vrai dire on a essayer au maximum d'éviter les villes ou les endroits vraiment trop risqués. Mais voila le chemin devait être a peu près celui-ci. Maintenant dis moi ce que tu cherche et la peut-être que j'aurais vraiment l'impression de t'aider, et non pas de tourner en rond.»

Ok, son discours est trop vague mais si je force, elle devrait bien me livrer un ou deux détails.

« Bon, Caen, tu es vraiment sûre que tu ne peux pas m’en dire plus ? J’ai vraiment besoin de savoir si la ville tient encore debout ou non… »

J’accentue le mot vraiment pour souligner l’urgence. Puis je laisse planer en suspens la fin de ma phrase, comme si je voulais ajouter quelque chose mais que j’ai renoncé au dernier moment. Mon ton est resté neutre et naturel, comme pour la rassurer.
Elle veut savoir ce que je cherche mais je ne prendrai pas le risque de lui révéler des choses, après tout il se pourrait qu’elle soit une espionne envoyée par un ennemi ou pire par Raulne lui-même. Dans ce cas-là, c’est moi qui me ferais manipuler et non elle que je manipulerais. Glauque, j’en frissonne.

« En réalité, je cherche plusieurs choses. Il y a certaines choses que je cherche que crois-moi, tu n’as pas envie de savoir et certaines autres que je n’ai pas envie de te révéler. »
J’ai laissé trembler ma voix sur la fin, pour qu’elle distingue un trouble. Je continue :
« mhh… je recherche un petit hôtel à proximité de Caen, il doit être totalement délabré à présent mais si tu l’as vu, tu dois t’en rappeler, c’est une ancienne église réaménagée, je ne sais pas exactement où il se situe mais c’est aux alentours de Caen, en dehors de la ville. »

Cet hôtel, c’était en fait le dépôt d’armes illégales des banlieues de Caen. Un endroit génial ! Les catacombes avaient été entièrement réaménagées pour devenir un vrai petit magasin d’armes ! Je ne l’avais jamais vu de mes propres yeux mais mon père m’en avait parlé et m’avait montré de nombreuses photos, fier de ce stratagème. Jamais les autorités ne penseraient à fouiller les catacombes d’une ancienne église devenue un hôtel. Enfin d’après mon paternel. Quoi qu’il en soit si ce truc existait toujours, c’était là-bas que je devais aller pour trouver des armes.

« En fait, ma mère était là-bas quand la guerre a commencé. »

J’avais soudainement parlé sur un autre ton, le ton que je prends lorsque je parle d’elle. Je déteste parler d’elle d’ailleurs. Elle est la seule personne que j’aime et que j’ai jamais aimé, elle est tout ce que j’ai et elle est certainement morte alors utiliser son souvenir pour manipuler quelqu’un me chagrine beaucoup. Mais ce mensonge ne paraîtra que plus réel. Je pourrais même le croire moi-même. Là, la demoiselle en face de moi doit se dire qu’au fond j’ai une petite once d’humanité, rien qu’une petite et elle n’ira sans doute pas chercher plus loin. Je ne veux pas qu’elle cherche plus loin. Parce que je me méfie d'elle et parce que j'ai la nette impression d'en avoir trop dit. J'aurais du l'envoyer chier dès le début...



Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 5
« Plus terrible qu'une guerre, le savoir perdu à jamais »
Messages : 428
Membre du mois : 53
Célébrité : Jennifer Lawrence
Age : 19
Crédit : Unknown(vava)/Bowtfulbutera(photomaton)
Caractère : Aléatoire
Vos Liens :
Mon sauveur ♥:
 

La vie mène à la mort, mais il ny a pas quun chemin



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Lun 7 Juil - 22:53

Ce mec, dont d'ailleurs le nom m'était toujours inconnu et avait l'air en voie de le rester, était pire que perturbant. Un peu plus et j'aurais dis qu'il était bipolaire, vous savez a double caractère, aussi agréable qu'un chien enragé puis hyper calme et pro ... Non franchement c'est super déboussolant, comme si j'étais pas assez perdue comme ça ... Quoi que maintenant je me sentais plus rassuré de savoir où je me trouvais et le chemin que nous avions parcouru. En fait je ne sais même pas réellement pourquoi je restais là, j'avais eu ce dont j'avais vraiment besoin, après tout l'organisation du camp je pouvais la trouver seule. Mais ... Il a dit donnant-donnant et j'avais accepté, je n'ai pas donné ma parole mais c'est un peu tout comme. Je ne ferais très clairement pas de ce mec un ami, mais si je pouvais éviter qu'il me fusille a l'instant ou je tournerais le dos ce ne serait pas plus mal. Après tout s'attaquer a quelqu'un qui ne tient pas ses engagements est plus facile qu'envers quelqu'un qui vous a délivré des infos pouvant éventuellement vous être utile.

Bon soyons clair, je ne suis pas totalement dupe, je me doute qu'il en rajoute, on ne passe pas de sal#p a enfant de cœur comme ça, on croirait d'un coup une petite chose toute fragile. Il a un peu l'air d'avoir oublié le ravin entre ses deux facettes, entre ses deux comportements. Bordel je fais si jeune que ça pour qu'un type de mon âge ( enfin je présume mais ça me parait évident ) me prenne pour une petite fille dupe et essaye de m'apitoyer ou je ne sais quoi en jouant d'un coup le chien blessé avec des yeux globuleux.
Je me concentrais donc plus sur mes souvenirs que sur ses changements de comportements impromptus. Il fallait que je me creuse vraiment la tête pour arriver a me souvenir de cette ville, et pourtant elle n'était pas petite, mais j'avais l'impression que plus j'y réfléchissais moins j'arrivais a répondre a mes propres questions.


«Elle tenait encore le choc lorsque j'y suis passé, mais bon comme toute les villes elle a beaucoup souffert. »

Il commençait a faire trop de mystère en me parlant de choses que je ne devrais mieux pas savoir et d'autres qu'il en voulait pas me dire, et il avait fini de m'embrouiller en me parlant d'une église qui était devenue un hôtel. Bordel mais je ne savais même plus quand j'étais passé a Caen, des églises délabrés j'en avais vu a ne plus savoir les compter. Qu'il ai pu être un hotel ou une porcherie ne changer pas le fait que nous étions passés là après bien des choses, et que plus rien ne ressemblait a ce que ça avait pu être, comment se souvenir d'un foutu immeuble ? Bon, je dois bien l'avouer ce mal de tête qui commençait a apparaître vivement n'allait pas pour m'aider a me souvenir. A force de remuer les souvenirs on finit par en souffrir ? Je ne pensais pas que ça puisse donner autre chose que des maux de coeur, mais a priori ça peut même atteindre la tête au sens propre ...
Et puis il avait parlé de sa mère ... sa mère ... Si elle était seule dans ce genre de ville, et ça semblait le cas, j'espérais pour elle qu'elle ai le même tempérament que son fils ... C'est impressionnant comme le fait de parler d'une mère me chamboule, depuis le début de cette fichu guerre je me surprends a penser qu'heureusement que ma mère n'ai pas été la pour voir ça, que finalement il valait peut-être mieux qu'elle soit morte a ma naissance et que j'ai vécu comme je l'ai fait. Mon père m'avait tellement parlé d'elle, je n'aurais jamais ou supporter de l'imaginer quelque part dans cette foutu panique, surement morte d'ailleurs puisqu'en nos temps on avait plus de chance de mourir que de survivre. Je ne voulais même pas imaginer ce que pouvais être son état a ce sujet, bien que ça n'ai pas l'air de l'effondrer. J'ai appris par moi même que les gens on parfois une force impressionnante face au pire choses de la vie, moi même j'ai mis 17 ans avant de craquer face a mon père.
Je passe ma main dans mes cheveux en essayant de me rappeler de tout ces fichus bâtiment qui pour moi n'étais plus que des tas de pierres avec pour certain un toit. Essayer donc de voir le monde avec un voile devant les yeux, j'étais aveuglé par notre survie et par bien d'autre chose. Qu'est ce que je pouvais en avoir a foutre des bâtiments qui nous entouraient.


«Et tu n'es pas passé la bas ? ... Bref aucune importance. Si j'ai vu une foutu église ... j'en ai vu des tonnes. La tienne ... je sais pas ... peut-être ... Avant la guerre elle ne devait surement pas passé inaperçu, mais maintenant ... j'avais autre chose a faire que de faire gaffe a l'architecture du pays, t'aurais pas des repères autres ? Parce que je l'ai peut-être vu ... oh pis fais ch#er j'arrive plus a réfléchir !»
Je met ma tête dans mes mains, avant de les retirer brusquement pour me lever. Je ne m'en vais pas pour autant, mais j'ai d'un coup besoin de respirer ce foutu air que je déteste un peu plus chaque jour. Je crois que je n'ai plus qu'une envie, m'allonger par terre et dormir trois jours, ce mec essaye a la fois de me pousser dans mes retranchements et de me faire sortir de ma tranché pour me faire fusiller, enfin c'est l'impression que j'ai, et c'est une impression qu'il doit me savoir désagréable. Au sujet de sa mère je n'ai même pas voulu pousser la question plus loin. Pourquoi ? Parce que je n'ai pas envie que ça se retourne contre moi je n'ai pas envie de parler ni de ma propre mère, ni du fait que mon père soit mort et que ça ne me fasse rien, ça même Maël ne le sait pas. Mais je suis décidément trop gentille, pourquoi je ne peux pas comme toute personne censé me barrer de là en lui disant que je n'ai plus rien a lui apporter ? Pourquoi je suis entrain de me faire mal au crâne pour un mec que je ne connais pas, tellement pas que je ne sais même pas son nom ? Qu'est ce qui va pas chez moi ? ... Bon allez zen Alice, tout va bien chez toi, c'est juste la guerre, tout ça nous rend tous fou. Ça ira mieux quand je me serais requinquer un peu. J'aurais simplement du lui dire que je n'ai vu aucune église, mais j'en ai vu, et j'ai aussi vu des lieux qui en était peut-être, seulement tout est mélangé ...

« Dans tout les cas, je pense qu'un hôtel doit pas le rester longtemps désormais, surtout pas en bord de ville. Il aura surement était pillé et toute les personnes s'y trouvant on du déguerpir depuis le temps. Ce sont des bâtiments vulnérables ...»

Je regardais plus l'horizon que le petit brun face a moi désormais. J'avais même pas envie de revoir ces images de ce qu'il peut arriver aux gens qui se retrouvent confrontés a la bête humaine, ni me souvenir de ces histoires qu'on pouvait entendre de ci de là. Parfois je me dis réellement qu'il aurait mieux valu que je meurs plutôt que de vivre tout ce que j'ai du vivre depuis l'apocalypse.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Mar 8 Juil - 20:02






« Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »





Bon, on va s'amuser un peu à embêter cette jolie мисс.





«Elle tenait encore le choc lorsque j'y suis passé, mais bon comme toute les villes elle a beaucoup souffert. »

Ok, Caen tiens le choc, elle n'a pas été bombardée enfin, pas lorsque cette jeune femme dont je ne connais toujours pas le nom y a passé. Mais peut-être qu'elle a séjourné dans la ville il y a un moment. En temps de guerre en deux heures, un paysage peut se faire bombarder et changer radicalement de visage. En deux heures, des milliers de gens peuvent être tués et des milliers de bâtiments pillés. En deux petites, deux ridicules heures. Je pense que je dois abandonner cette idée de partir trop loin d'ici à la recherche d'armes sans être vraiment sûre de l'était des lieux. Personne ne voudrait me suivre et j'ai besoin d'une équipe de militaires si je veux récupérer des armes. Je m'y vois bien, tout seul au milieu d'un champ de ruines avec une remorque emplie d'armes à tirer à pieds...

«Et tu n'es pas passé la bas ? ... Bref aucune importance. Si j'ai vu une foutu église ... j'en ai vu des tonnes. La tienne ... je sais pas ... peut-être ... Avant la guerre elle ne devait surement pas passé inaperçu, mais maintenant ... j'avais autre chose a faire que de faire gaffe a l'architecture du pays, t'aurais pas des repères autres ? Parce que je l'ai peut-être vu ... oh pis fais ch#er j'arrive plus a réfléchir !»

Elle a raison bordel, pourquoi je n'ai pas passé par Caen moi? Bon, lorsque j'ai voyagé d'Alsace en Normandie, j'étais en moto avec mon AK-12 en bandoulière et surtout, j'étais seul. Qu'est ce que j'aurais fait d'un chargement d'armes lorsque je possède la plus magnifique des kalachnikov? Je n'ai pas 30 bras pour tirer, une arme me suffit. Des recharges de munitions m'auraient été utiles par contre. Mais je n'ai pas encore eu à me servir de celles qu'il me reste alors je ne voyais pas l'utilité de m'arrêter à Caen. Moi aussi j'ai joué la sécurité et évité les grandes villes.
Elle a raison aussi sur le fait que tout a été pillé et que chaque église ressemble à une autre lorsque les rues sont encombrées de débris et de cadavres. Mais je ne sais pas, je l'aurai reconnue moi, bon, j'avais vu des photos mais elle était vraiment spéciale, elle sortait du lot. Bref, je dois trouver un autre moyen pour savoir si cet hôtel est resté debout. Et cette fille ne peux pas m'aider. Elle a l'air totalement inapte à produire le moindre effort. Je vais être gentil pour une fois. Enfin, gentil, à ma façon...

Je me lève.
«Bon мисс, merci pour ton aide»

Merci, ce mot m'écorche la bouche. Et le mot aide aussi. utiliser les deux dans la même phrase me donne des remontées acides. J'en ai limite la nausée.

«Dis-moi ce que tu veux savoir d'autre sur le campement, sur la guerre et je me ferai un plaisir de répondre à toutes tes questions, dans la mesure de mon savoir évidemment.»

Toujours ce même ton moqueur et prétentieux. Je ne sais pas parler autrement, je crois.

«Je me présente, Alexeï Waltz pour te servir.»






Hors RP: pardon, c'est court mais je n'ai pas d'inspiration ce soir   
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 5
« Plus terrible qu'une guerre, le savoir perdu à jamais »
Messages : 428
Membre du mois : 53
Célébrité : Jennifer Lawrence
Age : 19
Crédit : Unknown(vava)/Bowtfulbutera(photomaton)
Caractère : Aléatoire
Vos Liens :
Mon sauveur ♥:
 

La vie mène à la mort, mais il ny a pas quun chemin



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Mar 8 Juil - 21:24

Le beau brun finit par me remercier pour mon aide, ou de façon plus clair je ne lui sert plus a grand chose et il coupe court a la discussion. Je ne risque pas de savoir ce qu'il pouvait bien vouloir trouver, sa mère ? Je n'en suis pas certaine. Autre chose ? J'en suis persuadé. Lorsqu'on cherche un parent proche dans cette foutu guerre, un parent qu'on veut vraiment retrouver, je crois qu'on y met toute nos forces dès le premier instant, on ne s'arrête pas a de simple info trié sur le volet. La preuve, j'ai traversé tout le pays pour retrouver mon copain et Maël lui a traverser le pays pour retrouver son frère. Au début de la guerre il y avait encore quelque chose qui est plus fort que tout, l'espoir. L'espoir vous donne des ailes, il vous donne la force de vous dépasser, d'aller toujours plus loin. Désormais a chaque instant les chances de survies des gens que nous avons connus chute, au début nos foyers étaient encore des lieux sur, désormais plus rien n'est sur. Entouré par des militaires dans un camp, tout peu tout de même basculer, les villes disparaissent les unes après les autres, touché par les bombes, par la panique, par des fous. Il n'y a que les plus robustes et les chanceux qui arrivent encore a s'en sortir, moi j'ai ma bonne étoile, d'autre n'ont pas cette chance. Alors oui je pense qu'il cherche autre chose, d'ailleurs il me l'as dis puisqu'il parlait de quelques chose d'utile aux gens du camp, mais quoi ? Allait donc savoir ... En tout cas il voit surement trop loin, il a du garder espoir mais je ne suis pas sur que sa kalachnikov le sauve de toute les situations, on ne peut pas espérer s'attaquer a des routes de plus en plus dangereuses, a des villes et des villages encombrés d'armes, de voyous, de tueurs sanguinaires, et d'animaux affamés. Plus c'est loin de votre zone de sûreté, plus c'est risqué.

Mais j'ai vraiment l'impression qu'il ne sait pas ce que ça peut être, marcher nuit et jour, peu importe le temps, sans même savoir si un jour tu trouveras le refuge que tu cherche. Devoir se fier a quelques paroles de gens croiser, ou en tout cas ceux qui n'essaye pas de vous tuer pour un blouson et simplement pour le plaisir. J'ai du fuir des lieux malfamé, je suis tomber, je me suis retrouvé trempée et frigorifié, je n'arrivais plus a dormir tellement j'étais fatigué, le périple de Paris jusqu'ici a été un véritable cauchemar, encore pire que ce que j'avais pu imaginer. Et le pire était de se laver, parce qu'il le fallait parfois, les eaux glaciales, devoir se mettre nue sans savoir si on aura le temps de renfiler ses vêtements, se sentir vulnérable, et être toujours observé puisque les moments où nous sommes vulnérable sont les pires. En fait oui, j'ai toujours était vulnérable, parce que je n'ai pas réellement tenu le coup des émotions, parce que je n'avais que mes mains pour me défendre et qu'elle ne sont pas bien efficace face a un homme dangereux, ou face a une arme a feu. Je n'ai toujours eu que ma tête pour avancer, et Maël pour réfléchir en terme militaire et pour agir, mais c'est surement ce qui fait de nous un duo hors du commun.

Bref en attendant, il avait quand même réussit a me remercier, ce qui paraissait invraisemblable de sa part, mais en tout bon c#n qu'il est, il n'avait pas omis de foutrement parler russe une nouvelle fois dans sa phrase, un mot qu'il avait, me semble-t-il, déjà prononcé. Mais ça ne saurait m'aider pour le comprendre.


«De rien, même si j'ai pas vraiment eu le choix.»

C'est dit froidement, mais c'est sincère, la sincérité n'est-elle pas la plus belle chose que l'humanité puisse avoir ? Elle en a tué des gens cette foutu sincérité, mais pas plus que le mensonge n'en a tué. Le mensonge ça vous ronge de l'intérieur, ça vous dévore jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien qu'une coquille vide, une foutu coquille vide où chaque mot résonne comme une cloche le dimanche. Quoi que désormais les cloches ne sonneront plus.
Il finit de respecter son engagement, en me demandant ce que je veux savoir. Et en l'écoutant n'importe qui noterais qu'il n'est pas enjoué d'avoir a m'aider, ça l'arrangerais surement que je lui dise que finalement je n'ai plus le temps et que je découvrirais bien tout ça par moi même. Mais ce serais bête, maintenant qu'il est apte a m'aider je ne vais pas me sauver en courant, hors de question. Finalement, il se présente enfin a moi, en disant être là pour me servir. Foutaise ! J'en connais un qui se plierait a mes quatre volontés, et dont je n'ai jamais profité d'ailleurs, et Alexeï en est très très loin ... C'est le genre de gars qui ne doit jamais rendre service, en tout cas jamais si ça ne lui apporte rien ... Je me demande ce que peut cacher un tel caractère, personne ne né comme ça si ? Je ne l'espère pas pour lui, il doit vivre dans une telle solitude sinon. Et la solitude tourmente vos démons, elle aiguise leurs dents, elle les rend enragés, en vous laissant croire qu'elle vous apaise elle ne fait que vous amener a exploser.


« Je crois que pour le moment je sais assez de chose sur la guerre, j'ai pas vraiment envie d'en savoir plus que je n'en sais déjà.»
Clairement, je vis pleinement cette guerre au quotidien depuis qu'elle a commençait, j'ai vu les carnages qu'elle a pu faire sur mon trajet, et je ne veux pas, pour le moment, en savoir plus. J'ai bien assez d'image horrifiante en tête, pas besoin de m'en rajouter. Je ne veux pas imaginer ce qu'il peut se passer partout ailleurs, je ne veux pas m'embrumer l'esprit a l'instant présent. J'aurais bien le temps d'en apprendre plus au cours du temps, pour l'instant ce que je sais me semble déjà bien trop. Tout savoir d'un coup, tout éclaircir, n'est pas toujours la bonne solution, j'ai besoin de me concentrer sur des choses plus positives que l'état du monde en ce moment, je sais que le monde est au fond du gouffre, pas besoin de savoir a quel point.

«Je voudrais savoir un peu l'organisation d'ici, comment ça marche. Bien sur j'ai eu l'occasion de remarquer que les militaires contrôle tout, mais pour le reste ... Sanitaire, repas, travail, les bases me suffiront amplement, et après ça tu pourras retourner faire du coloriage sur tes jolies cartes.»

Mais bien sur que moi aussi je peux parler d'un ton méprisant et désagréable. Je ne suis pas qu'une gentille fillette apeuré, j'ai aussi ce pouvoir d'être extrêmement mature depuis longtemps et de pouvoir me mettre au niveau de bien des merdeux. Etre élevé a la dure pousse l'esprit a atteindre des sommets, a se surpasser le plus rapidement possible, a réfléchir au manière de ne pas se faire prendre, de ne pas se faire punir, et au raison de tant de violence. Et puis la guerre nous donne un sacré coup de vieux, vivre ce que chacun des survivants a vécu n'est pas chose facile, nous avons tous des histoires différentes mais toute sont lié a la mort et a la destruction. Chaque être dans ce camp a un lien inaliénable avec son voisin, même si il refuse de l'accepter, cette endroit est une communauté où tous peuvent comprendre le vécu d'autrui.
Bien sur je ne vous cacherais pas que je peux être extrêmement enfantine, j'aime cette idée de garder quelque part en moi un petit morceau d'enfance où le monde peut paraître beau, où je peux m'évader en faisant le clown. Ca fait bien trop longtemps que je garde mon sérieux, la petite fille en moi me crie de m'amuser, mais ce n'est pas avec Alexeï que je vais le faire ... Ou tout du moins pas comme on pourrait le penser, parce que ça m'amuserait presque cette tension relationnelle entre nous.


«Alice Duval. Qu'elle chance inouï de t'avoir ... »

Bien sur que je n'ai pas craché sur les infos qu'il me donne, mais il ne l'a pas fait non plus. Et j'ai bien le droit de continuer a me mettre a son niveau.
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Mar 8 Juil - 22:36






« Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »





Ok Alice, je vais te dire ce que je sais.




Alice, tiens voilà un nom que je n’ai pas entendu depuis bien longtemps. Alice, ce prénom me rappelle les effluves de l’enfance, le parfum des tartes aux pommes sorties du four, des cadeaux de Noël et des engueulades aux repas de famille suivi de portes qui claquent. Alice, c’était le nom d’une vieille tante gâteuse. C’est la seule Alice que j’aie jamais connu. Jusqu’à… Elle, la fille aux yeux bleus qui se tient devant moi. C’est drôle, depuis mon arrivée au camp, je n’ai parlé avec personne. Enfin bien sûr que si, je me suis fait interroger par les militaires. On m’a traité comme un chien, tout ça car j’ai eu l’audace de dire la stricte vérité sur mes origines et mon travail. Les autres gens à qui j’ai adressé la parole ont été des voisins de tente à qui j’ai demandé de « fermer leur gueule car ils m’empêchent de dormir/travailler… » Ou des gens croisés au hasard dans le campement que j’ai salué, par politesse. Ma première vraie conversation – presque- civilisée a été avec… Alice. Et c’est loin d’être cordial. Nous nous moquons chacun à notre tour de la façon de parler de l’autre, nous réfléchissons à chaque paroles prononcées de façon à blesser l’autre, à le manipuler.

Les mots sont des armes, certainement les plus puissantes jamais créés. Chaque bataille, chaque guerre commence par un mot de travers entraînant des actes qui amènent à des morts. Depuis que l’homme sait parler, il sait faire la guerre et il tue, c’est aussi simple que ça.

« Je crois que pour le moment je sais assez de chose sur la guerre, j'ai pas vraiment envie d'en savoir plus que je n'en sais déjà.»

Je comprends, il y a des choses sur cette guerre qu’elle n’aurait certainement pas envie de savoir… En même temps, je ne connais pas cette fille, elle a peut-être traversé des épreuves pires que les miennes. Oui, je suis convaincu qu’elle a vécu pire que moi. La plupart des gens ont vu pire. Je veux dire, j’ai eu une enfance fantastique ce qui n’est pas le cas de tout le monde. A l’adolescence, j’ai vécu des choses horribles, séparé de tout ce que je chérissais, la seule personne qui a de l’importance pour moi : ma mère. Mais j’ai toujours pu compter sur quelque chose ou quelqu’un. Mon père, plus par intérêt que par amour était mon pare-chocs : j’aurais pu faire absolument n’importe quoi- ce que je ne me suis pas privé de faire- il était toujours derrière moi pour me remettre en selle. Et l’argent, voilà autre chose dont je n’ai jamais manqué, un très gros avantage ! Malgré les choix difficiles que j’ai dû faire, malgré les gens ou les choses que j’ai dû sacrifier pour avancer, je n’ai aucuns regrets et si je suis encore en vie ici et maintenant c’est grâce à mes choix.

«Je voudrais savoir un peu l'organisation d'ici, comment ça marche. Bien sur j'ai eu l'occasion de remarquer que les militaires contrôlent tout, mais pour le reste ... Sanitaire, repas, travail, les bases me suffiront amplement, et après ça tu pourras retourner faire du coloriage sur tes jolies cartes.»

Je la regarde d’un air mi amusé mi agacé. Du coloriage sur mes jolies cartes ? Non mais pour qui elle se prend ? Elle me provoque tout comme je la provoque depuis tout à l’heure. Bien essayé мисс ! Si seulement tu savais à quoi me servent ces dessins sur mes ca-cartes, à donner un espoir à ces militaires et donc un espoir à nous tous! Quand on n’a pas d’armes, peu de provisions et un petit nombre de soldats, on sombre peu à peu. Un homme sans armes et sans moral ne fait pas deux pas sur un champ de batailles qu’il est déjà dans sa tombe. Sans armes, adieu la protection, adieu la nourriture. Alors, en cherchant des armes j’agis pour les militaires, j’agis pour les réfugiés, j’agis contre –et pour- cette guerre et j’agis pour ma protection personnelle. J’agis pour tous ! Non vraiment, t’en as aucune idée de l’importance qu’ont ces dessins sur ces cartes, autant pour toi que pour moi.

Je n’ai vraiment plus envie de l’aider, je n’en ai jamais eu envie d’ailleurs. Enfin si, pendant un instant peut-être mais ce sentiment de compassion a été remplacé presque directement par cette envie de vomir à la pensée d’aider quelque un directement. Moi, je suis le type qui agis dans l’ombre, le type qui vend des armes aux Etats en douce pour qu’ils puissent protéger leur population mais en même temps, je fournis également l’ennemi et celui qui me payera le mieux sera le vainqueur. C’est encore et toujours une histoire de fric. Et Alice n’a pas l’air d’être prête à me payer. Ou peut-être à me payer en insultes et en malhonnêteté, ça elle a l’air de s’y connaitre un rayon, presque autant que moi. Une Козел.

« Ok, je vais t’expliquer la vie мисс Alice ou du moins, ce que j’en sais. »

«  Pour le travail, je ne peux pas t’aider puisque je ne sais pas comment ça fonctionne dans la zone Est. Je travaille avec les militaires mais les joies du campement à 8 ne me disant rien, je loge ici, pour le moment… Pour la bouffe, c'est à la zone de ravitaillement, pas loin d'ici, à l'entrée de la zone Est, t'as du la voir en arrivant. Trois fois par jour on fait la file pour aller y chercher nos vivres. Parfois si tu as du bol, ils donnent aussi des affaires qu'ils ont récupérés et qui peuvent servir. Pour les chiottes, c'est du luxe, on a ces petits baraquement aménagés dans les coins, tout au fond de la zone. Et pour la douche, pareil, douches de fortune à la rivière. Pour y aller, c'est facile, tu suis le chemin qui passe à travers la forêt. Là-bas tu trouveras un coin pour te laver et un autre pour y nettoyer tes vêtements... »




Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 5
« Plus terrible qu'une guerre, le savoir perdu à jamais »
Messages : 428
Membre du mois : 53
Célébrité : Jennifer Lawrence
Age : 19
Crédit : Unknown(vava)/Bowtfulbutera(photomaton)
Caractère : Aléatoire
Vos Liens :
Mon sauveur ♥:
 

La vie mène à la mort, mais il ny a pas quun chemin



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Mer 9 Juil - 13:20

J'aurais bien été incapable de déterminer si Alexeï faisait partie de ce camp depuis longtemps ou non, mais a vrai dire je ne savais même pas depuis combien de temps ce camp pouvait être sur pieds. Les militaires prenaient beaucoup d'information sur nous, mais ils n'en donnaient pas tant. Ils comptaient surement sur l’expérience et la logique des gens. Et la preuve en est faite que même sans une brochure d'entrée il suffisait de trouver quelqu'un vivant déjà ici pour dégoter les informations dont nous avions besoin. Il faut aussi avouer que l'organisation a l'air très bien faite, mais pas de façon trop complexe. Bien sur ils ont du réglementer beaucoup de choses, mais c'est normal sinon ils devraient faire face à la panique et à l'anarchie. Il n'y as pas de quoi se plaindre ici, enfin dans les conditions actuelles de vie hors d'un camp. J'ai une tente pour me loger, que je ne dois partager qu'avec Maël, et j'aurais de quoi manger ce qui n'était pas toujours le cas.

Ce mec n'était peut-être pas agréable, voir l'inverse. Mais il avait le mérite d'être futé et utile. Et a choisir mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide non ? C'est clairement ce que je crois, surtout sous la coupole d'une terrible guerre. Un " ennemi " tel que lui pourra se révéler être un allié, qu'un ami se retrouve souvent a être celui qui vous poignarde dans le dos pour sauver sa vie. On se méfie toujours de quelqu'un qui ne nous aime pas, et c'est ce qui fait qu'on voit leur coup venir alors qu'on est jamais préparé a être trahis, ainsi va la vie. Dans l'idéal faudrait donc pas avoir d'ami, mais personne n'est idéal. Cependant je sais qu'il faut que je garde à l'esprit que je ne peux plus vivre comme je l'ai fait dans le temps, je me dois de ne jamais donner ma confiance. Le seul qui l'ai acquise c'est Maël, et c'est a 200% justifié, c'est la seule personne qui donnerait sa vie pour préserver la mienne, j'ai eu le temps de le voir. Personne ne peut acquérir une telle confiance de ma part, je ne vois pas comment ce serais possible. Mais quoi qu'il en soit je préfère me dire que je n'ai donner aucune raison a Alexeï qui puisse justifier qu'il veuille me tuer, ou me faire du mal. Comme on le dit si bien, on récolte ce que l'on plante, et je crois qu'il est assez intelligent pour se rendre compte que j'aurais été bien plus agréable si il l'avait été. Je ne suis pas quelqu'un de mauvais, mais ce type me rappel trop mon père et c'est un rappel acide qui me donne envie de fuir.

Malgré mes maux de tête maintenant effectivement présent, j'écoute le flot de paroles explicative qu'il m'enseigne, si je puis dire. En même temps j'essaye de me représenter le camp, et ce que j'en ai vu, et de plus j'enregistre dans ma tête ces informations importantes qui finiront par rentrer dans un train-train quotidien. Tout finit par devenir une habitude lorsqu'on le répète, seulement il faut au début l'apprendre avant de s'y faire. Et je m'y ferais, j'ai cette facilité a m'habituer partout où je suis.

«Pour le travail de toute façon je trouverais bien a me rendre utile d'une façon ou d'une autre ... Et pour le reste, eh bien merci.»

Que ce soit a lui ou a qui que ce soit d'autre, dire merci n'était pas pour moi un poids. J'étais toujours reconnaissante d'une aide apporté, peut importe mes propres efforts pour l'avoir. Surtout que pour le coup je n'avais pas du me démener non plus. De plus on peut être désagréable sans être méchant, il a été extrêmement désagréable, mais n'a en rien refusé de m'aider, n'y ne m'a envoyé voir ailleurs. Alors ce merci il l'a mérité, autant que la claque que j'aurais du lui coller en travers du nez.

«Eh bien j'espère qu'à l'avenir je n'aurais plus besoin de ton aide, les badboy c'est pas vraiment mon genre.»

Une petite pointe d'humour cinglante ne fait de mal a personne si ? Bouarf, celle-ci n'est pas bien méchante, j'aurais pu lui dire le vrai fond de ma pensée, mais il doit surement pouvoir la lire dans les tons que j'emploie pour lui répondre, dans mon sourire glaciale et dans mon regard provocateur. En plus j'espère qu'il a conscience d'être un c#nnard, un sombre sombre c#nnard.

HRP : Chacun son tour pour le manque d'inspi   
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Mer 9 Juil - 20:37






« Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »





Ne joue pas à mon propre jeu sur mon propre terrain, tu risquerais de perdre...



Je lui ai dit ce que je sais. Après tout, je ne suis pas là depuis longtemps. Enfin peut être un peu plus que cette fille, la pauvre elle a du arriver la veille si elle n'avait même pas encore trouvé les chiottes et les douches. Ou alors c'est ça cette odeur nauséabonde depuis tout à l'heure. Nan, en fait l'odeur c'est parce que j'ai la chance d'avoir ma tente située près de l'endroit où sont entreposées les poubelles. En tout cas, la vie est simple ici, elle n'aura aucune mal à s'y faire, je pense. Si elle arrête de parler comme ça aux gens. Bordel, cette Alice me tient tête et j'ai horreur de ça. C'est moi qu'on craint et qu'on hais d'habitude, pas le contraire. Elle joue à mon propre jeu avec moi, l'expert en la matière et ça a le don de m'exaspérer. Oui c'est le mot, cette fille est exaspérante.
Bon, je ne vais pas m'emporter, ça ne m'attirerais que des ennuis. Je vais rester calme et courtois, enfin à ma manière. C'est à dire lui parler en Russe, parce que j'ai vu que ça l'irritait et lui lancer des petites piques provocantes, juste ce qu'il faut pour l'énerver. J'adore ça, énerver les gens. Mon second hobby, après les armes.

«Pour le travail de toute façon je trouverais bien a me rendre utile d'une façon ou d'une autre ... Et pour le reste, eh bien merci.»

Mais de rien voyons, j'avais de toute façon que ça à foutre de te donner des renseignements. Oui vraiment, je suis fier de moi, c'est ma bonne action de la journée, je peux retourner dégommer des gens maintenant, ce soir je vais bien dormir parce que j'ai aidé cette fille...
Elle m'énerve, c'est incroyable que je perde mon sang-froid pour ça! Je ne suis de loin pas comme ça d'habitude mais là, je me laisse dominer par mes émotions. C'est marrant, depuis que je suis arrivé ici beaucoup de choses ont changé en moi. Peut-être est-ce d'avoir du sortir de ma petite zone de confort, de m'être retrouvé au niveau de madame et monsieur tout le monde... Je ne sais pas, mais j'exprime mes émotions et cela n'était plus arrivé depuis longtemps. D'habitude, je les cache au fond moi, je les étouffe, je les enterre.

« De rien, si tu as d'autres questions, n'ésite pas ein! Je suis toujours dans le coin avec mes cartes à colorier de toute façon.  »

Traduisez: Ne reviens plus m'emmerder si tu n'as pas une raison vraiment valable de le faire ou tu risque de le regretter. Je mords, fais gaffe.

«Eh bien j'espère qu'à l'avenir je n'aurais plus besoin de ton aide, les badboy c'est pas vraiment mon genre.»

« Oh et bien, j'espère pour toi aussi alors. T'inquiètes, les суки c'est pas ma tasse de thé non plus. »

Sur ce coup, j'ai abusé. суки (chienne) c'est bien plus méchant que Badboy. M'enfin, elle l'a dit pour se foutre de moi non? Bah, je fais pareil. Et puis, j'en ai pas mal rien à foutre de ce que cette fille pense de moi alors autant qu'elle ait l'opinion la plus négative possible de moi. Bon autant la pousser à bout, ça peut être marrant.

« Bon, pour sceller notre belle amitié, je te propose de boire un coup, c'est comme ça qu'on fait chez moi en Russie. »

Et sur ces mots si gentils qui sonnent si faux, je sors de mon sac ma chère bouteille de vodka. Il en reste les 2 tiers environs. Je la dévisse et tend le précieux liquide à Alice.





Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 5
« Plus terrible qu'une guerre, le savoir perdu à jamais »
Messages : 428
Membre du mois : 53
Célébrité : Jennifer Lawrence
Age : 19
Crédit : Unknown(vava)/Bowtfulbutera(photomaton)
Caractère : Aléatoire
Vos Liens :
Mon sauveur ♥:
 

La vie mène à la mort, mais il ny a pas quun chemin



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Mer 9 Juil - 21:47

D'habitude, j'arrive a faire ressortir ce qu'il y a de bon chez les gens, j'ai ce don d'être remplie de gentillesse et d'apporter quelque chose au gens, un je ne sais quoi qui les pousse a être agréable. Mais aujourd'hui faisait exception à la règle, ce n'était pas le jour pour me parler comme a un chien, non ça n'étais pas le jour pour que quelqu'un me prenne la tête alors que je n'avais rien fait de mal, et vous voulez que je vous dise ? Ça fait du bien d'être la mauvaise Alice pour une fois, de ne pas laisser les gens parler en gardant le sourire, de pouvoir rendre ce qu'on me donne, et de pouvoir me comporter comme la Alice qui sommeil en moi depuis toute petite, cette Alice que je tente d'effacer encore et toujours, mais qui est né le jour où les premiers coups sont tombés. Cette petite Alice qui m'a toujours crié Ne te laisse pas faire ! Cours ou tape, mais ne te laisse pas faire ! Ne baisse pas les yeux répond lui voyons ! Libère toi ! Cette Alice là, celle que j'ai ignoré jusqu'à mes 17 ans, celle que j'ai laissé s'exprimer depuis, pas souvent mais quelque fois. Ça me libère de me sentir vivre, de ne pas avoir l'impression d'être le tapis sur lequel on s'essuie. En plus le comportement de ce mec, cette façon qu'il a de parler me font vraiment penser a mon père, manquerais plus qu'il lève la main sur moi et la je débloquerais totalement ...
En fait je me rends compte que j'aurais voulu que mon père ne meurt pas, j'aurais voulu pouvoir le frapper encore une fois, lui montrer que je vivais mieux sans lui et que j'avais appris à me défendre. Malheureusement la vie choisis parfois de ne pas vous laisser certaine occasion, mais j'aurais tellement voulu qu'il souffre comme j'ai souffert toute mon enfance ... Bref là n'étais pas vraiment la question.


Alexeï me dit, sur une ironie totale, que si j'ai besoin de lui il sera toujours dans le coin, en réutilisant le fait que je lui ai dis qu'il colorier ses mimi petites cartes. Je crois que ça l'a un peu vexer pour le coup, et à vrai dire j'en suis fière, ça prouve que j'ai réussis a l'atteindre et qu'il n'est pas si intouchable que ça. J'aime voir qu'il n'y a pas que les autres qui peuvent se jouer de moi.

«Rappel moi de ne surtout pas m'en rappeler.»

Par la suite, il prononce une phrase avec un autre foutu mot russe, qui est le mot clef de sa phrase. Qu'est ce que je peux détester ça de l'entendre parler une langue avec laquelle je ne suis absolument pas familiarisé, chaque mot qu'il dit peut être adorable, ce dont je doute, comme il peut être atrocement insultant, et je ne peux même pas faire de remarque parce que je ne sais pas ce que ça veut dire. En plus c'est le genre de chose pour lequel je serais fichu de me torturer l'esprit parce que je suis trop curieuse ... Je ne peux m'empêcher de grommeler quelques mots.

«C'est tellement courageux de se cacher derrière une langue étrangère ...»

Tant qu'à faire d'avoir quelque chose a dire, autant le dire non ? Au point où nous en sommes je crois qu'on a plus rien a se cacher niveau saloperies a prononcer.
Il finit par sortir une bouteille de Vodka, bordel mais il est le stéréotype du Russe ou quoi ... Me sortant des sornettes mais me permettant au moins d'être sur qu'il est russe. Il me tend la bouteille directement, et j'ai une légère hésitation, la première étant si je vais boire ou non de l'alcool alors que je ne le fais que très rarement, le deuxième étant que j'ai pas envie de me faire empoisonner par un foutu taré, mais il ne me semble pas être un psychopathe, seulement un mec trop caractérielle et égocentrique. Je finis par prendre la bouteille, je ne vais pas me dégonfler et si il avait voulu me tuer il s'y serait pris autrement, on ne trimbale pas une bouteille de vodka empoisonné avec soit ... Enfin je crois pas.


«Vous avez des traditions bien a vous ...»

La bouteille dans les mains, j'en prends une bonne gorgée, fais une grimace atroce prouvant bien que je ne suis pas une habitué, mais avale tout de même le tout. Je lui tends la bouteille, sentant le liquide me brûler la gorge. On ne pourra pas dire que j'ai refusé, ni que je me suis dégonflé, et après tout je suis une femme, peu de femme boive vraiment, surtout pas de la vodka pure. Pourquoi je fais partie de ces femmes ? Pourquoi je n'ai jamais trouvé amusant de se bourrer la gueule avec des alcools qui vous tordent les boyaux ? Peut-être parce que j'ai vu les ravages et les conséquences de l'alcoolisme, et que jamais au grand jamais je ne veux finir comme ça. Mais aujourd'hui est un cas exceptionnelle, ce mec ne peut déjà pas me blairer, si je lui refuse ce verre (enfin ce verre ...) je ne pense pas qu'il apprécie, pas besoin d'empirer les tensions. Qui sait peut-être que dans un monde parallèle on pourra se tolérer, je ne voudrais pas entacher un tel avenir sur un autre monde voyons ! Je suis sur que nous aurions pu être ami avant la guerre, ou a un autre moment, seulement la vie est faite de circonstances ...

« A une amitié totalement sincère et reposante alors.»

On pouvait pas faire plus "hypocrite" pour le coup. Une belle amitié, je t'en foutrais des belles amitiés telle que celle là tiens. En attendant je comprenais que les Russe soit accro à la Vodka, j'avais l'impression que tout mon sang s'était réchauffé, comme l'eau dans la tuyauterie des chauffages, et je dois bien avouer que ça faisait du bien d'avoir l'impression d'avoir chaud, même si je savais que cette sensation n'était absolument pas bonne pour moi. Mes doigts toujours posé sur la bouteille étaient légèrement bleuis, mauvaise circulation du sang oblige. Et je peux vous promettre qu'il n'est pas agréable d'avoir pieds et mains sans cesse gelé parce que votre sang circule mal, comme en été il n'est pas agréable d'avoir les pieds qui enflent , mais l'été est encore loin, très très loin.


« Loin de son pays des merveilles. »

« La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l'âme. » Laissez moi espérer que je puisse plaire et charmer, ce bon vieux Voltaire m'aurait surement aimé.
©GUERLAIN
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Jeu 10 Juil - 13:21





« Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »






*Elle a du chien cette fille!*. Voilà la phrase qui me tourne en boucle dans la tête depuis tout à l'heure. En fait, je ne la connais absolument pas, je lui ai dit une dizaines de phrases à tout casser et chacune d'elle était, soit un mensonge, soit une méchanceté. Et elle, elle est arrivée, comme une fleur, toute gentille et au fur et à mesure de mes parades elle s'est transformée en une espèce de connasse, est-ce que je fais cet effet sur les gens? En tout cas sur elle, c'est clair! C'est marrant parce que c'est la première personne que je rencontre qui se blinde comme ça, qui répond méchamment et sur le même ton à mes paroles, qui ne part pas comme un chien qu'on a puni, la queue entre les jambes et la tête en bas. Non vraiment, elle est spéciale et c'en est limite attirant. Bon j'irais pas jusque là, ok elle est vraiment pas mal et elle a des yeux incroyables, mais elle a ce truc, ce petit truc que je ne saurai définir et qui m’énerve, ça gâche tout. Je crois qu'en fait, la raison pour laquelle elle m'irrite est qu'elle me tient tête, elle se croit plus forte que moi, elle me prend à mon propre jeu et honnêtement, je trouve qu'elle s'y prend plutôt bien. Il doit avoir de la rancœur en elle, et pas qu'un peu. J'imagine assez le style de fille qu'elle doit être: Une jolie et gentille petite Alice, là pour les autres, toujours de bonne humeur et emplie de compassion. Une nana bien quoi. Mais même les gens biens ont un peu de noirceur au fond qui doit sortir de temps à autre. Et je crois que cette fille est bel et bien en train de se défouler sur moi. Ça ne me dérange pas, tant mieux si ell le fait sur quelqu'un qui l'a mérité, je suis un connard, j'ai été odieux et méchant avec elle alors qu'elle a juste eu l'audace de me déconcentrer pour me demander des choses à propos du camp. Donc autant lui renvoyer l'ascenseur et la laisser s'énerver sur moi. Tant qu'elle ne me frappe pas, je suis prêt à encaisser n'importe quoi.

«C'est tellement courageux de se cacher derrière une langue étrangère ...»

Alors sur ce coup là, elle a totalement raison. En fait, c'est marrant mais je ne me cache pas vraiment. Quand j'étais jeune, j'ai toujours parlé en français avec mon père et ma famille de France uniquement, c'est à dire, une petite poignée de personnes. Mon père était un homme sérieux et extrêmement stricte avec qui il ne fallait pas prononcer un seul mot de travers. Ma mère au contraire était une femme réservée, stricte bien sûr mais plus relâchée et parfois elle se mettait à jurer, en russe uniquement puisque c'était la langue avec laquelle nous communiquions. N'ayant jamais été scolarisé et ayant abandonné presque entièrement la pratique du français en déménageant à saint-Pétersbourg à l'adolescence ( voilà la cause de mon accent quand je parle français), je n'ai jamais ou rarement entendu d'injures en français, si bien que la plupart de mon répertoire de langage vulgaire est presque exclusivement russe. Bien sûr je connais deux ou trois gros mots en français mais l'habitude veut que j'utilise ceux en Russe. Mais comment expliquer ça a quelqu'un qui n'en a à priori rien à foutre?

« Pardon demoiselle, puisque tu le désire je ne parlerais qu'en français. Bien entendu, je ne soulignerais pas le fait que Badboy n'est pas un mot français et que par conséquent, tu te cache aussi derrière une langue étrangère... »

Elle saisit ma bouteille et boit ne gorgée. Je ne pensais pas qu'elle allait le faire, ce qui prouve qu'elle a quand même peur de ma réaction, en gros, elle m'obéit et je trouve ça marrant. Je souris de mon petit sourire en coin super sexy. Ce que je trouve encore plus drôle est de passer pour le stéréotype du ruskov. Bien sûr qu'on ne boit pas que de la vodka. Est ce que les Français se nourrissent exclusivement de baguettes? La tête qu'elle fait en avalant est hilarante, elle n'a pas l'habitude, ça se voit. Je vois ensuite que son visage se détend, elle goûte au plaisir de l'alcool quand il fait froid, cette chaleur interne qui réchauffe le corps et le cœur. Elle me tend à nouveau ma bouteille et je bois. Le liquide me déchire la gorge mais je ne grimace pas parce que je commence à avoir l'habitude. Je ne buvais presque jamais avant la guerre mais maintenant, parfois ça me fait du bien, de boire et de tout oublier un instant, d'avoir chaud et de se sentir en sécurité, même si tout cela n'est qu'une stupide illusion de courte durée...

« Un délice n'est ce pas? »

Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 5
« Plus terrible qu'une guerre, le savoir perdu à jamais »
Messages : 428
Membre du mois : 53
Célébrité : Jennifer Lawrence
Age : 19
Crédit : Unknown(vava)/Bowtfulbutera(photomaton)
Caractère : Aléatoire
Vos Liens :
Mon sauveur ♥:
 

La vie mène à la mort, mais il ny a pas quun chemin



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Jeu 10 Juil - 17:05

Il est rare dans notre vie de croiser des gens qui ont du répondant, véritablement du répondant, qui ne s'arrête pas a de simple insulte en ne donnant aucune argumentation parce qu'il n'ont rien d'autre contre vous que des insultes. Avec ce type je trouve plus ou moins un égal à ce niveau là, il me répond, je lui répond et je n'ai encore pas eu l'impression de tomber sous une défaite cuisante. J'ai, sans me vanter, de quoi lui répondre. Parce que tout ce que je peux dire là, c'est le genre de chose qu'en général je garde pour moi. On est complice, mais dans un univers de méchanceté et de répondant, le genre de complicité qui durant une guerre est moins choquant que deux bimbo blonde se promenant main dans la main en chantant.

« Oh va te faire foutre, tu sais très bien ce que je voulais dire, et je ne pense pas que Badboy te soit un mot inconnu. »

On pourrait penser que je l'ai dis de façon colérique, mais détrompez vous, je l'ai simplement dit peut-être un peu trop naturellement, cette foutu façon de parler que normalement je garde pour moi. Pour le coup ce n'est plus en lui que je vois mon père, mais un peu en moi. La pomme ne tombe jamais bien loin de l'arbre.
Bien sur qu'il connait ce mot, il fait partie du langage actuel, on le voit un peu partout, enfin on le voyait un peu partout, et puis soyons franc, mauvais garçon ça sonne pas super. C'est ce qu'on dit a un gosse qui a fait une connerie, ou parfois pour certaine a leur amant pour les exciter, même si je ne vois pas trop ce qu'il y a d'excitant à ça ... C'est comme se faire traiter de cochonne ou des choses de ce genre, je vois pas l'utilité. Quoi qu'il en soit comparer les deux n'étaient pas très approprié, parce que moi je n'avais vraiment pas compris ce qu'il disait et il le savait en le disant, alors que ce que moi j'avais dis était clairement compréhensible. Mais tout cela n'a surement pas grande importance, c'est un con qui va trouver n'importe quel prétexte pour avoir le dernier mot, il ne veut pas perdre et je trouve ça presque amusant. On croirait deux gosses faisant un concours, à celui qui tiendra le plus longtemps, et oui ça en serait presque amusant de jouer de la sorte.


Après ma gorgée de Vodka, je crois que je pouvais comprendre les alcooliques, vouloir revivre cette sensation de bien être qu'une simple gorgée peut apporter, vouloir se sentir toujours bien, réchauffé, apaisé, ne penser plus qu'à l'alcool qui coule en nous, et ne plus vouloir arrêter jusqu'à en être saoul. Je peux comprendre bien que je ne supporte pas cette pensée. C'est atroce de comprendre quelque chose dont on a terriblement souffert, quelque chose qui indirectement vous a détruit, vous a forcer vivre différemment et vous a fait fuir. Sans la bouteille, mon père aurait peut-être était différent, et j'aurais vécu différemment, mais je serais peut-être morte aujourd'hui ... Et puis le passé est du passé ...

« Assez pour ne pas regretter d'être venu te parler. »

J'avais peut-être un petit peu menti oui, l'alcool n'était pas la seule chose qui me faisait ne pas regretter, pouvoir se défouler sur quelqu'un qui se défoule aussi sans pour autant vous dire des choses vraiment blessante, eh bah y a pas a dire ça fait du bien. Alors je ne regrette pas de m'être arrêté, et d'être partie sur d'aussi mauvaise base. Dans d'autres circonstances il m'aurait peut-être tuer, au moins je suis encore en vie. Et je ne suis pas totalement persuadée que j'aurais de nouveau l'occasion de me défouler sur quelqu'un, dans cette foutu merde dire ce qu'on pense n'est pas toujours une bonne idée, j'ai pas très envie de me mettre tout le monde a dos. Je doute que ce mec me fasse des problèmes, je ne pense pas qu'il ai l'habitude qu'une femme lui tienne tête et avec un peu de chance ça lui tireras un peu de respect a mon égard.


« Loin de son pays des merveilles. »

« La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l'âme. » Laissez moi espérer que je puisse plaire et charmer, ce bon vieux Voltaire m'aurait surement aimé.
©GUERLAIN
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Ven 11 Juil - 17:07





« Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »






« Oh va te faire foutre, tu sais très bien ce que je voulais dire, et je ne pense pas que Badboy te soit un mot inconnu. »

Elle a raison, je connais ce mot et nos deux insultes précédentes n'avaient rien à voir, moi c'était vulgaire et très méchant. Heureusement qu'elle ne parle pas Russe, je me serais pris une grosse paire de claques amplement méritée. Comme je déteste ne pas avoir le dernier mot, je vais faire comme si elle n'avait pas prononcé cette phrase et par conséquent, ne pas me lancer dans un discours pour lui clouer le bec. Tant pis, laissons la croire qu'elle a gagné la partie sinon je pense sincèrement qu'on pourrait se balancer des répliques à tour de rôle jusqu'à la fin de cette guerre, si elle a une fin.

« Assez pour ne pas regretter d'être venu te parler. »

« Je le savais, tu m'adores! »

J'ai dit cette phrase sur un ton faussement enchanté et je la ponctue d'un sourire vicieux. Je prend vraiment un malin plaisir à emmerder cette fille, c'est plus fort que moi!

Elle doit me prendre pour un taré psychopathe mais au fond, bien que je prenne plaisir à manipuler certaines personnes, j'ai un cœur, il faut juste prendre le temps de gratter cette putain de carapace que je me suis constitué. Je ne crois pas en l'être humain, en sa capacité à faire du bien, à être bon. Je pense qu'en chacun de nous il y a plus ou moins du mal et que la seule façon de s'en protéger est de s'éloigner de tout ce qui peut faire mal, l'amour, l'amitié... Mais les rares personnes que j'aime je les aime pour la vie, je suis dur mais je suis fidèle!

Je crois qu'entre elle et moi, quelque chose est en train de naître. Pas une amitié, loin de là, plutôt tout le contraire. Une relation où chacun déteste l'autre de toutes ses forces pour une raison inconnue, une relation où pendant de rares conversations, on se traite de tous les noms, on se chamaille comme des gamins, on se défoule l'un sur l'autre. Une ennemitié. Ce mot n'existe pas, mais il faudrait l'inventer. Comment sinon nommer une amitié à sens inverse. Il n'y aucune raison valable de se détester mutuellement - sinon ma méchanceté à l'égard d'Alice lorsqu'elle m'a adressé la parole- mais nous le faisons quand même, parce que ça fait tellement du bien de pouvoir se défouler sur quelqu'un de temps en temps. J'imagine bien recroiser cette fille entre deux tentes et lui balancer une vacherie au visage, comme ça, juste pour voir sa réaction, juste pour la provoquer, comme deux gamins puérils dans la cour de récréation. Franchement, je commence à avoir de l'estime pour cette fille et je ne regrette pas non plus qu'elle m'ait dérangé!

« Bon Alice, » dis-je en exagérant l'accent russe sur son prénom, juste parce que j'adore faire ça, je trouve que ça donne un petit côté exotique à ma phrase et en plus je suis à deux-cent pour cent sûr qu'elle déteste ça.« t'as d'autres questions, tu veux que je t'indique le chemin des douches peut-être? »

Je lui fait mon petit sourire en coin. Je me fous clairement de sa gueule mais c'est trop drôle de la voir s'énerver! Elle perd ses moyens pendant deux secondes et ensuite elle se reprend et me balance une réplique cinglante, elle a un de ces selfs-contrôle, ça m'étonne. Je me demande ce qu'elle faisait dans la vie avant la guerre pour avoir une patience autant grande!




HRP: J'ai vu que tu étais absente ces temps-ci, et bien moi aussi, je pars du 14 juillet jusqu'au 8 août - peut être même jusqu'au 12- donc on finira ce RP à mon retour?   
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 5
« Plus terrible qu'une guerre, le savoir perdu à jamais »
Messages : 428
Membre du mois : 53
Célébrité : Jennifer Lawrence
Age : 19
Crédit : Unknown(vava)/Bowtfulbutera(photomaton)
Caractère : Aléatoire
Vos Liens :
Mon sauveur ♥:
 

La vie mène à la mort, mais il ny a pas quun chemin



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Mar 15 Juil - 20:26

Le fait qu'il ne réponde pas au sujet de nos divergence de point de vue niveau langage, m'arrache un petit sourire. Il ne peut pas louper un mot de ce que je dis vu notre proximité et le silence pesant qui nous entoure, et il a donc décidé d'ignorer ce que j'ai dis. Il doit bien se douter que pour moi c'est un peu une victoire, mais il abandonne tout de même, pas si coriace qu'il en a l'air finalement ? Ou il sait juste qu'on n'en finira jamais si il continue ? Je ne saurais pas le dire.

« Bien sur ! Dans un autre contexte, je t'épouserais sur le champ. Et je suis sur que tu vas rêver de moi nuit et jour a t'en torturer l'esprit, une si belle blonde ...»

Si il a cru que je ne pouvais pas le suivre sur ce terrain là, il se trompe. Ne jamais sous estimer quelqu'un que l'on ne connait pas. En plus je suis une tordue, personne ne peut le savoir bien sur mais sous mes airs d'ange se cache un petit démon voyons ! Bon plus sérieusement, je suis capable de partir loin, très loin dans des délires parce que j'adore ça, je ne suis pas une de ces filles coincés ou qui sorte d'un petit moule parfait, non je suis bien loin de ça, que ce soit de façon positive ou négative. J'aime partir dans tout les sens, dégager de la joie et de la bonne humeur en étant folle ( dans le bon sens du terme ), et ne pas rentrer dans une quelconque norme qui me rende inutile et inintéressante. J'aime être originale et différente, c'est ma manière d'être, et d'être aimé aussi, enfin en règle général en tout cas ...

« Bon Alice, t'as d'autres questions, tu veux que je t'indique le chemin des douches peut-être? »

Mon dieu, c'est à la fois déconcertant et très désagréable, sont accent et cette façon qu'il a de prononcer mon nom avec l'air le plus provocateur qui soit, je sais qu'il force son accent russe juste pour m'emmerder, et ça marche. En plus il en rajoute en laissant sous entendre que j'ai bien besoin de prendre une douche, ce qui dans le contexte actuel est faux, je n'ai pas plus besoin d'une douche que n'importe qui d'autre. Bien sur aucun d'entre nous ne peut être démesurément propre en se lavant dans des foutus cours d'eau ou des trucs du genre, je pouvais donc me considérer propre, même peut-être plus que lui. Je ne me laisse tout de même pas abattre, malgré tout ce qu'il fait pour me pousser a bout et me faire perdre mon calme.

« Je t'en pris, montre moi le chemin, ça me donneras l'occasion de te noyer une bonne fois pour toute. . »

Je lui souris, ce sourire qui veut dire va te faire foutre. J'ai faillis rajouter : "Je suis certaine qu'il n'y aurait pas grand monde pour pleurer cette noyade accidentelle" mais ça aurait été méchant, et je ne voulais pas en arriver à ce point, on ne peut pas non plus aller contre sa nature, et je ne suis pas du tout du genre a attaquer les gens comme ça. Ce n'est pas moi c'est tout.
Bien évidemment, il est très peu probable que je fasse le poids contre lui pour le noyer, mais ça ne me traverserais pas un seul instant l'esprit de le faire réellement.


« Loin de son pays des merveilles. »

« La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l'âme. » Laissez moi espérer que je puisse plaire et charmer, ce bon vieux Voltaire m'aurait surement aimé.
©GUERLAIN
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Sam 9 Aoû - 18:09





« Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »






« Bien sur ! Dans un autre contexte, je t'épouserais sur le champ. Et je suis sur que tu vas rêver de moi nuit et jour a t'en torturer l'esprit, une si belle blonde ...»

Elle a pas tort, elle est carrément bonne. Ouai, c'est vulgaire de dire ça, je sais, donc je ne le dirai pas. Je ne suis pas un type vulgaire, contrairement aux apparences. En fait si, je suis carrément vulgaire mais juste dans mon langage, je jure constamment, c'est devenu une sale habitude. Mais dans mon comportement, avec les femmes surtout, je ne suis pas vraiment quelqu'un de vulgaire. Je n'ai pas été éduqué comme ça, loin de là. On m'a appris à respecter le sexe opposé et à l'image de ma mère, j'ai un grand respect pour lui, je met un point d'honneur à ne pas traiter une femme comme je traite un homme. Je peux frapper un type mais jamais au grand jamais une femme. Et Alice, même si depuis tout à l'heure je suis un gros connard avec toi, tu ne le sauras sans doute jamais, sans ma mère et son éducation, j'aurais été mille fois pire et je serais certainement en train de t'insulter -vraiment- très méchamment- bon ok, j'avoue que de te traiter de суки tout à l'heure était vraiment déplacé et je suis bien content que tu n'aies pas compris, ça m'a échappé.- ou de te frapper en ce moment même. donc remercie maman et paix à son âme si elle est morte.


« Mouai, c'est sûr, je me souviendrai de toi, Alice!»

dis-je en insistant sur son prénom avec mon accent, encore une fois, puisque ça l'irrite. je n'ai pas dit ça méchamment ou quoi que ce soit, je l'ai juste dit, parce que c'est vrai, je me souviendrai d'elle, pas forcément en bien mais j'ai rencontré une personne dans ce camp et c'est l'un de mes premiers contacts avec mes "voisins" si j'ose dire.


« Je t'en pris, montre moi le chemin, ça me donneras l'occasion de te noyer une bonne fois pour toute. . »

Je souris. Elle fait de l'humour maintenant, il ne manquait plus que ça. Que répondre? Honnêtement, ça me tente assez une douche avec Alice-yeux-splendides-mais-insupportable. Et pas pour qu'elle me noie... Mais je m'égare. Au jeu de la noyade, je suis sûr de gagner et puis, elle n'est pas sérieuse, elle veut juste se la jouer sarcastique.

« Mh, chère Alice, bien que tu me dépasses de quelques centimètres, ce qui je te l'accorde me décrédibilise beaucoup, je risque de te battre au jeu de la noyade étant donné que ma masse musculaire semble légèrement plus développée que la tienne. Mais si tu y tiens vraiment, pourquoi pas après tout. Tu as des adieux à faire avant, juste au cas où?»

Même si c'est pour rire que je dis ça, elle doit certainement avoir bien plus de choses à perdre que moi. Moi, j'ai vraiment plus rien à perdre, ma mère est certainement morte, mon père, j'en ai rien à foutre. Elle, elle doit être accompagnée de quelqu'un, sinon d'Aosta à ici, je ne sais pas comment elle aurait pu survivre. Voyager seul, surtout quand on est une femme, par temps de guerre, c'est légèrement du suicide...

Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 5
« Plus terrible qu'une guerre, le savoir perdu à jamais »
Messages : 428
Membre du mois : 53
Célébrité : Jennifer Lawrence
Age : 19
Crédit : Unknown(vava)/Bowtfulbutera(photomaton)
Caractère : Aléatoire
Vos Liens :
Mon sauveur ♥:
 

La vie mène à la mort, mais il ny a pas quun chemin



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Dim 10 Aoû - 16:52

Le fait qu'il me dise qu'il allait se souvenir de moi ne m'étonner pas vraiment. Il n'allait surement pas garder une bonne image de moi, mais je ne pense pas qu'il fasse tout les quatre matins des rencontres telle que le notre. Personnellement jusque là il ne m'était jamais arrivé de me comporter comme ça avec quelqu'un, et effectivement cette rencontre je n'allais pas l'oublier de ci tôt. Et le truc qui me marquera peut-être le plus, c'est son foutu accent russe, avec lequel il s'amuse. Oui ce mec se joue de moi, mais au moins il ne le cache pas, il le fait ouvertement tout comme moi je me fou de lui ouvertement. Ce serait presque une relation saine que nous avons là en fait ... Bon ok tout est dans le presque. Mais en tout cas nous ne risquions pas de nous oublier mutuellement c'était une évidence.

Ce qui m'empêcher de haïr totalement ce mec, c'était deux choses, deux petites choses, il était sexy et surtout il avait un sens de la répartie inimitable. Je crois qu'on serait en mesure de se balancer des vannes jusqu'à la fin des temps, qui entre nous est peut-être proche. Devoir plonger mes yeux dans les siens n'étaient pas quelque chose de difficile, il avait ce regard qui vous accroche, et la flamme dans les yeux animé par l'envie totale de me faire du tort. Pour rien au monde je ne lui aurait sauté dans les bras, mais ça avait un côté attachant et pas désagréable. Le seul bémol c'était tout le reste, son comportement, ses paroles, tout quoi.
Même si je ne nie pas que j'adore lui lancer les piques que je lui lance, et me comporter comme une salope de première par mes paroles, c'est tellement libérateur.


Ah quoi bon, les adieux c'est trop déchirant, autant en finir tout de suite ça m'éviteras de t'entendre encore déblatérer.

Et la dessus je n'avais pu étouffer un rire, je trouvais réellement comique d'imaginer qu'après avoir survécu à tant d’événements dramatique, je me retrouve noyer par un mec plutôt " banal " dans un camp. Oui je trouvais cette image réellement drôle, et mon rire était spontané et absolument pas voulu. Parce qu'à choisir j'aurais préféré ne pas rire face à lui, j'étais pas vraiment dans une situation ou le rire était bienvenu.
Mais oui, imaginer la situation où, après avoir rencontré des hommes devenus fou à cause de la guerre, des animaux enragés, des bombes, des feux, la famine, le froid, vous vous retrouviez assassiné par un mec censé être mentalement équilibré simplement parce que vous l'avez dérangé pendant qu'il était plongé dans un travail aux airs important. Ce serait une totale ironie du sort.


« Loin de son pays des merveilles. »

« La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l'âme. » Laissez moi espérer que je puisse plaire et charmer, ce bon vieux Voltaire m'aurait surement aimé.
©GUERLAIN
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Dim 10 Aoû - 19:55





« Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »







Ah quoi bon, les adieux c'est trop déchirant, autant en finir tout de suite ça m'éviteras de t'entendre encore déblatérer.


Et sur ces douces paroles, elle éclate de rire avant de reprendre presque immédiatement un semblant de sérieux. Ce rire lui a échappé et je trouve ça aussi comique que la situation. Tous les deux, debout devant des rangées de tentes, en train de se lancer des infinités de vacheries depuis tout à l'heure, sans même que nous ne nous connaissions vraiment - d'ailleurs, je ne connais que son nom -, à regarder de loin, cela doit être vraiment très drôle. D'ailleurs, il y a quelques mois, j'aurai pu être le héros d'une caméra cachée où je jouerais le parfait connard envoyant chier les gens à chaque phrase mais malheureusement ce n'est pas de la fiction mais bien la réalité et c'est en quoi notre petite dispute est ridicule et inutile. Mais de pouvoir me défouler sur quelqu'un de la sorte me fait le plus grand bien. En fait, elle m'énerve, elle m'exaspère mais j'adore la détester de cette façon. Comme quoi, même cette Alice a son utilité pour moi: mon défouloir. Et je suppose que je suis le sien. Cette pensée me fait sourire. Elle doit croire que je me fout de sa gueule encore une fois mais pas du tout, pour une fois.

Je plonge mes yeux droits dans les siens - et c'est difficile parce que de un, elle a ces iris hypnotisants et de deux, elle fait deux centimètres de plus que moi alors je dois légèrement lever les yeux et je trouve ça un petit peu rabaissant- et je la regarde de cette manière perturbante dont j'ai le secret. J'ai toujours été doué pour jouer avec mon regard et mon sourire, je suis celui qui peut vous faire passer pour une merde rien qu'en posant les yeux sur vous ou vous humilier à la force de son seul sourire. Mais là, je l'ai juste regardé comme si j'essayais de dévisager son cerveau, de manière à sonder l'intérieur de cette fille, parce que c'est réellement ce que j'essaye de faire. Cette Alice m'intrigue, elle a l'air d'être une gentille fille mais elle me balance des vacheries digne de la plus grande connasse de l'univers depuis tout à l'heure et je trouve ça... étrange et marrant.


«Ok alors allons-y, je te laisse passer devant puisque je suis un gentleman, мисс Alice Duval, c'est par là bas, continue tout droit, tu atteindras le mur d'enceinte du camp, passes par dessus et continue tout droit, tu atteindras l’Allemagne, puis l'Autriche, puis la Slovénie, puis l’Ukraine, et là tu peux t'arrêter, à ce moment là tu seras assez loin de moi et je pourrai à nouveau respirer correctement. Oh et ne vas pas jusqu'en Russie, c'est pour ton bien que je dis ça, ils sont deux fois pire que moi là-bas, avec les filles comme toi. » dis-je en lui indiquant la gauche.

Je souris. Je n'irais pas jusqu'à rire mais c'est quand même sacrément con de m'être acharné sur elle parce qu'elle m'a posé une seule question de rien du tout alors que les militaires du camp, qui m'en ont posé une dizaine et vraiment méchamment ont,eux, eu droit à des réponses correctes et pas à une grosse engueulade.

Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude

Passeport
Possessions:
Chances: 0
Richesses: 5
« Plus terrible qu'une guerre, le savoir perdu à jamais »
Messages : 428
Membre du mois : 53
Célébrité : Jennifer Lawrence
Age : 19
Crédit : Unknown(vava)/Bowtfulbutera(photomaton)
Caractère : Aléatoire
Vos Liens :
Mon sauveur ♥:
 

La vie mène à la mort, mais il ny a pas quun chemin



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Dim 10 Aoû - 21:50

HRP : Je vais finir par mourir de rire avec ce RP x)

Si quelqu'un était arrivé dans cet instant, jusque lorsque ce rire m'avait échappé, ce qui fit sourire ce russe cher à mon coeur *Ironie flagrante bien sur*. Il aurait totalement était fourvoyer par la situation. On aurait effectivement pu nous prendre pour deux personnes discutant de façon totalement normale et chaleureuse. Nous en sommes pourtant bien loin ... Normale, je douté de plus en plus que nous puissions l'être - et après tout qu'est-ce que la normalité - et cette discussion n'avait rien de chaleureuse, au contraire. Si qui que ce soit nous avez entendu parler comme ça, il n'aurait pas traîner la patte bien longtemps dans les parages j'en suis persuadée.
Mais il n'y avait que nous deux dans cette infinité de tente, les alentours semblait désert, ou en tout cas les gens savaient se faire discret. Et ce jeu, trop réaliste pour en être un, aurait du s'arrêter il y a de cela de longues minutes, mais nous persévérions à trouver la phrase qui piquerais le plus, le mot qui gagnerais sur tout les autres. On était comme deux gosses qui se tapent dessus pour s'amuser, et qui compte les coupures pour déterminer celui qui en a le plus et qui donc remporte la bataille.

Comme dans une provocation ultime, Alexeï plonge ses yeux dans les miens, d'une façon si intense qu'elle en est presque insoutenable. Oui plonger est le mot, on croirait presque qu'il tente de s'y noyer, ou de passer au travers. Cette sensation est extrêmement particulière, parce que j'ai l'impression que juste par le biais de ces deux yeux dans les miens, il rentre plus dans mon intimité que s'il me regardait nue sous la douche. J'ai beaucoup entendu dire que les yeux en disent long sur quelqu'un, et qu'ils sont le reflet de l'âme. J'y crois, mon dieu que j'y crois, et j'y crois encore plus maintenant qu'il semble lire en moi par un simple regard. Je sais que mes yeux m'ont toujours plus trahis que tout le reste, c'est d'ailleurs par mon regard que mon père a perçu le mensonge plus d'une fois, et par ce même regard que Louis a lu ma souffrance et l'amour que j'avais pour lui. Nous n'avions pas besoin des mots pour parler, et c'est quelque chose qui me paraissait magique, mais qui en cet instant me parait extrêmement gênant.
Ses yeux aussi sont assez parlant, on voit bien qu'il a l'habitude de jouer d'un simple regard pour intimider, qu'il s'en joue et qu'il aime savoir que ça a son effet. Mais je perçoit aussi que mon propre regard arrive à le déstabiliser, rien qu'un peu. Il faut dire que mes yeux bleus sont perçant et éclatant, j'en ai déstabilisé plus d'un juste avec ces doux yeux. Je n'en ai pourtant presque jamais joué, seulement pour m'amuser en voyant un mec perdre totalement ses moyens, mais je voyais en ce genre de jeu une façon de me faire remarquer, et je ne suis pas ce genre de fille. Je ne l'était clairement pas en tout cas lorsque je cachais encore les durs traces d'un père trop violent, aujourd'hui je n'ai plus vraiment peur d'être vu, mais je n'en ressent pas le besoin, je n'aime pas être au centre des attentions.


Hmmm ... Je ne pourrais pas te faire ce plaisir, je préfère tellement savoir que tu respire mal à cause de moi. J'avoue, il m'avait fait sourire, un petit sourire comme en on tout les gens enclin a une compétition qui se rendent compte que leur adversaire est plus talentueux qu'il n'y laisse paraître. Oui, Alexeï a vraiment une excellente répartie et de la suite dans les idées, et j'apprécie ce fait qu'il ne se démonte pas peut importe ce que j'ai précédemment pu lui dire. Arriver à toujours avoir ce petit truc a dire pour être vainqueur a ce concours de coq, ne pas en démordre, me mettre à terre sur un terrain qui d'habitude est le mien. Bon ok normalement j'ai une excellente répartie mais pas de façon aussi négative qu'aujourd'hui, disons que ce terrain m'est peut-être un peu plus inconnu que je ne veux bien l'avouer. Les filles comme moi ? Et c'est quoi une fille comme moi ? Mais c'est adorable de ta part de t'en faire pour mon bien-être ... J'avoue, j'avoue, la fin de sa phrase m'a fait tiquer. Et je n'ai pas besoin de vous faire un dessin sur la prononciation de ma réponse, je crois que c'est, somme tout, évident.


« Loin de son pays des merveilles. »

« La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l'âme. » Laissez moi espérer que je puisse plaire et charmer, ce bon vieux Voltaire m'aurait surement aimé.
©GUERLAIN
Voir le profil de l'utilisateur
Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Mar 12 Aoû - 21:07





« Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »







Hmmm ... Je ne pourrais pas te faire ce plaisir, je préfère tellement savoir que tu respire mal à cause de moi.

Cette fille est une petite reine dans l'art du j'aurai-le-dernier mot mais moi, je suis le champion du monde toute catégorie confondue. Je pourrai passer des heures à lui balancer des vannes toutes aussi méchantes et taquines les unes que les autres mais je commence à en avoir un peu marre. Je veux dire, je suis une de ces personnes qui se lassent extrêmement vite de presque tout et cette conversation s'éternise un petit peu trop à mon goût. Moi qui voulait travailler en paix, la seule chose que j'ai pu faire aujourd'hui est de tracer un gros trait sur Paris et sur ses alentours - trait qu’apparemment je dois encore agrandir vu l'étendue des radiations, d'après Alice.- Bon, j'avoue, elle m'aura quand même servi à quelque chose cette fille alors si elle veut jouer, autant lui accorder encore un petit peu de temps. Quand elle rentrera pleurer après toutes les vacheries que je lui aurais balancer je pourrais me remettre au travail. Quoique, je n'irai quand même pas jusqu'à la faire pleurer, je ne suis pas un grand malade psychopathe qui prend du plaisir à voir les autre souffrir...

Les filles comme moi ? Et c'est quoi une fille comme moi ? Mais c'est adorable de ta part de t'en faire pour mon bien-être ...

Une fille comme elle, c'est quoi? Mhh voyons voir... C'est une jolie fille qui doit certainement être sympathique. Dans la vraie vie, parce que je ne qualifierais pas cette rencontre comme étant un reflet de ce que nous sommes réellement. Enfin pour mon caractère, certainement, mais pas pour le sien. Je veux dire, cette fille a de la répartie, c'est clair et net mais la chose qui la pousse à me répondre méchamment phrase après phrase est qu'elle possède un caractère bien trempé et qu'elle ne se laisse tout simplement pas marcher dessus. Elle fait en sorte d'être à ma hauteur et elle y parvient plutôt bien mais elle n'a pas l'habitude de jouer à la méchante et ce rôle lui va mal.
En réalité, je n'imagine pas la ranger dans une case "fille comme elle" parce que ça a l'air d'être quelqu'un de bien, de bien mieux que moi en tout cas et donc, je ne me sens pas apte à la juger sans même la connaitre. J'ai surtout dit ça comme ça, pour la provocation, une fois de plus.

«En Russie, on est tous des connards, d'après les stéréotypes, alors je me dois de te prévenir de ne pas y aller puisque les gentilles filles et les connards ne font pas bon ménage. Et puis, je dis ça aussi parce que je préférerai que tu te tiennes éloignée de mon peuple, si tu ne veux pas risquer de déclencher une guerre mondiale à toi toute seule.» dis-je sans trop réfléchir. «Oublies ma dernière phrase, c'était vraiment de mauvais goût de dire ça, à l'heure actuelle.» termine-je.

Effectivement de parler de guerre sur un ton de plaisanterie alors qu'on est en plein dedans est vraiment con. Dans une guerre des gens meurent et on souffre. On souffre de tout, de la faim, du froid et de la perte de gens qu'on aime et je suis bien placé pour le savoir. Mais ma putain de fierté m'empêche de ne pas avoir le dernier mot, je veux toujours gagner à la fin. Alors souvent je finis par dire un truc complètement déplacé. ce jeu du dernier mot commence sérieusement à me fatiguer.


HRP: J'ai eu vraiment de la peine à trouver de l'inspiration pour finir mon post X)

Qui comprend l'Humanité...
Recherche la solitude
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide. »   Aujourd'hui à 15:34



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum